Maladie thyroïdienne et infertilité

Les maladies de la glande thyroïde sont très souvent la cause de l'infertilité chez les femmes et les hommes.

La glande thyroïde est un organe du système endocrinien qui produit plusieurs hormones. Le plus important d'entre eux, qui régit pratiquement toutes les fonctions du corps - la triiodothyronine (T3) et la tétraiodothyronine (thyroxine, T4)

Ces hormones affectent également le système reproducteur humain. Par conséquent, une augmentation ou une diminution de l'activité de la glande thyroïde peut entraîner une infertilité.

Thyroïde et infertilité

Pour beaucoup de femmes, la glande thyroïde ne fonctionne pas pleinement et l'infertilité est loin d'être observée dans chacune d'elles. Cependant, de tels cas sont.

La perturbation de la glande thyroïde est l’une des causes possibles de la stérilité endocrinienne.

Lorsque l'hypothyroïdie (faibles niveaux d'hormones thyroïdiennes), il se développe parce que:

  • l'inactivation des œstrogènes est perturbée;
  • la régulation de la formation de l'hormone folliculostimulante (FSH) selon le principe de rétroaction est violée;
  • l'ovulation est supprimée et le cycle menstruel est perturbé.

Ainsi, la fertilité est réduite en raison de la perturbation de la maturation de l'œuf, ce qui peut être imputé à la glande thyroïde. L'infertilité chez les femmes dans ce cas doit être traitée par un traitement de remplacement.

Les hormones sont prescrites à vie, que la femme tombe enceinte ou non, qu’elle pratique une FIV ou qu’elle n’envisage pas du tout d’avoir des enfants.

Pour identifier la pathologie, vous devez passer un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes. Pour l’infertilité chez VitroKlinik, cette étude peut être prescrite aux femmes, même en l’absence de symptômes manifestes indiquant une hypothyroïdie ou une thyréotoxicose.

Ces pathologies se produisent souvent sans aucune manifestation clinique prononcée et ce n’est que par un diagnostic en laboratoire que la maladie thyroïdienne peut être détectée. Dans ce cas, l'infertilité est traitée avec la participation d'un endocrinologue.

Chez l’homme, l’hypothyroïdie ou la thyrotoxicose peuvent également nuire à la fertilité. Cela est dû à une atteinte à la qualité du sperme. Mais pour les hommes souffrant d'infertilité, les tests d'hormones thyroïdiennes ne sont pas obligatoires. Premièrement, ces pathologies sont beaucoup moins courantes chez les femmes que chez les femmes. Deuxièmement, les maladies de la glande thyroïde ne violent pas toujours la fertilité masculine.

Thyroïde et FIV

Il n’est pas rare que la glande thyroïde entre dans le protocole de FIV, ce qui n’est pas permis, et la procédure doit être différée de plusieurs mois, voire de toute une année. La fonction de l'organe peut être renforcée (thyrotoxicose) ou affaiblie (hypothyroïdie).

La diminution de la fonction est une situation plus favorable pour le début de la grossesse, si on compare ces deux maladies de la thyroïde, et la FIV peut dans ce cas être réalisée en 1-2 mois.

Il faudra si longtemps pour reprendre le traitement hormonal substitutif de la thyroïde et normaliser le taux de TSH dans le sang (hormone hypophysaire qui régule la sécrétion de thyroxine et de triiodothyronine).

La thyrotoxicose nécessite un traitement plus long et il est impossible de rejoindre le protocole de FIV avec cette maladie.

L’augmentation de la fonction thyroïdienne ne réduit pas toujours le risque de fécondation, mais la thyréotoxicose augmente considérablement les chances:

  • issue défavorable de la grossesse (décoloration précoce);
  • complications (insuffisance placentaire, éclampsie, décollement placentaire);
  • retard de croissance intra-utérine.

Par conséquent, vous devez d’abord normaliser le fond hormonal et ensuite seulement devenir enceinte.

Trois méthodes de traitement sont utilisées:

  1. La destruction de la glande thyroïde par l'iode radioactif. Puis traitement hormonal substitutif à vie.
  2. Ablation chirurgicale de la glande thyroïde. Le principe est similaire. La FIV sans glande thyroïde peut être réalisée en un an, sous traitement hormonal substitutif.
  3. Traitement avec thyréostatique. L'option la plus défavorable pour une femme qui planifie une grossesse, en raison de sa longueur. Les résultats du traitement ne peuvent être évalués qu'après 2 ans de traitement. De plus, ils peuvent ne pas toujours être positifs.

Les endocrinologues alphabètes "VitroKlinik" choisissent le traitement optimal pour leurs patientes, qui vise à normaliser le fond hormonal pour une conception naturelle ou à obtenir une grossesse longtemps attendue avec FIV.

Si un nœud est trouvé sur la glande thyroïde, la FIV est réalisée uniquement après d’autres études visant à éliminer l’hypothyroïdie et la thyréotoxicose.

Si le nœud est supérieur à 1 cm, une biopsie est réalisée pour exclure l'oncologie. En l'absence de tumeurs malignes, du taux normal d'hormones thyroïdiennes et de TSH dans le sang, vous pouvez entrer dans le protocole de FIV.

Thyroïde et infertilité

La glande thyroïde est une glande endocrine. Il libère ses produits (hormones) dans le sang. Ce fer est situé sur la surface antérieure du cou, au-dessus du cartilage thyroïdien du larynx, d'où son surnom. La glande thyroïde a pour principale fonction de produire des hormones thyroïdiennes, la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (TK), qui assurent le fonctionnement normal de presque tous les organes et systèmes fonctionnels du corps. Par conséquent, les médecins y prêtent une attention particulière.

Les cellules thyroïdiennes sont les seules dans notre corps à pouvoir extraire l'iode provenant de la nourriture et à en créer des hormones aussi importantes. Un dysfonctionnement de la glande thyroïde peut entraîner le développement d'enfants handicapés mentaux. Les maladies thyroïdiennes sont étroitement liées à la possibilité pour une femme de devenir enceinte et d'avoir un enfant en bonne santé, et pour les hommes - de devenir père. Le rôle principal est joué par le contexte hormonal et la spécificité des processus dans le corps, qui sont déclenchés par sa violation.

Toute femme qui envisage d’avoir un enfant, qu’elle soupçonne ou non une infertilité, devrait examiner la glande thyroïde, il en va de même pour les hommes. Après tout, le problème est que les violations dans le travail de cet organe ne sont pas toujours perceptibles, mais elles se manifestent de manière non spécifique, comme dans de nombreuses autres maladies.

Comment le travail de la glande thyroïde affecte-t-il la possibilité de conception?

La glande thyroïde produit des hormones thyroïdiennes, dont l'iode. Les hormones thyroïdiennes sont essentielles à la croissance et au développement normaux du corps. Ils interagissent aussi activement avec les hormones sexuelles. Pour que le système de reproduction des hommes et des femmes fonctionne normalement, il est nécessaire que la glande thyroïde ne subisse aucun dysfonctionnement. S'il y a trop d'hormones (thyrotoxicose) ou trop peu (hypothyroïdisme), cela affectera la capacité de concevoir, à la fois chez l'homme et chez la femme.

Hormones thyroïdiennes et infertilité masculine

Le déséquilibre hormonal dans le corps masculin affecte la quantité de sperme produite et la qualité du sperme. Les changements dans le corps peuvent être différents selon le diagnostic. Si la glande thyroïde produit une quantité excessive d’hormones, qui pénètrent ensuite dans le sang, la thyrotoxicose est provoquée soit par une augmentation de la teneur en iode de l’aliment, soit par des nodules ou une inflammation de la glande thyroïde. Ses symptômes sont caractérisés par: une irritabilité accrue, des palpitations cardiaques, une perte de poids, une intolérance aux températures élevées, une faiblesse musculaire, une transpiration excessive et des tremblements de la main. Si un membre de votre famille a un trouble de la thyroïde et que vous remarquez plusieurs des symptômes ci-dessus, consultez un endocrinologue.

Le manque d'iode dans le corps est également un problème et provoque des dysfonctionnements dans la glande thyroïde. Cette maladie s'appelle l'hypothyroïdie. Avec l'hypothyroïdie, le métabolisme ralentit, la libido diminue, la dysfonction érectile commence. Les spermatozoïdes deviennent inactifs, ce qui peut entraîner une infertilité. Si vous vous fatiguez rapidement, si vous vous concentrez lourdement, si vous avez mauvaise humeur, si vous avez froid, si vous avez mal aux articulations et aux muscles, si vous prenez énormément de poids, si vous mangez de la constipation et si votre peau est devenue sèche, il est judicieux de vérifier l'état de la glande thyroïde.

Hormones thyroïdiennes et infertilité féminine

Les hormones féminines (œstrogène et progestérone) interagissent constamment avec les hormones thyroïdiennes de la glande thyroïde. Lorsque cela se produit, le processus normal de formation et de maturation de l'œuf.

Thyroïde et infertilité chez les femmes

La stérilité endocrine chez les femmes se produit lorsque l'hypothyroïdie: une violation du cycle, l'anovulation, l'hyperprolactinémie interfèrent avec la conception naturelle. Tout au long de la vie, la glande thyroïde influence l’activité de l’organisme tout entier, y compris sa fonction de reproduction. Une relation étroite avec le système reproducteur est déterminée par un niveau de régulation supérieur - la zone hypothalamo-hypophysaire. L'infertilité due à la glande thyroïde se développe avec des formes graves de déficit en hormone thyroïdienne, responsables de la garantie de l'ovulation et du maintien de la conception. Il est prouvé que l’hypothyroïdie déclarée se caractérise par l’absence de conception, des fausses couches fréquentes et des issues de grossesse défavorables.

Hypothyroïdie et infertilité chez les femmes: existe-t-il un lien?

Des niveaux normaux d'hormones thyroïdiennes forment un cours adéquat de la puberté, régulent la fonction ovarienne, attirent le sexe opposé. La médiation par la glande thyroïde affecte le maintien du corps jaune et le développement de l'embryon. Dans les ovaires sont des récepteurs spéciaux qui capturent les hormones thyroïdiennes. On pense qu'il s'agit du contrôle de la différenciation et de la croissance des follicules.

Au début de la maladie, il se produit un changement dans le déroulement d'une grossesse normale: fausses couches, anomalies dans le développement du fœtus. Le manque d'hormones se traduit par un changement de cycle: allongement de la durée et réduction des pertes de sang. Avec la progression de l'hypothyroïdie, l'ovulation est altérée, ce qui conduit à l'absence de conception. De plus, chez les patients atteints d'hypothyroïdie, la transformation des ovaires polykystiques augmente, ce qui entraîne une complication de la conception.

En plus d'affecter directement les récepteurs des gonades féminines, l'hypothalamus est activé lorsque la production d'hormones thyroïdiennes est insuffisante. En conséquence, augmente la production de prolactine, ce qui supprime la libération de l'œuf, la galactorrhée est noté.

Infertilité masculine et hormones thyroïdiennes

Les hormones thyroïdiennes sont impliquées dans la formation de l'éjaculat. En cas de fonctionnement insuffisant de la glande thyroïde, une modification de la qualité du sperme est observée: les cellules germinales deviennent moins actives et une immaturité fonctionnelle mobile est constatée. Dans l'hypothyroïdie grave, un homme développe une dysfonction érectile pouvant entraîner l'infertilité.

Causes de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie se produit lorsqu'une hormone thyroïdienne est déficiente dans la glande thyroïde ou se termine au niveau moléculaire. Il prédétermine la formation de la pathologie:

  • carence en iode;
  • maladies auto-immunes;
  • intervention chirurgicale sur l'organe;
  • traitement aux iodures radioactifs;
  • utilisation à long terme de la thyréostatique;
  • inflammation de la thyroïde;
  • défauts héréditaires dans la synthèse des hormones;
  • malformations de la glande;
  • blessures, tumeurs au cerveau.

Tableau clinique

La ruse de la pathologie réside dans l'incompatibilité de la force et du nombre de plaintes avec le degré d'atteinte à un organe. La présence d'un «bouquet» complet de symptômes de déficit en hormone thyroïdienne n'indique pas nécessairement une forme grave d'hypothyroïdie. On observe souvent le contraire: les manifestations cliniques de la maladie sont minimes, on peut les retrouver sous forme d’absence de conception et le diagnostic de laboratoire révèle la présence de troubles prononcés.

Les signes classiques de l'hypothyroïdie chez les femmes comprennent:

  • gain de poids;
  • les poches;
  • diminution de la libido;
  • labilité, léthargie, dépression;
  • somnolence, apathie;
  • enrouement;
  • diminution de la température corporelle;
  • la constipation;
  • perte de cheveux, ongles cassants, peau sèche;
  • troubles de la mémoire;
  • troubles menstruels;
  • fausse couche habituelle, stérilité;
  • bradycardie.

Tous les signes d'hypothyroïdie indiquent un ralentissement des principaux processus métaboliques de l'organisme. Le travail du tractus gastro-intestinal, des systèmes nerveux, cardiovasculaire et reproducteur est altéré. La gravité des symptômes est influencée par le niveau de déficience en hormone, sa durée, la présence d'un traitement, les caractéristiques individuelles et liées à l'âge.

Diagnostics

Les tests modernes aident à déterminer les modifications de la glande thyroïde avant l’apparition de signes cliniques. Pour établir le degré d'hypothyroïdie est nécessaire:

  1. Test sanguin de laboratoire montrant les concentrations d'hormones thyroïdiennes basiques.
  2. Déterminer la présence d'anticorps antithyroïdiens.
  3. Échographie de la glande thyroïde.
  4. Biopsie.
  5. Scintigraphie
  6. Biochimie sanguine avec calcul du cholestérol, taux de glucose.

Le diagnostic repose principalement sur la mesure de deux indicateurs principaux: la TSH et la thyroxine (T4). La régulation hormonale normale est effectuée sur la base du feedback. Une production adéquate de TSH hypophysaire entraîne une augmentation progressive du taux d'hormones thyroïdiennes. Lorsque la glande pituitaire atteint son apogée, elle reçoit le signal d'arrêter la stimulation, jusqu'à ce que l'hormone thyroïdienne dans le sang diminue.

Dans l'hypothyroïdie, on observe une réduction constante des hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne une stimulation accrue de la TSH. Cet indicateur est considéré comme plus spécifique. Les niveaux de T4 sont plus susceptibles de changer. Les oscillations des capacités de liaison des protéines de transport entraînent une modification de la concentration en T4 sans thyroïde.

Formes d'hypothyroïdie

Du point de vue de la cause fondamentale qui a conduit à l’insuffisance thyroïdienne, il est habituel de distinguer trois types d’hypothyroïdie:

Un groupe distinct de la maladie est la forme périphérique des tissus. Dans une telle variante de l'insuffisance thyroïdienne, on note la résistance des tissus et des protéines de transport aux substances thyroïdiennes. Même des concentrations normales de substances n'affectent pas le corps.

Primaire

La forme thyroïdienne ou primaire de la maladie est associée à des troubles qui se produisent directement dans les tissus de la glande thyroïde. C'est le type le plus courant d'hypothyroïdie. Il y a:

  1. Trouble congénital. Une anomalie de la structure de l'organe se forme sous forme d'hypo-, d'aplasie ou de rupture de la structure des enzymes responsables de la production d'hormones.
  2. Etat acquis. Les processus destructifs sont généralement causés par des réactions auto-immunes, un processus inflammatoire à l'intérieur. Dommages possibles de l’organe de l’extérieur: ablation chirurgicale du lobe, thérapie par radio-isotopes, déficit en iode, exposition à des médicaments thyrotoxiques.

Secondaire

Le type de lésion hypophysaire est associé à un déficit de production de TSH (hormone stimulant la thyroïde) et, par conséquent, à une diminution de la concentration en T3, T4 de la glande thyroïde. Ceci est observé avec certaines mutations génomiques, des dommages toxiques à la région hypothalamique. Se produit souvent après des blessures, des hémorragies, une compression tumorale du tissu cérébral. Souvent, avec les changements dans le travail de la réglementation supérieure, il y a un échec dans la production d'autres hormones.

Tertiaire

Une variété de pathologies hypothalamiques résulte d’une synthèse insuffisante des homons de libération. La TSH et l'infertilité chez la femme se développent en raison d'une inflammation sévère du tissu cérébral, d'un traumatisme important et d'une restructuration tumorale. Habituellement, les formes de pathologie secondaires et tertiaires sont difficiles à distinguer. De nombreux experts estiment qu'il convient de ne pas séparer les concepts, mais de les combiner avec ce que l'on appelle "l'hypothyroïdie centrale".

Traitement de l'infertilité avec l'hypothyroïdie

Le traitement principal de l’hypothyroïdie est la correction médicale du déficit en hormone. Une femme doit recevoir de la lévothyroxine synthétique, dont la concentration dépend directement du degré de carence. De plus, j'établis la cause de la pathologie, effectue la correction de la condition qui l'accompagne:

  • normaliser la consommation d'iode avec un régime alimentaire spécial, des médicaments;
  • éliminer les médicaments qui nuisent au corps;
  • traiter les maladies inflammatoires;
  • enlever la tumeur.

Le début de la maladie après la chirurgie, dans le contexte de la thyroïdite auto-immune, nécessite un traitement de remplacement à vie. Pour la titration des dosages, la femme contrôle périodiquement les taux d'hormones dans le sang.

Dans certains cas, une excision chirurgicale du tissu glandulaire est réalisée pour «booster» le fonctionnement des cellules restantes.

Prévention de la maladie thyroïdienne

Le principal moyen d'éviter une défaillance d'organe est de garantir un apport complet en iode. Mangez bien. Les aliments doivent être faciles à digérer et contenir toutes les vitamines et minéraux nécessaires.

Aujourd'hui, dans de nombreuses cliniques gynécologiques, il est habituel d'effectuer des recherches pour déterminer le niveau de TSH. Une telle manipulation aide de nombreuses femmes à identifier les signes d'hypothyroïdie avant l'apparition des manifestations cliniques.

Conclusion

La fréquence d'infertilité due à la glande thyroïde n'est pas complètement établie. Cependant, les relations entre violation du fonctionnement du corps et absence de conception ne sont pas sujettes à discussion. Avec l'hypothyroïdie déjà existante pendant le traitement, les taux de survenue de grossesses s'améliorent et les pertes périnatales sont réduites.

Les patientes présentant des déficiences hormonales thyroïdiennes subcliniques ou apparentes de la glande thyroïde doivent être surveillées de près par un spécialiste, tant au moment de la planification de la grossesse que pendant la gestation.

L'hypothyroïdie, l'une des causes de l'infertilité masculine

L'infertilité est un diagnostic terrible non seulement pour les femmes mais aussi pour les hommes. Bien sûr, ce diagnostic est traité avec succès chez de nombreuses personnes, mais pour pouvoir guérir, il est nécessaire d’abord d’identifier la cause. En agissant sur la cause de l'infertilité, les médicaments en seront capables et les procédures pourront donner des résultats plus efficaces.

L'infertilité, si courante chez les femmes et les hommes, est associée à des troubles du système urogénital. Cependant, quelles sont les causes des maladies urogénitales? L'une des raisons est considérée comme un problème de glande thyroïde.

La glande thyroïde (ou thyroïde chez le peuple) est la glande du système endocrinien. Le système endocrinien régule tous les processus se produisant dans le corps par le biais d'hormones qui produisent les glandes. Il se compose de deux lobes et est la plus grande glande endocrine.

Fonction thyroïdienne

En utilisant de l'iode, contenu dans les aliments (principalement la mer) et l'air marin, il produit des hormones (notamment des hormones sexuelles) qui régulent le travail du cœur, du cerveau et du système musculo-squelettique. Par conséquent, sa maladie entraîne de nombreux problèmes de santé.

Maladie de la thyroïde

En règle générale, le diagnostic d'infertilité et ses causes ne tiennent pas compte de la glande thyroïde, bien que cela en vaille la peine, car si la glande thyroïde présente le moindre dysfonctionnement, le couple peut avoir des problèmes pour concevoir un enfant. Bien entendu, les scientifiques ont observé de nombreuses autres raisons pouvant être associées à la survenue d'infertilité: il s'agit d'un mode de vie inapproprié, qui consomme de l'alcool et de la nicotine, ainsi que d'une inflammation et de blessures. Cependant, malgré les facteurs énumérés précédemment, il ne faut jamais oublier la glande thyroïde, car il est possible que cette maladie soit la cause de l'infertilité.

Je voudrais noter comment cette maladie est exprimée. Chez les femmes, cela est évident dans le cycle menstruel (des irrégularités apparaissent) et chez les hommes, il n'y a pratiquement aucun symptôme, sauf pour un cycle (mais très important) - il n'est pas capable de concevoir un enfant. Cet «effet secondaire» bat très fort à la fois chez les hommes et chez les femmes.

L'hypothyroïdie, ou hypofonction, est la maladie la plus répandue chez 19 femmes sur 1 000 (les hommes sont plus chanceux dans ce cas - elle crée généralement des problèmes principalement pour le sexe faible, car sur 1 000 hommes, il est diagnostiqué en un). Elle se caractérise par une diminution de la sécrétion d'hormones, ce qui entraîne une perturbation des systèmes dans le corps.

Causes de l'hypothyroïdie

Il existe une hypothyroïdie acquise et congénitale (lorsqu'il n'y a pas de glande ou qu'elle est sous-développée). Cela peut être très dangereux dans le premier cas, car cela retarde la croissance et le développement des capacités mentales. Dans le second cas, il survient le plus souvent chez les femmes, surtout après quarante ans.

La raison peut être l'enlèvement de la glande thyroïde et des dommages au parenchyme.

Symptômes de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie subclinique (ou latente) est caractérisée par une absence presque complète de symptômes permettant de la déterminer. Dans le même temps, le taux d'hormone stimulant la thyroïde est élevé, bien que la thyroxine soit normale. Les troubles congénitaux se manifestent déjà dans la petite enfance: jaunisse prolongée, constipation, succion insuffisante, activité physique réduite. Au fil du temps - un retard dans la croissance et le développement.

Symptômes communs

  1. L'ensemble rapide de kilogrammes supplémentaires et plus tard - l'obésité;
  2. Ne passe pas la sensation de froid, gonflement autour des yeux, sur les jambes;
  3. Somnolence, enrouement dans la voix, essoufflement;
  4. Anémie, constipation, nausée, peau sèche.

L'hyperthyroïdie

Thyrotoxicose (hyperthyroïdie) est une augmentation du niveau d'hormones. Cela entraîne une augmentation de l'activité de tous les organes et systèmes, ce qui n'est pas moins dangereux que l'hypothyroïdie. Si l'obésité est observée dans cette maladie, alors la thyrotoxicose est déterminée par une perte de poids, bien que les patients n'aient pas d'appétit faute de quoi - au contraire, elle est même élevée.

L'hyperthyroïdie, l'irritabilité nerveuse excessive et les tremblements dans tout le corps parlent également de thyrotoxicose. Chez les hommes, la libido diminue et chez les femmes, les troubles menstruels. La mémoire, l'attention sont perturbées, la chaise est instable et fréquente.

Les yeux peuvent identifier cette maladie: les patients les étouffent et leur vision diminue. En dépit des raisons susmentionnées pour lesquelles ces maladies peuvent survenir, la glande thyroïde est un organe très sensible et tendre. Elle est donc causée par des stress fréquents, un régime alimentaire inadéquat (résultant du manque de vitamines), des infections et des maladies chroniques.

Des problèmes de thyroïde surviennent parfois après la prise de médicaments.

Glande thyroïde et infertilité masculine

Auparavant, on pensait que les hormones thyroïdiennes n'affectaient pas la capacité des hommes à continuer la course, mais il est récemment apparu qu'elles dépendaient également de la glande thyroïde. Cependant, chez les hommes, les maladies sont beaucoup moins courantes, mais se produisent toujours.

Il convient de noter que la glande thyroïde est étroitement liée au système reproducteur. Par conséquent, ses dysfonctionnements peuvent entraîner des complications du système génito-urinaire, ce qui entraîne une incapacité à concevoir un enfant.

Comme mentionné précédemment, la glande thyroïde est la glande du système endocrinien qui, au moyen d’hormones, régule tous les processus qui se déroulent dans le corps. Elle est composée de deux lobes et constitue la plus grande glande endocrine.

Habituellement, il n'est pas pris en compte dans le diagnostic d'infertilité et ses causes, bien que cela en vaille la peine, car le moindre problème - et le couple ne peut pas concevoir un enfant. Bien sûr, il existe encore de nombreuses raisons pour lesquelles l'infertilité peut survenir - il s'agit d'un mauvais mode de vie avec la consommation d'alcool et de nicotine, de blessures et d'inflammations.

Cependant, il ne faut jamais oublier la glande thyroïde, peut-être que la cause de l'infertilité est précisément en elle. Chez les femmes, cela se traduit par une violation du cycle menstruel, tandis que les hommes ne présentent presque aucun symptôme, sauf qu'il est incapable de concevoir un enfant. Ce fait est extrêmement difficile pour la psyché masculine, pas moins que pour la femme.

Selon les statistiques, l'infertilité masculine est diagnostiquée chez trente pour cent des hommes dans le monde. Les femmes sont un peu plus nombreuses que les femmes - trente-cinq pour cent. Je tiens à souligner que c’est un bon indicateur de cette maladie, car les hommes ne font pas bien avec les femmes et devraient également prendre soin de leur santé, en tenant compte de toutes les caractéristiques de leur corps.

Dans le même temps, rappelez-vous que l'infertilité est traitée, comme les autres, comme une maladie et que le traitement est souvent extrêmement efficace.

Thyroïde et infertilité

De nombreux patients endocrinologiques ont une fertilité réduite. La sécrétion de toutes les hormones est contrôlée par le système hypothalamo-hypophysaire, la glande thyroïde est étroitement associée à ce complexe. C'est l'un des principaux organes endocriniens qui contrôle le travail de tout l'organisme. Sous l'influence des hormones thyroïdiennes, les ovocytes mûrissent, leur fécondation a lieu et l'embryon est implanté dans l'utérus. Par conséquent, la glande thyroïde et l'infertilité chez les femmes ont une relation très étroite.

Norma

Les normes des hormones thyroïdiennes indiquent un fonctionnement adéquat du système hypophyse-hypothalamus et de la glande elle-même.

Tableau 1. Le taux d'hormones thyroïdiennes.

Normalement, la thyroxine ou la T4 prédomine dans le sang et les tissus périphériques convertissent la thyroxine en triiodothyronine (T3). C'est cette hormone qui provoque les effets de la glande thyroïde, car elle est plus biologiquement active.

La majeure partie de la T4 dans le sang est liée à la protéine - la globuline liant la thyroxine. Il faut également enquêter lorsque l'infertilité est détectée.

La thyroxine libre ou non apparentée et la triiodothyronine sont responsables de la régulation inverse du système thyroïdien par le système hypothalamus-hypophyse.

La TSH - une hormone stimulant la thyroïde, synthétisée par l'hypophyse, régule la sécrétion de la glande thyroïde. Si ses valeurs augmentent, cela peut alors indiquer un manque d'activité de la glande thyroïde, ce qui nuit à la fonction de reproduction de la femme et de l'homme.

Les anticorps anti-peroxydase thyroïdienne ne devraient normalement pas être en TPO. C'est la TPO qui forme T4 et T3 dans la glande.

La thyroglobuline est une protéine qui stocke l'iode et participe à la synthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine.

Si les anticorps dirigés contre les récepteurs de la TSH sont élevés dans le sang, cette substance ne peut pas influencer correctement l'organe cible - la glande thyroïde.

Rôle de la glande

Les fonctions de la glande thyroïde sont très étendues. Il participe à tous les types de métabolisme dans le corps, contrôle la production d'autres hormones. Il est nécessaire de mettre en évidence les fonctions suivantes:

  • croissance adéquate, développement physique, mental et mental;
  • formation de squelette;
  • tous les types de métabolisme: lipides, protéines, glucides;
  • action sur la glande pituitaire avec l’émergence d’une rétroaction via la thyrotropine;
  • effets sur le système cardiovasculaire;
  • régulation de la fonction sexuelle chez les hommes et les femmes;
  • puberté des enfants;
  • contrôle du taux de cholestérol;
  • taux métabolique de base et la température corporelle.

Hypothyroïdie et infertilité

Étant donné que le métabolisme des protéines et des stéroïdes dépend de la glande thyroïde, le dysfonctionnement d’un organe entraîne le développement de conditions pathologiques. Lorsque l'hypofonction se produit, les processus suivants se produisent:

  • la synthèse des protéines dans l'hypothyroïdie est retardée;
  • Les lipoprotéines "dangereuses" sont en augmentation;
  • tous les tissus réduisent la consommation d'oxygène;
  • le taux métabolique de base baisse en moyenne de 45%;
  • le tissu conjonctif accumule une grande quantité d'acide hyaluronique, qui attire beaucoup d'eau.

Tous ces mécanismes affectent directement ou indirectement le système reproducteur, la probabilité de tomber enceinte, car sans la production correcte d'hormones, la conception n'est pas possible.

Le déficit en TSH et l'infertilité sont étroitement liés en raison de modifications des processus métaboliques, des effets des hormones sexuelles, d'une altération de l'ovulation et de la menstruation. La tyrosine et la triiodothyronine influent sur la synthèse de l’estradiol, la testostérone. Il existe une distorsion de la synthèse, du transport, du métabolisme et des effets des hormones sexuelles. La testostérone et l'estradiol sont réduits en raison d'un déficit en globuline liant les stéroïdes sexuels.

La production d'hormones libérant étant accrue, la thyrotropine et la prolactine sont synthétisées par excès. L'hyperprolactinémie est un facteur supplémentaire dans le développement de l'infertilité chez les hommes et les femmes.

L'hypothyroïdie est dangereuse et l'infertilité est due à un autre mécanisme: la production de T4 est réduite, ce qui affecte négativement la synthèse de la dopamine, laquelle régule le flux normal d'hormone lutéinisante dans le sang en vue du développement de l'ovulation et du début de la grossesse.

Causes de l'hypothyroïdie

Les facteurs suivants peuvent causer une insuffisance de la fonction thyroïdienne:

  • malformations congénitales des gènes de synthèse de la TSH;
  • maladies tumorales, lésions traumatiques, hémorragies de la région de l'hypophyse;
  • traitement à l'iode radioactif;
  • thyroïdite auto-immune chronique;
  • retrait de la glande thyroïde en tout ou en partie;
  • malformations congénitales de la glande;
  • carence aiguë en iode dans les aliments;
  • un défaut dans les gènes responsables de la synthèse de la thyroxine et de la triiodothyronine;
  • l'utilisation de médicaments toxiques pour la glande;
  • lésions infectieuses du système hypothalamo-hypophysaire.

Symptômes de l'hypothyroïdie

Il est plutôt difficile de suspecter le développement d'une hypothyroïdie avec des fluctuations hormonales mineures. Dans ce cas, la détection de la pathologie n’est possible que lors de tests du niveau d’hormones thyroïdiennes. Cependant, en cas de perturbation grave du fond, les symptômes suivants se développent:

  • gain de poids;
  • sensation constante de froid;
  • modification du spectre lipidique du sang;
  • gonflement de la peau du visage, empreintes de dents sur les bords de la langue;
  • altération de l'odorat, de l'audition, de l'enrouement;
  • troubles de la mémoire;
  • la léthargie;
  • essoufflement, baisse de la pression artérielle, douleur à la poitrine;
  • phénomènes dyspeptiques - nausée, constipation;
  • peau sèche;
  • syndrome anémique;
  • cheveux cassants, ongles, alopécie;
  • changements dans le cycle menstruel.

Le crétinisme survient lorsqu'un enfant développe une hypothyroïdie ou est déjà né sans hormones thyroïdiennes. La maladie se caractérise par un retard physique et de la puberté. Ces enfants sont en retard intellectuellement. L'hypothyroïdie congénitale s'accompagne souvent d'infertilité.

Sous la violation du cycle dans l'hypothyroïdie sont compris ces syndromes:

  • aménorrhée - l'absence absolue d'ovulation;
  • polyménorrhée - la menstruation survient plus d'une fois tous les 25 jours, signe assez fréquent d'hypothyroïdie;
  • hyperménorrhée - menstruations avec pertes de sang importantes;
  • ménorragie - la durée de la décharge de plus de 7 jours;
  • saignements utérins anormaux - saignements non menstruels au niveau des voies génitales.

Chez l’homme, l’hypothyroïdie et l’infertilité sont également étroitement liées. L'hyperprolactinémie, qui se développe indirectement, est à l'origine de la diminution de la production de sperme.

Thyrotoxicose et infertilité

La thyrotoxicose est caractérisée par une teneur élevée en hormones thyroïdiennes. Plus souvent, la pathologie affecte les femmes. L'hyperfonctionnement de la glande thyroïde entraîne également la stérilité. Il existe plusieurs facteurs étiopathogénétiques pour le développement de l'hyperthyroïdie:

  • pathologies de la glande thyroïde avec production accrue de T3 et T4 - Maladie de Graves-Basedow, goitre multinodulaire toxique;
  • destruction de cellules avec libération massive d'iodothyronines dans le sang;
  • surdosage de L-thyroxine;
  • sécrétant une tumeur hypophysaire, augmentant le taux de TSH, en réponse à laquelle la glande thyroïde synthétise une grande quantité de T3 et de T4.

Une thyrotoxicose ou une hyperthyroïdie peut entraîner une infertilité en raison du dysfonctionnement des ovaires et des glandes surrénales. Les femmes développent une aménorrhée. Chez les hommes, les taux de testostérone diminuent. En cas de grossesse, une thyrotoxicose non contrôlée peut entraîner une fausse couche.

Symptômes de thyrotoxicose ou maladie grave:

  • la tachycardie;
  • manque de poids;
  • faiblesse musculaire;
  • transpiration excessive;
  • tremblement des mains;
  • calvitie;
  • hypertension artérielle;
  • paralysie transitoire;
  • manque de message.

Thyroïdite

La thyroïdite auto-immune et l'infertilité sont également étroitement liées, car elles sont à l'origine du développement de l'hypothyroïdie. La maladie est un groupe d'anomalies thyroïdiennes hétérogènes, dont le principal lien dans la pathogenèse est la destruction des tissus d'un organe due à une attaque de son système immunitaire.

Au fil du temps, une maladie auto-immune de la glande thyroïde entraîne des dysfonctionnements hormonaux dus au développement d'une thyréotoxicose ou d'une hypothyroïdie. C'est pourquoi de nombreux patients avec ce diagnostic ont des problèmes de fertilité.

Diagnostics

L'examen du patient est à la base des mesures de diagnostic de l'infertilité. Il est nécessaire de déterminer le type de corps, l'indice de poids, le type de croissance des cheveux. L'examen gynécologique est obligatoire. Le médecin prescrit une analyse hormonale. Assurez-vous de vérifier:

  • le niveau de t4 total lié et la concentration de t4 libre;
  • T3 est gratuit;
  • anticorps anti-thyroperoxydase
  • détermination de la TSH;
  • anticorps dans la thyroglobuline;
  • anticorps aux récepteurs des glandes.

Ces études sur la fonction thyroïdienne aideront à diagnostiquer l'infertilité. En outre, vérifiez les hormones sexuelles, libérant des substances dans le sang.

Tableau 2. Interprétation de l'analyse pour les troubles hormonaux de la glande thyroïde.

Les premiers signes du développement d'un dysfonctionnement hormonal de la thyroïde sont presque impossibles à détecter. Cela signifie que les changements dans le corps n'ont pas encore commencé à affecter le système reproducteur humain.

L'étude des hormones thyroïdiennes doit être absolument réalisée pour toutes les filles au stade de planification de la grossesse, ainsi que pour les femmes qui remarquent des troubles menstruels. Tout d'abord, un changement du niveau de TSH est effectué, puisque c'est lui qui donne les informations principales sur l'état de la glande thyroïde.

Si le résultat dépasse la norme, il faut étudier la concentration de T4 libre et totale. Le générique comprend une hormone biologiquement active, ainsi que des protéines.

Lorsque le niveau d'hormones est modifié, une échographie de l'organe est prescrite aux patients, à la détection d'anticorps dirigés contre son tissu, éventuellement à une biopsie des formations.

Traitement de l'infertilité pour maladie de la thyroïde

Le traitement de l'hypothyroïdie repose sur le remplacement de l'hormone manquante. Traitement par la lévothyroxine sodique - L-thyroxine, Eutirox. Le traitement de l'hypothyroïdie implique l'administration quotidienne de lévothyroxine à une dose qui dépend du niveau de TSH. Les indicateurs suivants sont pris en compte:

  • l'âge;
  • la présence d'autres conditions comorbides;
  • poids corporel;
  • manifestations cliniques.

Le médicament est pris l'estomac vide, il est conseillé de le boire en même temps. Entre son utilisation et les autres médicaments devrait prendre au moins 4 heures. La dose initiale est généralement de 50 microgrammes, ce qui augmente ou diminue progressivement sous le contrôle de la TSH.

Si une femme réussit à tomber enceinte, la thérapie de remplacement se poursuit. Une femme enceinte ne doit pas abandonner les hormones exogènes, afin que le développement de l'enfant corresponde à la norme. Après la naissance, déterminez la nécessité d'une nouvelle admission.

Une prescription thérapeutique appropriée contribue à la restauration du cycle menstruel chez la femme; chez l'homme, la qualité du sperme est améliorée, ainsi que l'activité du sperme. Avec un manque d'iode, des médicaments contenant de l'iode sont nécessaires.

Pour la thyréotoxicose, la thyréostatique à mercazole est recommandée. En outre, le traitement de l'hyperthyroïdie comprend les méthodes suivantes:

  • l'utilisation d'iode radioactif - la destruction des cellules de la thyroïde, réduisant ainsi la production d'hormones.
  • retrait ou résection partielle.

L'utilisation des deux dernières méthodes conduit au développement de l'hypothyroïdie. En cas de traitement à l'iode radioactif, il est recommandé de reporter la planification de la grossesse d'au moins six mois afin de restaurer le corps.

Thyroïde et infertilité

Ces dernières années, de plus en plus de couples sont confrontés au problème de la conception. Il est généralement considéré comme un mariage stérile quand dans la première année d'un rapport sexuel non protégé, une grossesse n'a pas lieu.

L'infertilité est un diagnostic terrible pour les hommes et les femmes. Malheureusement, cette maladie est devenue une sorte d'attribut de la modernité: chaque année, le nombre de couples infertiles augmente. Je dois dire que ce diagnostic est traité avec succès chez la plupart des patients. Mais pour commencer un traitement, vous devez d'abord établir la cause de l'infertilité.

Très souvent, le diagnostic ne prend pas en compte les problèmes de la glande thyroïde, bien que des études montrent qu'il est nécessaire de le faire. Il a été établi que tout dysfonctionnement, même mineur, dans les travaux de cet organe peut entraîner des problèmes de conception d'un enfant.

Un fait bien connu est que les femmes sont plus susceptibles aux maladies de la thyroïde que les hommes. Selon des études statistiques, lors du calcul de 1000 personnes, environ 19 femmes et un seul homme ont de tels problèmes (hypothyroïdie).

La dysfonction thyroïdienne est l’une des maladies les plus courantes chez les personnes en âge de procréer. Les problèmes de thyroïde pendant la grossesse sont très dangereux pour la mère et le bébé. L’hypothyroïdie est diagnostiquée chez les femmes souffrant d’infertilité (maladie dans laquelle la glande thyroïde produit une quantité insuffisante d’hormones). Lorsque l’hypothyroïdie augmente le risque d’avortement manqué, de fausse couche, de naissance d’un enfant décédé ou d’enfant handicapé mental.

Si une femme souffre d'hyperthyroïdie (état opposé dans lequel une quantité excessive d'hormones est produite), le risque d'accouchement prématuré, d'augmentation du poids du fœtus et d'augmentation du développement du bébé est également possible.

Le lien entre la fonction thyroïdienne normale et la conception est évident.

Un manque d'hormones thyroïdiennes entraîne une augmentation du taux de testostérone, une hormone sexuelle masculine, qui inhibe l'ovulation chez les femmes et la menstruation.

Avec un niveau accru de prolactine, la menstruation cesse. En l'absence de menstruation, l'ovulation ne se produit pas, il est donc impossible de concevoir un enfant.

Bookmark tous les organes du futur bébé surviennent au cours du premier trimestre de la grossesse. Et jusqu'à ce que la glande thyroïde soit formée chez un enfant, cela fonctionne «pour le compte» de sa mère.

Pendant la grossesse, il est très utile de manger du chou marin, des crevettes et des poissons de mer. Une grande quantité d'iode se trouve dans les figues sèches. Utilisez au lieu du sel ordinaire, iodé, mais n'oubliez pas que vous ne pouvez pas exagérer la nourriture.

Infertilité masculine et thyroïde

Plus récemment, des experts ont estimé que la glande thyroïde et ses hormones n’affectaient pas la force et la capacité des hommes à poursuivre la course. Des études récentes, cependant, prouvent le contraire. L'infertilité masculine peut être causée par des problèmes de glande thyroïde, en particulier d'hypothyroïdie. Bien sûr, chez les hommes, cette maladie est moins courante que chez les femmes, mais cela se produit quand même.

La glande thyroïde est la plus grande glande endocrine du corps humain. Il contrôle le système endocrinien et tous les processus métaboliques du corps.

Lorsque l'hypothyroïdie développe une déficience en hormone thyroïdienne, il en résulte un manque d'hormones sexuelles. En conséquence, tout le système urogénital échoue, ce qui entraîne une infertilité masculine. Et pourtant, cette glande a un impact plus important sur la santé des femmes.

Infertilité féminine et hypothyroïdie

Nous aborderons la question de l'infertilité féminine, qui se développe souvent à cause de l'hypothyroïdie. La glande thyroïde a un effet direct sur le système reproducteur du corps féminin. Les hormones thyroïdiennes contrôlent la maturation et l'ovulation de l'œuf, ainsi que le processus de fécondation et même le développement du fœtus (principalement le développement du système nerveux central).

Il convient de noter que les hormones de cette glande jouent généralement l'un des rôles principaux dans la santé des femmes. Les violations de son travail peuvent provoquer un retard dans le développement sexuel d'une fille, provoquer un désordre dans le cycle menstruel, et le résultat sera l'infertilité.

À leur tour, les hormones sexuelles affectent le fonctionnement de la glande thyroïde. L'hormone féminine estradiol stimule sa fonction. En l'absence de cette hormone, la santé de la glande thyroïde se détériore de façon notable. C'est pourquoi il est si important que tous les organes et systèmes fonctionnent bien.

Le plus souvent, une maladie de la thyroïde provoque une carence en iode. De ce fait, sa fonction diminue et l’appareil reproducteur en souffre. L'infertilité, y compris peut survenir.

Des études ont été menées dans lesquelles des femmes matures sans enfants ont participé. L'enquête a montré que beaucoup d'entre eux ont des problèmes de glande thyroïde. Des expériences ultérieures ont révélé une hypothyroïdie chez la majorité des patients (environ 70% de tous les patients étudiés atteints de maladies de la glande thyroïde).

Cette maladie est insidieuse dans le sens où elle peut provoquer non seulement la stérilité, mais également les fausses couches. Par conséquent, un diagnostic opportun est très important. Des études ont permis de conclure que l’hypothyroïdie affecte la santé reproductive des femmes. Les experts disent que la prévention et le traitement de toutes les formes d'hypothyroïdie sont nécessaires même dans le processus de planification de la grossesse.

Selon l'Organisation mondiale de la santé dans le monde, environ 35% des femmes et 30% des hommes souffrent d'infertilité. Je tiens à vous rappeler que ce trouble, malgré ses causes, est dans la plupart des cas traité comme d’autres maladies. Le médicament "Thyreo-Vit", qui contient les racines d’une plante comme Silverhead white, apporte une aide importante à cet égard.

Tireo-Vit n’a pas d’effet négatif sur le corps; il est recommandé de le prendre pour prévenir les troubles dus à une carence en iode et les maladies de la thyroïde associées.

Prendras-tu soin de toi et de ton futur bébé? Seulement ton choix! En matière de prévention des maladies de la glande thyroïde, il est très important de prendre Thyreo-Vit, de bien manger, pour éviter le stress. Il est nécessaire d’approcher votre santé de manière très responsable!

BAA. Il y a des contre-indications. Avant utilisation, consultez un spécialiste.

Nous vous conseillons de lire:

Les maladies de la thyroïde en tant que cause d'infertilité

Thyroïde et infertilité, quel est le lien?

L'hypothyroïdie est un déficit persistant d'hormones dans le corps d'une femme et d'un homme, synthétisé par la glande thyroïde.

Chez les femmes en âge de procréer, la part des maladies non détectées (latentes) représente 10% et la proportion de la maladie détectée (à évolution clinique claire) n'est que de 1%.

Indépendamment de la manifestation et de la détection de la maladie, le concept de «glande thyroïde et infertilité» sonne comme une phrase pour presque toutes les femmes sur cinq. Voyons si c'est le cas.

Classification des causes de la maladie, en fonction du niveau de dommage régulation de l'activité de la glande:

Genèse périphérique:

  1. Hypothyroïdie primaire - causée par une lésion locale du tissu thyroïdien;

Genèse centrale:

  1. Hypothyroïdie secondaire - l’effet stimulant des hormones hypophysaires sur les tissus de l’organe endocrinien est insuffisant;
  2. En cas d'hypothyroïdie tertiaire, la glande thyroïde et l'hypophyse n'interagissent pas en raison d'un manque de stimulation et d'une perturbation du système hypothalamus-hypophysaire.

Chez la femme, la stérilité est souvent associée à la forme principale de la maladie, due à une inflammation auto-immune due à la destruction focale du tissu thyroïdien. Il existe rarement une maladie après un traitement à l'iode ou dans la période postopératoire.

Mécanismes de changement du système de reproduction des femmes atteintes d'hypothyroïdie

Les changements dans les processus de synthèse, de transport et de métabolisme, y compris la formation d'hormones sexuelles, sont étroitement liés à la déficience en hormones thyroïdiennes synthétisée par la thyroïde. Les substances biologiquement actives de la glande thyroïde ont un effet stimulant sur la production dans les cellules hépatiques d'une protéine spéciale qui lie la testostérone et l'estradiol à l'aide de la 5-déshydrotestostérone.

Lorsque la maladie diminue le niveau de protéines hépatiques, il en résulte une augmentation du contenu en testostérone sous forme active. Sous son influence, l'ovulation est supprimée et le cycle menstruel est perturbé et, en règle générale, l'infertilité.

À l'extérieur, les changements hormonaux se manifestent par une croissance excessive des cheveux, des modifications de la forme et du comportement des femmes. Une glande thyroïde fonctionnelle sécrète des hormones qui entravent l'inactivation des œstrogènes.

En d’autres termes, les œstrogènes sont sécrétés sous une forme moins active, ce qui perturbe le mécanisme de rétroaction normal qui régule la formation de l’hormone folliculo-stimulante.

Les gonadotrophines sont les hormones les plus importantes qui régulent les processus cycliques de la menstruation et de l'ovulation. Par conséquent, une violation de leur synthèse affecte les processus accompagnant l'infertilité.

Si, au cours de l’hypothyroïdie, une femme a réussi à tomber enceinte et qu’elle a réussi à tomber enceinte, elle tombe dans le groupe à risque pour ne pas porter de fœtus, ainsi que pour la survenue de diverses pathologies.

Le risque de fausse couche est particulièrement élevé au premier trimestre, lorsque la glande thyroïde du fœtus n'est pas suffisamment formée et que la période d'embryogenèse se produit sous l'influence de l'hormone thyroïdienne de la femme enceinte.

Si la glande thyroïde ne synthétise pas les hormones pendant longtemps, le taux de prolactine (hormone du lait) augmente dans le sang, ce qui favorise la sécrétion de lait et inhibe également les processus d'ovulation et de menstruation. Presque toujours ces femmes sont accompagnées d'infertilité.

Pourquoi l'hypothyroïdie se produit-elle?

L'hypothyroïdie est principalement due à une maladie thyroïdienne auto-immune (thyroïdite auto-immune). Avec cela, la glande thyroïde est perçue par le système immunitaire comme une substance étrangère. Avec cette pathologie, le tissu thyroïdien est progressivement détruit par le corps lui-même.

Méthodes supplémentaires de détection de la maladie:

  1. La présence dans l’analyse sérologique des anticorps sanguins dirigés contre le tissu thyroïdien;
  2. Pour clarifier le diagnostic de la glande thyroïde est étudié en utilisant des méthodes de recherche instrumentales.

La plus fiable est la méthode par ultrasons, qui révèle une diminution de la densité acoustique du tissu de l’organe.

La combinaison de symptômes cliniques et de données provenant de méthodes de recherche supplémentaires indique la maladie.

Traitement de l'infertilité, dont la cause est associée à l'hypothyroïdie

En règle générale, en éliminant la cause de la maladie, la glande thyroïde retrouve toute sa fonction et la femme peut tomber enceinte. En cas d'hypothyroïdie, un traitement substitutif est prescrit, dans lequel des préparations hormonales sont sélectionnées individuellement, par exemple, la lévothyroxine sodique. L'objectif du traitement substitutif est de maintenir les niveaux de thyroxine à des niveaux normaux.

Il convient de noter en particulier les femmes atteintes d’hypothyroïdie à un stade compensé au cours duquel la glande thyroïde est susceptible de guérison.

Les ovaires stimulent les femmes qui ne sont pas enceintes depuis longtemps, ainsi que les hormones thyroïdiennes.

En cas de grossesse, le médecin augmente la dose de lévothyroxine à mesure que le besoin en hormones thyroïdiennes augmente. Après la naissance, le besoin en hormones est réduit, de sorte que la dose de médicament hormonal est réduite.

Conclusion

La glande thyroïde remplit la fonction la plus importante en participant au métabolisme. Ses substances biologiquement actives affectent indirectement la sécrétion d'hormones sexuelles féminines.

La maladie thyroïdienne, en particulier l’hypothyroïdie, affecte la santé reproductive des femmes, entraînant ainsi la stérilité. Les taux hormonaux réduits sont traités avec succès par la thérapie de remplacement, qui utilise des médicaments hormonaux synthétiques.

Si une femme parvient à tomber enceinte, elle doit prendre toute la grossesse avec une dose sélectionnée de préparations hormonales de la glande thyroïde.

Thyroïde et fertilité

Ce qu'il faut savoir

Avez-vous du mal à tomber enceinte? Si vous avez un problème, cela peut être votre problème.

Il se peut que vous soyez un «chaînon manquant», surtout quand il s’agit de votre famille.

Une fois le trouble thyroïdien traité, il ne devrait plus être possible. Thyroïde et infertilité

Si vous avez été une femme, vous devriez pouvoir vous débarrasser de cette hormone. C'est une cause de votre infertilité, c'est une cause de votre infertilité.

Connaître les faits

Les hormones thyroïdiennes interagissent avec d'autres hormones, principalement sexuelles.

Ces hormones peuvent nuire à la fertilité masculine et féminine.
Ce n’est pas seulement que cela a été reconnu.

Il y a un risque de fertilité, il y a un risque de problèmes de fertilité,

2
Si vous êtes une femme, ce n’est pas un problème..3

Comment les hormones thyroïdiennes affectent l'infertilité masculine

La stérilité masculine a de nombreuses raisons, telles que des déséquilibres hormonaux, des problèmes physiques, psychologiques ou psychologiques. Les hormones thyroïdiennes, un rôle important, par exemple dans la production de sperme.4,5 fertilité du fumier.

La thyroïde hyperactive

Si votre glande thyroïde produit des hormones et libère vos hormones thyroïdiennes dans le sang, vous souffrez d'hyperthyroïdie.

Les hommes peuvent développer une hyperthyroïdie pour un certain nombre de raisons, notamment l'iode dans l'alimentation, des nodules thyroïdiens ou une inflammation de la glande thyroïde.

En accélérant le métabolisme de votre corps, l'hyperthyroïdie peut entraîner de nombreux symptômes. certains d'entre eux sont souvent confondus avec une simple nervosité ou du stress.6

Principaux symptômes de l'hyperthyroïdie

  • Nervosité
  • L'irritabilité
  • Fréquence cardiaque rapide
  • Perte de poids
  • Augmentation de la sensibilité à la chaleur
  • Weekness musculaire
  • Transpiration accrue
  • Mains tremblantes
  • Perte de cheveux
  • Dysfonction érectile
  • Infertilité

Goitre nodulaire de la glande thyroïde en tant que cause d'infertilité

Mercredi 4 décembre 2013 - 12:08

L'une des pathologies endocriniennes les plus courantes chez les femmes en âge de procréer est le goitre diffus ou nodulaire de la glande thyroïde.

Cette maladie est causée par une production excessive d'hormone thyroïdienne. Chez les femmes, cette maladie est deux fois plus répandue que chez les hommes. Ce diagnostic est posé par près de 20% des femmes atteintes d'infertilité.

Le goitre diffus est une augmentation uniforme du volume des tissus dans la glande.

Si un noeud est diagnostiqué, nous pouvons parler du goitre nodulaire. Le goitre nodulaire de la glande thyroïde ne donne presque aucun symptôme, et c'est sa ruse. La maladie devient perceptible dès que la glande thyroïde grossit et commence à comprimer les organes adjacents.

Ce n’est qu’alors que le goitre nodulaire de la thyroïde commence à présenter des symptômes tels que toux chronique, souvent accompagnée de crises d’asthme, de "boule" dans la gorge, parfois la voix du patient devient légèrement rauque.

Les causes de la maladie

Si la cause de l'infertilité chez une femme est un goitre nodulaire de la glande thyroïde, dont la photo est visible sur le réseau, essayez de déterminer le motif de son apparition; Cela peut affecter de manière significative le choix du schéma thérapeutique. La carence en iode est la principale cause de cette maladie. Le patient peut vivre dans des zones à faible teneur en eau en iode. En outre, un goitre peut apparaître à la suite de:

  • prédisposition génétique;
  • le stress;
  • l'impact de facteurs environnementaux négatifs.

Dans certains cas, il peut s’agir simplement de changements liés à l’âge, dans le contexte d’une prédisposition héréditaire.

Diagnostic de base

Identifiez la maladie aux stades précoces le plus souvent lors de l'examen du patient dans le traitement des maladies concomitantes. Par exemple, si une femme ne peut pas tomber enceinte pendant une longue période. Comme mentionné précédemment, le goitre nodulaire de la glande thyroïde, dont les symptômes ne sont pas apparents, est souvent la cause de l'infertilité.

Diagnostiquer la maladie avec:

  • un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes;
  • biopsie par ponction à l'aiguille fine de la glande thyroïde;
  • balayage radio-isotopique;
  • tomographie par ordinateur.

Traitement de la maladie

En fonction de la cause de la maladie, le traitement est déterminé. Si un goitre nodulaire de la glande thyroïde est diagnostiqué, la chirurgie est rarement nécessaire.

En général, les experts concluent que le goitre colloïdal prolifératif ne nécessite pas de traitement. Dans ce cas, seule l'observation de la dynamique de la maladie est désignée.

Une intervention est nécessaire lorsque le nœud commence à se développer rapidement ou a un effet sur la fonction de reproduction.

Avec une maladie telle que le goitre nodulaire thyroïdien, un régime alimentaire peut également être nécessaire. Par exemple, si un patient reçoit des médicaments ou suit un traitement. Lors du traitement de l'infertilité, un certain régime alimentaire strict peut être prescrit par un médecin, ce qui, dans de nombreux cas, donne un résultat positif.

Le traitement du goitre nodulaire thyroïdien n’est pratiqué que sous la surveillance d’un médecin. Si le goitre nodulaire est la cause de l'infertilité, l'observation de l'endocrinologue est obligatoire.

La pharmacothérapie consiste à utiliser des médicaments qui suppriment la production excessive d’hormones. L'un des moyens les plus efficaces de traiter les nœuds consiste à introduire de l'iode radioactif dans la glande.

Il aide à normaliser la glande thyroïde et à en réduire la taille.

Aux premiers stades, un traitement conservateur avec des médicaments thyréostatiques est autorisé. Si le traitement s'avère inefficace et que la glande thyroïde continue à se développer, alors que le bien-être du patient se dégrade, un spécialiste peut alors décider de recourir à un traitement chirurgical.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical du goitre nodulaire de la glande thyroïde consiste à enlever les nodules. Une telle solution n'est conseillée qu'en cas de présence d'une tumeur maligne, de compression des organes voisins jusqu'à l'asphyxie, ainsi qu'en présence de goitre rétrosternal. Dans une telle situation, un lobe ou la totalité de la thyroïde est retiré.

L'indication de la nécessité d'une intervention chirurgicale sera la taille du nœud de plus de 3 centimètres. En règle générale, il est éliminé par des méthodes peu invasives et ne laisse pratiquement aucune cicatrices.

goitre nodulaire thyroïdien, diagnostic, traitement, infertilité féminine

Maladie thyroïdienne et infertilité

Ces maladies sont une pathologie courante chez les femmes en âge de procréer. L’hypothyroïdie est un syndrome provoqué par une carence en hormones thyroïdiennes. En plus de cela, la thyrotoxicose peut être la cause de l'infertilité. Alors, en savoir plus sur les maux, l'effet sur la fertilité et les méthodes de traitement.

Types d'hypothyroïdie

La classification est basée sur le degré d'endommagement de la glande thyroïde. L'hypothyroïdie est divisée en:

  1. Primaire. Il est provoqué par une lésion fonctionnelle de la thyroïde elle-même.
  2. Secondaire. Causée par le manque de stimulation des hormones hypophysaires.
  3. Tertiaire. Elle est causée par des troubles du système hypophyse-hypothalamus.

Il est utile de savoir que chez les femmes en âge de procréer, l'hypothyroïdie primitive est plus fréquente que d'autres en raison de la destruction de la glande thyroïde.

Hypothyroïdie et fonction de reproduction

La carence en hormones thyroïdiennes au fil du temps entraîne une perturbation de la synthèse et du transport des hormones sexuelles. Le premier stimule la production d'une protéine qui lie la testostérone, l'estradiol et la 5-dihydrotestostérone. En cas d'hypothyroïdie, la synthèse de cette protéine est réduite.

Et cela entraîne à son tour une augmentation de la testostérone active. Cette hormone a un effet négatif sur le système de reproduction féminin. Il supprime l'ovulation, conduit à des menstruations irrégulières, provoque des changements d'aspect (grossissement de la voix, croissance excessive des poils).

Le manque d'hormones thyroïdiennes affecte négativement les œstrogènes, en augmentant leurs niveaux. C’est pourquoi l’hypothyroïdie conduit à la stérilité. Même si la fertilité est préservée chez les femmes avec un tel diagnostic, elles risquent de subir une fausse couche, des troubles du développement fœtal au cours du premier trimestre.

Avec une pénurie prolongée d'hormones thyroïdiennes dans le sang, le niveau de prolactine augmente, ce qui entraîne l'incapacité de concevoir un enfant.

La thyroïdite auto-immune est la principale cause d'hypothyroïdie chez les jeunes femmes. Il s’agit d’une maladie de la glande thyroïde dans laquelle le système immunitaire perçoit les cellules thyroïdiennes comme des corps étrangers. Elle les détruit simplement.

La correction précoce de l’hypothyroïdie est le point de départ du rétablissement de la fonction de reproduction des patients atteints du syndrome des ovaires polykystiques, ainsi que de l’amélioration de l’efficacité du traitement de la stérilité dans le cadre du programme de FIV. Par conséquent, il est important d'identifier les violations dans le travail de la thyroïde chez les femmes infertiles.

Thyrotoxicose et infertilité

Il s’agit d’une maladie caractérisée par un excès d’hormones glandulaires. La thyrotoxicose chez les femmes est plus fréquente que chez les hommes. La maladie peut entraîner des difficultés pour concevoir un enfant et menacer d'une interruption de grossesse à un stade précoce. La maladie de Graves est la principale cause de maladie chez les femmes en âge de procréer.

Principes de traitement des maladies de la thyroïde

Quelles que soient les causes de l'hypothyroïdie, les femmes suivent un traitement substitutif par la lévothyroxine sodique (thyroxine synthétique). La posologie aux patients est choisie individuellement, en tenant compte des affections chroniques, de l'âge et du poids.

Ce médicament doit être pris à jeun, en même temps. L'intervalle entre la prise de lévothyroxine et d'autres médicaments doit être d'au moins 4 heures. En règle générale, les jeunes femmes se voient prescrire une dose initiale du médicament de 50 microgrammes.

Il augmente progressivement au cours des deux semaines.

Un traitement approprié de l'hypothyroïdie rétablit le cycle menstruel chez la femme, ainsi que la qualité du sperme et la fertilité chez l'homme. Si la cause de cette maladie de la thyroïde est un manque d’iode dans l’alimentation, des médicaments contenant de l’iode sont prescrits aux patients individuellement.

La thyrotoxicose est traitée par trois méthodes:

  1. Thérapie conservatrice avec des médicaments thyréostatiques. Ils bloquent la fonction de la glande thyroïde sans la détruire.
  2. Traitement à l'iode radioactif. Son résultat est la destruction des cellules thyroïdiennes, l'arrêt de la production d'hormones.
  3. Ablation chirurgicale de la glande thyroïde.

Les deux dernières méthodes contribuent au développement de l'hypothyroïdie. Pendant le traitement à l'iode radioactif, il est recommandé aux femmes de planifier leur grossesse 6 mois après la fin du traitement, et aux hommes après 4 mois.

Maladie thyroïdienne et infertilité

Les maladies de la glande thyroïde sont très souvent la cause de l'infertilité chez les femmes et les hommes.

La glande thyroïde est un organe du système endocrinien qui produit plusieurs hormones. Le plus important d'entre eux, qui régit pratiquement toutes les fonctions corporelles - la triiodothyronine (T3) et la tétraiodothyronine (thyroxine, T4).

Ces hormones affectent également le système reproducteur humain. Par conséquent, une augmentation ou une diminution de l'activité de la glande thyroïde peut entraîner une infertilité.

Pour beaucoup de femmes, la glande thyroïde ne fonctionne pas pleinement et l'infertilité est loin d'être observée dans chacune d'elles. Cependant, de tels cas sont.

La perturbation de la glande thyroïde est l’une des causes possibles de la stérilité endocrinienne.

Lorsque l'hypothyroïdie (faibles niveaux d'hormones thyroïdiennes), il se développe parce que:

  • l'inactivation des œstrogènes est perturbée;
  • la régulation de la formation de l'hormone folliculostimulante (FSH) selon le principe de rétroaction est violée;
  • l'ovulation est supprimée et le cycle menstruel est perturbé.

Ainsi, la fertilité est réduite en raison de la perturbation de la maturation de l'œuf, ce qui peut être imputé à la glande thyroïde. L'infertilité chez les femmes dans ce cas doit être traitée par un traitement de remplacement.

Les hormones sont prescrites à vie, que la femme tombe enceinte ou non, qu’elle pratique une FIV ou qu’elle n’envisage pas du tout d’avoir des enfants.

Pour identifier la pathologie, vous devez passer un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes. Pour l’infertilité chez VitroKlinik, cette étude peut être prescrite aux femmes, même en l’absence de symptômes manifestes indiquant une hypothyroïdie ou une thyréotoxicose.

Ces pathologies se produisent souvent sans aucune manifestation clinique prononcée et ce n’est que par un diagnostic en laboratoire que la maladie thyroïdienne peut être détectée. Dans ce cas, l'infertilité est traitée avec la participation d'un endocrinologue.

Chez l’homme, l’hypothyroïdie ou la thyrotoxicose peuvent également nuire à la fertilité. Cela est dû à une atteinte à la qualité du sperme. Mais pour les hommes souffrant d'infertilité, les tests d'hormones thyroïdiennes ne sont pas obligatoires. Premièrement, ces pathologies sont beaucoup moins courantes chez les femmes que chez les femmes. Deuxièmement, les maladies de la glande thyroïde ne violent pas toujours la fertilité masculine.

Thyroïde et FIV

Il n’est pas rare que la glande thyroïde entre dans le protocole de FIV, ce qui n’est pas permis, et la procédure doit être différée de plusieurs mois, voire de toute une année. La fonction de l'organe peut être renforcée (thyrotoxicose) ou affaiblie (hypothyroïdie).

La diminution de la fonction est une situation plus favorable pour le début de la grossesse, si on compare ces deux maladies de la thyroïde, et la FIV peut dans ce cas être réalisée en 1-2 mois.

Il faudra si longtemps pour reprendre le traitement hormonal substitutif de la thyroïde et normaliser le taux de TSH dans le sang (hormone hypophysaire qui régule la sécrétion de thyroxine et de triiodothyronine).

La thyrotoxicose nécessite un traitement plus long et il est impossible de rejoindre le protocole de FIV avec cette maladie.

L’augmentation de la fonction thyroïdienne ne réduit pas toujours le risque de fécondation, mais la thyréotoxicose augmente considérablement les chances:

  • issue défavorable de la grossesse (décoloration précoce);
  • complications (insuffisance placentaire, éclampsie, décollement placentaire);
  • retard de croissance intra-utérine.

Par conséquent, vous devez d’abord normaliser le fond hormonal et ensuite seulement devenir enceinte.

Trois méthodes de traitement sont utilisées:

  1. La destruction de la glande thyroïde par l'iode radioactif. Puis traitement hormonal substitutif à vie.
  2. Ablation chirurgicale de la glande thyroïde. Le principe est similaire.

La FIV sans glande thyroïde peut être réalisée en un an, sous traitement hormonal substitutif. Traitement avec thyréostatique. L'option la plus défavorable pour une femme qui planifie une grossesse, en raison de sa longueur.

Les résultats du traitement ne peuvent être évalués qu'après 2 ans de traitement. De plus, ils peuvent ne pas toujours être positifs.

Les endocrinologues alphabètes "VitroKlinik" choisissent le traitement optimal pour leurs patientes, qui vise à normaliser le fond hormonal pour une conception naturelle ou à obtenir une grossesse longtemps attendue avec FIV.

Si un nœud est trouvé sur la glande thyroïde, la FIV est réalisée uniquement après d’autres études visant à éliminer l’hypothyroïdie et la thyréotoxicose.

Si le nœud est supérieur à 1 cm, une biopsie est réalisée pour exclure l'oncologie. En l'absence de tumeurs malignes, du taux normal d'hormones thyroïdiennes et de TSH dans le sang, vous pouvez entrer dans le protocole de FIV.

Coût des services

Thyroïde et infertilité

Fond hormonal instable se développe sur de nombreux facteurs, dont l'un est l'urbanisation. En raison de sa violation, tous les organes et systèmes sont affectés, de nombreux patients endocrinologiques souffrent donc d'une baisse de la fertilité.

La sécrétion de toutes les hormones est contrôlée par le système hypothalamo-hypophysaire, la glande thyroïde est étroitement associée à ce complexe. C'est l'un des principaux organes du système endocrinien, qui contrôle le travail de tout l'organisme.

Sous l'influence des hormones thyroïdiennes, les ovocytes mûrissent, leur fécondation a lieu et l'embryon est implanté dans l'utérus. Par conséquent, la glande thyroïde et l'infertilité ont une relation très étroite.

Le rôle de la glande thyroïde à la conception

Le déficit en TSH et l'infertilité sont étroitement liés en raison de modifications de la nature des processus métaboliques, des effets des hormones sexuelles, d'une altération de l'ovulation et des menstruations. Les hormones thyroïdiennes ont une incidence sur la synthèse de l'estradiol, la testostérone, qui sont libérées sous l'influence d'une protéine spéciale.

Dans l'hypothyroïdie, en raison d'une augmentation du contenu sanguin en hormone stimulant la thyroïde, la concentration de cette protéine diminue, ce qui entraîne une augmentation de la testostérone chez les femmes. Il affecte négativement leur fonction de reproduction, car il fait référence aux hormones sexuelles mâles.

De ce fait, l'hirsutisme, un changement de forme et certaines métamorphoses comportementales se développent.

L'hypothyroïdie et l'infertilité sont également liées au fait qu'en l'absence d'hormones thyroïdiennes chez la femme, les œstrogènes deviennent moins actifs, ce qui entraîne une perturbation de la rétroaction des gonadotrophines.

Tout en maintenant une fertilité normale en cas de dysfonctionnement de la glande thyroïde, les filles courent un risque élevé de fausse couche et de pathologie intra-utérine du fœtus. Cela est particulièrement vrai au premier trimestre, lorsque le tissu thyroïdien du fœtus, ainsi que le système hypothalamus hypophysaire, ne fonctionne pas encore.

Lire aussi le diabète et l'infertilité

L'infertilité féminine et masculine est également due au fait qu'avec un déficit en hormones thyroïdiennes, la concentration de prolactine dans le sang augmente. Dans le sexe fort, cela se manifeste par l'obésité, la gynécomastie et les plus faibles - par une violation du cycle menstruel et de la production laitière.

Le facteur sous-jacent dans le développement de la stérilité hormonale, la cause du dysfonctionnement de la glande thyroïde est la thyroïdite auto-immune. Le système immunitaire considère les tissus du corps comme un agent ennemi, ce qui entraîne sa destruction. Il est important de garder à l'esprit que les premiers stades de la maladie se produisent habituellement à un niveau normal d'hormones thyroïdiennes.

Le traitement de l'hypothyroïdie et de l'infertilité chez la femme est placé sous le contrôle conjoint du gynécologue et de l'endocrinologue, qui effectue la surveillance, le diagnostic et le traitement nécessaires des hormones thyroïdiennes d'une femme enceinte, si elle peut tomber enceinte.

Hypothyroïdie et fonction de reproduction

L'hypothyroïdie avec un dysfonctionnement hormonal grave provoque des changements notables dans le corps de la femme. Cela entraîne une augmentation de l'activité de la testostérone, une violation du cycle menstruel, un changement de l'apparence des patientes.

Le développement de l'hypothyroïdie est souvent facilité par la présence d'une thyroïdite auto-immune. Il est important de comprendre qu'il s'agit d'une maladie assez commune nécessitant un diagnostic précoce, de sorte qu'il est possible d'initier en temps voulu des mesures thérapeutiques.

Symptômes de l'hypothyroïdie

Il est assez difficile de suspecter la manifestation d'une hypothyroïdie avec des fluctuations hormonales mineures. Dans ce cas, la détection de la pathologie n’est possible que lors de tests du niveau d’hormones thyroïdiennes. Cependant, en cas de perturbation grave du fond, les symptômes suivants se développent:

  • gain de poids;
  • sensation constante de froid;
  • modification du spectre lipidique du sang;
  • gonflement de la peau du visage, empreintes de dents sur les bords de la langue;
  • altération de l'odorat, de l'audition, de l'enrouement;
  • troubles de la mémoire;
  • la léthargie;
  • essoufflement, baisse de la pression artérielle, douleur à la poitrine;
  • phénomènes dyspeptiques - nausée, constipation;
  • peau sèche;
  • syndrome anémique;
  • cheveux cassants, ongles, alopécie;
  • changements dans le cycle menstruel.

Thyrotoxicose et infertilité

La thyrotoxicose est caractérisée par une teneur élevée en hormones thyroïdiennes. Plus souvent, la pathologie affecte les femmes. Cela conduit également à la menace de fausse couche, à des difficultés de conception. La cause la plus fréquente d'hypothyroïdie est la maladie de Graves ou, comme on l'appelle dans l'espace post-soviétique, la maladie de Basedow. C'est une maladie auto-immune qui se manifeste:

Lire aussi Causes génétiques de l'infertilité

  • irritabilité grave, nervosité;
  • la tachycardie;
  • manque de poids;
  • faiblesse musculaire;
  • transpiration excessive;
  • tremblement des mains;
  • calvitie.

La thyroïdite auto-immune et l'infertilité sont également étroitement liées.

L’état est un groupe d’anomalies hétérogènes de la thyroïde, dont le principal lien dans la pathogenèse est la destruction des tissus organiques par l’attaque de son système immunitaire.

Étant donné que ce type de maladie de la thyroïde entraîne au fil du temps des dysfonctionnements hormonaux dus au développement d'une thyréotoxicose ou d'une hypothyroïdie, de nombreux patients avec ce diagnostic ont des problèmes de fertilité.

Diagnostics

Les premiers signes de l'apparition d'un dysfonctionnement hormonal de la glande thyroïde sont presque impossibles à identifier, car le fond hormonal ne change que légèrement et les manifestations cliniques n'ont pas encore eu le temps de se développer. Cela signifie que les changements dans le corps n'ont pas encore commencé à affecter le système reproducteur humain.

L'étude des hormones d'organes doit être absolument réalisée pour toutes les filles au stade de la planification de la grossesse, ainsi que pour les femmes qui remarquent un changement de leur cycle menstruel. Tout d'abord, un changement du niveau de TSH est effectué, car c'est lui qui donne les informations primaires sur l'état fonctionnel, la présence de signes de maladie thyroïdienne.

Si le résultat dépasse la norme de 2,5 fois, il faut étudier la concentration de T4 libre et totale. Le générique comprend une hormone biologiquement active, ainsi que des protéines. Il a une valeur diagnostique légèrement inférieure, si l’on parle des phases initiales de la maladie. Cela est dû au changement constant des taux de protéines plasmatiques.

L'étude du taux de T3 dans le diagnostic de l'hypothyroïdie n'est pas utilisée car cet indicateur est dépendant de T4. En cas de modification du taux d'hormones thyroïdiennes, on soumet aux patients une échographie de l'organe, la détection des anticorps dirigés contre son tissu et, si nécessaire, une biopsie des formations, le cas échéant.

Traitement de l'infertilité due à un dysfonctionnement de la thyroïde

Indépendamment du facteur qui a déclenché le développement d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde, l’un des endocrinologues se voit prescrire un traitement comprenant une dose de remplacement quotidienne. L'hypothyroïdie est traitée avec la lévothyroxine sodique - L-thyroxine, eutirox. L'hypothyroïdie est recommandé de prendre merkazolila.

Lire aussi Muguet et infertilité

Le traitement de l'hypothyroïdie implique l'administration quotidienne de lévothyroxine à une dose qui dépend du niveau de TSH. Des indicateurs tels que l’âge, la présence d’autres affections comorbides, le poids corporel et les manifestations cliniques sont également pris en compte.

Le médicament est pris l'estomac vide, il est conseillé de le boire en même temps. Entre son utilisation et les autres médicaments devrait prendre au moins 4 heures.

La dose initiale est généralement de 50 microgrammes, ce qui augmente ou diminue progressivement sous le contrôle de la TSH.

Une prescription thérapeutique appropriée contribue à améliorer le cycle menstruel des représentants du sexe faible, à améliorer la qualité des spermatozoïdes et l'activité des spermatozoïdes chez l'homme. En cas de manque d'iode, il est nécessaire de combler le besoin de cet oligo-élément en prescrivant des médicaments contenant de l'iode.

Le traitement de la thyrotoxicose comprend de tels médicaments.

  1. Traitement conservateur avec thyrostatiques. Voici le blocage de la fonction du corps sans sa destruction.
  2. L'utilisation d'iode radioactif - la destruction des cellules thyroïdiennes, réduisant ainsi la production d'hormones.
  3. Enlèvement ou résection partielle.

L'utilisation des deux dernières méthodes conduit au développement de l'hypothyroïdie. En cas de traitement à l'iode radioactif, il est recommandé de reporter la planification de la grossesse d'au moins six mois afin de restaurer le corps après un traitement agressif.

Thyroïde et infertilité chez les femmes

En raison du contexte émotionnel instable, qui découle du rythme de vie moderne, du stress intense et de la fatigue, le système endocrinien féminin en souffre.

Tous les systèmes du corps humain sont en relation étroite les uns avec les autres, l'impact de telles défaillances sur la fertilité est donc très élevé.

La sécrétion d'hormones sexuelles féminines par les ovaires se produit sous l'action des hormones hypophysaires, elles-mêmes régulées par les hormones de l'hypothalamus. C'est pourquoi l'infertilité et la glande thyroïde sont étroitement liées.

La glande thyroïde est l'organe principal du système endocrinien, non seulement les femmes, mais également les hommes. Les hormones sécrétées par ce corps ont un impact direct sur le travail de tous les autres systèmes du corps.

Lorsqu'ils agissent dans le corps de la femme, la maturation et l'ovulation de l'ovocyte, la fécondation, l'attachement et le développement de l'embryon se produisent.

Les hormones thyroïdiennes affectent directement la formation du système nerveux central d'un enfant.

  • 1 fonctions
  • 2 violations
  • 3 l'hypothyroïdie

Fonctions

Avant de comprendre pourquoi la glande thyroïde et l'infertilité chez les femmes interagissent, vous devez connaître la structure de cet organe.

L'organe de sécrétion interne est situé sur la paroi frontale de la gorge. Le premier type de cellules (thyrocytes) constituant la structure thyroïdienne est responsable de la synthèse de l'iode et de la tyrosine. Le second type (cellules C) est responsable de la production de calcitonine.

La glande thyroïde a deux lobes, qui sont reliés entre eux par un petit isthme.

Le contrôle de la glande thyroïde, ainsi que du système reproducteur, est effectué par les hormones de l'hypophyse antérieure, qui comprennent:

  • LH - hormone lutéinisante;
  • FSH - hormone folliculo-stimulante;
  • PRL - prolactine;
  • La TSH est une hormone stimulant la thyroïde.

Le travail de ces hormones est contrôlé par l'hypothalamus, l'hormone qu'elle produit - la TRH.

La TSH est l’une des hormones importantes qui influencent la conception. L'infertilité et TSH ont une ligne de démarcation fine, que les femmes ne soupçonnent pas le plus souvent, elles ne surveillent donc pas son niveau.

La TSH est une hormone glycoprotéique qui affecte les récepteurs spéciaux situés dans les cellules épithéliales de la glande thyroïde, ce qui conduit à l'activation de la production de thyroxine.

La concentration maximale de l'hormone dans le sang se produit entre 2 et 4 heures du matin et entre 6 et 8 heures du matin, elle diminue progressivement. C'est pourquoi, lors du traitement des médicaments hormonaux, il est recommandé d'utiliser le médicament pendant ces heures.

Les principales fonctions de l'organe endocrinien incluent:

  • participation à la croissance et au développement de divers tissus et organes, en particulier du système nerveux central;
  • régulation des mécanismes mentaux dans le corps;
  • activation du processus oxydatif;
  • régulation du métabolisme des protéines, des minéraux, des glucides et des lipides;
  • influence de la reproduction.

Les violations

En raison des irrégularités dans la production correcte des hormones de la glande, un retard dans le développement sexuel peut survenir.

Un symptôme courant de l'hypothyroïdie est une violation du cycle menstruel, qui devient plus tard la cause de l'infertilité. Les autres conséquences négatives associées à la grossesse et à l'infertilité chez une femme sont:

  • la galactorrhée;
  • fausse couche spontanée;
  • développement fœtal anormal.

N'oubliez pas le feedback, dans lequel le travail de l'oestrogène affecte les hormones de la glande thyroïde. Ainsi, chez les femmes âgées, l'hypothyroïdie peut se développer avec une diminution du niveau d'hormones sexuelles.

Au cours de l'examen des femmes atteintes d'infertilité, il a été révélé que la majorité (85 à 90%) avait un problème de glande thyroïde. En premier lieu, l’hypothyroïdie (70% de toutes les maladies).

Avec le développement de l'hypothyroïdie manifeste, une violation de l'ovulation survient, rendant la conception impossible. Les formes subcliniques de la maladie, en revanche, ont un effet négatif sur la procréation elle-même, c’est-à-dire qu’une femme peut facilement tomber enceinte et avoir une ovulation normale, mais que le risque de fausse couche est très élevé.

C’est pourquoi le diagnostic des formes subcliniques de la maladie est considéré comme l’une des principales raisons de la lutte contre la stérilité. L'hypothyroïdie et l'infertilité manifestes chez les femmes se chevauchent rarement en raison de la fréquence d'apparition de cette forme de la maladie. Seul un faible pourcentage de femmes en âge de procréer est confronté à ce problème.

L'hypothyroïdie

En endocrinologie, l'hypothyroïdie est divisée en trois types:

Dans le type primaire, un type fonctionnel ou organique de la cellule thyroïdienne est endommagé. Dans le secondaire - il y a un manque d'exposition aux hormones qui sont produites par la glande pituitaire. Et avec le tertiaire - il se développe une déficience en hormone due à des perturbations dans le travail du système hypothalamus-hypophyse.

Le plus souvent, le type primaire est diagnostiqué, qui se caractérise par des troubles de la glande elle-même, dus à des processus inflammatoires auto-immuns.

Les principaux signes qui indiquent des violations dans le travail de la thyroïde sont:

  • ralentir le métabolisme;
  • faiblesse générale;
  • l'apparition d'œdème;
  • peau sèche;
  • gain de poids;
  • hypertension artérielle;
  • perte de cheveux.

Le développement de l'hypothyroïdie est dû à un manque d'iode dans le corps, ce qui est très important pour la plupart des pays du monde. Avec une augmentation significative de l'organe, une compression des nerfs, de la trachée, des vaisseaux sanguins et même de l'œsophage peut se produire. Il y a une douleur dans le cou, un corps étranger qui rend la respiration difficile.

Thérapie

Le traitement de toute maladie de la thyroïde se fait à l'aide de médicaments hormonaux. Tout d'abord, une femme devrait être testée pour les hormones afin de déterminer leur concentration exacte. Sur la base des résultats obtenus, l’endocrinologue prescrit la dose quotidienne requise.

De plus, lors de la planification d'une grossesse, vous devrez stimuler l'ovulation, qui est réalisée avec des préparations spéciales. Au premier stade, les follicules grandissent à la taille requise, après quoi une injection d’hCG est prescrite, ce qui donne un signal au follicule et l’éclate. En conséquence, l'œuf est libéré.

Un aspect important est la nutrition d'une femme et son mode de vie. Vous devez bien manger, vous débarrasser des mauvaises habitudes et de l'excès de poids. Le régime devrait contenir une quantité suffisante d'iode.

Ainsi, lors de la planification d'une grossesse, une femme doit nécessairement subir un examen complet de tout son système hormonal.

Si cela ne se produit pas et si la grossesse ne se produit pas dans un délai d'un an (ce qui est une période normale pour la conception chez une femme en bonne santé), il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible afin d'en déterminer la cause.

La même chose est recommandée en cas de fausse couche ou d'avortement raté, car des résultats négatifs peuvent survenir en raison d'une perturbation de la glande thyroïde. Il est important de se rappeler que l'infertilité et la thyroïde sont liées et que le processus de conception est influencé non seulement par le système reproducteur, mais également par le système endocrinien.

Infertilité et thyroïde - Santé des femmes

Chez les femmes, les maladies de la thyroïde sont souvent associées à des problèmes gynécologiques, à la stérilité et aux fausses couches. Quelles sont les nuances de traitement pour eux particulièrement pertinentes?

Nato Pavlovna Makolin, endo-krinologue, médecin du Centre de recherche en endocrinologie de l'Académie des sciences médicales de Russie à Moscou, répond aux questions des lecteurs.

«J'ai récemment perdu beaucoup de poids, même si ce n'est pas si petit. Dérangé par l'essoufflement, les palpitations. Et surtout - le mensuel commençait rarement à arriver, une fois tous les 2-3 mois. Mon mari et moi voulons un enfant, mais rien ne se passe. Comment être

Julia, 24 ans, région de Penza.

- Le rythme cardiaque, la perte de poids sur le fond d'appétit normal ou accru peuvent être une manifestation d'un excès d'hormones thyroïdiennes. Cette maladie s'accompagne souvent d'une perturbation du rythme mensuel. Vous avez besoin de la consultation du gynécologue et endocrinologue.

Il est également souhaitable de faire un test sanguin pour le contenu de TSH. C'est l'un des principaux indicateurs de la fonction thyroïdienne. Sa définition est suffisante pour une évaluation préliminaire de l'activité thyroïdienne.

Si le niveau de TSH présente des anomalies, il est nécessaire de mener une enquête plus large.

«J'ai l'endométriose, la thyroïdite auto-immune et l'infertilité. Y a-t-il des chances de grossesse?

Svetlana V., Novossibirsk

- La gynécologie et la thyroïde sont étroitement liées. Et «l'échec» dans un domaine conduit souvent à des violations dans un autre.

Selon les dernières données scientifiques, chez les femmes atteintes d'endométriose, les maladies de la thyroïde sont plus courantes que chez celles qui sont en bonne santé gynécologique. Cela augmente le risque d'infertilité. Par conséquent, vous devez traiter à la fois la glande thyroïde et l'endométriose.

Les schémas thérapeutiques modernes vous permettent de maintenir des niveaux normaux d'hormones thyroïdiennes. Et les gynécologues utilisent des techniques laparoscopiques pour faire face à l'infertilité dans le contexte de l'endométriose. Avec une telle approche intégrée, la probabilité de succès augmente.

“Je suis enceinte. Le gynécologue m'a prescrit un médicament à base d'iode. Mais j'ai entendu dire que l'iode irrite la muqueuse de l'estomac. Et j'ai déjà une gastrite. Peut-être faire avec du chou marin et des crevettes?

Svetlana Soboleva, Voronej

- L'iode provient habituellement de la nourriture et de l'eau. On le trouve surtout dans les fruits de mer. Surtout riche en cette algue minérale. Une personne ordinaire mange assez régulièrement des fruits de mer. Et salez la nourriture avec du sel iodé.

Mais à certaines périodes de la vie, les besoins en iode du corps augmentent. Par conséquent, la prévention avec des médicaments est nécessaire. L’Organisation mondiale de la santé recommande de prendre des préparations à base d’iode pour les enfants de moins de trois ans, les femmes enceintes et les femmes allaitantes.

La structure chimique de cet oligo-élément dérivé d'algues ne diffère pas de celle trouvée dans le comprimé. Et avec un petit effet irritant des médicaments, vous pouvez facilement vous en sortir - pour cela, vous devez prendre des pilules après un repas.

Les préparations modernes d'iode répondent efficacement aux besoins accrus du corps. Et pour obtenir la quantité requise de ce minéral à partir de produits, ils doivent être consommés régulièrement et en grande quantité.

En outre, il convient de garder à l’esprit que les produits de la mer nous viennent parfois de zones défavorisées sur le plan environnemental.

Et dans la préparation de la salade d'algues utilisé divers, conservateurs pas toujours inoffensifs.

«On m'a dit que je produisais peu d'hormones thyroïdiennes. L'endocrinologue recommande la thyroxine. Mais j'ai peur de le boire. Après tout, je viens de me marier et je veux des enfants. Mais les médicaments hormonaux sont dangereux pour le fœtus? "

Olga P., Saransk

- Dans notre système endocrinien, tout est étroitement interconnecté. Et les hormones thyroïdiennes sont très importantes pour le corps de la femme. Ils ont un effet notable sur le cycle menstruel. Et surtout - le processus de maturation de l'œuf. Avec une fonction réduite, il est violé. Les ovocytes ne sont pas du tout matures ou extrêmement rares. Ceci, en fait, mène à l'infertilité.

Les gynécologues et les endocrinologues notent que la conception est rare dans l'hypothyroïdie. Même si la grossesse a eu lieu, elle se termine souvent par une fausse couche ou une naissance prématurée.

Les hormones de la glande thyroïde et la maturation du cerveau de bébé jouent un rôle extrêmement important. Leur absence pendant la grossesse peut retarder le développement mental et physique de l'enfant. Après tout, pendant les 12 à 15 premières semaines de grossesse, la glande thyroïde du bébé ne fonctionne pas. Et le développement du système nerveux central ne se produit que sous l'action des hormones de la mère.

Donc, vous devez planifier une grossesse seulement après l'élimination des anomalies hormonales. Le traitement corrige complètement toutes les violations. Et les hormones avec une sélection de dose appropriée ne provoquent pas d'effets secondaires.

«Je suis sous traitement pour une thyroïdite auto-immune depuis environ quatre ans. Les hormones sont normales, mais les anticorps sont multipliés par 300. Maintenant je me prépare pour la FIV. Entendu que les anticorps peuvent augmenter mes chances de grossesse. Est-ce vrai? "

Diana O., 35 ans, Moscou

- En effet, ces dernières années, les experts ont constaté que le nombre de tentatives de FIV infructueuses était beaucoup plus élevé chez les femmes atteintes d’un handicap de la glande thyroïde. Et les anticorps dirigés contre la glande thyroïde jouent un rôle important à cet égard. Ils augmentent le risque d'avortement.

Par conséquent, avant la procédure de FIV, vous avez besoin d’une consultation d’un endocrinologue. Il peut recommander une légère augmentation de la dose d'hormones prises.

Si la tentative de FIV réussit, vous devrez prendre des préparations d’iode pendant la grossesse. Puisque dans tous les termes, l'activité de la glande thyroïde de l'enfant dépend de ce minéral, qui provient du corps de la mère.

“Après l'accouchement, 5 mois se sont écoulés. Je gèle constamment, mes cheveux ont commencé à tomber. Et il y avait des poches. Je suis au régime mais je ne maigris pas. Qu'est-ce qui m'arrive?

Alyona Rodionova, 28 ans, Stavropol

- Une des causes possibles de cette affection est la thyroïdite post-partum. Cette maladie n'est pas si rare - chez 5 à 9% des femmes. Malheureusement, cette maladie n’est pas toujours reconnue à temps.

La faiblesse, la prise de poids, la peau sèche, la fragilité et la perte de cheveux, la dépression sont souvent considérées comme des manifestations normales de la période post-partum. Et en fait, la raison - dans la glande thyroïde. Dans les problèmes de post-partum avec la thyroïde, le niveau d'hormone dépasse d'abord la normale. Et puis ça tombe brusquement. Ces fluctuations et définissent différents maux.

Chez de nombreuses femmes, la maladie disparaît sans traitement. Mais dans certains cas, les changements dans les niveaux hormonaux demeurent. Par conséquent, il est souhaitable d'être examiné et, si nécessaire, de suivre un traitement.

«J'ai reçu une échographie de la glande thyroïde et j'ai constaté qu'elle était légèrement supérieure à la norme. Et il y a trois noeuds dessus -

de 4 à 7 mm. Hormones thyroïdiennes sans déviations. Puis-je planifier une grossesse? "

Oksana Bredikhina, 34 ans,

- Un léger excès de volume de la glande thyroïde n'est pas une contre-indication à la grossesse. Les nodules dont la taille ne dépasse pas un centimètre ne sont pas non plus particulièrement dangereux. Donc, la conception du plan peut et devrait être, compte tenu de son âge.

Après la grossesse, vous devez prendre de l'iodure de potassium. Et la 8ème à la 12ème semaine, il est conseillé de vérifier à nouveau les hormones thyroïdiennes - TSH et T4 libre. Pour surveiller les nœuds, vous avez besoin d'une échographie périodique de la glande thyroïde.

«On m'a enlevé une glande thyroïde il y a deux ans à cause d'une tumeur. Puis-je accoucher après une telle opération?

- Après le traitement d'une tumeur de la thyroïde, vous n'êtes essentiellement pas différent des autres femmes. Hormis le fait que les hormones ne sont pas obtenues à partir de la glande thyroïde, mais de l'extérieur, en les prenant sous forme de comprimés.

La grossesse, l'accouchement et l'allaitement sont alors possibles. Mais toute la grossesse, vous devrez être sous la surveillance d'un endocrinologue et surveiller la dose de médicaments prise. La santé du bébé dépend de l'équilibre hormonal.

«Je suis enceinte, 28 semaines. Accepter constamment les multivitamines "Vitrum Prenatal Forte", qui ont

150 mcg d'iode. Et nous, dans la famille, utilisons constamment du sel iodé. Vais-je avoir une overdose d'iode? Devrais-je remplacer les multivitamines et le sel iodé par «Iodomarin»? »

- En Russie, on observe presque universellement une carence en iode légère et modérée. Par conséquent, nous avons besoin d'une prophylaxie à l'iode. C'est particulièrement pertinent pour les femmes enceintes.

Selon les recommandations de l'OMS, un adulte devrait consommer par jour.

200-250 mcg d'iode. Le sel iodé et les multivitamines répondent parfaitement à vos besoins. Et cela n'a pas de sens de changer de schéma.

Si l'information vous a été utile, partagez-la, s'il vous plaît!

Infertilité masculine dans les maladies de la glande thyroïde

Actuellement, le processus de formation d'une nouvelle discipline médicale - l'andrologie clinique.

Dans certaines régions du monde, ainsi que dans notre pays, des médecins de différentes spécialités - urologues, sexopathologistes, vénéréologues, endocrinologues, psychiatres, chirurgiens - s’engagent dans le traitement de la stérilité masculine.

De plus, dans les soins de santé pratiques, il existe un fait paradoxal du développement inégal de l'andrologie, de l'endocrinologie et de la gynécologie en tant que disciplines médicales.

D'une part, il existe un système bien organisé de soins préventifs et curatifs pour les femmes sous la forme de cliniques gynécologiques spécialisées et de cliniques prénatales; une formation intensive des gynécologues est réalisée. D'autre part, il y a un manque de soins spécialisés pour l'infertilité masculine, d'hôpitaux indépendants et d'andrologues spécialement formés.

Infertilité et dysfonctionnement érectile dans l'obésité.
18 septembre 2014

Une situation similaire est apparue lorsqu’on a comparé l’endocrinologie et l’andrologie.

Très souvent, les endocrinologues observent des patients atteints de maladies de l'appareil reproducteur.

Ces patients ne reçoivent pas de soins médicaux hautement spécialisés pendant une longue période. La situation est différente avec une aide urologique.

Il existe de nombreux centres médicaux et cliniques d'urologie où le traitement des maladies urologiques est effectué à un niveau élevé.

Nous pensons que tous les patients atteints de maladies de la sphère reproductive devraient être traités par un andrologue. En ce qui concerne le traitement de la prostatite chronique, on peut dire ce qui suit. La prostatite chronique est une maladie qui devrait être traitée dans les cliniques urologiques.

Et puis la question se pose: qu'en est-il des patients atteints de maladies concomitantes?

Par exemple, un patient souffrant d'infertilité a une comorbidité sous la forme d'une gastrite, d'un ulcère duodénal ou d'une maladie coronarienne.

Personne ne penserait jamais qu'un thérapeute conduira un traitement pour l'infertilité masculine. C'est bon.

Une situation similaire existe en vénéréologie. Les vénéréologues traitent du traitement de la syphilis et de la gonorrhée. Mais le traitement d'autres infections génitales peut être engagé, en tant que gynécologues et urologues.

Le patient est traité par un andrologue et reçoit les conseils nécessaires d'un thérapeute concernant la gastrite ou l'ulcère duodénal.

Une situation similaire se produit lorsque l'on compare l'andrologie et l'endocrinologie.

Les patients souffrant d'infertilité masculine sont observés par l'andrologue, qui doit suivre un traitement adéquat et résoudre le problème d'infertilité.

Et à propos de la pathologie des organes endocriniens dans des maladies telles que la thyrotoxicose ou le diabète sucré, les patients sont traités par un endocrinologue.

La question la plus difficile qui se pose est de prescrire un traitement compatible adéquat et d'éliminer l'incompatibilité des médicaments.

Essayons d'entrer dans les bases de la régulation hormonale plus en détail. Hormones traduit du grec (grec hormao - excite, encourage).

"Hormone" est une substance qui se met en mouvement. Les glandes endocrines produisent plus de 100 types d'hormones. Toutes les hormones sont dans un certain équilibre entre elles et ont un effet ciblé sur l'activité des organes et des tissus.

La régulation des processus vitaux dans le corps humain se produit par la transmission neuronale de l'impulsion à travers les axones et les détritus et la régulation humorale. Ce sont les principaux moyens de réguler tous les processus biochimiques. La régulation humorale est réalisée à travers des produits chimiques de structure organique et inorganique.

Des études sur la régulation hypophysaire-testiculaire ont été initiées par O.Fevold et collaborateurs (1937), qui ont découvert deux hormones de l'hypophyse antérieure: l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et l'hormone lutéinisante (LH), qui empêchent l'atropie testiculaire.

Ces découvertes ont contribué à la création de concepts sur le contrôle humoral hypophysaire du fonctionnement des testicules sur la base du retour. Androgènes (grec

- courage, courage) - nom collectif général du groupe d'hormones stéroïdes produites par les glandes sexuelles et le cortex surrénalien et ayant la propriété de causer, à certaines concentrations, l'androgenèse, la virilisation du corps - le développement de caractères sexuels secondaires masculins - chez les deux sexes.

Actuellement, d'importantes connexions hormonales entre l'hypothalamus, l'hypophyse et les testicules ont été identifiées, avec l'interprétation des principaux mécanismes de la synthèse des androgènes par les cellules de Leydig. Comme on le sait, l'activité fonctionnelle des cellules de Leydig (endocrinocytes interstitiels) est régulée par la LH, qui est liée aux récepteurs de la LH situés à la surface de la membrane cytoplasmique.

Il a été constaté que sur une cellule de Leydig, il y avait environ 20 000 récepteurs de LH avec une densité de distribution de 13 récepteurs de LH pour 1 nm de la membrane cytoplasmique.

Les androgènes ont: 1. un puissant effet anabolique. 2. augmenter la synthèse des protéines et inhiber leur dégradation. 3. Augmenter l'utilisation du glucose. 4. Abaissez la glycémie. 5. Augmenter la masse musculaire et la force. 6

Ils contribuent à la réduction de la masse grasse par rapport à la masse musculaire. 7. Abaisse le cholestérol et les lipides dans le sang. 8. inhibent le développement de l'athérosclérose et des maladies cardiovasculaires, mais dans une moindre mesure que les œstrogènes (en partie à cause de cela, les hommes ont une espérance de vie plus courte et les maladies cardiovasculaires plus fréquentes et se développent à un âge plus jeune. 9. Les androgènes augmentent l'excitabilité des centres psychosexuels du SNC, la libido (attraction sexuelle) chez les deux sexes.

10. la fréquence et la puissance des érections du pénis chez les hommes, la force du clitoris érectile chez les femmes. Chez les femmes, les androgènes réduisent la sécrétion de lubrification vaginale, ce qui signifie qu'avec un taux élevé d'androgènes chez la femme, les rapports sexuels peuvent devenir douloureux.

Les androgènes provoquent l’apparition ou le développement de caractères sexuels secondaires masculins: 1 abaissement et grossissement de la voix, 2 croissance des poils sur le visage et le corps de type masculin, 3 transformation de poils de vellus sur le visage et le corps en terminale, augmentation de la sécrétion de sueur et modification de son odeur, 4.

augmentation de la taille du pénis et des testicules jusqu'à un maximum génétiquement prédéterminé, 5. pigmentation du scrotum et développement du plissement de la peau du scrotum, 6. pigmentation des mamelons, 7. formation d'un visage et d'un squelette masculins, 8. augmentation de la taille de la prostate et de la quantité de sécrétion qu'il contient.

9. Avec une certaine prédisposition génétique (la présence de l'enzyme 5-alpha réductase dans le cuir chevelu), les androgènes peuvent provoquer une calvitie masculine.

Chez les hommes, la testostérone et la déshydrotestostérone sont en interaction étroite. Dans les organes cibles (prostate, vésicules séminales et peau), la testostérone joue le rôle de métabolite. Cela signifie que la testostérone, ayant atteint l'organe cible, est convertie en déshydrotestostérone, qui a un effet biologique, à l'aide de la 5-alpha réductase.

Dans d'autres organes cibles, tels que les muscles et les reins, l'action des androgènes est réalisée directement. Par rapport à la testostérone, l'activité biologique d'autres androgènes, tels que l'androstènediol, l'androstérone et l'épiandrostérone, est 5 à 20 fois plus faible.

Études sur les hormones dans l'infertilité masculine:

  1. Testostérone
  2. Sans testostérone
  3. SHBG (globuline liant les hormones sexuelles)
  4. LH
  5. FSH
  6. prolactine
  7. Détermination de l'excrétion de 17-COP dans l'urine
  8. androstenediol
  9. sulfate de déhydroépiandrostérone (DHEA-C)
  10. déhydroépiandrostérone (DHEA)

L'étude des hormones est nécessairement complétée par d'autres tests sanguins - un test sanguin général et un test sanguin biochimique.

Considérez les trois principales maladies les plus couramment rencontrées en andrologie: 1. infertilité masculine 2. dysfonction érectile 3. hypogonadisme.

Nous évaluerons également l'effet des hormones thyroïdiennes sur le système hypothalamo-hypophyso-testiculaire.

En cas d'infertilité masculine, la principale raison de la vérification du statut hormonal d'un homme est la mauvaise lecture du sperme - un faible nombre et la mauvaise qualité du sperme. La recherche hormonale permet de juger des processus se déroulant à tous les niveaux du système hormonal masculin (hypothalamus, hypophyse, testicules).

En cas de dysfonctionnement érectile, une étude du statut hormonal de tous les patients est présentée: chez 70% des patients, des modifications du taux hormonal sont constatées.
Lorsque l'hypogonadisme devrait également déterminer le statut hormonal du patient. Sans cela, un diagnostic correct ne peut être établi (confirmé).

Hypogonadisme (masculin) - état pathologique dû à une sécrétion insuffisante d’androgènes et à une altération de la spermatogenèse.

Étiologie: 1. Hypoplasie congénitale des glandes génitales 2. Effets toxiques 3. Infectieux 4. Dommages causés par les radiations

5. Dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire

A) L'hypogonadisme en tant que maladie indépendante: 1. hypogonadisme hypergonadotrope; 2. hypogonadisme hypogonadotrope; 3. hypogonadisme normogonadotrope. B) Hypogonadisme chez les individus présentant des aberrations des chromosomes sexuels. B) Hypogonadisme symptomatique (avec maladies endocriniennes et non endocriniennes). D) Hypogonadisme, accompagné d'une différenciation sexuelle altérée (sans aberrations chromosomiques).

Maladies de l'hypophyse conduisant à la stérilité masculine: 1. Hypopituitarisme 2. Hyperprolactinémie

3. LH inactive (à la suite de mutations du gène LH)

Maladies andrologiques conduisant à la stérilité masculine: 1. Anorchisme - congénital ou acquis à la suite d'une blessure aux gonades ou d'une opération chirurgicale. 2. Dysgénésie gonadique pure - défaut du chromosome Y. 3. Dysgénésie gonadique mixte - retard de développement des testicules, troubles de la synthèse dans les testicules du fœtus. 4. La persistance des canaux de Mullerian - l'absence d'hormone anti-Mullerian. 5

Syndrome des cellules de Sertoli (radiothérapie, médicaments, infections), 6. Aplasie des cellules de Leydig - une mutation du gène de la LH. 7. Pseudohermaphrodisme masculin - en raison d'un défaut des enzymes de biosynthèse de la testostérone. 8. Syndrome de Klinefelter - aberration chromosomique. 9. X Y Y - Syndrome - Aberration chromosomique. 10. Le syndrome de XX-homme est une translocation incomplète de la partie du chromosome Y. 11

Le syndrome de Noonan (45 HO) est une translocation incomplète d'une partie du chromosome Y. 12. Tumeurs testiculaires - étiologie inconnue. 13. Varicocèle (grave) - débit sanguin vers le testicule altéré en raison d'une insuffisance veineuse. 14. Orchite - infections. 15. Globozoospermie - spermatogenèse altérée. 16. FSH biologiquement inactive. 17. Syndrome de testicules immobiles. 18

Infertilité masculine idiopathique. 19. Maladies systémiques - cpn, hémochromatose. 20. Toxines exogènes - médicaments, radiations, alcool. 13. Varicocèle (grave) - débit sanguin vers le testicule altéré en raison d'une insuffisance veineuse. 14. Globozoospermie - Spermatogenèse altérée. 15. FSH biologiquement inactive. 16. Syndrome des testicules immobiles. 17

Infertilité idiopathique. 18. Maladies systémiques - HPN, hémochromatose.

19. Toxines exogènes - drogues, radiations, alcool

Et maintenant, nous définissons le rôle de la glande thyroïde dans les processus métaboliques et comment ce petit organe peut causer l'infertilité masculine et féminine.

Ainsi, la glande thyroïde se compose de deux lobes - le droit et le gauche, reliés par un isthme étroit. Cet isthme est situé au niveau des deuxième et troisième anneaux de la trachée.

Les lobes latéraux enferment la trachée et y sont attachés par le tissu conjonctif. La forme de la glande thyroïde peut être comparée à la lettre F.

La glande thyroïde est une glande endocrine dans laquelle se produisent deux hormones (thyroxine, triiodothyronine) - thyrocytes - qui contrôlent le métabolisme et l’énergie, les processus de croissance, la maturation des tissus et des organes.

Dans la glande thyroïde, il y a des «cellules C (parafolliculaires) appartenant au système endocrinien diffus qui sécrètent la calcitonine, l'un des facteurs régulant le métabolisme du calcium dans les cellules, participant de la croissance et du développement de l'appareil osseux (avec d'autres hormones).

Dans notre exposé, nous n'énumérerons pas toutes les maladies possibles de la glande thyroïde, allant du goitre nodulaire à la thyroïdite auto-immune ou au goitre de Hashimoto.

Considérons l'état fonctionnel de la glande thyroïde et son effet sur les processus métaboliques dans le corps. La compréhension de ces processus sous-tend le traitement de l'infertilité masculine, compliquée par une pathologie concomitante de la glande thyroïde. Un déséquilibre du niveau des hormones thyroïdiennes peut causer: 1.

Son hyperfonction - hyperthyroïdie, thyrotoxicose. 2. Et son hypofonction - l'hypothyroïdie. 3. Accélération du métabolisme 4. Augmentation de la production de chaleur 5. Brûlure de graisse 6. Effet stimulant sur le système nerveux central 7. Suppression de l'appétit 8. Diminution du besoin de sommeil 9. Augmentation des performances physiques 10. Tachycardie 11. Diarrhée 12.

Augmentation de la pression 13. Excitation 14. Insomnie 15. Tremblement musculaire 16. Transpiration 17. Sensation de chaleur 18. Fonction thyroïdienne réduite (survient lors de longs traitements et de très fortes doses de thyroxine; avec l'utilisation des doses recommandées, la fonction est restaurée dans les 3-4 semaines) 19

Ainsi, les hormones thyroïdiennes influencent les processus biologiques les plus importants: 1. croissance, 2. développement de l'organisme, 3. différenciation des tissus, 4. activité du système cardiovasculaire, 5. régulation du système nerveux, 6. état fonctionnel de la spermatogenèse.

L'enlèvement de la glande thyroïde provoque un retard de croissance, le développement sexuel et conduit à la stérilité masculine. Avec l'apparition de l'hypofonction, le nanisme se développe et l'ossification du squelette est perturbée. Il affecte le processus de régénération (récupération) des tissus, accélérant ou ralentissant ce processus.

Récemment, des données sont apparues sur l'effet des hormones sur le système génétique.

De plus, l'activité de la glande thyroïde étant régulée par le système nerveux central et l'hypophyse, son retrait mental ou son déficit entraînent rapidement un retard mental qui perturbe la différenciation des cellules cérébrales.

Ainsi, l'hypofonction de la glande thyroïde peut entraîner une infertilité masculine due à une altération de la spermatogenèse et à une diminution du taux d'hormones sexuelles.

Le ralentissement des processus métaboliques conduit finalement à une dysfonction érectile due à l'hypothyroïdie. Chez les patients présentant un hypogonadisme et un développement insuffisant des noyaux d'ossification, déterminés par des radiographies, il convient de rappeler que cela peut être le résultat d'une hypothyroïdie.

Le niveau d'hormones thyroïdiennes peut entraîner des maladies de l'hypophyse, entraînant une perturbation de la synthèse de la TSH (hormone stimulant la thyroïde).

Ainsi, chez tous les patients présentant une pathologie des organes de reproduction, l’état de l’activité fonctionnelle de la glande thyroïde doit être évalué.

Et lorsque vous modifiez le niveau d'hormones (en particulier d'hypofonctions), vous devez décider de la nécessité de corriger le niveau de thyroxine (T 4) et de triiodothyronine (T 3).

Résumant la présentation, résumons. En cas d'hyperfonctionnement de la glande thyroïde, tout d'abord, le traitement de la maladie sous-jacente conduisant à une thyrotoxicose (goitre nodulaire, goitre diffus diffus, thyroïdite auto-immune (Hashimoto goitre)) est indiqué.

Selon les témoignages, l'une des opérations peut être réalisée: résection de la glande thyroïde, hémithyroïdectomie, voire thyroïdectomie (pour cancer de la thyroïde).

Et ce n’est que dans l’avenir que l’application d’un traitement complet de l’infertilité masculine est démontrée.