Grossesse avec diabète de type 1

Certaines maladies sont des contre-indications à la fécondation et à la grossesse. La grossesse avec un diabète de type 1 n’est pas interdite, mais une femme doit surveiller de près son état de santé, se soumettre régulièrement à des tests de glycémie et être surveillée par un médecin. Si vous n'écoutez pas les recommandations du médecin et ignorez votre état de santé, des complications du diabète de type 1 pendant la grossesse peuvent alors se produire, qui peuvent nuire à la santé de la mère et mettre en danger la vie du bébé à naître.

Caractéristiques de la maladie

Le diabète de type 1 chez la femme enceinte est une maladie auto-immune complexe. Avec cette pathologie, le pancréas est altéré, entraînant une déviation du travail des cellules bêta. Dans ce cas, la femme est constamment fixée à une teneur élevée en sucre dans le liquide sanguin. Si, pendant la grossesse, le diabète sucré de type 1 est ignoré, des complications graves, telles que des vaisseaux, des reins, la rétine et le système nerveux périphérique, peuvent alors se produire.

Planification de la grossesse pour le diabète de type 1

La planification de la grossesse dans le diabète de type 1 commence dans six mois. Une femme effectue d’abord tous les tests nécessaires et subit un examen médical. Lors de l'identification des complications du diabète, il est recommandé à la femme de suivre un traitement thérapeutique et de consulter un spécialiste. Avant la grossesse, il est nécessaire de normaliser le taux de sucre dans le sang.

Si les indicateurs normaux de sucre (5,9 à 7,7 mmol / l) persistent pendant 3 mois, les médecins autorisent alors la femme à tomber enceinte.

En même temps, tout au long de la gestation, un régime est observé et le glucose est contrôlé dans le liquide sanguin. La condition du père est également importante pour porter un enfant en bonne santé. Si le futur père est atteint de diabète sucré de type 1 ou 2, la probabilité de transmission génétique de la pathologie au fœtus augmente considérablement.

Symptomatologie

Une femme atteinte de diabète de type 1 avec un enfant présente les mêmes signes que d’autres personnes présentant un problème similaire:

  • désir constant de boire;
  • l'odeur d'acétone de la bouche;
  • augmentation de la quantité quotidienne d'urine excrétée;
  • mauvaise cicatrisation des plaies;
  • sécheresse et desquamation de la peau.

Au cours du premier trimestre, la probabilité d'une augmentation du taux de sucre augmente considérablement, ce qui peut provoquer une hyperglycémie. Au 2ème trimestre, il existe un risque d'hypoglycémie avec diminution rapide de la glycémie. En outre, en cas de diabète sucré de type 1, il existe un désir constant de manger, de sorte qu'une femme doit faire particulièrement attention au gain de poids. Le tableau montre les normes de base de la prise de poids, compte tenu de la durée de la grossesse.

Complications possibles

Une femme enceinte atteinte de diabète de type 1 est susceptible de développer des complications. La vie de la mère et la santé du futur bébé pourraient avoir de graves conséquences. Parmi les principaux dangers sont les suivants:

  • probabilité d'avortement;
  • développement d'anomalies congénitales chez le fœtus;
  • le développement d'une hypoglycémie sévère;
  • maladies du système génito-urinaire;
  • accouchement précoce, entraînant la naissance prématurée d'un bébé;
  • accouchement par césarienne.

Avec une quantité importante de toxines dans le corps d'une femme enceinte, un impact négatif sur le développement du fœtus se produit. Souvent, un tel impact conduit à un avortement ou à la naissance d'un bébé présentant des anomalies. De même, en cas de diabète sucré de type 1, une femme enceinte peut développer une maladie rénale, pouvant aller jusqu'à la cessation complète du fonctionnement de l'organe. Dans ce cas, il y a une menace non seulement pour la vie du fœtus, mais également pour la future mère.

Les complications de la maladie chez la future mère sont dangereuses pour elle et pour l'enfant.

Si le médecin détecte de nombreux facteurs négatifs pendant la grossesse, un avortement d'urgence est effectué quelle que soit la durée de la grossesse.

Procédures de diagnostic

Pour s'assurer que toute la période de procréation et d'accouchement se déroule en toute sécurité et sans complications, une femme devrait consulter régulièrement un médecin et passer les tests nécessaires. Chaque jour, une femme enceinte doit surveiller la teneur en sucre des corps sanguins et cétoniques dans l'urine au moyen de bandelettes réactives. Tous les résultats obtenus sont enregistrés dans la plaque. Chaque mois devrait consulter un médecin endocrinologue. Si vous soupçonnez des complications, le médecin peut vous prescrire de passer une analyse générale de l'urine et de vérifier le corps de la femme pour déterminer la créatinine, l'hémoglobine glyquée et les paramètres biochimiques.

Gestion de la grossesse

Nourriture diététique

En cas de diabète sucré de type 1, il est extrêmement important pour une femme enceinte de maintenir une nutrition adéquate et de contrôler son gain de poids. Il est formellement interdit aux femmes enceintes atteintes de diabète de type 1 de prendre ou de perdre du poids de façon marquée. Une femme refuse les glucides rapides ou en réduit considérablement la quantité dans l’alimentation quotidienne. Ceux-ci comprennent des jus de fruits, des bonbons, des biscuits et d’autres produits. Lors de la préparation des régimes, il est important de respecter les règles du rapport lipides / protéines / glucides - 1: 1: 2. Manger devrait être fractionné, en petites portions, jusqu'à 8 fois par jour.

Médicaments

Pendant la grossesse, les besoins en insuline varient légèrement: pour chaque trimestre, la posologie des médicaments est ajustée. Au cours du premier trimestre, le médecin diminue la dose d'insuline et peut être augmentée au cours du deuxième trimestre. Au cours du deuxième trimestre, la posologie des médicaments peut atteindre 100 unités. En outre, un endocrinologue, pour chaque femme enceinte, choisira individuellement les médicaments à action prolongée et à action brève.

Lorsque le 3ème trimestre de la grossesse commence, le besoin en insuline diminue à nouveau. En outre, les états émotionnels d'une femme et d'autres facteurs importants à prendre en compte avant l'administration d'une dose du médicament affectent le taux de glucose. Il est préférable que les femmes atteintes de diabète de type 1 évitent les chocs émotionnels car elles augmentent la quantité de glucose, ce qui entraîne des complications. Si une femme n'est pas en mesure de contrôler ses émotions, le médecin lui prescrit des médicaments à effet sédatif léger pour calmer le système nerveux.

Hospitalisation

Les endocrinologues observent une femme atteinte de diabète de type 1 pendant toute la période de sa grossesse. Dans le même temps, 3 hospitalisations planifiées sont prévues, qui sont effectuées même avec le bien-être de la femme:

  • Lors de la détection de la grossesse. À ce stade, le contexte hormonal de la future mère est examiné, il est noté s'il existe des complications et d'autres pathologies pouvant nuire au développement du diabète.
  • 22-24 semaines de portage d'un bébé. Avec cette hospitalisation, la posologie de l’insuline est ajustée et le régime alimentaire de la femme est modifié. En cours d'échographie. Lors de la deuxième hospitalisation, les médecins peuvent interrompre la grossesse si des anomalies dans le développement du bébé sont détectées.
  • 34-34 semaines de grossesse. A ce stade, les médecins réalisent un diagnostic complet de l'état de la mère et du fœtus et décident du type d'accouchement nécessaire. Les médecins ont tendance à accoucher à 36 semaines, mais si l'état de la femme et du fœtus est stable, une naissance naturelle à la 38-40e semaine est possible.
Retour à la table des matières

Accouchement chez les diabétiques

Si des complications du diabète sucré de type 1 sont détectées, une femme accouche par césarienne. De plus, de tels genres sont prescrits pour une pathologie rénale ou des lésions rétiniennes. Souvent, les femmes enceintes atteintes de diabète ont un fœtus important, ce qui est également une indication du travail chirurgical. Avec l'état de santé normal de la femme et l'absence de complications, l'accouchement a lieu naturellement.

Les médecins ne peuvent stimuler le travail qu'à une semaine de grossesse. Le jour de l'accouchement, une femme est contre-indiquée pour le petit-déjeuner et l'injection d'une dose d'insuline. Souvent, pendant l'accouchement, la quantité de sucre dans le sang augmente, ce qui est associé à l'excitation et aux sentiments de la femme. Il est donc extrêmement important de surveiller l'état de la femme au travail.

Projections pendant la grossesse

En règle générale, le pronostic pour les femmes enceintes atteintes de diabète de type 1 est favorable. Le travail et les activités du nourrisson chez les diabétiques qui, avant de devenir enceintes, normalisent le métabolisme des glucides et le taux de sucre dans le liquide sanguin sont particulièrement utiles. Dans ce cas, le risque de complications et d'avortement est considérablement réduit.

Naissances atteintes de diabète de type 1

Livraison de femmes enceintes atteintes de diabète

Le délai d'accouchement chez les femmes enceintes atteintes de diabète sucré est déterminé individuellement, en tenant compte de la gravité de la maladie, de son degré de compensation, de l'état fonctionnel du fœtus et de la présence de complications obstétricales.

En règle générale, l'augmentation du nombre de complications à la fin de la grossesse impose la nécessité d'accoucher dans 37 à 38 semaines. Il est nécessaire de prendre en compte le poids du fœtus:

  • si, à 38 semaines de gestation, la masse du fœtus dépasse 3 900 g, le travail induit
  • avec une masse fœtale de 2500-3800 g, la grossesse est prolongée.

Une livraison rapide est entreprise lorsque

  • néphropathie grave avec clairance de la créatinine inférieure à 50 ml / min, protéinurie quotidienne égale ou supérieure à 3,0 g, créatinine dans le sang supérieure à 120 mmol / l, hypertension artérielle;
  • cardiopathie ischémique grave;
  • rétinopathie proliférative progressive
  • forte détérioration du fœtus

On considère que le mode d’accouchement optimal pour les mères atteintes de diabète et leur fœtus est un canal de naissance naturel, qui consiste en une anesthésie en profondeur, un traitement de l’insuffisance placentaire et une insulinothérapie adéquate. Dans le contexte du traitement préventif contre la décompensation du diabète sucré pendant le travail, il est nécessaire de déterminer le niveau de glycémie chez la femme en travail.

La solution de la question en faveur du travail spontané est possible avec présentation de la tête du fœtus, taille du bassin normale, capacité technique à surveiller en permanence l’état du fœtus pendant l’accouchement et en l’absence de complications diabétiques prononcées. La méthode préférée est la livraison programmée par le canal de naissance naturel.

La méthode optimale d'anesthésie pour l'accouchement spontané et l'accouchement par césarienne est l'anesthésie péridurale à long terme.

L’insulinothérapie à l’accouchement dans le diabète de type 1 a pour objectif le contrôle de la glycémie et la prévention des états hypoglycémiques. Lors des contractions et des tentatives dues au travail musculaire actif, il est possible de réduire le niveau de glycémie sans administrer d'insuline. La séparation du placenta entraîne également une réduction significative des besoins en insuline.

Lors de l'accouchement prévu par le canal de naissance ou d'une césarienne planifiée:

  • le patient ne doit pas manger le matin;
  • Le matin avant l'induction du travail, la patiente reçoit un compte-gouttes avec une solution de glucose à 5% et une solution saline. L'insuline est administrée de l'une des manières suivantes:
    • A. Une insuline simple est injectée sc / c toutes les 4 à 6 heures, en fonction du niveau de glycémie OU
    • B. Infusion intraveineuse d’insuline à un débit initial de 1-2 U / h (10-20 ml de solution). La vitesse d'administration varie de telle sorte que la glycémie reste comprise entre 5,5 et 8,3 mmol / l (idéalement entre 4,4 et 5,6 mmol / l).
  • L'insuline à action prolongée n'est pas administrée ou la moitié de la dose est utilisée.
  • Détermination fréquente du niveau du GC.
  • L'administration d'insuline est interrompue et ne reprend que lorsque la glycémie dépasse 8,3 mmol / l.
  • Les liquides intraveineux sont interrompus lorsque le patient commence à manger régulièrement et si son taux glycémique est supérieur à 5 mmol / l.
  • Après 1 à 3 jours de réduction des besoins en insuline, la patiente reprend le régime de traitement par insuline qu’elle suivait avant sa grossesse (si elle était satisfaisante).

    Le schéma ci-dessus de gestion du travail chez les patients atteints de diabète sucré peut être compliqué si la naissance a eu lieu prématurément. Dans ce cas, le patient peut avoir besoin de grandes quantités de solution de glucose pour prévenir l’hypoglycémie.

    L'utilisation de salbutamol dans le traitement du patient pour prévenir le travail prématuré ou les hormones stéroïdiennes nécessite des doses d'insuline plus élevées.

Le déroulement du travail chez les femmes enceintes atteintes de diabète sucré est souvent compliqué par une rupture prématurée du liquide amniotique. Les raisons en sont l’infection des membranes, c’est-à-dire syndrome d'infection chorionamniotique. Il peut être cliniquement manifeste ou asymptomatique, c'est-à-dire l'infection persiste, pénètre dans les membranes et contribue à leur rupture en libérant des enzymes protéolytiques (streptocoques bêta-hémolytiques, divers virus). En outre, une femme enceinte souffrant de diabète a peu d'Ig A, réduit sa teneur en fer et toute infection peut entraîner une rupture des membranes, prénatale et précoce (avec le début des contractions) - un écart à la place de la moindre résistance et de la déperdition d'eau. De plus, en soi, le polyhydramnios et gros fruits - également la coquille pererastyagivaya.

En raison de l'état dyshormonal, il y a une contractilité accrue du segment inférieur. On sait que l'état du tonus du myomètre dépend du système nerveux autonome: le sympathique diminue, le parasympathique - se détend. Chez les femmes atteintes de diabète sucré, il existe une violation de la régulation végétative du déroulement de l'accouchement, un dysfonctionnement dont dépend le déroulement du travail. S'il y a un dysfonctionnement dans la direction d'activation du système nerveux sympathique, il y aura alors une discoordination du travail ou une faiblesse du travail, et un dysfonctionnement dans la direction du système parasympathique.

Bassin cliniquement étroit - à cause d'un grand fœtus (fœtopathique). Si une fille a un diabète se manifestant à l’adolescence et coïncidant avec la formation d’un os du bassin, le bassin se développe souvent en "denim", androgène, c'est-à-dire rétréci transversalement, qui a bien augmenté en longueur, mais il n’a ni largeur ni cavité. Actuellement, le bassin rétréci transversalement se place à l'une des premières places du classement.

Hypoxie du foetus. Chez une femme en bonne santé, au moment de la naissance, les bêta-endorphines libérées sont suffisantes, ce qui provoque un sommeil du fœtus pendant toute la période du travail (le fœtus est protégé de l'acte de naissance). Le fruit qui se réveille pendant le travail - engloutit le liquide amniotique, ne peut s'endormir et perturbe lui-même le cours de son acte générique.

Les naissances doivent être gardées sous le contrôle du CTG. En cas d'hypoxie fœtale ou de faiblesse de la main-d'œuvre, la décision d'accouchement chirurgical (forceps obstétricale) est prise.

Avec le canal de naissance non préparé, l'absence d'effet du déclenchement du travail ou l'apparition de symptômes d'augmentation de l'hypoxie du fœtus, le travail doit également être terminé rapidement.

Les indications de césarienne non urgente, à l'exception des cas généralement acceptés, ainsi que du diabète sucré sont les suivantes:

  • complications prononcées ou progressives du diabète et de la grossesse;
  • présentation pelvienne du fœtus;
  • la présence d'un gros fruit;
  • hypoxie progressive du fœtus en l'absence de conditions propices à un accouchement urgent par le canal utérin et avec une période de gestation d'au moins 36 semaines.

Lors de l'accouchement, laissez un long cordon ombilical pour, si nécessaire, la réanimation.

Pendant l'accouchement par le canal de naissance au deuxième stade du travail, une complication caractéristique du diabète est la difficulté à enlever la ceinture scapulaire, car un enfant fétopathique, "coussingoïde" avec de grosses épaules, un visage large, une hémorragie pétéchiale, une épilation aux cheveux épaisse, un œdème est né. La ceinture scapulaire disproportionnée ne peut pas traverser la taille droite normale de la sortie pelvienne. Cela entraîne une augmentation des traumatismes à la naissance, à la fois chez la mère et le fœtus, et une augmentation des allocations d'accouchement opératoire (épizio, périnéotomie), et toute blessure est indésirable pour ces femmes (diabète, anémie, taux élevé d'infection), de sorte que la période post-partum est compliquée;

En outre, la période post-partum peut être compliquée par des saignements, une hypogalactie et une incidence élevée de maladies infectieuses post-partum (apparition d'une infection nosocomiale à laquelle les femmes en bonne santé ne répondent pas), en ralentissant la régénération des plaies cutanées (comme chez les femmes présentant une carence en fer profonde), mais il est complètement aseptique en 7 jours en se décomposant à cause du manque de régénération des tissus.

Après la naissance, le besoin d'insuline injectée est rapidement réduit. Au début du post-partum, les femmes atteintes de diabète gestationnel et de nombreuses femmes atteintes de diabète de type 2 n'ont plus besoin d'insulinothérapie et du strict respect de l'apport alimentaire qui y est associé.

Avec le diabète de type 1, les besoins en insuline sont également fortement réduits, mais environ 72 heures après la naissance, ils augmentent progressivement à nouveau. Toutefois, le patient doit être informé d'une version légèrement différente lorsque, dans le diabète de type 1, la tendance à réduire les doses d'insuline administrée apparaît déjà 7 à 10 jours avant l'accouchement. Après la naissance, le besoin en insuline diminue encore davantage et ne commence à augmenter qu'après 72 heures. Après 2 semaines seulement, le besoin d'insuline, en règle générale, revient au niveau inhérent à cette patiente avant le début de la grossesse.

Parmi les options envisagées au cours de la première semaine de la période post-partum, les femmes atteintes de diabète de type 1 ont besoin d’une correction individuelle de l’insuline et d’une thérapie par le régime afin d’obtenir une compensation optimale du métabolisme des glucides et de prévenir l’hypoglycémie.

Il est généralement possible d'allaiter un enfant atteint de diabète sucré de type 1, mais cela nécessite une plus grande quantité de nourriture et une augmentation de la dose d'insuline injectée. L'allaitement peut provoquer une hypoglycémie. Par conséquent, avant chaque attache du bébé au sein, la femme qui allaite doit manger des aliments contenant des glucides, par exemple un morceau de pain avec du lait ou du kéfir. Aux premiers signes d'hypoglycémie, il suffit de boire un verre de lait ou 100 ml d'orange ou autre jus peu sucré (autorisé par un pédiatre) avec une tranche de pain ou une pâtisserie. Il faut garder à l’esprit que l’hypoglycémie est souvent remplacée par l’hyperglycémie ricochet. Prendre trop de glucides lorsque des précurseurs d'hypoglycémie apparaissent peut augmenter l'hyperglycémie de ricochet.

Dans la plupart des cas de diabète gestationnel, une diminution de la tolérance au glucose revient à la normale après l'accouchement. L'insulinothérapie doit être interrompue immédiatement après l'accouchement.

Tactiques de prise en charge des patientes après l'accouchement (déterminées par l'endocrinologue)

  • Réduction de la dose d'insuline.
  • Allaitement (avertissez du risque de survenue d'une hypoglycémie!).
  • Contrôle de la compensation, des complications, du poids, de la pression artérielle.
  • Contraception 1,0-1,5 ans.

Grossesse avec diabète de type 1

Le diabète sucré est une maladie endocrinienne sévère dans laquelle une quantité excessive de glucose se forme dans le sang. Pendant la grossesse, cette affection peut entraîner de graves problèmes pour la femme et son bébé. Comment sont les 9 mois d'une future mère souffrant de diabète de type 1?

Mécanismes de développement de la maladie

Le diabète sucré de type 1 (insulino-dépendant) se développe longtemps avant la grossesse chez les jeunes femmes. Dans la plupart des cas, cette pathologie se manifeste dans l'enfance et, au moment de la conception d'un enfant, une femme est inscrite auprès d'un endocrinologue depuis de nombreuses années. La manifestation du diabète sucré dans la période d'attente pour l'enfant est presque introuvable.

Le diabète insulino-dépendant est une maladie auto-immune. Avec cette pathologie, la plupart des cellules β du pancréas sont détruites. Ces structures spécifiques sont responsables de la production d'insuline - une hormone importante impliquée dans le métabolisme des glucides. Avec son manque de sang, le taux de glucose augmente considérablement, ce qui affecte inévitablement le travail de tout le corps d'une femme enceinte.

Les lésions auto-immunes des cellules pancréatiques sont principalement associées à une prédisposition génétique. L'effet de diverses infections virales subies dans l'enfance est également noté. La cause du développement du diabète sucré du premier type peut être une maladie grave du pancréas. Tous ces facteurs conduisent finalement à la défaite des cellules productrices d’insuline et à l’absence complète de cette hormone dans le corps.

Un excès de sucre dans le sang entraîne une foule de problèmes de santé. Principalement dans le diabète, les vaisseaux et les nerfs sont affectés, ce qui affecte inévitablement leur fonctionnement. L'hyperglycémie contribue également à la perturbation des reins, du cœur et du système nerveux. Tout cela dans le complexe complique considérablement la vie d'une femme et conduit au développement de diverses complications pendant la grossesse.

Symptômes du diabète de type 1

En attendant un bébé, la maladie se manifeste par des signes assez typiques:

  • mictions fréquentes;
  • faim constante;
  • soif forte.

La femme a noté tous ces signes avant même la conception de l'enfant et son état de santé ne change généralement pas avec le début de la grossesse. Avec un diabète de longue durée insulinodépendant, les complications suivantes se développent:

  • angiopathie diabétique (endommagement des petits et des gros vaisseaux du corps, développement de la sténose);
  • polyneuropathie diabétique (fibres nerveuses altérées);
  • thrombose;
  • douleurs articulaires;
  • cataracte (opacification de la lentille);
  • rétinopathie (lésion de la rétine et vision brouillée);
  • altération de la fonction rénale (glomérulonéphrite, insuffisance rénale);
  • changements mentaux.

Caractéristiques du déroulement de la grossesse

La grossesse résultant du diabète insulinodépendant a ses propres caractéristiques. Au cours du premier trimestre, la sensibilité des tissus à l'insuline augmente légèrement, ce qui entraîne une diminution de leur utilisation. Si une femme enceinte continue à prendre la même quantité d’insuline, elle risque de souffrir d’hypoglycémie (une baisse de la quantité de sucre dans le sang). Un tel état menace la perte de conscience et même le coma, ce qui est hautement indésirable pour les femmes en prévision d'un enfant.

Au deuxième trimestre de la grossesse, le placenta commence à fonctionner et le besoin en insuline augmente à nouveau. Pendant cette période, la femme a encore besoin d'un ajustement de la posologie de l'hormone prise. Autrement, un excès de glucose peut entraîner le développement d'une acidocétose. Dans cette condition, la quantité de corps cétoniques dans le sang augmente de manière significative, ce qui peut finalement conduire au développement du coma.

Au troisième trimestre, une femme enceinte a de nouveau légèrement besoin d’insuline. Également à ce stade, les reins sont souvent refusés, ce qui entraîne le développement de complications graves pouvant aller jusqu'à la naissance prématurée. Au cours de cette période, le risque d'hypoglycémie (diminution brusque du taux de sucre dans le sang) et l'apparition de syncopes sont rétablis.

Complications de la grossesse

Tous les effets indésirables du diabète chez les femmes enceintes sont associés à une altération de la circulation sanguine dans les petits et les gros vaisseaux. L'angiopathie en développement conduit à l'apparition de tels états:

  • l'avortement à n'importe quel terme;
  • prééclampsie (après 22 semaines);
  • l'éclampsie;
  • débit d'eau élevé;
  • insuffisance placentaire;
  • décollement placentaire et saignement.

Effets du diabète de type 1 sur le fœtus

Les maladies de la mère ne passent pas sans laisser de trace pour l'enfant dans son ventre. Les femmes atteintes de diabète sucré insulino-dépendant développent dans la plupart des cas une hypoxie chronique du fœtus. Cette condition est associée à un travail insuffisant du placenta, qui n'est pas en mesure de fournir au bébé l'oxygène nécessaire tout au long de la grossesse. Le manque inévitable de nutriments et de vitamines retarde considérablement le développement du fœtus.

L'une des complications les plus dangereuses pour un enfant est la formation d'une fétopathie diabétique. Avec cette pathologie dans le temps naissent de très grands enfants (de 4 à 6 kg). Souvent, un tel accouchement se termine par une césarienne, puisqu'un bébé trop gros ne peut tout simplement pas passer par le canal utérin de la mère sans se blesser. Ces nouveau-nés nécessitent des soins particuliers car, malgré leur poids important, ils naissent assez faibles.

Beaucoup d'enfants ont une forte baisse de leur taux de sucre dans le sang immédiatement après la naissance. Cette condition est due au fait que lorsque le cordon ombilical est serré, le flux de glucose maternel dans le corps de l’enfant s’arrête. Dans le même temps, la production d'insuline reste élevée, ce qui provoque une diminution significative de la glycémie chez le bébé. L'hypoglycémie a des conséquences graves jusqu'au développement du coma.

Beaucoup de femmes s'inquiètent de la question de savoir si la maladie sera transmise au nouveau-né. On pense que si l'un des parents est atteint d'une pathologie, le risque de transmission de la maladie au bébé est de 5 à 10%. Si le père et la mère sont atteints de diabète, la probabilité que l'enfant tombe malade est d'environ 20 à 30%.

Gestion de la grossesse chez les femmes atteintes de diabète de type 1

Le diabète insulinodépendant n'est pas une contre-indication à la procréation. Les médecins ne recommandent pas de donner naissance uniquement à des patientes présentant des troubles graves des reins, du foie et du cœur. Dans d'autres cas, les femmes parviennent à porter et à donner naissance à un enfant relativement en bonne santé sous la supervision de spécialistes.

Au début de la grossesse, il est recommandé à toutes les femmes atteintes de diabète de type 1 de s’inscrire le plus tôt possible. Au premier taux de participation, le taux de sucre dans le sang périphérique est déterminé et toutes les actions ultérieures du médecin dépendent du résultat obtenu.

Chaque future mère est sous la surveillance des spécialistes suivants:

  • obstétricien-gynécologue;
  • endocrinologue (participation une fois toutes les deux semaines);
  • thérapeute (participation une fois par trimestre).

Le diabète de type 1 est une maladie qui nécessite un apport constant d’insuline. En attendant un enfant, le besoin de cette hormone change constamment et la femme doit corriger sa dose de temps à autre. Le choix du dosage optimal du médicament est effectué par un endocrinologue. À chaque participation, il évalue la condition de la future mère et, si nécessaire, modifie le schéma thérapeutique.

Il est conseillé à toutes les femmes souffrant de diabète insulino-dépendant de se munir d’un glucomètre portable. Une surveillance continue de la glycémie permettra de noter les écarts dans le temps et de prendre des mesures pour les corriger dans le temps. Cette approche permet de mener à bien l'enfant en toute sécurité et d'avoir un bébé en temps voulu.

Vous devriez savoir qu'avec la croissance du fœtus, le besoin d'insuline augmente plusieurs fois. Craindre de fortes doses d’hormone n’en vaut pas la peine, car le seul moyen de préserver la santé du fœtus Après la naissance du bébé, le besoin en insuline diminue à nouveau et la femme pourra reprendre ses dosages habituels d'hormone.

Accouchement chez les femmes atteintes de diabète insulino-dépendant

La naissance d'un enfant par le canal de naissance est possible dans les conditions suivantes:

  • poids des fruits inférieur à 4 kg;
  • état satisfaisant de l'enfant (pas d'hypoxie prononcée);
  • l'absence de complications obstétricales graves (prééclampsie sévère, éclampsie);
  • bon contrôle de la glycémie.

Quand une femme et le fœtus ne se sentent pas bien et que des complications se développent, une césarienne est pratiquée.

La prévention des complications du diabète chez les femmes enceintes est le dépistage précoce de la maladie. Une surveillance constante de la glycémie et le respect de toutes les recommandations du médecin augmentent considérablement les chances d'une femme de donner naissance à un enfant en bonne santé au moment opportun.

Grossesse et diabète: est-il possible d'accoucher et quelles difficultés peuvent survenir?

Lorsqu'une femme pense à planifier un enfant, elle tente d'éliminer les facteurs négatifs pouvant affecter sa santé.

Beaucoup de futures mères renoncent au tabac et à l'alcool, commencent à suivre des régimes spéciaux et prennent des préparations multivitamines. Les femmes atteintes de diabète ne sont pas seulement obligées de préparer leur grossesse avec plus de soin, elles doivent également être préparées à de très mauvaises surprises.

Dans certains cas, vous devez complètement abandonner l'idée d'avoir un bébé. Une telle crainte de grossesse est-elle justifiée dans cette maladie et est-il possible d'accoucher dans le diabète sucré de type 1 et de type 2?

L'essence de la maladie

Beaucoup de gens considèrent le diabète comme une maladie unique. L’essence de ce phénomène repose en réalité sur un phénomène - l’augmentation du taux de sucre dans le sang.

Mais, en réalité, le diabète est différent, en fonction des mécanismes de son apparition. Le diabète du premier type est diagnostiqué chez les personnes souffrant de dysfonctionnements du pancréas.

Ses cellules synthétisent moins d'insuline capable d'éliminer le glucose du sang au foie, le traduisant en une forme co-moléculaire insoluble, le glycogène. D'où le nom de la maladie - diabète insulinodépendant.

Le diabète du second type n'est pas associé à une diminution de la synthèse d'insuline, mais à l'immunité de cette hormone par les cellules du corps. En d’autres termes, l’insuline suffit, mais elle ne peut remplir sa fonction et le glucose reste donc dans le sang. Cette forme de la maladie peut rester asymptomatique et à peine perceptible plus longtemps.

Les femmes enceintes ont une autre forme de diabète - gestationnel. Il survient quelques semaines avant l'accouchement et s'accompagne également de difficultés à utiliser le glucose sanguin.

Dans le diabète, une personne développe diverses pathologies qui compliquent sa vie. Les processus du métabolisme des sels d'eau sont perturbés, une personne a soif, elle se sent faible.

La vue peut diminuer, la pression augmente, l’aspect de la peau se détériore et ses lésions ne guérissent pas très longtemps. Ce n'est pas une liste complète des difficultés et des dangers auxquels fait face un diabétique.

Le phénomène le plus dangereux est le coma hyperglycémique, qui peut se développer avec un saut de sucre incontrôlé plusieurs fois par rapport à la norme. Cette condition peut causer la mort de l'organisme.

Grossesse et accouchement avec diabète

Avant la découverte de l'insuline, les gens pensaient qu'il était impossible d'accoucher dans le diabète. Cela était dû au faible taux de survie des nouveau-nés, à un pourcentage élevé de décès intra-utérins et au danger pour la vie de la mère.

Plus de la moitié des grossesses ont pris fin tragiquement pour une femme ou un enfant. Mais après avoir mis au point un traitement du diabète du premier type (le plus courant) en administrant de l’insuline, ces risques ont commencé à diminuer.

Aujourd'hui, dans de nombreuses cliniques, la mortalité infantile chez les mères atteintes de diabète a diminué en moyenne de 15%, et dans les institutions avec un niveau élevé de soins médicaux, jusqu'à 7%. Par conséquent, vous pouvez donner naissance à un diabète.

La probabilité de complications chez les femmes enceintes atteintes de diabète est toujours le cas. Le processus de portage du fœtus est beaucoup plus difficile à supporter pour les femmes atteintes d'une telle pathologie, le risque de fausses couches ou de naissances prématurées reste élevé. Leur corps est déjà affaibli par une maladie chronique et la grossesse multiplie la charge sur tous les organes.

Si le mari est atteint de diabète de type 1, est-il possible d'accoucher?

La maladie peut être transmise par héritage (2% - si la future mère est malade, 5% - si le père est malade et 25% si les deux parents sont malades).

Même si le bébé n’hérite pas de cette maladie, il ressent toujours les effets négatifs de l’hyperglycémie dans le sang de la mère pendant la période prénatale.

De gros fruits peuvent se développer, la quantité d’eau amniotique est souvent excessivement augmentée, l’enfant peut souffrir d’hypoxie ou de troubles métaboliques. Ces nouveau-nés s'adaptent plus longtemps à la vie en dehors de l'organisme maternel et souffrent souvent de maladies infectieuses.

Certains enfants, en raison d'un déséquilibre métabolique permanent, naissent avec des anomalies de développement congénitales. Cela réduit non seulement leur qualité de vie, mais peut également entraîner la mort à un âge précoce. Ces nouveau-nés présentent également des signes extérieurs caractéristiques: visage rond, développement excessif du tissu sous-cutané, surpoids, cyanose de la peau et présence de taches saignantes.

La naissance même du diabète peut être considérablement compliquée. L'activité générique peut être affaiblie et le processus d'apparition du bébé est retardé.

Ceci est lourd avec le développement de l'hypoxie chez un enfant, une violation du travail de son coeur. Par conséquent, un accouchement avec un tel facteur de risque devrait se dérouler sous le contrôle le plus étroit.

Fait intéressant, pendant la grossesse, le corps de la femme est diabétique de différentes manières. Au cours des premiers mois et avant d'accoucher, une femme enceinte peut ressentir un soulagement en diminuant la dose d'insuline donnée.

Ceci est dû aux changements hormonaux. Le milieu de la grossesse est la période la plus difficile au cours de laquelle les manifestations de la maladie peuvent augmenter et s'accompagner de complications. Le comportement du corps de la femme pendant le travail dépend de ses caractéristiques individuelles: il peut s’agir d’une diminution du sucre et d’une nette augmentation de celui-ci.

Puis-je accoucher avec un diabète de type 1?

Personne ne peut interdire à une femme d'avoir un enfant, mais en présence de circonstances difficiles, le médecin peut recommander de refuser l'idée d'avoir un enfant ou de proposer d'interrompre une grossesse si la conception est déjà survenue.
Il n'est pas recommandé d'accoucher si:

  1. la maladie maternelle progresse rapidement;
  2. une lésion vasculaire est observée;
  3. les deux partenaires sont diabétiques;
  4. le diabète est associé à la présence d’un conflit ou d’une tuberculose.

Si une décision est prise pour mettre fin à une grossesse, cela est fait avant 12 semaines.

Dans le cas où la femme décide toujours de continuer à porter le bébé, les médecins doivent avertir de tous les risques auxquels on peut s'attendre.

Comment garder une grossesse?

Le diabète a peur de ce remède, comme le feu!

Vous avez juste besoin de postuler.

Cette question mérite d’être examinée avant la conception. De plus, dans cet aspect, la réussite de la maternité dépend du comportement correct des parents de la future mère.

En règle générale, la forme la plus courante de diabète se manifeste pendant l'enfance ou l'adolescence.

Si les parents surveillent de près l'état de leur fille, surveillent le sucre et prennent rapidement les mesures nécessaires pour le normaliser, le corps de la fille souffrira moins de la maladie. Il est non seulement nécessaire de prendre soin de votre enfant vous-même, mais aussi de lui apprendre à faire tout le nécessaire par lui-même.

Si une femme surveille en permanence ses performances en sucre et, si nécessaire, prend un traitement, il lui sera plus facile de se préparer à la grossesse. Vous devrez peut-être subir des examens supplémentaires et consulter plus souvent un médecin qui vous recommandera la planification familiale.

Pendant la grossesse, il est nécessaire de vérifier le niveau de sucre quotidiennement, plusieurs fois (combien exactement - le médecin vous le dira).

Il est nécessaire de passer tous les examens désignés, les analyses. Dans la plupart des cas, il est recommandé de se rendre à l'hôpital à trois reprises pendant la période de portage du bébé pour un suivi plus approfondi de l'état de la femme, du fœtus et une correction du traitement par l'insuline.

En cas de diabète sucré, il est recommandé d’injecter constamment de l’insuline, au moins à petites doses, afin d’atténuer les effets néfastes de la maladie sur le fœtus. Le mode de livraison doit être pensé à l'avance. Dans la plupart des cas, les médecins préfèrent l'accouchement naturel. Si l'état de la mère n'est pas aussi satisfaisant et que l'activité générique est petite, il est nécessaire de faire une césarienne.

L'affirmation selon laquelle le diabète est une indication de césarienne est plutôt un mythe, une femme peut très bien donner naissance à la sienne sans complications. Pendant l'accouchement, pour faciliter le processus, les médecins peuvent administrer de l'ocytocine afin de normaliser la contraction de l'utérus. Dans certains cas, une épisiotomie aide le bébé à progresser dans le canal utérin.

Devrait suivre un régime spécial.

D'un côté, il ne devrait inclure que les produits qui ne contribuent pas à augmenter le taux de sucre dans le sang. D'autre part, un régime alimentaire à part entière est nécessaire, en tenant compte de tous les besoins de la mère et du fœtus.

Une femme devra surveiller de près le contenu calorique des aliments, mais cela ne veut pas dire qu’elle doit mourir de faim: le manque de substances précieuses aggravera les effets du diabète sur le corps du bébé. Les calories quotidiennes et les nuances de l'apport alimentaire doivent être discutées avec votre médecin.

Vidéos connexes

À propos de l'évolution de la grossesse et de l'accouchement chez les patientes atteintes de diabète sucré:

Ainsi, seules la femme et son partenaire sexuel peuvent décider de la conception d'un enfant diabétique. Si la famille est prête à faire face à des difficultés pour porter un bébé ou à des problèmes de santé, elle peut planifier une grossesse. Plus une femme est attentive à sa santé lors de la préparation et après la conception, plus la probabilité d'avoir un bébé en santé est élevée. De son côté, le médecin traitant est obligé de dire toutes les nuances à la future mère et d'expliquer tous les risques pour sa santé. S'il est correct de surveiller l'état de la femme enceinte, la gestion du travail et les soins du nouveau-né, la femme sera en mesure de porter avec succès le bébé et le bébé naîtra avec un minimum de dommages pour la santé.

  • Stabilise le taux de sucre pendant longtemps
  • Restaure la production d'insuline par le pancréas

Diabète et grossesse: de la planification à la naissance

Récemment, les médecins ont été catégoriquement opposés à ce que les femmes confrontées au diabète deviennent enceintes et donnent naissance à des enfants. On croyait que dans ce cas, la probabilité d'avoir un bébé en bonne santé était trop petite.

Aujourd'hui, la situation dans le cortex a changé: dans n'importe quelle pharmacie, vous pouvez acheter un lecteur de glycémie portatif, qui vous permettra de contrôler votre glycémie quotidiennement et, si nécessaire, plusieurs fois par jour. La plupart des consultations et des maternités disposent de tout le matériel nécessaire pour procéder à la grossesse et à l'accouchement chez les diabétiques, ainsi que pour s'occuper des enfants nés dans de telles conditions.

Grâce à cela, il est devenu évident que la grossesse et le diabète sucré sont des choses tout à fait compatibles. Une femme atteinte de diabète peut donner naissance à un bébé en parfaite santé et à une femme en bonne santé. Cependant, au cours du processus de grossesse, le risque de complications chez les patientes diabétiques est extrêmement élevé. La condition principale de cette grossesse est une surveillance constante par un spécialiste.

Types de diabète

La médecine distingue trois types de diabète:

  1. Diabète insulino-dépendant, on l'appelle aussi diabète de type 1. Il développe généralement l'adolescence;
  2. Diabète indépendant de l'insuline, respectivement, diabète de type 2. Il survient chez les personnes de plus de 40 ans en surpoids;
  3. Diabète gestationnel pendant la grossesse.

Le type le plus courant chez les femmes enceintes est le type 1, pour la simple raison qu'il affecte les femmes en âge de procréer. Le diabète de type 2, bien que plus répandu en soi, est beaucoup moins répandu chez les femmes enceintes. Le fait est que les femmes font face à ce type de diabète beaucoup plus tard, juste avant la ménopause ou même après son apparition. Le diabète gestationnel est extrêmement rare et cause beaucoup moins de problèmes que n'importe quel type de maladie.

Diabète gestationnel

Ce type de diabète ne se développe que pendant la grossesse et passe sans laisser de trace après l’accouchement. Sa cause est une charge croissante sur le pancréas en raison de la libération d'hormones dans le sang, dont l'effet est opposé à celui de l'insuline. Habituellement, le pancréas fait face à cette situation, mais dans certains cas, le niveau de sucre dans le sang augmente considérablement.


Bien que le diabète gestationnel soit extrêmement rare, il est conseillé de connaître les facteurs de risque et les symptômes pour écarter ce diagnostic en vous-même.

Les facteurs de risque sont:

  • l'obésité;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • sucre dans les urines avant la grossesse ou au début;
  • la présence de diabète sucré chez un ou plusieurs membres de la famille;
  • diabète dans les grossesses précédentes.

Plus il y a de facteurs dans un cas particulier, plus le risque de développer la maladie est grand.

En règle générale, les symptômes du diabète pendant la grossesse ne sont pas clairement exprimés et, dans certains cas, ils sont complètement asymptomatiques. Cependant, même si les symptômes sont clairement exprimés, il est difficile de suspecter un diabète. Jugez par vous-même:

  • soif intense;
  • sensation de faim;
  • mictions fréquentes;
  • vision floue.

Comme vous pouvez le constater, presque tous ces symptômes surviennent souvent pendant une grossesse normale. Par conséquent, il est nécessaire de prendre régulièrement et en temps utile un test sanguin de sucre. Au fur et à mesure que le niveau augmente, les médecins prescrivent des recherches supplémentaires. En savoir plus sur le diabète gestationnel →

Diabète et grossesse

Donc, il a été décidé d'être enceinte. Toutefois, avant de procéder à la mise en œuvre du plan, il ne serait pas mauvais de comprendre le sujet afin d’imaginer ce qui vous attend. En règle générale, ce problème concerne les patientes atteintes de diabète de type 1 pendant la grossesse. Comme mentionné ci-dessus, les femmes atteintes de diabète de type 2 ne cherchent généralement plus et ne peuvent souvent pas accoucher.

Planification de la grossesse

N'oubliez pas une fois pour toutes, quelle que soit la forme de diabète, seule une grossesse planifiée est possible. Pourquoi C'est assez évident. Si la grossesse est accidentelle, la femme ne la découvre que quelques semaines après la conception. Au cours de ces quelques semaines, tous les systèmes et organes principaux de la future personne se forment déjà.

Et si pendant cette période au moins une fois le niveau de sucre dans le sang monte en flèche, les pathologies du développement ne peuvent plus être évitées. En outre, idéalement, il ne devrait pas y avoir de sauts brusques dans le taux de sucre au cours des derniers mois précédant la grossesse, car cela pourrait nuire au développement du fœtus.

De nombreux patients atteints de diabète léger ne mesurent pas régulièrement leur glycémie et ne se souviennent donc pas des chiffres exacts, qui sont considérés comme la norme. Ils n'en ont pas besoin, il suffit juste de faire un test sanguin et d'écouter le verdict du médecin. Cependant, lors de la planification et de la gestion de la grossesse, vous devrez surveiller vous-même ces indicateurs. Vous devez donc les connaître maintenant.

Le niveau normal est de 3,3-5,5 mmol. La quantité de sucre comprise entre 5,5 et 7,1 mmol est appelée condition pré-diabétique. Si le niveau de sucre dépasse le chiffre de 7,1, j'ai prié, alors ils parlent déjà de l'une ou l'autre phase du diabète.

Il s'avère que la préparation à la grossesse devrait commencer dans 3-4 mois. Procurez-vous un indicateur de poche pour pouvoir vérifier votre taux de sucre à tout moment. Rendez-vous ensuite chez votre gynécologue et endocrinologue et informez-le que vous envisagez une grossesse.

Un gynécologue examinera une femme pour la présence de co-infections d'infections urinaires et aidera à les traiter si nécessaire. Un endocrinologue vous aidera à choisir la dose d'insuline à indemniser. La communication avec l'endocrinologue est obligatoire et tout au long de la grossesse.

La consultation d'un ophtalmologiste ne sera pas moins obligatoire. Sa tâche consiste à examiner les vaisseaux du fundus et à évaluer leur état. Si certains d'entre eux ne semblent pas fiables, ils sont cautérisés afin d'éviter les écarts. Une consultation répétée de l'ophtalmologiste est nécessaire également avant l'accouchement. Les problèmes de vaisseaux oculaires du jour pourraient bien devenir une indication de la césarienne.

On vous conseillera peut-être de consulter d'autres spécialistes pour évaluer le degré de risque pendant la grossesse et vous préparer aux conséquences possibles. Ce n’est que lorsque tous les experts donneront leur feu vert à la grossesse qu’il sera possible d’annuler la contraception.

À partir de ce moment, la quantité de sucre dans le sang doit être surveillée particulièrement attentivement. Cela dépend en grande partie de la réussite de ce travail, notamment de la santé de l'enfant, de sa vie et de la santé de la mère.

Contre-indications à la grossesse avec le diabète

Malheureusement, dans certains cas, une femme atteinte de diabète est toujours contre-indiquée pour accoucher. En particulier, l'association du diabète aux maladies et pathologies suivantes est absolument incompatible avec la grossesse:

  • l'ischémie;
  • insuffisance rénale;
  • la gastroentéropathie;
  • facteur Rh négatif de la mère.

Caractéristiques du déroulement de la grossesse

En début de grossesse, on observe une amélioration de la tolérance aux glucides sous l'influence de l'hormone œstrogène chez la femme enceinte atteinte de diabète sucré. Dans ce contexte, la synthèse d'insuline augmente. Pendant cette période, la dose quotidienne d'insuline devrait être naturellement réduite.

À partir du 4ème mois, lorsque le placenta est enfin formé, il commence à produire des hormones de la contre-insuline, telles que la prolactine et le glycogène. Leur action est la même que celle de l'insuline, de sorte que le volume des injections devra être augmenté à nouveau.

En outre, à partir de la 13e semaine, il est nécessaire de mieux contrôler le taux de sucre dans le sang, car le pancréas commence à agir dès cette période. Elle commence à réagir au sang de la mère et si elle contient trop de sucre, le pancréas répond par une injection d'insuline. En conséquence, le glucose se décompose et est transformé en graisse, c’est-à-dire que le fœtus gagne activement en masse grasse.

En outre, si pendant toute la grossesse l'enfant a souvent rencontré du sang maternel «sucré», il est probable qu'il sera également confronté plus tard au diabète. Bien entendu, en cette période, la compensation du diabète est simplement nécessaire.

Veuillez noter que l’endocrinologue doit à tout moment choisir la dose d’insuline. Seul un spécialiste expérimenté peut le faire rapidement et avec précision. Alors que des expériences indépendantes peuvent conduire à des résultats désastreux.

Vers la fin de la grossesse, l'intensité de la production d'hormones de continsuline diminue à nouveau, ce qui oblige à réduire la dose d'insuline. En ce qui concerne l’accouchement, il est presque impossible de prédire quel sera le taux de glucose dans le sang; par conséquent, une surveillance sanguine est effectuée toutes les quelques heures.

Principes de la grossesse dans le diabète

Il est tout à fait naturel que la gestion de la grossesse chez ces patientes soit fondamentalement différente de la gestion de la grossesse dans toute autre situation. De manière prévisible, le diabète pendant la grossesse crée des problèmes supplémentaires pour une femme. Comme on peut le constater depuis le début de l’article, les problèmes liés à la maladie commenceront à gêner une femme au stade de la planification.

La première fois que vous devrez consulter le gynécologue toutes les semaines, et en cas de complications, les visites deviendront quotidiennes ou la femme sera hospitalisée. Cependant, même si tout se passe bien, vous devez rester plusieurs fois à l'hôpital.

La première hospitalisation est fixée à un stade précoce, jusqu'à 12 semaines. Pendant cette période, un examen complet de la femme. Identification des facteurs de risque et des contre-indications à la grossesse. Sur la base des résultats de l'enquête, il est décidé de maintenir la grossesse ou d'y mettre fin.

La deuxième fois, une femme doit être hospitalisée à 21-25 semaines. À ce stade, il est nécessaire de procéder à un nouvel examen au cours duquel les complications et les pathologies possibles sont identifiées et le traitement prescrit. Au cours de la même période, une femme est soumise à une échographie, puis à cette étude hebdomadaire. Il est nécessaire de suivre l'état du fœtus.

La troisième hospitalisation représente 34 à 35 semaines. Et à l'hôpital, la femme reste avant l'accouchement. Et encore une fois, cela ne se fera pas sans enquête. Son but est d'évaluer l'état de l'enfant et de décider quand et comment l'accouchement aura lieu.

Puisque le diabète lui-même n’empêche pas l’accouchement naturel, cette option reste toujours la plus souhaitable. Cependant, le diabète entraîne parfois des complications rendant impossible l'attente d'une grossesse à terme. Dans ce cas, le début de l'activité professionnelle est stimulé.

Un certain nombre de situations obligent les médecins à insister sur une variante de la césarienne, notamment:

  • gros fruit;
  • présentation pelvienne;
  • Complications diabétiques prononcées chez la mère ou le fœtus, y compris ophtalmiques.

Accouchement avec diabète

Pendant la naissance a aussi ses propres caractéristiques. Tout d'abord, vous devez d'abord préparer le canal de naissance. Si cela peut être fait, l'accouchement commence généralement par le perçage de la bulle amniotique. En outre, pour améliorer l'activité du travail peut entrer les hormones nécessaires. La composante obligatoire dans ce cas est l'anesthésie.

La glycémie et le rythme cardiaque fœtal sont contrôlés de manière obligatoire à l’aide du CHT. À l'atténuation de l'activité de travail d'une femme enceinte, l'ocytocine est administrée par voie intraveineuse et avec une augmentation marquée du sucre, l'insuline.

Par ailleurs, dans certains cas, avec de l'insuline, du glucose peut également être administré. Cela n’a rien de séditieux et de dangereux, il n’ya donc pas lieu de résister à une telle démarche de la part des médecins.

Si, après l'introduction de l'ocytocine et l'ouverture du col de l'utérus, le travail recommence à s'atténuer ou si une hypoxie fœtale aiguë se produit, les obstétriciens peuvent recourir à une pince. Si l'hypoxie commence même avant l'ouverture du col de l'utérus, l'accouchement se fera probablement par césarienne.

Cependant, que la naissance ait lieu de manière naturelle ou par césarienne, le risque d'avoir un bébé en bonne santé est très élevé. L'essentiel est d'être attentif à votre corps, de réagir à tout changement négatif et de respecter scrupuleusement les prescriptions du médecin.

Diabète chez les femmes enceintes lors de l'accouchement

Plus de 400 millions de personnes dans le monde souffrent de diabète. Et ces chiffres ne cessent d'augmenter. Par conséquent, la possibilité de procréer dans cette maladie devient un problème mondial de notre époque.

Accouchement dans le diabète

Il y a quelques décennies, le diabète était une contre-indication claire à la grossesse. Maintenant, les médecins ne sont pas aussi catégoriques. Mais il est important de comprendre que le fait de porter un enfant atteint de cette maladie est un lourd fardeau pour le corps de la future mère. Il est nécessaire de fournir une quantité suffisante d'insuline à vous-même et à l'enfant. Souvent, les femmes diabétiques font des fausses couches et la mort fœtale dans l’utérus.

La préparation à la conception coûte de 4 à 6 mois:

  • passer des tests;
  • maintenir un indicateur normal de la glycémie pendant une longue période. Le sucre devrait être mesuré même la nuit;
  • prévenir le développement de l'hypertension;
  • faire de l'exercice modéré;
  • suivre strictement un régime, exclure du régime les glucides à digestion rapide.

Le diabète est généralement divisé en 3 types:

  • 1 type - nécessite un apport constant d'insuline.
  • 2 espèces - souvent manifestées à l'âge adulte (après 35 ans). Le niveau de sucre est ajusté en fonction du régime alimentaire.
  • 3 espèces - gestationnel. Il agit comme une complication pendant la grossesse.

Les femmes atteintes du second type de diabète, pour des raisons évidentes, ne sont pas confrontées au problème de porter un enfant. La question est plus pertinente pour les personnes insulino-dépendantes en âge de procréer. L'apparence gestationnelle n'est pas dangereuse et se termine avec la grossesse. Malgré les progrès de la médecine, toutes les femmes diagnostiquées avec le diabète ne sont pas autorisées à donner naissance.

Les médecins recommandent l'avortement:

  • si les deux parents souffrent de cette maladie;
  • avec des complications vasculaires qui se sont développées sur le fond du diabète;
  • avec un niveau brutal de glucose dans le sang;
  • personnes atteintes de diabète de type 2;
  • avec un facteur Rh négatif;
  • avec la tuberculose;
  • insuffisance rénale;
  • dans les maladies du tractus gastro-intestinal (l'hormone insuline est produite dans le pancréas).

La future mère sait généralement qu'elle est atteinte de diabète. Mais dans certains cas, la maladie n'apparaît pour la première fois que pendant la grossesse.

Incidence générale et détectabilité du diabète sucré

Les pénuries d’insuline sont prédisposées aux femmes qui ont:

  • hérédité sévère (parents diabétiques);
  • la glycémie a déjà été détectée;
  • frère jumeau (soeur) ont le diabète;
  • surpoids;
  • il y a eu des fausses couches répétées;
  • il y a des enfants qui sont nés gros (pesant plus d'un kg) pendant une grossesse humide;

Les femmes enceintes subissent toujours des tests sanguins cliniques. Le diabète dans tous les cas sera identifié. Attention! N'hésitez pas, inscrivez-vous à la clinique le plus tôt possible.

Diabète pendant la grossesse

Une livraison réussie avec un tel problème n'est possible qu'avec une totale maîtrise de soi, qui devrait commencer avant même la formation de l'ovule. Maintenant, mesurer la glycémie est devenu beaucoup plus facile. Les glucomètres portables modernes sont à la disposition de tous.

Diabète chez la femme enceinte

Au cours des trois premiers mois, le besoin en insuline diminue temporairement, car le corps devient plus sensible à l'hormone. C'est un temps relativement calme, sans complications.

Au deuxième trimestre, la glycémie augmente. Une hyperglycémie survient qui, avec un apport insulinique insuffisant, conduit à un état comateux.

Dans les dernières semaines de grossesse, le sucre est réduit. L'insulinothérapie est réduite de 20-30%. Le diabète pendant la grossesse est une complication dangereuse:

  1. débit d'eau élevé;
  2. accouchement précoce;
  3. prééclampsie;
  4. l'hypoxie;
  5. infections des voies urinaires;
  6. pathologies du développement fœtal;
  7. fausse couche

La tâche du médecin est de minimiser les risques.

Naissances atteintes de diabète de type 1

Avec ce type de maladie, il se produit des changements dramatiques dans la glycémie. Le médecin est obligé de réagir et d’ajuster la dose d’insuline. Une femme en travail doit être placée au moins trois fois à l'hôpital, où les médecins surveillent l'état de la femme enceinte et reçoivent un traitement.

Jusqu’à 22 semaines - les médecins procèdent à un examen approfondi et décident de la poursuite / de l’interruption de la grossesse.

À 22-24 semaines - au stade de croissance du besoin de correction du sucre.

À 32-34 semaines - a examiné la tactique de la livraison.

De la part des femmes, une discipline personnelle et stricte est requise. Plus la glycémie normale restera longtemps avant la grossesse, plus il sera facile de porter le bébé. Des complications de 100% ne peuvent être évitées, mais le risque de leur développement peut être considérablement réduit. Avec une compensation de qualité du diabète, une femme est autorisée à accoucher seule de manière naturelle. En cas de réapprovisionnement en sucre insuffisant, de grossesse aggravée, le travail est stimulé pendant une période de 36 à 38 semaines. Complications graves - indications pour la césarienne.

Les accouchements physiologiques sont possibles si:

  • la maladie est bien contrôlée;
  • pas de complications obstétricales (bassin étroit, cicatrices utérines, etc.);
  • le fruit ne pèse pas plus de 4 kg;
  • les médecins ont la capacité technique de surveiller l'état de la mère et de l'enfant pendant l'accouchement.

Accouchement avec diabète gestationnel

Sur la base de changements hormonaux 15 à 17 semaines après la conception, certaines femmes développent un diabète gestationnel. La tolérance au glucose est détectée chez une femme enceinte au cours des trois premiers mois.

Le développement de la maladie contribue à:

  • l'hérédité;
  • perturbations hormonales;
  • grande masse du fœtus;
  • augmentation du poids;
  • l'âge

Ce type de diabète disparaît souvent après l'accouchement. Mais cela ne signifie pas que le diabète gestationnel est sans danger. Une quantité excessive d'insuline a des effets négatifs sur le fœtus. Par conséquent, il est important de suivre strictement les recommandations du médecin traitant. L'accouchement dans GSD est programmé. Après l'accouchement, la mère court le risque de développer 2 types de diabète. Chaque quatrième femme est confrontée à ce problème.