Diabète de Lada

Plus récemment, le diabète a été divisé en premier et deuxième, mais, grâce aux résultats des recherches en cours, de nouveaux types ont été découverts, dont le diabète Lada (diabète LADA). Sur la façon dont il diffère des autres types, comment il est diagnostiqué et traité - en détail dans ce document.

Qu'est ce que c'est

Le diabète de Lada est un type de diabète sucré découvert à la fin du XXe siècle par des nutritionnistes autrichiens. Ils ont remarqué que les patients présentant des anticorps et une faible sécrétion de peptide C (résidu de protéine) ne sont pas du tout du second type, bien que le tableau clinique le montre clairement. Ensuite, il s'est avéré que ce n'était pas le premier type, car l'administration d'insuline est nécessaire beaucoup plus tôt. Ainsi, une forme intermédiaire de la maladie a été identifiée, appelée par la suite diabète Lada (diabète auto-immune latent chez l'adulte).

Caractéristiques

Le diabète latent est une forme latente dans laquelle se produisent une dégradation des cellules bêta du pancréas. De nombreux chercheurs appellent ce type de maladie "1,5", car l'évolution lente est très similaire à celle du deuxième type, et à la mécanique, la première. Sans études supplémentaires, un diagnostic correct est difficile. Si cela n'est pas fait et si la maladie est traitée de la même manière que le diabète de type 2 (prise de comprimés réducteurs de sucre), le pancréas fonctionnera à pleine capacité et la mort des cellules bêta ne fera qu'accélérer. Après une courte période - de six mois à trois ans - la personne aura besoin d'une insulinothérapie intensive, bien que le diabète sucré classique du second type soit prescrit beaucoup plus tard.

Les principales différences entre le diabète de type 2 et le diabète de type 2 sont les suivantes:

  • pas de surpoids (les cas de type latent chez les patients obèses sont assez rares);
  • niveaux réduits de peptides C dans le sang à jeun et après la prise d'une solution de glucose;
  • la présence dans le sang d'anticorps dirigés contre les cellules pancréatiques - le système immunitaire du diabétique l'attaque;
  • l'analyse génétique indique une propension à attaquer les cellules bêta.

Les symptômes

L’échelle de risque clinique «Risque clinique du diabète de Lada» développée par les médecins comprend les critères suivants:

  • âge d'apparition de la maladie - 25 à 50 ans. Si une personne a reçu un diagnostic de diabète de type 2 dans cet intervalle d'âge, il est nécessaire de rechercher Lada, car parmi les patients du second type, 2 à 15% sont latents et ceux qui ne souffrent pas d'obésité reçoivent ce diagnostic dans la moitié des cas;
  • manifestation aiguë de l'apparition de la maladie: le volume quotidien moyen de l'urine augmente (plus de 2 litres), une soif forte et constante apparaît, le patient perd du poids et se sent faible. Cependant, l'évolution du diabète de Lada est asymptomatique;
  • l’indice de masse corporelle est inférieur à 25 kg / m2, c’est-à-dire qu’il n’ya généralement pas d’obésité ni de surpoids chez les personnes à risque;
  • la présence de maladies auto-immunes dans le passé ou à l'heure actuelle;
  • maladies auto-immunes chez les proches parents.

Si un patient donne de 0 à 1 réponses positives sur des éléments de l'échelle donnée, la probabilité qu'il ait un type auto-immunitaire soit inférieur à 1%. S'il y a 2 réponses ou plus, le risque de diabète augmente à 90%. Dans ce dernier cas, la personne doit subir des examens supplémentaires.

Diagnostics

Divers dispositifs de diagnostic modernes facilitent la reconnaissance de la forme latente de la maladie. La chose principale, si vous soupçonnez ce type - le plus tôt possible de faire l'objet de recherches supplémentaires.

Après des tests standard de sucre et d'hémoglobine glyquée, le patient donne du sang pour les tests de laboratoire suivants:

  • détermination du taux d’autoanticorps anti-glutamate décarboxylase GAD. Un résultat positif, surtout si le niveau d'anticorps est élevé, indique dans la majorité des cas la présence de diabète Lada chez une personne;
  • Détermination et analyse par ICA d’autoanticorps dirigés contre les cellules des îlots pancréatiques. Cette étude est menée en plus de la première uniquement pour prédire l'évolution du type latent de la maladie. Si les anticorps anti-GAD et ICA sont présents dans le sang, cela indique une forme plus grave de diabète auto-immun;
  • détermination du taux de peptide C, qui est un sous-produit de la biosynthèse de l'hormone insuline. Sa quantité est directement proportionnelle au niveau d'insuline. Si l'analyse a montré la présence d'anti-GAD et d'une faible teneur en C-peptides, le patient est diagnostiqué avec le diabète de Lada. Si l'anti-GAD est présent mais que le taux de C-peptide est normal, d'autres études sont programmées;
  • étude des allées HLA à forte croissance - marqueurs génétiques du diabète de type 1 (ce type de maladie n'est pas lié au second type de maladie). De plus, les marqueurs DQA1 et B1 sont vérifiés;
  • détection d'anticorps dirigés contre des médicaments contenant de l'insuline.

Traitement

Avec la mauvaise approche, le diabète de Lada devient très rapidement grave et le patient devra injecter de fortes doses d’insuline. La personne se sentira constamment mal, il y aura beaucoup de complications. Si vous ne changez pas le cours du traitement, c'est bonjour pour invalidité ou décès.

Le traitement compétent de l'inflammation auto-immune commence par l'introduction de petites doses d'insuline.

Une insulinothérapie précoce est nécessaire pour:

  • sauver la sécrétion pancréatique résiduelle. La réduction de l'activité des cellules bêta est nécessaire pour maintenir un taux optimal de glucose dans le sang, réduire le risque de manifestation d'hypoglycémie et prévenir le développement de complications de la maladie.
  • élimination de l'inflammation auto-immune du pancréas en réduisant le nombre d'auto-antigènes auxquels le système immunitaire réagit brusquement et déclenche le processus de production d'anticorps. Des expériences de laboratoire ont montré que l'administration de petites doses d'insuline sur une longue période entraînait une diminution du nombre d'auto-antigènes dans le sang;
  • maintenir une glycémie normale afin d'éviter des complications précoces et nombreuses.

Des méthodes de traitement immunologique ont déjà été mises au point pour le traitement de certaines maladies auto-immunes. Bientôt, les scientifiques prédisent l’apparition de telles méthodes pour le traitement de l’inflammation auto-immune du pancréas.

Le traitement du diabète de Lada, en plus du traitement à l'insuline, comprend également:

  • les médicaments qui augmentent le seuil de sensibilité des tissus périphériques à l'insuline;
  • une interdiction d'utiliser des stimulants à l'insuline (entraînant un épuisement du pancréas et une augmentation du déficit en insuline);
  • contrôle permanent de la glycémie;
  • passer à un régime pauvre en glucides (avec le patient, vous pouvez manger du chocolat noir);
  • cours de physiothérapie (sauf dans les cas de déficit de poids important);
  • Hirudothérapie (méthode de traitement utilisant des sangsues médicales spéciales).

Après consultation avec votre médecin, l’utilisation de la médecine traditionnelle est également possible. En règle générale, le traitement auxiliaire consiste à prendre des décoctions et des teintures de plantes médicinales qui réduisent qualitativement le taux de glucose dans le sang.

Le diabète de Lada, comme d’autres types, sans une intervention rapide et un traitement approprié peut entraîner de nombreuses complications. Par conséquent, dans le diagnostic du diabète, il est important de mener des études supplémentaires pour exclure la probabilité d'un traitement incorrect, dont les conséquences peuvent être une invalidité et la mort.

Quel est le diabète Lada dangereux - symptômes de diagnostic latent

Le diabète latent ou latent est une maladie qui affecte les adultes de plus de 35 ans. Le danger du diabète latent réside dans la difficulté du diagnostic et des méthodes de traitement incorrectes.

Le nom scientifique de la maladie est LADA (LADA ou LADO), qui signifie Diabète auto-immune latente chez l'adulte (diabète auto-immunitaire latent chez l'adulte).

Les symptômes de LADA sont trompeurs, la maladie est souvent confondue avec le diagnostic de diabète de type 2, ce qui entraîne une aggravation de l'état des patients et, dans de rares cas, une issue fatale.

Dans cet article, nous allons essayer de vous dire quel est le diagnostic et comment identifier la forme latente de diabète.

Raisons

Avec le diabète de type 2 standard, le pancréas malade produit une insuline défectueuse, ce qui entraîne une augmentation de la glycémie et de l'urine.

Une autre option est que les tissus périphériques ne sont pas sensibles à l'insuline naturelle, même si sa production se situe dans la plage normale. Avec LADA, la situation est plus compliquée.

Les corps ne produisent pas la mauvaise insuline, mais ils ne produisent pas non plus la bonne insuline, ou la production est réduite à des indicateurs très insignifiants. La sensibilité des tissus périphériques ne perd pas, entraînant un épuisement des cellules bêta.

Une personne atteinte de diabète latent a besoin d’injections d’insuline avec les diabétiques atteints de la forme classique de la maladie.

Les symptômes

En relation avec les processus en cours dans le corps du patient, les symptômes suivants se manifestent:

  • Faiblesse et fatigue;
  • Fièvre, vertiges, fièvre possible;
  • Glycémie élevée;
  • Perte de poids sans cause;
  • Soif intense et diurèse;
  • L'apparition de plaque sur la langue, l'haleine d'acétone;

LADA procède souvent sans aucun symptôme expressif. Il n'y a pas de différence identifiée entre les symptômes masculins et féminins. Cependant, l'apparition du diabète LADA se produit souvent chez les femmes pendant la grossesse ou quelque temps après l'accouchement. Les femmes développent un diabète auto-immun à l'âge de 25 ans, beaucoup plus tôt que les hommes.

Les modifications du pancréas au cours de la sécrétion d'insuline sont principalement associées à la capacité de procréer.

Qu'est-ce qui est différent du diabète?

Le diabète de Lada a une origine auto-immune, son développement est associé à des lésions du pancréas, mais les mécanismes de développement de la maladie sont similaires à ceux des autres types de diabète. Il y a quelques années, les scientifiques n'étaient pas au courant de l'existence du LADA (type 1.5); seuls les diabètes de type 1 et de type 2 étaient distingués.

La différence entre le diabète auto-immun et le diabète de type 1:

  • Le besoin en insuline est moindre et la maladie est lente, avec des périodes d'exacerbation. Même sans traitement concomitant, les symptômes du diabète 1.5 ne sont souvent pas perceptibles par une personne;
  • Le groupe à risque comprend les personnes de plus de 35 ans atteintes de diabète de type 1, quel que soit leur âge, tombant malade;
  • Les symptômes de LADA sont souvent confondus avec les symptômes d'autres maladies, à la suite desquels un diagnostic incorrect est établi.

La nature et la manifestation du diabète de type 1 sont relativement bien comprises.

La différence entre le diabète auto-immun et le diabète de type 2:

  • Les patients peuvent être en surpoids;
  • La nécessité de consommer de l'insuline peut survenir dès 6 mois à partir du moment où la maladie se développe;
  • Le sang du patient contient des anticorps indiquant une maladie auto-immune;
  • Sur les équipements modernes, des marqueurs de diabète de type 1 peuvent être détectés;
  • Abaisser l'hyperglycémie avec des médicaments a peu d'effet.

Critères de diagnostic

Malheureusement, de nombreux endocrinologues ne procèdent pas à une analyse approfondie pour diagnostiquer le type de diabète. Après un diagnostic erroné, les médicaments qui abaissent la glycémie sont prescrits. Ce traitement est nocif pour les personnes atteintes de LADA.

Lors du diagnostic du diabète auto-immun, plusieurs techniques sont reconnues comme étant les plus efficaces.

Au stade initial, le patient subit des procédures standard:

  • Tests sanguins complets;
  • Analyse d'urine

En cas de suspicion de diabète latent, l’endocrinologue envoie un appel à une recherche étroitement ciblée. La forme latente de diabète est détectée par:

  • Hémoglobine glycosylée;
  • Réaction au glucose;
  • La fructosamine;
  • Anticorps anti-IAA, IA-2A, ICA;
  • Microalbumine;
  • Génotypage

En plus des tests de laboratoire sont étudiés:

  • Patient âgé de plus de 35 ans;
  • Comment l'insuline est produite (la recherche prend plusieurs années);
  • Le poids du patient est normal ou inférieur à la normale;
  • Est-il possible de compenser l'insuline avec des médicaments et des modifications du système de nutrition?

Ce n'est qu'avec un diagnostic approfondi et une recherche à long terme en laboratoire, suivi du patient et des processus de son corps, qu'il est possible de diagnostiquer correctement le diabète auto-immun.

Les échantillons périmés peuvent être utilisés en Russie:

  • Test de toxicité de la prednisolone sur le glucose. En quelques heures, le patient consomme de la prednisone et du glucose. La tâche de l’étude est de suivre la glycémie dans le contexte des fonds utilisés.
  • Exemple de quartier général-Traugott. Le matin, après avoir mesuré la glycémie, à jeun, le patient boit du thé chaud avec du dextropur. Au bout d'une heure et demie, le patient diabétique souffre de glycémie. Chez les personnes en bonne santé, il n'y a pas de telle réaction.

Ces méthodes de diagnostic sont considérées comme inefficaces et sont rarement utilisées.

Quel est le diagnostic erroné dangereux

Un diagnostic incorrect du type de diabète et un traitement incorrect ultérieur entraînent des conséquences pour la santé du patient:

  • Destruction auto-immune des cellules bêta;
  • Niveaux d'insuline d'automne et sa production;
  • Le développement de complications et la détérioration générale du patient;
  • Avec l'utilisation prolongée d'un traitement inapproprié - la mort des cellules bêta.

Contrairement aux personnes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2, les patients atteints de LADA ont besoin d'un apport d'insuline rapide à petites doses sans traitement médicamenteux.

La nomination de médicaments inappropriés pour une maladie auto-immune réduit les chances de guérison et de restauration du pancréas.

Traitement

Les patients atteints de LADA ont besoin d’une détection précoce de la maladie et de l’utilisation d’injections d’insuline.

C'est sur la consommation d'insuline à petites doses que se construit le traitement le plus efficace.

Les patients qui commencent une insulinothérapie aux premiers stades de la maladie ont toutes les chances de rétablir la production d'insuline naturelle au fil du temps.

Avec l'insuline, un traitement est prescrit:

  • Régime pauvre en carbone;
  • Faire du sport;
  • Surveillance continue de la glycémie, y compris la nuit;
  • Exclusion de certains médicaments chez les personnes en surpoids et atteintes de diabète d’autres types.

Il est important de réduire la charge sur le pancréas afin de faciliter la production future d’insuline naturelle. L’objectif du traitement est d’arrêter la mort des cellules bêta sous l’influence des modifications immunitaires.

Les médicaments à base de sulfomourée sont contre-indiqués pour les personnes atteintes de diabète latent. Ces médicaments augmentent la sécrétion d'insuline pancréatique et n'augmentent que la mort des cellules bêta.

Vidéo utile

Commentaires de l'expert sur ce diagnostic:

En Russie, en particulier dans les régions éloignées, le diagnostic et le traitement du diabète LADA en est à ses balbutiements. Le principal problème de diagnostic erroné réside dans l'augmentation du nombre d'attaques auto-immunes et de traitements inappropriés.

Dans les pays développés, le diabète latent est diagnostiqué et traité avec succès, de nouvelles méthodes de traitement sont en cours de développement, qui atteindront bientôt la médecine russe.

Qu'est-ce que le diabète Lada, quels sont ses symptômes et ses critères de diagnostic

Parmi les types de diabète sucré déjà connus, il existe, en plus des types 1 et 2, plusieurs maladies du système endocrinien peu connues et, malheureusement, peu étudiées - les diabètes MODY et LADA.

Nous parlerons du second d'entre eux dans cet article. Nous apprenons:

  • quelles sont ses principales caractéristiques
  • En quoi le diabète de Lada diffère-t-il des autres types de «maladie douloureuse»?
  • quels sont ses critères de diagnostic
  • et quel est son traitement

Qu'est-ce que le diabète LADA?

C'est un type particulier de diabète sucré, qui s'appelle autrement auto-immune ou latente.

Auparavant, il s'appelait diabète 1.5 (un an et demi), car il occupe une sorte de position intermédiaire entre ces deux types de maladies et, en même temps, leur ressemble beaucoup, mais présente des différences importantes.

LADA - Diabète auto-immune latent chez l'adulte

Comme son nom l’indique, le principal "indice" qui permet de le distinguer du diabète sucré de type 2 est un échec auto-immun, dans lequel le système immunitaire de l’organisme commence à attaquer les cellules β du pancréas.

La différence réside également dans le fait que le diabète insulino-dépendant (juvénile) chez l’enfant se développe à un âge précoce et qu’il se développe mal chez les adultes (y compris les hommes et les femmes plus âgés).

Il représente 10 à 20% des cas de suspicion de diabète de type 1.

Nous nous sommes habitués au fait que si, par exemple, un retraité qui n’était pas atteint de diabète entre à l’hôpital avec une hyperglycémie, contre laquelle l’acidocétose s’est développée, cela indique directement qu’il sera diagnostiqué comme souffrant de diabète de type 2. En d'autres termes, ils le consigneront au département d'endocrinologie présentant le type de maladie acquis et utiliseront une thérapie sous forme de comprimés dans un balbuzard avec des recommandations pour réviser leur régime alimentaire et, si possible, prescrir une physiothérapie adaptée.

Cela est dû au fait que sa glande peut toujours produire une partie de l'insuline et que certains patients avec le même diagnostic peuvent voir une diminution de la sensibilité à l'insuline des cellules (résistance à l'insuline).

Cependant, un tel traitement pour cette maladie ne convient pas!

Pourquoi

Le fait est que les adultes atteints de cette maladie au stade de sa génération souffrent des mêmes symptômes que ceux du diabète le plus courant, mais leur pancréas au fil du temps (cela se produit beaucoup plus rapidement qu'avec le diabète de type 2 après 6 mois et 5 ans au maximum à compter de la décision du diagnostic) perd la capacité de synthétiser une hormone de transport en raison d’un système immunitaire en colère qui commence à produire des anticorps attaquant les cellules β.

Et la présence d'anticorps est prescrite exclusivement pour le diabète de type 1. Par conséquent, un paradoxe se pose.

Comment un patient présentant des signes évidents de diabète de type 2 peut-il soudainement avoir besoin d'insuline?

Du fait que des anticorps spéciaux, attaquant les cellules pancréatiques, commencent à être produits dans le corps humain, la concentration en insuline endogène (naturelle, synthétisée par notre corps) est fortement réduite. Dans le même temps, la personne ne peut ressentir aucun changement majeur dans le pic d'activité du système immunitaire réglé de manière agressive tant qu'un déficit insulinique net ne conduit pas à une augmentation critique du taux de glucose dans le sang.

Malgré le fait qu'il y ait beaucoup de sucre dans le sang, les cellules ne reçoivent pas l'énergie nécessaire à leur survie, car il y a très peu d'insuline, voire aucune insuline, car les cellules de l'îlot du pancréas sont littéralement détruites par des anticorps. Chaque jour, leur quantité diminue exactement, tout comme le volume de l'hormone synthétisée.

Cette fausse famine nécessite d'interférer dans les processus du métabolisme et une régulation normale d'urgence sera lancée. Cependant, il fonctionne uniquement avec des méthodes unidirectionnelles, dont le but est de combler le déficit de glucose dans le sang dû à la synthèse inverse du glycogène et à la lipolyse ultérieure - la conversion des réserves de graisse en glucose et en métabolites.

Cela est dû au fait qu'il n'y a tout simplement aucune autre hormone pouvant agir comme insuline dans notre corps, mais il est beaucoup plus facile et plus rentable de stocker de l'énergie que de consacrer beaucoup d'efforts à la synthèse hormonale.

Les principales différences entre le diabète de Lada et les autres types de diabète:

  1. Échec auto-immune
  2. Plus commun chez les adultes
  3. L'hyperglycémie
  4. Acidocétose
  5. Le traitement nécessite une insulinothérapie intensifiée adéquate.

Il est facile de deviner que cette approche ne fera qu'aggraver la situation et que la quantité de sucre dans le sang augmentera encore plus. Tout cela conduira à un saut brutal du glucose - à une hyperglycémie très élevée.

De plus, en raison des sources d'énergie alternatives, une énorme masse de produits métaboliques va s'accumuler dans le sang, ce qui rendra le sang épais et toxique. Cela provoque une acidocétose diabétique. Si vous n'intervenez pas dans le processus, une personne peut tomber dans un coma acidoacidotique, dont les conséquences peuvent être très désagréables.

La seule chose qui puisse «enchanter» au moins un peu est la vitesse de progression du diabète de Lada.

Bien sûr, il n’ya rien de spécial à se réjouir ici, mais tous les processus ci-dessus se déroulent extrêmement rapidement jusqu'au moment où une personne est en mesure de comprendre que quelque chose ne va pas avec elle et se rendre à l’hôpital à temps, ce qui n’est pas caractéristique du diabète de type 2, dont la sévérité des symptômes ans après l'apparition du syndrome métabolique.

Le diabète de Lada se manifeste déjà 2 à 3 mois après le début d'une attaque auto-immune.

Afin d'améliorer la santé d'un patient admis à l'hôpital, il lui sera tout d'abord prescrit un traitement hypoglycémiant sous forme d'injections d'insuline et de solutions de dilution spéciales (solutions aqueuses "éclaircissant" le fluide biologique grâce à un schéma spécialement sélectionné qui normalise la composition hydro-électrolytique du sang et intercellulaire, cellulaire). fluide). Et aussi éliminer le manque d'humidité dans le corps.

Bien que la personne soit dans des conditions stationnaires, elle devra passer une série de tests qui aideront les médecins à poser correctement un diagnostic, dont dépend le mieux-être du diabétique.

Les symptômes

Ils ressemblent au diabète:

  • faiblesse grave
  • fatigue
  • vertige
  • tremblement du corps
  • des frissons
  • pâleur de la peau
  • augmentation possible de la température corporelle
  • hyperglycémie
  • augmentation de la diurèse (une personne va souvent aux toilettes pour un petit besoin)
  • perte de poids déraisonnable (une personne peut perdre du poids rapidement sans raison apparente)

avec la manifestation de l'acidocétose:

  • soif forte
  • nausée
  • vomissements
  • bouche sèche
  • langue sèche entourée de fleurs
  • odeur caractéristique d'acétone de la bouche

Il convient de rappeler que le diabète LADA évolue souvent sans signes évidents.

Diagnostics

Pour diagnostiquer clairement le diabète latent, il est important de prendre en compte non seulement les symptômes de la manifestation de la maladie et de recueillir des antécédents détaillés, mais également de réussir les tests:

Après cela, le patient sera dirigé vers d'autres types de recherche plus restreints:

  • hémoglobine glyquée (HbA1c)
  • fructosamine
  • pour la tolérance au glucose (GTT)
  • peptide C (proinsuline)
  • détermination des anticorps anti-insuline (IAA) + tyrosine phosphatase IA (IA-2A)
  • glucagon
  • peptide pancréatique
  • leptine
  • microalbumine
  • anticorps contre les cellules des îlots de Langerhans (ICA)
  • acide glutamique décarboxylase + anticorps produits en réponse à son activité (anticorps anti-glutamate décarboxylase (anti-GAD))
  • génotypage exact

Les tests les plus importants dans ce cas seront, bien sûr, des tests auto-immuns. C'est avec leur aide que la forme latente de diabète peut être identifiée.

Le génotypage vous permet d'avoir une image plus précise des défaillances du système immunitaire humain et d'identifier des types spécifiques d'anticorps synthétisés en très grande quantité avec une maladie similaire.

Il convient de noter un fait important!

Il existe deux types de diabète latent, le premier étant «masqué» sous le diabète de type 1. Il se caractérise par l'image suivante:

  • jeune âge des patients au stade initial de la maladie
  • petite quantité de peptide C (lors d'un don de sang l'estomac vide)
  • la présence d'haplotypes et de génotypes HLA, caractéristiques du type de diabète insulinodépendant

Le second, au contraire, se caractérise par une faible concentration en anticorps, ainsi que:

  • les adultes sont malades (y compris les personnes âgées)
  • ils sont caractérisés par un IMC accru (indice de masse corporelle)
  • dyslipidémie est présent
  • haplotypes et génotypes HLA manquants
  • la maladie ressemble au diabète de type 2

Il convient de noter à l’avance que le diabète auto-immunitaire de la deuxième variante ressemble plutôt au stade initial de l’infection, lorsque la quantité d’anticorps dirigés contre les cellules glandulaires n’était pas aussi importante et qu’ils sont assez difficiles à détecter à l’aide de types d’analyses marqués, tout comme il est impossible de détecter le glucose dans les urines (glucosurie) avec hyperglycémie à certains stades diagnostiques.

Nous sommes enclins à croire qu'il s'agit du même diabète, étudié à différents stades de son développement.

L'hyperproduction persistante d'autoanticorps dirigés contre les cellules β du pancréas est caractéristique de la forme la plus courante de diabète latent.

Soit dit en passant, les cellules les moins saines sont libérées - plus elles produisent de l’insuline de manière intensive. C'est un type spécial de substitution qui désactive le pancréas encore plus rapidement.

Le gène TCF7L2 est responsable du travail fonctionnel du pancréas. Il a un effet direct sur le développement des cellules β des îlots. C'est à la recherche d'autoanticorps et de diagnostics dirigés.

L'analyse du peptide C est également particulièrement importante. Si son taux de jeûne est faible, cela indique directement une diminution de la fonction pancréatique, ce qui augmente encore la probabilité que le patient ait besoin de passer à une insuline exogène.

  • Ainsi, en l'absence d'anticorps anti-glutamate décarboxylase, un tel diagnostic est totalement exclu.
  • En présence d'anti-GAD sur fond de faible niveau de peptide C, le diagnostic de diabète LADA est confirmé.
  • Si la concentration de c-peptide est normale, mais qu'il existe des anticorps, il est nécessaire de passer d'autres tests supplémentaires afin de clarifier les causes de cette "anomalie".

Problèmes de diagnostic dans les hôpitaux russes

Malheureusement, peu d’endocrinologues en Russie sont en mesure de suspecter immédiatement ce type de maladie endocrinienne chez un patient, même en présence de signes évidents de diabète LAD.

En outre, de nombreuses régions du pays doivent encore mettre à niveau des équipements coûteux, utilisés dans les diagnostics de laboratoire.

Cela suggère qu'il est presque impossible de prescrire des types de tests auto-immuns dans le cadre du traitement gratuit en Russie.

Les patients ont à leurs risques et périls la possibilité de se rendre dans des cliniques privées, dont la précision des analyses peut être mise en doute. Personne ne penserait jamais à demander à l'administration des certificats de conformité pour son équipement de diagnostic. Ceci est, pour le moins qu'on puisse dire, étrange et sera probablement perçu comme hostile par l'autre partie fournissant de tels services.

Mais cela fait partie de l'iceberg! Certains médecins traitent encore les patients à l'ancienne et ne connaissent même pas les nouveaux types de diabète hybrides.

En Russie, très peu de recherches ont été menées dans ce domaine, dont les résultats n’ont pas touché un large éventail de publics et n’ont pas été publiés dans les médias.

Ce problème a plus de temps en Israël, aux États-Unis, en Australie et dans plusieurs autres pays. Nous le savons depuis 1993.

Tout médecin et patient doit être alerté par les facteurs suivants:

  • jeune âge des patients (de 20 à 50 ans)
  • poids relativement normal
  • faible efficacité du traitement hypocholestérolémiant en comprimés, ce qui conduit à un épuisement très rapide et inhabituel des ressources pancréatiques pour le diabète sucré de type 2 (en moyenne pendant 1 à 2 ans; à titre de comparaison, le second type prend plus de 10 ans à compter du début du diagnostic)
  • symptômes étranges pouvant correspondre aux deux types de diabète

Si la photo correspond à ce qui précède, le patient devra consulter un autre médecin pour lui demander de procéder à d'autres études auto-immunes.

Facteurs de risque

La nature de la maladie étant encore mal comprise, cette question reste controversée. Cependant, selon l’OMS, le risque de développer une forme latente de «mal de sucre» augmente avec:

  • mauvaise hérédité, aggravée par la présence de diabète dans l'histoire du plus proche parent
  • l'obésité
  • mauvaise nutrition avec abus de glucides (+ nourriture de mauvaise qualité, dans laquelle beaucoup de "chimie")
  • trop manger
  • moins de 50 ans
  • mode de vie sédentaire
  • mauvaise écologie
  • stress
  • épuisement de l'immunité
  • blessure, blessure, chirurgie
  • abus d'antibiotiques (certains médicaments peuvent provoquer l'apparition de maladies auto-immunes)
  • dans le passé, il existait ou existait actuellement des maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux aigu disséminé, maladie de Crohn, sclérose en plaques, vitiligo, etc.) ou des personnes apparentées à des proches

Traitement

Bien entendu, il est important de prescrire un traitement précoce de la maladie afin de:

  1. Réduire la charge sur le pancréas (si ses cellules sont encore capables de synthétiser de l'insuline)
  2. Ralentir l'inflammation auto-immune en réduisant l'activité des autoantigènes
  3. Maintenir la glycémie normale

Toutes ces actions visent à retarder au maximum le processus néfaste et irréversible de la mort des cellules pancréatiques à la suite d’une attaque immunitaire.

Pour obtenir des résultats positifs, il est important de prescrire une insulinothérapie adéquate!

Avec le bon traitement, il est plus facile de contrôler et de compenser le diabète, de prévenir l’hypoglycémie, l’hypoglycémie et le développement de complications tardives du diabète.

Si un traitement inadéquat en comprimés est prescrit (la metformine est souvent prescrite et lorsque des taux élevés d'hémoglobine glyquée sont prescrits avec des médicaments à base de sulfonylurée), cela conduira rapidement à un épuisement du pancréas et les médecins seront forcés de transférer le patient à l'inuline exogène.

De plus, il est important que les diabétiques ainsi diagnostiqués suivent un traitement intensif, dans lequel une concentration adaptée d'insuline basique est créée et doit être maintenue tout au long de la journée par l'introduction d'une hormone «antagoniste» visant à réguler la glycémie postprandiale (c'est-à-dire après avoir mangé).

Au stade initial de la maladie, il est suffisant d’utiliser de petites doses de l’hormone chez le balbuzard avec une alimentation et une activité physique appropriées.

Diabète sucré "Lada": description et détermination du type

Avec le diabète sucré, le taux de glucose dans le corps augmente constamment. Si une personne malade apprend à bien surveiller son état de santé et à maintenir son taux de sucre normal, le diabète, qui est une maladie grave, deviendra un mode de vie spécial qui ne posera pas de menace.

Il existe plusieurs types de diabète étroitement associés aux processus métaboliques altérés dans le corps d'un malade. En plus de l'hyperglycémie, chacun des types de maladies se manifeste par la production de glucose dans les urines. Dans ce contexte, les symptômes suivants peuvent survenir:

  1. la soif commence à augmenter de manière significative;
  2. l'appétit augmente rapidement;
  3. il existe un déséquilibre du métabolisme des graisses sous forme d'hyperlipidémie, ainsi que de dyslipidémie;
  4. métabolisme des minéraux cassé dans le corps;
  5. commencer les complications d'autres maux.

Une augmentation significative du nombre de patients diabétiques a nécessité l'identification de différents types de cette maladie afin de bien comprendre la différence entre un état et un autre.

Si, jusqu'à récemment, le médicament du deuxième type ne pouvait être affecté que par des personnes de plus de 45 ans, la tranche d'âge de cette maladie passait à 35 ans.

Chaque année, le diagnostic du deuxième type de diabète chez les patients plus jeunes est associé à une mauvaise alimentation et à un mode de vie incorrect.

La classification principale de la maladie

La médecine moderne met en évidence plusieurs types majeurs de diabète sucré, que les gens peuvent souffrir, peu importe leur âge:

  • Le diabète de type I dépend de l'insuline. Il se forme dans le corps humain dans le contexte d’une diminution de la quantité de cette hormone. En règle générale, il se produit chez les jeunes enfants, les adolescents et les jeunes. Dans cette maladie, il est important d'introduire quotidiennement une certaine dose d'insuline;
  • La maladie de type II est indépendante de l'hormone insuline et peut se développer même avec une quantité excessive de celle-ci dans le sang humain. Le deuxième type de diabète est caractéristique des personnes de plus de 40 ans et se développe dans le contexte d’une augmentation du poids corporel. Avec ce type de diabète, on peut améliorer la santé en ajustant la nutrition, en perdant du poids, en augmentant l'intensité des efforts physiques. Un tel diabète en médecine est généralement divisé en deux sous-types. Le sous-type A se développe dans le contexte du surpoids et le sous-type B est caractéristique des patients minces.

Outre les principaux types de diabète, il en existe également des types spécifiques:

  1. Diabète LADA. Il se caractérise par une certaine similitude avec une maladie du premier type, mais son rythme est lent. Si nous parlons des phases finales du diabète LADA, alors il peut être diagnostiqué comme un diabète du second type. Pour le moment, ce nom est obsolète et le terme diabète auto-immun est venu le remplacer.
  2. Le diabète MODY est un type de maladie de classe A de nature purement symptomatique qui peut se former dans le contexte de problèmes liés au pancréas, à l'hémochromatose et à la fibrose kystique;
  3. diabète d'origine médicamenteuse (diabète de classe B);
  4. diabète de classe C, qui survient lorsque le système endocrinien est altéré.

Différences de diabète LADA par rapport à d’autres formes de la maladie

Le terme diabète LADA lui-même a été attribué à la forme latente de diabète auto-immun chez les patients adultes. Tous ceux qui appartiennent à cette catégorie de patients, ainsi que les patients du premier type de la maladie, ont besoin de toute urgence d'une insulinothérapie obligatoire. En règle générale, en plus des problèmes de sucre, il se produit dans le corps des patients une dégradation des cellules du pancréas, qui produisent de l'insuline. En conséquence, un processus auto-immun se produit.

Dans la pratique médicale, vous constaterez que le diabète LADA est lent, et on l'appelle parfois aussi diabète "1,5".

Un tel état pathologique est caractérisé par la mort de toutes les cellules de l'appareil insulaire lorsque le patient atteint l'âge de 35 ans. L'ensemble du processus est plutôt lent et ressemble au cours du diabète sucré du deuxième type.

La principale différence est que, dans ce cas, toutes les cellules bêta meurent, ce qui provoque l'arrêt de la sécrétion d'insuline dans le pancréas.

En règle générale, une dépendance complète vis-à-vis de l'administration supplémentaire d'insuline se forme dans un délai de 1 à 3 ans à compter du début de la maladie. Il se produit avec des symptômes caractéristiques chez les hommes et les femmes.

L'évolution de la maladie est plus appropriée pour le second type, car pendant assez longtemps, il est possible de contrôler l'évolution de l'intégralité du processus pathologique à l'aide d'exercices physiques et d'une nutrition compétente à faible teneur en glucides.

L'évolution relativement positive de la maladie permet de penser que le DS va se retirer ou que son attaque sera déplacée indéfiniment. Le point le plus important dans ce cas sera le contrôle glycémique.

Pour sensibiliser les patients, des écoles spéciales pour diabétiques sont en cours de création. Leur objectif principal est de fournir des informations adéquates et correctes à chaque patient spécifique qui:

  1. il est nécessaire de surveiller le niveau de glycémie;
  2. Il existe des moyens de contrôler le niveau de sucre;
  3. fournit un comportement spécial en cas de complications du diabète.

Comment est le diagnostic de diabète LADA?

Pour identifier les signes indiquant un diabète LADA chez un patient, il est nécessaire, en plus de tous les tests standard de glycémie et d'hémoglobine glyquée, d'appliquer les pratiques suivantes:

  • analyse et désassemblage des autoanticorps dirigés contre les cellules ISA (cellules d'îlots);
  • recherche d'antigènes HLA;
  • l'étude d'autoanticorps à des médicaments contenant de l'insuline;
  • vérification des marqueurs génétiques;
  • Auto-anticorps anti-glutamate décarboxylase standard GAD.

Les écarts par rapport à la norme reconnue avec des manifestations de type diabète de type LADA seront des paramètres tels que:

  1. le patient a moins de 35 ans;
  2. établir une dépendance à l'insuline après un certain temps (plusieurs années);
  3. la manifestation des symptômes du second type de diabète avec un poids normal ou même une maigreur;
  4. une insuffisance en insuline est compensée par des régimes spéciaux et un entraînement physique thérapeutique.

Pour la médecine moderne, le diagnostic de diabète n’est pas difficile. Pour ce faire, divers dispositifs de diagnostic permettent de confirmer le diagnostic chez les patients âgés de 25 à 50 ans dans les cas où ils présentaient les signes classiques du diabète.

Les études de laboratoire modernes aident le médecin aussi précisément que possible à choisir les méthodes de traitement réellement efficaces et à prolonger la période de production des hormones du patient.

Les femmes enceintes atteintes de diabète sucré de grossesse ont été confirmées comme présentant un risque potentiel de développer un diabète de type LADA. Dans la majorité des cas, ces femmes sont sujettes au diabète après la fin de leur grossesse ou dans un avenir pas trop éloigné. En règle générale, la probabilité d'une telle évolution de la maladie est notée dans 25% des cas.

Méthodes de traitement

Comme indiqué précédemment, l’insulinothérapie est obligatoire pour les patients diagnostiqués avec le diabète LADA. Les médecins recommandent de se serrer avec des injections. Si le diabète LADA a été confirmé, le traitement reposera sur ce principe.

Cette catégorie de patients nécessite une détection précoce de la maladie et une administration adéquate de médicaments, notamment d’insuline. Tout d'abord, cela est dû à la forte probabilité d'un manque de production d'insuline stimulée. Très souvent, un déficit en insuline peut être associé à la résistance des cellules du corps à cette hormone, si le diabète de Lada est diagnostiqué.

Dans de telles situations, les patients peuvent être assignés à recevoir des agents spéciaux pour réduire le sucre sous forme de pilule. De tels médicaments ne causent pas de pancréas sec, mais en même temps ils augmentent le seuil de sensibilité des matières périphériques à l’insuline hormone.

En outre, les médicaments pouvant être prescrits comprennent les dérivés de biguanides (métformine), ainsi que les glitazones (Avandia). Une liste complète des médicaments pour les diabétiques est disponible sur notre site Web.

Pour tous les patients atteints de diabète LADA, l’insulinothérapie est extrêmement importante. Dans ce cas, la nomination d'insuline le plus tôt possible visera à préserver le plus longtemps possible la production naturelle d'insuline de base.

Les patients porteurs de diabète LADA devraient être limités dans l'utilisation de sécrétagènes. Ces médicaments peuvent stimuler la production d’insuline et conduire à un épuisement rapide du pancréas, puis à une carence en insuline chez les patients atteints de diabète de type Lada.

Un excellent complément au traitement sera:

  • remise en forme;
  • Hirudothérapie;
  • exercice thérapeutique.

En outre, avec l'autorisation du médecin, des traitements avec l'aide de la médecine traditionnelle peuvent être organisés. Il existe un assez grand nombre de plantes médicinales qui réduisent qualitativement la glycémie chez un patient atteint de diabète de type LADA.

Diabète sucré de type LADA (Lada)

Le stade initial du diabète est difficile à reconnaître car il ne se manifeste pas. Le patient ne ressent aucun changement dans son corps et, même lors de tests de sucre, ses performances sont normales. Dans ce cas, nous parlons du soi-disant type de diabète "Lada". De lui et parler plus loin.

Qu'est ce que c'est

Ce type de diabète est considéré comme latent ou latent. Un autre nom pour cela est "diabète 1.5". Ce n'est pas un terme officiel, mais il indique le fait que fret est une forme de diabète de type 1, qui présente certaines caractéristiques du diabète de type 2. En tant que forme de diabète de type 1, fret est définie comme une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire du corps attaque et tue cellules produisant de l'insuline. Et avec le type 2, il est confus car l'harmonie se développe sur une période plus longue que le diabète de type 1.

Les scientifiques ont découvert que ce diabète présente des différences notables et doit être traité différemment. Bien que ce type n'ait pas été connu, le traitement a été appliqué comme dans le diabète de type 2, mais l'insuline n'était pas censée être injectée ici, bien que cela soit très important dans le diabète LADA. Le traitement comprenait la prise de médicaments stimulant la production d'insuline par les cellules bêta. Mais au cours de ce diabète, ils sont déjà déprimés et ont été forcés de travailler au maximum. Cela a eu des conséquences négatives:

  • les cellules bêta ont commencé à se décomposer;
  • la production d'insuline a diminué;
  • maladie auto-immune développée;
  • les cellules sont mortes.

Le développement de la maladie a duré plusieurs années - le pancréas était complètement épuisé, il était nécessaire d'injecter déjà l'insuline en grande quantité et de suivre un régime strict. C'est à ce moment-là que les scientifiques ont soupçonné que le mauvais type de diabète était traité.

Le diabète de Lada a besoin d'insuline supplémentaire. Quand il est lent, les cellules du pancréas se décomposent et finissent par mourir.

Comment distinguer le diabète LADA?

Certains facteurs devraient inciter les médecins à penser qu’ils sont confrontés à un patient atteint de diabète, et non de diabète de type 2. Ils comprennent:

  • absence de syndrome métabolique (obésité, hypertension et taux de cholestérol élevé);
  • hyperglycémie incontrôlée, malgré l’utilisation d’agents oraux;
  • la présence d'autres maladies auto-immunes (y compris la maladie de Graves et l'anémie).

Certains patients atteints de diabète peuvent présenter un syndrome métabolique susceptible de compliquer considérablement ou de retarder le diagnostic de ce type de diabète.

Causes et symptômes

Plusieurs raisons influent sur la probabilité de développer un diabète latent:

  • Âge La plupart des personnes âgées (75%) ont un diabète latent qui affecte un système endocrinien affaibli.
  • La présence d'un excès de poids. Le diabète apparaît avec une mauvaise nutrition, à la suite de laquelle une violation des processus métaboliques se produit dans le corps.
  • Dommages au pancréas. S'il était transféré, une maladie virale dans laquelle le poids de la victime était placé sur le pancréas.
  • Prédisposition génétique au diabète. La famille a des parents de sang atteints de diabète.
  • La grossesse Elle peut provoquer le développement de la maladie du sucre, en particulier si elle a une prédisposition génétique. Une femme enceinte devrait donc s’inscrire immédiatement et être placée sous la surveillance d’un médecin.

Comme le diabète est latent, c'est-à-dire secret, il est difficile à déterminer. Mais il y a encore des symptômes. Ceux-ci comprennent:

  • prise de poids ou perte de poids inattendue;
  • sécheresse et démangeaisons de la peau;
  • faiblesse et malaise;
  • désir constant de boire;
  • désir constant de manger;
  • nébuleuse de la conscience;
  • mictions fréquentes;
  • pâleur
  • des vertiges;
  • taux élevé de sucre dans le sang;
  • frissons et frissons.

Ce diabète a des symptômes similaires avec le diabète de type 2, seules leurs manifestations ne sont pas aussi perceptibles.

Mesures de diagnostic

Les mesures de diagnostic suivantes doivent être effectuées pour détecter le diabète LADA:

  1. Faites un test sanguin pour le sucre. Le patient doit s'abstenir de manger pendant au moins 8 heures avant le test. Des taux élevés indiquent une maladie.
  2. Effectuer un test glycémique. Avant l'étude, il est recommandé de boire un verre d'eau douce. Ensuite, un test sanguin est pris. L'indicateur ne doit pas dépasser 140 mg par décilitre. Si le chiffre est plus élevé, alors le diabète latent est diagnostiqué.
  3. Effectuer un test pour l'hémoglobine glyquée. Si les premiers indicateurs indiquent la teneur en sucre dans le sang à l'heure actuelle, alors ce test est sur une longue période, c'est-à-dire plusieurs mois.
  4. Effectuer un test pour la présence d'anticorps. Si les indicateurs dépassent la norme, cela parle également de la maladie, car cela confirme une violation du nombre de cellules bêta dans le pancréas.

Avec la détection rapide de ce type de diabète, vous pouvez contrôler son développement. En savoir plus sur le diagnostic de diabète, quel que soit son type, lisez ici.

Comment traiter?

L'objectif du traitement est de retarder l'effet d'une attaque immunitaire sur les cellules pancréatiques produisant de l'insuline. La principale chose à faire pour que le diabétique commence à produire sa propre insuline. Ensuite, le patient peut vivre longtemps sans problèmes.

Habituellement, le traitement du diabète de Lada coïncide avec le traitement de cette maladie de type 2. Par conséquent, le patient doit observer une nutrition appropriée et faire de l'exercice. De plus, de petites doses d'insuline sont prescrites.

Le rôle principal de l’hormone est de soutenir la destruction des cellules bêta par leur propre immunité, et un rôle déjà mineur consiste à maintenir le taux de sucre à un niveau normal.

Le traitement est soumis aux règles suivantes:

  1. Régime alimentaire Tout d’abord, vous devez suivre un régime avec une plus petite quantité de glucides (excluez du régime les céréales blanches, les produits de boulangerie et les pâtes, les sucreries, les fast food, les boissons gazeuses, les pommes de terre sous quelque forme que ce soit). En savoir plus sur les régimes faibles en glucides ici.
  2. L'insuline Utilisez une insuline prolongée, même dans les cas où la teneur en glucose est normale. Le patient doit surveiller la teneur en glucose dans le sang. Pour ce faire, il doit disposer d’un glucomètre permettant de mesurer le sucre plusieurs fois par jour - avant les repas, après et même la nuit.
  3. Pilules Les comprimés de sulfonylurée et les comprimés de glinides ne sont pas utilisés et, si votre poids est normal, Siofor et Glucophage ne sont pas acceptés.
  4. Culture physique. Les patients ayant un poids corporel normal sont invités à suivre un traitement physique pour la promotion de la santé en général. Avec l'excès de poids, vous devez connaître un ensemble de mesures pour perdre du poids.

Un traitement correctement initié aidera à réduire la charge sur le pancréas, à réduire l'activité des auto-antigènes pour ralentir l'inflammation auto-immune et à maintenir le taux de production de glucose.

Consultation vidéo

Dans la vidéo suivante, l'expert parlera du diabète LADA - diabète auto-immun chez l'adulte:

Le diabète LADA est donc un type de diabète rusé, difficile à identifier. Il est extrêmement important de reconnaître le diabète de Lada à temps, puis avec l’introduction d’une dose d’insuline, même faible, l’ajustement de l’état du patient. Le glucose dans le sang sera normal, les complications spécifiques du diabète peuvent être évitées.

Le concept et les caractéristiques du diabète LADA

Le nombre de personnes atteintes de diabète en Russie aujourd'hui s'élève à des millions et progresse assez rapidement. Tous les 12-15 ans, le nombre de patients diabétiques est doublé.

Qu'est-ce qu'un diabète dangereux?

Le diabète sucré est une augmentation permanente du taux de sucre dans le sang. Et une telle définition est loin d’être une coïncidence, car toutes les aggravations dans le corps du patient sont associées principalement à un taux élevé de sucre dans le sang. Et la capacité du patient à se débarrasser de son bien-être en maintenant son taux de sucre dans le sang à son niveau naturel transformera la maladie d’un malaise grave en un type de vie particulier, permettant d’éviter de graves problèmes de santé.

Cette maladie comprend plusieurs variétés associées à l’échec des processus métaboliques dans le corps du patient.

Un diabète d'un type différent, en plus de l'hyperglycémie, se manifeste en excrétant du glucose dans l'urine. C'est l'essence de la maladie à l'étude. En même temps, la soif du patient qui s’applique augmente considérablement, son appétit augmente rapidement, le métabolisme des lipides est perturbé sous forme d’hyper et de dyslipidémie, le métabolisme protéique ou minéral est perturbé et, dans le contexte de tous les troubles susmentionnés, se développent des complications.

L’augmentation globale du nombre de patients atteints de la maladie du sucre a amené les scientifiques de différents pays à s’attaquer sérieusement au problème de l’identification de différents types de maladie afin de séparer clairement les espèces. Ainsi, jusqu'à récemment, on pensait que le diabète de type 2 était une maladie principalement caractéristique des patients âgés de plus de 45 ans. À ce jour, cette ambiguïté est réfutée. Il convient de souligner que chaque année, les personnes atteintes d’un tel diagnostic à un très jeune âge (jusqu’à 35 ans) deviennent beaucoup plus nombreuses. Et cela devrait amener les jeunes d'aujourd'hui à réfléchir à la justesse de leur position dans la vie et à la rationalité de leur comportement quotidien (nutrition, activité, etc.).

Classification des espèces

Il existe 2 principaux types de diabète:

  1. Le type I - insulino-dépendant, est formé chez l'homme avec une production réduite d'insuline dans le corps. Le plus souvent, il est formé chez les enfants en bas âge, les adolescents et les jeunes. Avec ce type de diabète, une personne doit toujours s'injecter de l'insuline.
  2. Type II - indépendant de l'insuline, peut survenir même avec un excès d'insuline dans le sang. Avec ce type de diabète, l'insuline n'est pas suffisante pour normaliser le taux de sucre dans le sang. Ce type de diabète se forme plus près de la vieillesse, souvent après 40 ans. Sa formation est associée à une augmentation du poids corporel. Dans le cas de la maladie de type II, il suffit parfois d’apporter des modifications à l’alimentation, de perdre du poids et d’augmenter l’intensité des efforts physiques. De nombreux signes de diabète disparaissent. Le second type de diabète, à son tour, est divisé en sous-type A, qui se forme sur le fond de l'obésité, et en sous-type B, qui se développe chez des patients minces.

Moins courants sont des types spécifiques de diabète, tels que:

  1. LADA-diabète (nom obsolète), actuellement un diabète latent (sinon auto-immun), dont la principale caractéristique est sa similitude avec le premier type de diabète, mais le diabète LADA se développe beaucoup plus lentement, cette maladie étant souvent diagnostiquée au stade final 2 types.
  2. MODY est un diabète de type A symptomatique qui se forme dans le cadre d'affections du pancréas, de la fibrose kystique ou de l'hémochromatose.
  3. Diabète sucré d'origine médicamenteuse ou diabète de classe B.
  4. Le diabète de classe C se développe avec des anomalies du système endocrinien.

Quelles sont les différences et les caractéristiques du diabète LADA?

Le terme LADA est attribué au diabète auto-immunitaire latent chez l'adulte. Les personnes qui appartiennent à cette catégorie, ainsi que les patients du type 1, ont un besoin criant d’insulinothérapie adéquate. En même temps, dans le corps de la personne malade, les cellules du pancréas se décomposent, ce qui produit de l'insuline, ce que l'on appelle le processus auto-immun.

Certains praticiens appellent le diabète LADA lentement progressif et donnent parfois le nom "1,5". Ce nom est très facile à expliquer: la mort du nombre absolu de cellules de l’appareil insulaire après avoir atteint l’âge de 35 ans est très lente, elle ressemble beaucoup à l’évolution du diabète de type 2. Mais, contrairement à lui, toutes les cellules bêta du pancréas meurent inévitablement, respectivement, la production de l’hormone disparaît rapidement, puis s’arrête.

Dans les cas normaux, une insulinodépendance complète se forme au bout de 1 à 3 ans à compter du début de la maladie et se manifeste par des symptômes caractéristiques aussi bien chez l'homme que chez la femme. L'évolution de la maladie s'apparente davantage à celle du type 2. Pendant longtemps, il est possible de réguler l'évolution du processus par l'exercice et une alimentation équilibrée.

L'évolution relativement positive de la maladie laisse présumer qu'elle reculera ou retardera le développement de toutes les complications connues pendant une période plus éloignée. La tâche principale est donnée dans de telles situations - le contrôle glycémique.

Afin de sensibiliser davantage les patients, des écoles spécialisées dans le diabète ont été créées. Elles ont pour objectif principal de fournir les informations appropriées sur la manière dont le patient doit mesurer les indicateurs nécessaires et sur le comportement à adopter en cas de complication.

Diagnostic de la maladie

Afin de déterminer les signes du diabète LADA chez le patient qui a demandé une assistance médicale, en plus de toutes les analyses usuelles et habituelles du niveau de sucre et de l’hémoglobine glyquée, les pratiques suivantes sont utilisées:

  • analyse et analyse des autoanticorps dirigés contre les cellules d'îlots ICA;
  • l'étude des antigènes HLA;
  • détection des autoanticorps contre les préparations d'insuline;
  • test des marqueurs génétiques: HLA DR3,4, DQA1, B1;
  • Auto-anticorps du modèle GAD glutamate décarboxylase.

Les anomalies dans la manifestation du diabète LADA sont les paramètres suivants:

  • âge de survenue avant 35 ans;
  • l'émergence d'une dépendance à l'insuline après plusieurs années;
  • manifestation de symptômes de type 2 avec maigreur ou poids normal;
  • indemnisation uniquement avec le soutien de régimes spéciaux et une thérapie physique 1-5 ans.

Dans le monde moderne, équipé d’un grand nombre de dispositifs de diagnostic, il n’est pas difficile de reconnaître le diabète auto-immun; tous les patients avec un diagnostic confirmé qui sont inscrits à l’hôpital à l’âge de 25 à 50 ans, avec des signes évidents de diabète de type 2 classique, qui ne sont pas en surpoids, sont obligatoires La commande est envoyée pour des recherches supplémentaires. Les études de laboratoire modernes offrent au médecin traitant le choix le plus précis de méthodes de traitement efficaces et prolongent la durée de travail des hormones personnelles du patient.

Le groupe à risque de patients prédisposés au développement d'un futur diabète LADA comprend les femmes enceintes ayant un diagnostic confirmé de diabète gestationnel. Dans la plupart des cas, ils sont sujets à une maladie désagréable en fin de grossesse ou dans un proche avenir. On estime qu'environ 25% des patients sont susceptibles au futur facteur de formation du diabète LADA.

Méthodes et méthodes de traitement

Comme déjà mentionné, l’insulinothérapie est presque inévitable pour les patients de cette catégorie. Les professionnels de la santé conseillent de ne pas retarder la nomination d'insuline artificielle. C'est important! Avec le diabète LADA diagnostiqué avec précision, le traitement repose précisément sur ce principe.

Les patients chez qui on a diagnostiqué un diabète de type LADA doivent reconnaître la maladie le plus tôt possible et administrer de manière appropriée l'utilisation d'insuline médicamenteuse, principalement en raison du risque élevé de manque de sécrétion d'insuline stimulée. La déficience en insuline chez un patient, en particulier au stade initial de la maladie, est souvent associée à une résistance à l'insuline.

Dans de tels cas, on prescrit aux patients un hypoglycémiant oral, qui ne dessèche pas le pancréas, mais qui augmente en même temps le seuil de sensibilité des matières périphériques par rapport à l'insuline. Les médicaments prescrits dans de tels cas incluent les dérivés de biguanide (metformine) et les glitazones (avandia).

Tous les patients atteints de diabète LADA sont essentiels à l'insulinothérapie. Dans ce cas, la recommandation précoce d'insuline vise à préserver la sécrétion naturelle d'insuline de base le plus longtemps possible. Les patients appartenant à des porteurs du diabète LADA sont contre-indiqués dans l’utilisation de sécrétagènes qui stimulent la sécrétion d’insuline, car cela conduira ultérieurement à un épuisement précoce du pancréas et à une augmentation du déficit en insuline.

Pas mal complètent la nomination du médecin traitant dans le traitement des exercices de fitness spécialisés pour le diabète LADA-diabète, l'hirudothérapie, la thérapie physique.

De plus, les méthodes de traitement traditionnel ralentissent la progression de l'hyperglycémie. L'essentiel est de rappeler que l'application de toute méthode de thérapie n'est possible qu'avec le consentement du médecin traitant. L'auto-guérison peut être une menace pour votre santé.

A Propos De Nous

Dans le diabète du deuxième type, une nutrition adéquate joue un rôle important. Cependant, les diabétiques doivent faire attention lors du choix des aliments afin de ne pas provoquer une augmentation de la glycémie.