Puberté

La puberté est la période de la vie d’une personne au cours de laquelle son corps atteint sa maturité sexuelle biologique. Cette période est appelée pubertaire et se caractérise par l’apparition de caractères sexuels secondaires (voir Caractéristiques sexuelles), la formation finale des organes génitaux et des glandes sexuelles. L’apparition de la puberté dépend de nombreux facteurs - nationalité, conditions climatiques, nutrition, conditions de vie, sexe, etc. Chez les garçons, elle est en moyenne de 15 à 16 ans, les filles de 13 à 14 ans et se termine respectivement à 20 ans et plus. 18 ans. Il convient de souligner que le moment de la puberté présente d'importants écarts individuels. Sur le plan physiologique, cette période est caractérisée par la maturation et le début du fonctionnement des glandes sexuelles. Dans le cortex surrénalien, les androgènes commencent à être produits vigoureusement (voir Hormones sexuelles), la sécrétion des gonadotrophines hypophysaires augmente (voir Hormones gonadotropes), ce qui accélère le développement des glandes sexuelles. Chez les filles présentant une fonction ovarienne accrue, produisant des œstrogènes, la croissance des glandes mammaires, des organes génitaux externes et internes: utérus, vagin, lèvres commence. À l’âge de 14-15 ans, parfois plus tôt, se produit la formation du cycle menstruel (voir). La menstruation chez les filles et les pollutions (voir) chez les garçons sont un critère objectif pour la maturité des gonades. La séquence d’occurrence des caractéristiques sexuelles la plus courante est présentée dans le tableau.

Souvent, la puberté normale se produit dans une séquence légèrement différente. Dans ces cas, il est parfois très difficile de trouver une frontière claire entre normal et pathologique. Une des raisons de ces déviations sont les troubles du système hormonal. Dans d’autres cas, les caractéristiques constitutionnelles d’un adolescent à la puberté, ainsi que des facteurs psychogènes pouvant provoquer des troubles endocriniens prononcés, acquièrent une certaine signification. Il est extrêmement important de prendre en compte ces cas, car l'utilisation irrationnelle de médicaments hormonaux pendant le traitement peut entraîner des dommages importants pour de nombreux systèmes. Pendant la puberté, il existe parfois de petites déviations temporaires, c’est-à-dire des variations dans le processus de développement normal. Ils sont considérés comme des phénomènes physiologiques. Les filles peuvent avoir une croissance importante des glandes mammaires (macromastie) et la puberté prématurée ne se produit pas. Les variations physiologiques de la puberté incluent également les troubles menstruels, les saignements utérins juvéniles, l'aménorrhée (voir). Les règles sont souvent douloureuses, accompagnées de maux de tête, de vomissements, de faiblesse. Ces troubles sont généralement observés chez les filles avec un système nerveux instable. Les garçons peuvent avoir une légère augmentation des glandes mammaires (gynécomastie pubertaire), qui a complètement disparu.

La pubertas tardive est considérée comme une puberté, observée chez les filles de 18 à 20 ans et chez les garçons de 20 à 22 ans. Avec cette pathologie, les mesures thérapeutiques devraient viser à améliorer les conditions de vie, la nutrition et l’introduction d’hormones sexuelles mâles et femelles et de médicaments contenant des hormones gonadotropes hypophysaires. Le retard de développement sexuel et le retard de croissance s'observent avec l'infantilisme (voir). Le sous-développement de l'appareil sexuel et l'absence de caractéristiques sexuelles du sexe donné - hypogenitalisl (voir) - sont causés par un dysfonctionnement des glandes endocrines, et en particulier de l'hypophyse.

Early (pubertas rhayosoh) est considérée comme une puberté. Elle survient chez les filles de moins de 8 ans, chez les garçons de moins de 10 ans et se caractérise par l'apparition prématurée de caractères sexuels secondaires, le développement rapide des organes génitaux et une croissance accélérée. Chez les garçons, cela se manifeste par une accélération de la croissance, puis par un arrêt précoce de la croissance (ce qui entraîne une petite taille), une croissance rapide des organes génitaux et l'apparition de caractéristiques sexuelles secondaires (pilosité, voix basse, muscles squelettiques). Érections et émissions possibles. Chez les filles, la croissance est accélérée, puis son arrêt prématuré, le pelvis s'élargit, la taille de l'utérus et les ovaires augmentent. Il y a des cas de menstruation en âge préscolaire.

La puberté précoce est associée à une croissance accélérée, mais une forte disproportion du squelette, une petite taille et un retard mental est définie comme étant une macrogenitosomia praesox.

Avec le problème de la puberté est étroitement liée à la question de l'éducation sexuelle. C'est un système d'influences médicales et pédagogiques sur les adolescents dans le but de les éduquer à certaines normes de comportement dans la vie sexuelle. La tâche de l'éducation sexuelle est de créer une génération en bonne santé physique, dont la vie sexuelle devrait être soumise aux normes morales de notre société. La formation et l'éducation communes des garçons et des filles, leur implication précoce dans la vie publique, la combinaison de la formation avec le travail industriel, le développement important de la culture physique et du sport chez les jeunes constituent la base d'une éducation générique sensée.

La puberté (lat. Pubertas) est le processus de croissance et de différenciation des glandes sexuelles, des organes sexuels et des caractéristiques sexuelles secondaires. La puberté se produit avec les changements les plus complexes des systèmes nerveux, endocrinien, cardiovasculaire et autres systèmes du corps, ainsi que du développement physique et se termine avec le début de la puberté.

Un rôle majeur dans la puberté est joué par la région hypothalamique, qui est dans une relation fonctionnelle inséparable avec l'hypophyse. Pendant la puberté, l'activité des hormones gonadotropes hypophysaires augmente nettement, tandis que les niveaux d'androgènes et d'œstrogènes augmentent dans le sang et l'urine. Les œstrogènes synthétisés par les ovaires provoquent une augmentation de l'utérus, du vagin, des lèvres, des glandes mammaires et une kératinisation de l'épithélium vaginal. Les androgènes provoquent la croissance des poils sexuels, du pénis et du scrotum chez les garçons et chez les filles - le clitoris et les grandes lèvres. Les hormones sexuelles, en particulier les androgènes, stimulent la croissance et la différenciation du tissu osseux, contribuent à la fermeture des zones de croissance et renforcent le développement des muscles. Dans ces processus, l’effet anabolique des protéines des hormones sexuelles se manifeste. La relation entre les différents systèmes de régulation de la puberté est illustrée à la fig. 1

Fig. 1. Schéma de la relation entre les différents systèmes régulant la croissance et le développement sexuel (d'après Gillenswerda, selon Wilkins).

La puberté commence chez les filles plus tôt que chez les garçons. Au cours de cette période, l'excrétion d'œstrogènes et de gonadotrophines dans l'urine augmente considérablement chez les filles et chez les androgènes chez les garçons. Récemment, dans tous les pays, le début de la puberté a été reporté à une période antérieure. Ainsi, selon les observations de V.S. Gruzdev, remontant à 1894, la menstruation a commencé à 15 ans et 8 mois; à l'heure actuelle (1965), ils commencent entre 13 et 14 ans. Chez les jeunes hommes, la date de la puberté est déterminée par les premières éjaculations. Le début et la durée de la puberté dépendent des caractéristiques (constitutionnelles) de la famille, de la structure corporelle et des conditions environnementales (nutrition, climat, conditions de vie, etc.). La puberté commence chez les filles de 8 à 11 ans et dure généralement jusqu'à 17 ans, chez les garçons de 10 à 13 ans.

Pendant la puberté, une réaction hypertonique et un état hypotonique, une instabilité pulsatoire, une acrocyanose, des taches de Truss, une albuminurie orthostatique, une hypoglycémie spontanée et parfois des troubles mentaux peuvent être observés. Le degré de puberté est évalué en fonction de caractéristiques sexuelles secondaires - croissance des poils pubiens (11-13 ans) et sous les aisselles (12-15 ans), chez les filles également en ce qui concerne l'apparition de la menstruation et le développement des glandes mammaires (10-15 ans)., ainsi qu’à l’aide de radiographies de la main et des extrémités distales des os de l’avant-bras. Le début de la puberté correspond à l'ossification du sésamoïde, puis la synostose apparaît dans le premier métacarpien et dans les phalanges terminales; à la fin de la puberté, il se produit une synostose complète des épiphyses des os radial et de l'ulna. Pour évaluer le degré de puberté chez les garçons en fonction de la taille des organes génitaux externes, il faut être prudent, car leur croissance est souvent un peu en retard.

La puberté prématurée (pubertas praecox) est vraie et fausse. Si cela est vrai, il existe une relation entre la région hypothalamo-hypophysaire, les glandes sexuelles et les glandes surrénales. Il existe des formes constitutionnelles (essentielles) et cérébrales de vraie puberté.

La forme constitutionnelle est observée presque toujours chez les filles et est due, apparemment, à une prédisposition familiale. Les symptômes sexuels secondaires apparaissent précocement, même dès la naissance, mais plus souvent entre 7 et 8 ans, et la menstruation entre 8 et 10 ans. Menstruation ovulatoire. Chez les garçons, les caractéristiques sexuelles secondaires peuvent apparaître dès les 9 à 11 ans, moins souvent plus tôt. Il y a une macrogénitomie (grossissement prématuré des organes génitaux externes). À 12-13 ans, la puberté se termine.

Initialement, les enfants atteints de puberté prématurée sont en avance dans le développement physique de leurs pairs. Cependant, par la suite, en raison de la fermeture des zones de croissance, certaines d'entre elles développent une petite taille et une disproportion - les membres inférieurs sont relativement courts par rapport au tronc (Fig. 2). Le développement mental de ces enfants est souvent adapté à leur âge et, s'il est en retard, il dure environ 2 ans. Chez les filles, l’excrétion d’hormone folliculo-stimulante et d’œstrogènes dans l’urine atteint le niveau de la puberté. La teneur en 17-ketosteropdov dans l'urine quotidienne dépasse le niveau de la norme d'âge. Avec les tumeurs de la glande surrénale et des gonades, le niveau d'excrétion des hormones est beaucoup plus élevé. Un frottis vaginal confirme un cycle menstruel normal.

Le pronostic dans la forme constitutionnelle de la puberté prématurée est favorable. Le traitement n'est pas effectué.

Dans la forme cérébrale de la vraie puberté, il existe des lésions dans la région hypothalamique (tumeurs, hémorragies, anomalies congénitales du cerveau, encéphalite) ou une tumeur de la glande pinéale. Actuellement, la plupart des chercheurs pensent que même avec les tumeurs de la glande pinéale, le développement sexuel prématuré est dû aux modifications de l'hypothalamus dues à l'hydrocéphalie interne. Les enfants ont un développement précoce et rapide des organes génitaux et des caractères sexuels secondaires. Dans les ovaires apparaissent des follicules de grafovy matures, un corps jaune. Des cellules interstitielles se forment dans les testicules et une spermatogenèse se produit. La teneur en gonadotrophines, en œstrogènes et en 17 cétostéroïdes dans l'urine correspond à la période pubertaire.

La puberté prématurée est également observée en cas de dysplasie fibreuse multiple, caractérisée par des modifications du système squelettique, une pigmentation de la peau et une activité accrue de la glande thyroïde.

La fausse puberté (pseudopubertas praecox) se produit lors de modifications pathologiques des glandes surrénales, des ovaires ou des testicules. L'ovulation et la spermatogenèse sont absentes. Après le retrait de la tumeur, le développement inverse de caractères sexuels secondaires est possible.

La puberté lente (pubertas tarda) se caractérise par le développement tardif des organes génitaux et des glandes, ainsi que par l'apparition de caractères sexuels secondaires. Chez les jeunes hommes, il est diagnostiqué chez 20 à 22 ans, chez les filles entre 18 et 20 ans. Se produit le plus souvent sous l'influence du facteur constitutionnel (familial), moins souvent en raison de conditions d'hygiène insuffisantes et de causes nutritionnelles. Le retard dans la puberté est parfois observé jusqu'à 15-16 ans. Dans le même temps, le développement physique et souvent mental est à la traîne. La différenciation du système squelettique est également à la traîne, généralement de 2 à 4 ans. La majorité des enfants dans les années à venir participent au développement sexuel de leurs pairs.

L’évaluation de la puberté doit être effectuée sur la base d’un certain nombre de signes et en particulier de données radiologiques sur la différenciation du système squelettique. La correspondance entre les processus d’ossification et l’âge réel exclut en règle générale le retard dans la puberté.

Variations de la puberté. Le développement prématuré des glandes mammaires (prématuré thelarche) chez les filles peut être le seul signe d'anomalie. L'absence de caractéristiques sexuelles secondaires, les modifications œstrogéniques du frottis vaginal et l'augmentation des organes génitaux internes et externes permettent de distinguer ce processus de la véritable puberté. On pense que la télarche prématurée est basée sur une réponse accrue du tissu mammaire aux œstrogènes. À l'avenir, cette réaction pourrait disparaître. Aucun traitement n'est requis.

Chez les garçons, on observe souvent une gynécomastie pubertaire (voir), plus souvent exprimée à gauche et disparaissant sans traitement. Le traitement avec des hormones sexuelles mâles est contre-indiqué.

La croissance prématurée des poils secondaires (pubarche prématurée) se développe dans le pubis, dans les aisselles sans autre signe de virilisation et est plus fréquente chez les filles. Seulement 10-12 ans, il est associé à une augmentation des glandes mammaires, des organes génitaux externes et internes. Plus tard, les enfants se développent normalement. L'excrétion avec 17 cétostéroïdes dans l'urine correspond à la norme d'âge ou la dépasse légèrement. Les enfants ayant une puberté prématurée nécessitent un suivi médical et doivent être examinés périodiquement.

Pendant la puberté, il y a parfois un élargissement de la glande thyroïde de grade II et III sans dysfonctionnement. Il n'y a pas de traitement. Assez souvent, en particulier chez les garçons, se développent des phénomènes acromégaloïdes (aussi physiologiques). Peut-être la prédominance du masculin ou du féminin. La prévision est favorable. Au cours de la même période, on observe parfois le type d'obésité pseudofreilich d'apparence semblable à l'obésité dans la dystrophie adiposogénitale (voir). La répartition de la graisse est uniforme, avec une prédominance dans la poitrine, l'abdomen et les hanches. Les mains et les pieds sont souvent raccourcis. La longueur du corps et la différenciation des os correspondent à l'âge réel. L'hypogénitalisme est absent ou légèrement exprimé. L'excrétion des 17-cétostéroïdes et des 17-oxycorticostéroïdes avec l'urine est normale. L'échange principal est réduit ou normal. La puberté a lieu à l’heure habituelle ou un peu tard. Un traitement médicamenteux n'est pas nécessaire.

Pendant la puberté chez les filles présentant des symptômes de basophilisme (les cellules basophiles de l'hypophyse fonctionnent intensément), on observe une obésité féminine, une bande apparaît sur les cuisses, les fesses et les seins. La tension artérielle est souvent élevée. Cependant, le développement sexuel n'est pas altéré ni même accéléré. La menstruation se produit à l'heure et le cycle est enregistré. Le pronostic, comme pour les variantes d'obésité décrites ci-dessus, est favorable.

L'épuisement pubertaire s'observe principalement chez les filles. Les premiers symptômes: manque d'appétit, douleurs abdominales, éructations et vomissements, souvent répétés. La peau est sèche, ridée. On note une bradycardie, des sons cardiaques sourds, une hypotension, une aménorrhée. Contrairement à la cachexie hypophysaire, il n’ya pas d’atrophie des glandes mammaires et de perte de cheveux. L'échange principal est réduit. La fonction de la glande thyroïde n'est pas altérée. La teneur en 17-cétostéroïdes dans l'urine est réduite après l'introduction de l'ACTH à la norme. L'hormone folliculo-stimulante dans les urines est souvent absente ou réduite. Le pronostic est généralement favorable. Traitement - nécessite des soins minutieux, aminazine, stéroïdes anabolisants protéiques. Méthandrosténolone (ou nérobol) 5 mg par jour, nérobolil par voie intramusculaire 25 à 50 mg 1 fois par semaine (4 à 6 injections).

La formulation du diagnostic, la nomination de médicaments, en particulier d'hormones, ainsi que le pronostic de maladies et d'affections liées à la puberté doivent être abordés avec prudence.

Fig. 2. Fille de 2,5 ans: développement physique et sexuel précoce (hauteur 110 cm).

Puberté retardée

L’absence de signes de puberté chez un enfant de 14 ans fait parler du retard de cette période, qu’il ne faut toutefois pas confondre avec l’apparition tardive des premières règles, si les autres signes de la puberté conviennent à l’âge. Les raisons de la puberté tardive sont diverses. dans certains cas, il s'agit du premier signe de sous-développement sexuel qui dure toute la vie; dans d'autres cas, il s'agit d'une manifestation partielle d'un dysfonctionnement endocrinien ou d'une insuffisance endocrinienne de l'une ou l'autre glande.

L'absence ou le sous-développement de caractères sexuels secondaires et de ménarche, à partir de 15 ans, suggère un retard dans le développement sexuel: il ne s'agit pas d'une question de gynécologie suffisamment clarifiée. Parallèlement, une étude plus détaillée des caractéristiques cliniques et de la pathogenèse de diverses formes de développement sexuel tardif des filles nous permet d'identifier plusieurs variétés de cet état.

Selon les recherches de R. G. Sarkisyan, utilisant l'anthropométrie clinique, la détermination radiographique de l'âge osseux, la gynécographie dans des conditions de pneumopéritoine et la détermination de l'excrétion du 17-CU, de l'extraction de LH et de la FSH, ainsi que de la chromatine sexuelle et dans certains cas d'études caryologiques de la culture de lymphocytes, de trois groupes les malades. Le premier groupe comprenait 23 filles de grande taille dont le corps était proche du type eunuchoïde, chez lesquelles des caractères sexuels secondaires insuffisamment développés avaient été trouvés avec une chromatine sexuelle correspondant au type féminin. La radiographie des organes pelviens a permis d'établir une hypoplasie modérée des lésions internes
organes génitaux, en particulier l'utérus; les parties génitales externes étaient également hypoplasiques. L'image cytologique d'un frottis vaginal correspondait à la réaction III et un test positif avec HGT a révélé des ovaires potentiellement actifs.

Une étude sur la libération d'hormones gonadotropes a montré une diminution de la libération moyenne de LH et de FSH par rapport aux filles en bonne santé du même âge. L'EEG a révélé des violations de l'état fonctionnel des structures cérébrales au niveau des noyaux hypothalamiques. L'incidence accrue des amygdalites chroniques chez ces filles par rapport à leurs pairs en bonne santé mérite une attention particulière.

Le deuxième groupe (15 filles) de taille normale avec un périmètre thoracique est plus élevé et la taille du pelvis inférieure à l'âge normal (c'est-à-dire avec l'intersexualité) était caractérisée par un sous-développement modérément prononcé de caractères sexuels secondaires. Selon la gynécographie, la taille des ovaires et de l'utérus était inférieure à la norme d'âge, mais moins que chez les patientes du 1er groupe et surtout chez les filles en bonne santé. La chromatine sexuelle correspondait au type féminin.

Le contenu moyen de FSH était de 3 à 4 fois supérieur à celui des filles du 1er groupe et le relâchement de LH correspondait au standard d'âge, mais doublait celui des filles du 1er groupe; de plus, il était caractérisé par une acyclicité. Un examen colpocytologique a révélé un taux d'hypoestrogénie plus élevé que dans le 1er groupe et le test avec la CGT était négatif. Ces données, ainsi que l’image normale de l’EEG, indiquent que le retard du développement sexuel des patientes du 2e groupe était associé à une insuffisance primaire de la fonction hormonale des ovaires.

Enfin, dans le 3ème groupe, dans lequel 21 patients étaient inclus avec un sous-développement prononcé de caractères sexuels secondaires et d'intersexualité, le caryotype chez 16 filles correspondait à la série masculine de chromosomes sexuels (46 XY) et seulement chez 5 femmes, le caryotype était trouvé (46 XX). Une nette diminution de la chromatine sexuelle suggère que le mosaïcisme sur les chromosomes sexuels est attendu chez un certain nombre de filles de ce groupe.

La gynécographie a révélé une nette diminution de la taille de l'utérus et l'absence d'ombre ovarienne chez tous les patients de ce groupe.

Le colpocytogramme a été prononcé hypoestrogénisme prononcé. Le test avec HGT chez les patients de ce groupe était négatif. Le contenu moyen de LH et de FSH dépassait de manière significative les indicateurs d'âge moyens par rapport aux groupes de filles en bonne santé, ce qui est, comme le souligne LG Tumilovich (1966), l'un des principaux symptômes de la dysgénésie gonadique.

Les études menées par R. G. Sargsyan ont révélé 2 formes principales de retard du développement sexuel. L’un d’eux était dû à un dysfonctionnement primaire des mécanismes régulateurs centraux, l’autre à l’hypofonction primaire des ovaires avec division de ces derniers en: 1) insuffisance primaire de la fonction hormonale des gonades et 2) sous-développement des ovaires déterminé génétiquement sans tissu fonctionnel.

En raison de l'absence d'une classification généralement acceptée des maladies impliquant la puberté tardive, Sas propose la division suivante:

  1. Puberté tardive idiopathique.
  2. Sous-développement sexuel hypothalamique: a) sans obésité; b) avec l'obésité (syndrome de Frohlich); c) avec le syndrome de Laurence - Moon - Beadle.
  3. Sous-développement sexuel hypophysaire: a) hypogonadisme avec croissance naine; b) eunuchoïdisme hypogiadotrope.
  4. Sous-développement gonadique primaire: a) dysgénésie gonadique (syndrome de Shereshevsky-Turner); b) hypoplasie des caractères sexuels; c) dysplasie des organes génitaux.

La puberté tardive idiopathique peut être due au développement tardif de l'hypothalamus pour des raisons constitutionnelles (ou héréditaires) ou peut être la conséquence d'une maladie grave. Le mécanisme exact de ce phénomène est actuellement inconnu.

La puberté tardive chez les filles est moins prononcée que chez les garçons. En l'absence de signes de puberté entre 17 et 18 ans, la fille doit être examinée attentivement pour déterminer la cause de cette affection. Les indicateurs de la dynamique de la croissance, l’apparition de noyaux d’ossification, les proportions corporelles, etc., revêtent une grande importance.Il convient de rappeler que chez les filles, le développement des os commence à 10 ans et demi, chez les garçons à 13 ans.

Le sous-développement sexuel hypothalamique se produit sur la base de diverses lésions de l'hypothalamus, de tumeurs et parfois de rhumes. Dans certains cas, il s'accompagne de certains changements somatiques. Ces derniers comprennent:

  • le sous-développement de l'obésité sexuelle, décrit pour la première fois par Wil-kms (1966) et T. Fleischmann;
  • le sous-développement sexuel avec obésité, noté en 1901 par Frohlich. Le premier syndrome est principalement causé par une tumeur du système nerveux central (craniopharyngiome, gliome hypothalamique ou intersection visuelle, kyste suprasellaire).

Le sous-développement sexuel avec obésité (syndrome de Frolich) est associé à un diabète non sucré. Au cœur de la maladie se trouve la défaite de la tumeur hypothalamus, provoquant l’absence de sécrétion de gonadotrophines.

Avec cette forme de sous-développement sexuel, les patients ont une silhouette plutôt élancée (leurs membres sont longs, leurs muscles sont peu développés), malgré le fait que les os iliaques larges, l'obésité pelvienne et les incisives spatiales médiales et latérales larges sont caractéristiques.

Enfin, le syndrome de Laurence-Moon-Beadle est une autre forme de sous-développement sexuel hypothalamique. Les patients se caractérisent par une faible croissance, une hypoplasie mentale, un diabète insipide et une obésité sur la base de lésions hypothalamiques. Ils déterminent une rétinite pigmentaire et, dans certains cas, des anomalies du développement des doigts (polydactylie ou syndactylie).

Le sous-développement hypophysaire se manifeste sous plusieurs formes. L'un d'entre eux inclut des cas de sous-développement sexuel en présence d'une croissance naine. Cette maladie survient chez les enfants des deux sexes sur le sol d'une tumeur ou d'un processus destructeur de l'hypophyse antérieure.Le sous-développement sexuel persiste toute la vie.

Avec un manque isolé de sécrétion de gonadotrophines, l'adrénarche se produit dans une période normale et l'attribution de 17-CU ne diffère pas de la norme. Cependant, les proportions du corps restent eunuchal. Pour distinguer cette forme de la dysgénésie gonadique, il est nécessaire de définir la chromatine sexuelle et d’isoler les gonadotrophines.

Dans certains cas, les organes génitaux et les glandes mammaires sont ginoilastiques et l’aménorrhée est constante; dans certains cas, les mensuels apparaissent, mais ont toujours la nature d'un saignement anovulatoire.

Plus tard, le développement sexuel est appelé primaire chez un groupe assez important de patientes présentant diverses formes de dysgénésie ovarienne, notamment la dysgénésie de type Shereshevsky-Turner, une hypoplasie sévère et la dysplasie ovarienne. Tous ces cas sont caractérisés par une sécrétion accrue de gonadotrophines (200 à 300 unités par litre), ainsi que par l’ostéoporose en général. Chez certains patients, on note un retard de croissance et une dépression mentale. S'il n'y a pas de menstruation chez les filles âgées de 16 ans et plus, la féminisation testiculaire et les autres formes de sous-développement sexuel doivent être exclues.

L’intérêt clinique connu est l’absence de menstruation après 18 ans avec hypofonction de la glande thyroïde. Dans cette forme de pathologie, il convient de noter le retard dans la croissance des patients, ainsi que le sous-développement mental et sexuel. Les patients sont sujets à l’obésité, à l’œdème des paupières, à la fragilité et à la chute des cheveux, ainsi qu’à une fatigue physique et mentale rapide. Les membres sont le plus souvent raccourcis; traits rugueux, cou court, épais; la peau diffère de la sécheresse, de la rugosité; les lèvres sont épaisses, pâles, larges; les paupières sont souvent épaissies et gonflées. Dans certains cas, hirsutisme marqué (sur les joues et entre les omoplates), ressemblant à un embryon. Les organes génitaux sont sous-développés. Frottis vaginaux atrophiques; le métabolisme de base est fortement réduit, alors que le cholestérol sérique est généralement élevé. La quantité de gonadotrophines dans l'urine est normale. Dans l'hypothyroïdie d'origine hypophysaire, la quantité de 17-KS est fortement réduite.

Outre les raisons susmentionnées, une puberté tardive (après 17 à 18 ans) est parfois observée à la suite de graves maladies débilitantes (tuberculose, diabète sucré, avitaminose) affectant l'enfance ou l'adolescence, ainsi que de traumatismes mentaux résultant de troubles de l'hypothalamo-hypophyse. système.

Il est important de garder à l'esprit que l'absence primaire de menstruations peut ne pas résulter de la pathologie du développement des glandes endocrines, mais de diverses lésions des organes exécutifs (utérus, ovaires).

L'apparition tardive de la première menstruation est parfois secondaire; après une période de saignements irréguliers, extrêmement insignifiants, les règles sont rares ou une aménorrhée périodique est observée.

Dans le même temps, différents types de physique sont possibles:

  1. Faible croissance et construction enfantine, ressemblant à un nanizm hypophysaire et, apparemment, associée à l'hypofonction de l'hypophyse.
  2. Petite taille, forte corpulence, aspect trapu, visage large, rond, cou court. Compte tenu de l'excès considérable de la gamme de bras au-dessus de la taille, un tel physique ressemble au type caractérisant le syndrome de Shereshevsky-Turner; dans de tels cas, il existe une hypothèse sur la présence d'ovaires sous-développés (rudimentaires).
  3. Une croissance élevée avec de longs membres avec une large poitrine et des hanches étroites, ressemblant à un physique extérieurement eunuchoïde, fait penser à une insuffisance ovarienne primaire; les trois types de pubescence et la croissance des poils axillaires ci-dessus sont pour la plupart insuffisants; les glandes mammaires sont peu développées, rappelant leur état au cours de l'âge prépubère.
  4. La croissance des patients est normale ou inférieure à celle-ci, il y a une augmentation de l'obésité, semblable à celle du syndrome adiposogenital. Les troubles hypophysaires hypophysaires marqués sont secondaires et sont associés à la pathologie de l'hypothalamus, provoquée par exemple par une maladie du cerveau pendant la période de développement sexuel, de diphtérie sévère, de polyarthrite rhumatismale, etc.
  5. Avec un développement proportionnel normal du corps et du physique pycnique, il existe un sous-développement marqué des organes génitaux (infantilisme partiel). Les glandes mammaires sont souvent même hypertrophiées. On pense que la cause de ce sous-développement des parties génitales sont des troubles de la fonction endocrinienne du système hypothalamo-hypophysaire, à savoir une sécrétion excessive de l'hormone lutéinisante avec un déficit marqué en stimulants folliculaires.

Infantilisme sexuel

Le diagnostic de l'infantilisme sexuel devrait être basé sur la totalité des données de l'anamnèse et un examen objectif avec l'utilisation de mesures anthropométriques dans certains cas, une étude d'hystérosalpingographie, des études de laboratoire, etc.

Ainsi, d'après les données de T. I. Stepanova, qui a étudié en détail la condition de 292 femmes sous-développées sexuellement, des recherches anthropométriques ont montré que la plupart des femmes étaient physiquement bien développées: la croissance de la majorité était de 151–165 cm, mais la hauteur la plus haute n'excédait pas 175 cm. Des écarts significatifs par rapport à la taille moyenne ont été observés principalement chez les femmes présentant un sous-développement marqué de l'appareil sexuel et d'autres signes multiples d'infantilisme général. Le sous-développement le plus courant des organes génitaux était associé à l'obésité (42%) et moins souvent à l'asthénie (13,6%).

Parmi le grand groupe de patients (402 femmes) souffrant d'infantilisme sexuel, des irrégularités menstruelles ont été constatées chez 52,7%, la moitié d'entre elles ayant eu une aménorrhée, un tiers d'entre elles ayant eu une oménorrhée et seulement 5,7% ayant une ménorragie. Cependant, dans l’infantilisme sexuel, dans 40% des cas, le mensuel coulait de manière cyclique, avec une durée de cycles de 4 semaines dans 37% des cas; près de 48% des personnes interrogées souffraient d'algoménorrhée. L'âge moyen d'apparition de la première menstruation chez les femmes examinées était de 15,8 ans. Chez 37% des femmes souffrant d'infantilisme sexuel, les glandes mammaires étaient sous-développées. À 25%, il a été déterminé que le pubis était rare et dans les régions axillaires. La croissance des cheveux était féminine dans 62% des cas et chez près de 11% masculine. 74,6% des femmes ne présentaient que quelques signes de sous-développement des parties génitales externes. Cependant, leur état et leurs caractères sexuels secondaires ne correspondaient pas toujours à la gravité de l'infantilisme des organes génitaux internes. Dans le développement normal des parties génitales externes, des modifications importantes des organes génitaux internes ont parfois été observées. Dans de tels cas, des méthodes d'investigation supplémentaires étaient souvent nécessaires pour clarifier le diagnostic (détermination de la longueur de l'utérus à l'aide d'une sonde, hystérosalpingographie, etc.).

Puberté tardive chez les garçons: vous inquiétez-vous ou pas?

Il n’est sûrement pas très facile de voir que vos pairs ont commencé le processus de puberté plus tôt que vous. Ils grandissent déjà, leurs voix changent. Et vous, probablement, face au fait que:

  • tu es taquiné à l'école parce que tu es petit;
  • les gens pensent que vous êtes en fait plus jeune que vous ne le dites;
  • dans les cours d'éducation physique ou les événements sportifs, vous êtes en retard sur les plus gros et les plus forts;
  • vous avez le sentiment d'être laissé pour compte ou confus par le fait que vous êtes une "fleur tardive".

Mais la bonne nouvelle: votre corps va se rattraper très bientôt. En attendant, restez la même personne heureuse et intéressante, dont votre famille et vos amis ont besoin.

Mais qu'est-ce que ça prend autant de temps?

  • Dans la plupart des cas, RIEN n’est anormal chez les garçons dont la puberté commence tard. C'est pourquoi cela arrive:
  • C'est peut-être typique de votre famille. Dans la plupart des cas, si le gars est une fleur tardive, sa mère ou son père était aussi comme ça quand il était adolescent. Demande à tes parents s'ils se souviennent quand c'est arrivé. Très probablement, ils seront en mesure de vous donner des informations pertinentes.
  • Votre corps ne peut pas tomber tellement derrière. La plupart des enfants atteignent la puberté entre 9 et 14 ans - l'âge moyen est de 12 ans. La puberté est considérée comme tardive si vous avez 14 ans et que vous n'avez encore montré aucun signe.
  • Vous ne remarquerez peut-être rien. Vous savez que votre voix va devenir plus rugueuse, que vous aurez des cheveux aux aisselles et à l'aine et que vous allez devenir plus grand. Mais la première chose qui change, ce sont vos testicules - ils vont commencer à se développer. Cachés sous votre pénis, vos testicules grossissent tellement qu'ils deviennent capables de produire de la testostérone, une hormone qui provoque d'autres changements dans votre corps. Cependant, il n'est pas facile de remarquer qu'ils ont déjà grandi avec vous, car vous n'avez peut-être pas remarqué les signes extérieurs.

    Vous rattrapez. Votre taille finira probablement par devenir normale pour votre famille, même si vous avez atteint la puberté plus tôt, à moyen terme ou plus tard. En fait, à ce moment où vos amis et vos camarades de classe cesseront de grandir, il est probable que vous grandirez davantage. Beaucoup de gars dépassent même leurs amis, car ils vont continuer à grandir.

    Comment suivre les autres gars.

    Ne vous inquiétez pas que vous n'êtes pas encore arrivé à la puberté. Et ne te compare pas avec d'autres gars. Au lieu de cela, essayez ce qui suit:

    Rappelez-vous une fois pour toutes. Personne et n’obtient jamais ce qu’il veut, et juste au moment où il le souhaite - qu’il s’agisse du meilleur score au contrôle ou de l’un des meilleurs endroits dans une équipe sportive. La même chose peut être dite en ce qui concerne la puberté. Vous ne pourrez pas accélérer ces changements et veiller à ce qu'ils se produisent plus tôt que prévu, et la frustration ne vous aidera pas.

    Regardez le côté positif. Le fait que la puberté ne soit pas encore arrivée présente certains avantages. Vous n'avez pas encore besoin de vous raser et peut-être n'avez-vous pas besoin de prendre une douche aussi souvent! De plus, les enfants en période de puberté peuvent ressembler à des adultes, mais ils ne sont pas encore prêts à se comporter comme il convient. La puberté est une période psychologiquement difficile pour tout le monde, peu importe le moment.

    Amusez vous bien Passez votre temps à faire ce que vous aimez et à consacrer votre temps à ce que vous pouvez bien faire. Vous aurez une bonne opinion de vous-même. Et vous n'avez pas besoin d'être grand ou d'avoir des muscles bien développés pour faire face à une tâche scolaire ou pour réussir des passe-temps tels que discours coloré et participation à des discussions, chants, théâtre, jouer d'un instrument de musique. Participez aux clubs et aux organisations parascolaires de votre école. Ou simplement contribuer à votre activité préférée.

    Quiz: relations intimes et adolescents. Combien savez-vous?

    Puberté tardive chez les filles

    La puberté chez les filles commence généralement entre 8 et 9 ans, moment où le développement physique est accéléré. À l'âge de 10-12 ans, les caractéristiques sexuelles secondaires commencent généralement à apparaître - la poitrine se développe, les poils apparaissent sur le corps. La menstruation commence à l'âge de 12 à 13 ans. La puberté ne s'arrête pas là: au début, le cycle est instable, les règles sont irrégulières. Seulement 4 à 6 ans après cela, l'étape finale commence: la silhouette acquiert des contours féminins, le cycle devient régulier et le corps est considéré comme capable d'une grossesse et d'un accouchement à part entière.

    Ce qu'on peut appeler un développement sexuel retardé

    Si la fille ne commence pas ses règles avant l'âge de 14-16 ans, on peut parler de puberté tardive. Une telle violation est appelée "aménorrhée primaire". Les raisons peuvent être différentes:

    • L'hérédité. Dans certains cas, la prédisposition à la maturation tardive est transmise au sein de la famille par la lignée féminine. Dans ce cas, les règles pourraient commencer plus tard que d'habitude, également avec la mère, la grand-mère, la tante et la soeur de la fille. Pour identifier ce facteur, il est nécessaire de rassembler des antécédents familiaux.
    • Troubles hormonaux (des organes du système de reproduction de la femme - les ovaires ou d’autres glandes endocrines: glandes surrénales, thyroïde, système hypothalamo-hypophysaire).
    • Pathologies du développement des organes de l'appareil reproducteur (violation de la structure de l'hymen, du vagin, de l'utérus).
    • Activité physique excessive, sports professionnels.
    • Stress, régime
    • Maladies chroniques graves: rhumatismes, malformations cardiaques, diabète, troubles chromosomiques.
    • L'empoisonnement et les maladies infectieuses peuvent également causer un retard de la puberté.

    Symptômes de puberté tardive chez les filles

    En plus de l'absence de règles, les filles peuvent présenter les symptômes suivants de la puberté tardive:

    • faible quantité de graisse sous-cutanée;
    • sous-développement du système reproducteur, tant externe qu'internes;
    • perte d'appétit, apathie, léthargie;
    • température corporelle basse (inférieure à 35 ºC);
    • hypotension et bradycardie.

    Faux retard du développement sexuel

    Il existe une telle pathologie, comme une fausse aménorrhée. Sa cause est l'absence de trou dans l'hymen, des malformations du vagin et parfois de l'utérus. La menstruation continue, mais les pertes s'accumulent dans l'utérus. Une fille peut se plaindre d'une douleur mensuelle au bas de l'abdomen, d'une douleur à la miction, d'une inflammation peut commencer. Il s'agit d'une condition dangereuse. Par conséquent, lorsque vous suspectez une fausse aménorrhée pour la première fois, vous devez consulter un médecin.

    Donc, si votre fille avant l'âge de 15 ans n'a pas commencé ses règles, vous devriez contacter un gynécologue qualifié. Il identifiera les causes du retard du développement sexuel et sera en mesure de corriger cette condition. Le retard de la puberté peut indiquer des maladies métaboliques, des troubles génétiques ou des pathologies du développement des organes de reproduction. Par conséquent, plus tôt le médecin réalisera la cause de l'aménorrhée et commencera le traitement, plus grandes seront les conséquences désagréables.

    7. Puberté tardive

    7. Puberté tardive

    Puberté tardive - apparition de rêves humides chez les garçons après 18 ans, de menstruations chez les filles après 16 ans et de caractéristiques sexuelles secondaires; en raison de la défaillance des glandes génitales, qui peuvent être congénitales (hypogonadisme, ovaire polykystique) ou acquises (parotidite, brucellose, tuberculose).

    Chapitres similaires d'autres livres

    Sur les propriétés secondaires des médicaments simples responsables de la maturation

    Sur les propriétés secondaires des médicaments simples responsables de la maturation, il faut que le médicament agisse à la fois collant et chaud. La chaleur doit être strictement proportionnée, Influencer le corps lentement mais sûrement. La graisse appropriée, la résine de pin, les huiles végétales sont bonnes:

    8. La puberté est prématurée

    8. Puberté précoce Puberté précoce - apparition de rêves humides chez les garçons et de règles chez les filles et développement de caractéristiques sexuelles secondaires avant l’âge de 10 ans. Peut être dû à des modifications tumorales ou inflammatoires de

    Ménarche tardive

    Ménarche tardive En cas de première menstruation tardive, les pertes sont souvent rares et douloureuses. Selon l’ensemble des symptômes, vous pouvez consommer beaucoup de drogues. Les plus expérimentés sont Pulsatilla, Senecio aureus, à propos desquels

    Abstinence sexuelle

    Abstinence sexuelle abstinence sexuelle excessive; l'hypochondrie la plus sombre qui lui soit due (chez les deux sexes) -

    Désir sexuel

    Désir sexuel Fort désir sexuel (chez les deux sexes) - Kantaris - Augmentation du désir sexuel (chez les deux sexes), presque irrésistible, conduisant à la manie, dans laquelle le patient s’expose - Phosphore. Désir sexuel presque insurmontable, qui est excité par le moindre

    Puberté

    Puberté L'apparition de la puberté est le moment à partir duquel un homme devient capable de procréer. Vers 11-13 ans, un garçon atteint d'hypothalamus commence à produire l'hormone GnRH. Au début, il ne pénètre dans le sang que la nuit, pendant le sommeil. Par

    Impuissance (impuissance)

    Impuissance (impuissance) L'impuissance est une violation de la fonction sexuelle, accompagnée d'une perte totale ou partielle de la capacité d'un homme à avoir des relations sexuelles. La cause de la maladie peut être un choc émotionnel fort, des blessures à la colonne vertébrale,

    Maturation de la société

    Maturation de la société J'aime beaucoup le terme "maturation" - société, idéologie, civilisation. Dans ce document, la dynamique et le progrès, comme si la croissance d'un arbre ou un enfant. À l'avenir, malheureusement, le vieillissement et la vieillesse se profilent. Et même la mort. Mais après tout, comment regarder quoi considérer

    Impuissance sexuelle

    Impuissance des rapports sexuels La principale cause de l'impuissance dans les rapports sexuels est la faiblesse des femmes en âge de procréer issues de la vie sexuelle prématurée, ainsi que de la maternité ou de la masturbation. Beaucoup d'hommes qui se plaignent de l'impuissance sexuelle, la graine est transparente, aqueuse, sans densité, et donc incapable de

    Attraction sexuelle

    Attirance sexuelle Avec la puberté, les groupes de garçons de même sexe commencent à se désintégrer. Sous l'influence de la testostérone, le désir sexuel apparaît - libido (lat. Libido - désir, attraction). Dans l'âge de transition, le développement de la libido est divisé en trois étapes:

    CROISSANCE ET FILLES SEXUELLES

    CROISSANCE ET MATURITÉ SEXUELLE D'UNE FILLE Les génotypes des embryons féminins et masculins se différencient par leur structure pratiquement dès le début du développement intra-utérin. Les hormones stéroïdes et d'autres hormones affectent la différenciation sexuelle de l'activité de l'hypothalamus de l'embryon.

    5.7 Puberté précoce et croissance de l'enfant

    5.7 Puberté précoce et croissance de l'enfant Au début des années 1960, on croyait que l'âge moyen de la puberté était de 11 ans chez les filles aux États-Unis. En 1997, des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord (Université de Caroline du Nord) avec l’American Academy of Pediatrics

    Abstinence sexuelle

    Abstinence sexuelle Homme, 61 ans: abstinence forcée pendant des dizaines d'années: bien ou mal pour un homme? Du point de vue de la médecine - mal. Compte tenu de la faible constitution sexuelle et de l’appartenance de l’homme à une stratégie asexuée, non. Du point de vue de la moralité et

    Puberté

    Puberté À la puberté, qui survient chez les filles de 9 à 13 ans, chez les jeunes hommes de 11 à 15 ans, le corps subit les modifications morphophysiologiques et psychologiques les plus importantes, développe des caractéristiques sexuelles secondaires, commence la menstruation (

    Puberté

    Puberté Modifications physiologiques 548. Puberté chez les filles: Par puberté, j'entends une période de croissance intensive de deux ans qui précède la puberté. La puberté chez les filles commence avec le premier cycle menstruel. Avoir

    Développement sexuel

    Développement sexuel Le développement sexuel d'un homme a lieu tout au long de sa vie. Mais la période critique est la puberté, qui commence généralement à 11 ans et dure jusqu'à 15-16 ans. Très important et les 2-3 prochaines années - 16-18 ans. Transformations significatives

    Puberté tardive

    On considère que la puberté ou la puberté chez les filles commence avec le premier flux menstruel (ménarche). L'apparition de la menstruation indique que la fille entre dans une période de maturité. En conséquence, les premières règles désignent les pubertas tarda et la puberté retardée.

    Périodes de la puberté

    Certes, se concentrer uniquement sur cet indicateur n'en vaut pas la peine. La menstruation est, au sens figuré, la surface d'un iceberg, le processus qui se produit dans un jeune organisme. Et tout commence beaucoup plus tôt avec des signes qui, semble-t-il, n’ont aucun rapport avec la puberté.

    Tout d’abord, c’est une croissance rapide à partir de 7-8 ans. A cette époque, la jeune fille "ajoute" activement de 7 à 8 cm par an. Certes, à 10 ans, le taux de croissance ralentit pour revenir à 10 cm sur 10. La croissance rapide de cette période se traduit par une augmentation disproportionnée des différentes parties du corps - corps, membres, crâne. De ce fait, l’incohérence chez les adolescentes est caractéristique des filles de cet âge.

    À partir de 11 ans, une croissance rapide est associée à une prise de poids active. Si auparavant, cet indicateur ne dépassait pas 2 kg par an, il peut maintenant atteindre 4 à 6 kg. En conséquence, l'appétit augmente. Les propriétés de la peau changent: elle devient grasse et l’acné apparaît.

    Déjà à ce moment-là, pendant 1 à 1,5 ans avant la première menstruation, on notait la larve - le développement des glandes mammaires. Ils augmentent de taille, acquièrent une configuration hémisphérique avec des mamelons et des aréoles plus prononcés. Dans 10-12 ans commence la croissance des cheveux pubarhe - pubes. Un peu plus tard, vers 13-15 ans, des poils se forment dans d'autres zones - aux aisselles, aux jambes.

    Les premières règles, les règles, surviennent dans 12 à 14 ans. Peu de temps auparavant, les grandes et petites lèvres augmentent de taille. Il est à noter que, en règle générale, au cours des 6 premiers mois. - Cycle menstruel de 2 ans irrégulier avec une force et une durée de saignement variables. Ceci est considéré comme normal. Plus tard, lorsque les règles deviennent régulières, la fille est sexuellement mature et capable de procréer dans un sens biologique (mais pas psychologique et social!).

    Autre caractéristique: avec l'apparition des premières règles, le taux de croissance et le gain de poids ralentissent. Les changements quantitatifs sont accompagnés de qualitatif. Tout d’abord, il s’agit de la redistribution du tissu adipeux avec son dépôt accru dans la région des glandes mammaires, des cuisses et des fesses.

    Le bassin se dilate, les épaules deviennent relativement étroites. La peau est nettoyée, gagne en élasticité. Tous ces changements associés à la puberté sont terminés vers 18-19 ans. Ainsi, les processus de la puberté dans le corps d'une fille, fille, femme durent longtemps, environ 10-12 ans.

    Signes de puberté tardive

    À propos du retard du développement sexuel (ZPR), dites dans ces cas si:

    • la menstruation n'a pas commencé à l'âge de 16 ans
    • à 14 ans, il n'y a pas de pilosité caractéristique, ou est-ce rare?
    • À l'âge de 13 ans, il n'y a aucun signe de développement mammaire.
    • Il y a un déficit pour cet âge de poids et de taille.
    • il y a des signes de sous-développement ou d'hypoplasie des organes génitaux.

    Pour la formulation du diagnostic de l'ARC n'a pas nécessairement tous les critères ci-dessus. Par exemple, l'absence de ménarche avec un poil satisfaisant et le développement des glandes mammaires indiquent une puberté tardive. Il en va de même pour les cas où, avec une constitution normale, les poils sont rares et l'hypoplasie des organes génitaux.

    Le dernier signe, l'hypoplasie des organes génitaux, est ambigu dans l'interprétation de l'ARC. Ici, il est nécessaire de distinguer l'hypoplasie transitoire et réversible, l'infantilisme, des anomalies congénitales. Ces anomalies en violation de la structure du vagin, de l'utérus, des ovaires, sont intrinsèquement irréversibles. Par conséquent, en l’absence de menstruation et de caractères sexuels secondaires, il n’est guère approprié de parler de développement sexuel tardif.

    Bien qu'il puisse y avoir des options intermédiaires. À titre d'exemple, certaines anomalies chromosomiques du gène avec une fonction ovarienne altérée et des modifications structurelles des organes génitaux peuvent être données. Avec un traitement chirurgical opportun et une correction médicale, il est possible d’atteindre un développement sexuel adéquat, voire une fertilité, la capacité de devenir enceinte et d’accoucher.

    Causes de la puberté retardée

    Les causes de l'ARC sont multiples. Mais avant d’en parler, nous devrions nous attarder brièvement sur les mécanismes de régulation de la puberté. Il est bien connu que les hormones jouent ici un rôle essentiel, à savoir les hormones œstrogènes féminines. Soit dit en passant, le nom de ces hormones parle de lui-même (oestrus en latin est oestrus).

    Les œstrogènes (le plus actif d'entre eux - l'estradiol) sont synthétisés par les ovaires. On les appelle figurativement des hormones d'attractivité féminine. Ce sont les œstrogènes qui provoquent l'apparition de symptômes secondaires pendant la puberté. Pendant le cycle menstruel, il y a des fluctuations significatives du niveau d'estradiol et d'une autre hormone féminine, la progestérone. Cela permet de concevoir et de porter un fœtus.

    Un fait curieux: les œstrogènes sont formés à partir d’hormones sexuelles mâles, les androgènes. Les androgènes sont toujours présents dans le corps de la femme. En petite quantité, ils sont essentiels à la femme. Les androgènes sont responsables de la pilosité totale. Pendant la puberté, le corps des filles nécessite un grand nombre d'androgènes, nécessaires à la synthèse ultérieure d'œstrogènes. D'où la peau grasse avec l'acné.

    La fonction hormonale des ovaires est contrôlée par l'hypophyse. Son lobe antérieur, l'adénohypophyse, sécrète des hormones folliculostimulantes et lutéinisantes. C'est le soi-disant. hormones tropicales qui stimulent la production d’œstrogènes par les ovaires. Une autre hormone tropique, somatotrope, procure à la fille une croissance et un gain de poids. La glande pituitaire a également une "tête" - l'hypothalamus. Des groupes de cellules, des noyaux, de l'hypothalamus sécrètent des facteurs de libération - des hormones qui activent l'hypophyse. C'est à la libération de ces facteurs que le processus de la puberté commence.

    L'activité de l'hypothalamus, de l'hypophyse et des ovaires est médiée par d'autres parties du système endocrinien, la thyroïde et les glandes surrénales. Une petite quantité d'œstrogène est synthétisée par les glandes surrénales. Entre tous ces liens, il existe un lien complexe et subtil. De nombreuses maladies, conditions pathologiques, rompent ce lien. De ce fait, il est possible que la puberté soit plus tardive.
    Les raisons spécifiques incluent:

    • Lésions organiques du système nerveux central
    Ce sont des modifications structurelles du système nerveux central, dans lesquelles la fonction du système hypothalamus-hypophyse est altérée. Tout d'abord, il s'agit de tumeurs intracrâniennes et de formations ressemblant à des tumeurs. En outre, les lésions cérébrales traumatiques peuvent également être compliquées par des troubles hypothalamo-hypophysaires.
    • Ovaire polykystique
    Cette affection est caractérisée par la formation de multiples kystes, de petites vésicules, à la place des follicules. Les polykystiques peuvent être congénitaux ou se développer durant la période pubbernt dans le contexte de l'obésité, du diabète, des maladies de la thyroïde, des glandes surrénales.
    • L'hérédité
    Si la mère de la fille a eu une puberté tardive, il est probable que la même pathologie sera avec la fille. Il est tout à fait logique de supposer qu'un certain défaut génétique, qui ralentit la différenciation sexuelle, est hérité. Dans ces cas, très souvent, mais pas toujours, le DGD est associé à d'autres troubles non seulement du système reproducteur, mais également des organes internes et de la psyché. Comme le montre la pratique, les enfants nés de primipares augmentent le risque d'anomalies génomiques et chromosomiques diverses.
    • Pathologie de la grossesse
    Maladies infectieuses, intoxication à l'alcool et aux drogues, gestose, accouchement compliqué - tous ces facteurs affectent négativement le fœtus. Les perturbations qui en résultent dans le système hypothalamo-hypophysaire et dans d'autres liaisons endocriniennes peuvent conduire à la MAP.
    • Maladies infectieuses
    Ce n'est pas nécessairement une maladie des voies urinaires. Tous types d'infections, incl. intestinale, respiratoire, avec fièvre grave, épuisement général, peut retarder l’apparition de la puberté pendant un certain temps.
    • Mauvaise nutrition
    Croissance, augmentation mammaire, menstruations, tout cela s'accompagne de la consommation de matières plastiques entrant dans la composition des aliments. Mais certains jeunes, en proie à de faux stéréotypes, «regardent la figure» et se meurent de faim. Le jeûne est inacceptable à tout âge et à l'adolescence, à plus forte raison. Les aliments doivent être riches en protéines, vitamines, oligo-éléments et graisses.
    • Stress émotionnel
    Le cortex cérébral n'a pas d'effet direct sur la fonction endocrinienne. Nous ne sommes pas en mesure d'accélérer ou de ralentir notre développement sexuel par un effort de volonté. Cependant, des émotions négatives fréquentes (peur, anxiété, anxiété) peuvent affecter la fonction du système hypothalamo-hypophysaire.
    • Activité physique
    En eux-mêmes, l'éducation physique et les tons sportifs et un effet bénéfique sur le système endocrinien. Mais tout est bon avec modération. Des charges extrêmement intenses pendant l'entraînement, les compétitions, affectent négativement le système endocrinien, peuvent provoquer un épuisement physique et mental et une puberté tardive.
    • Autres facteurs
    Dans de rares cas, le PZD peut être provoqué par des radiations ionisantes, des composés chimiques toxiques lorsque vous vivez dans des régions non écologiques.

    Que faire si une fille a une puberté tardive

    Vous devez d'abord déterminer la cause. Et la première chose à faire sur ce chemin est d'examiner les hormones. Les méthodes de laboratoire déterminent le niveau d'œstrogène, d'insuline, d'hypophyse, de thyroïde et d'hormones surrénaliennes.

    Si des anomalies sont découvertes, il est nécessaire d'exclure ou de confirmer les désordres structurels existants des ovaires, de l'utérus avec appendices, du cerveau, de la thyroïde, des glandes surrénales. Pour ce faire, utilisez la recherche sur le matériel:

    • Échographie
    • tomographie par ordinateur
    • imagerie par résonance magnétique
    • scintigraphie aux radio-isotopes.
    Si vous soupçonnez le caractère héréditaire de l'ARC, il peut être nécessaire de mener des études génétiques coûteuses.

    D'autres tactiques dépendent des résultats de la recherche. Par exemple, avec les lésions de volume intracrânien existantes, la seule issue est une intervention neurochirurgicale. Heureusement, cette cause de puberté tardive est assez rare et, dans la plupart des cas, vous pouvez le faire avec des mesures conservatrices.

    Ici, un rôle important est attribué à la correction du fond hormonal par des analogues synthétiques d’hormones naturelles ayant un but de substitution. Mais le problème, c’est que l’introduction de drogues de synthèse peut entraîner des conséquences réversibles difficiles du système endocrinien. Par conséquent, le traitement hormonal substitutif est utilisé uniquement selon des indications strictes avec des violations significatives.

    Cela est particulièrement vrai pour les jeunes filles et les jeunes femmes. Dans la plupart des cas, la situation peut être corrigée par des procédures physiothérapeutiques, des moyens de renforcement (immunostimulants, complexes de vitamines et de minéraux), une amélioration de la santé dans les stations climatiques. En parallèle, un traitement de la maladie à l'origine du THS est en cours.

    Les repas doivent être complets et contenir suffisamment de protéines, de graisses animales et végétales et de vitamines. Il devrait protéger au maximum le jeune patient des émotions négatives. L'exercice doit être dosé et reposer - plein. Dans la plupart des cas, un résultat positif avec une telle tactique ne prendra pas longtemps.