Indice de résistance à l'insuline

Le syndrome de résistance à l'insuline est une pathologie qui précède l'apparition du diabète. Pour identifier ce syndrome, un indice de résistance à l'insuline (HOMA-IR) est utilisé. Déterminer les indicateurs de cet indice permet de déterminer la présence d'une insensibilité à l'action de l'insuline dans les stades précoces, d'évaluer les risques perçus de diabète, d'athérosclérose et de pathologies du système cardiovasculaire.

La résistance à l'insuline - qu'est-ce que c'est?

Par résistance à l'insuline, on entend une résistance (perte de sensibilité) des cellules du corps à l'action de l'insuline. En présence de cette affection dans le sang d'un patient, on observe à la fois une élévation de l'insuline et une élévation du glucose. Si cette pathologie est associée à une dyslipidémie, à une altération de la tolérance au glucose, à l'obésité, cette pathologie est appelée syndrome métabolique.

Causes et symptômes de la maladie

La résistance à l'insuline se développe dans les situations suivantes:

  • surpoids;
  • prédisposition génétique;
  • perturbations hormonales;
  • l'utilisation de certains médicaments;
  • alimentation déséquilibrée, abus de glucides.

Ce n'est pas toutes les raisons du développement de la résistance à l'insuline. Les alcooliques ont aussi cette condition. En outre, cette pathologie accompagne des maladies de la glande thyroïde, des ovaires polykystiques, du syndrome d'Itsenko-Cushing, du phéochromocytome. Parfois, une résistance à l'insuline est observée chez les femmes pendant la grossesse.

Les personnes présentant une résistance hormonale ont des dépôts graisseux dans l'abdomen.

Les symptômes cliniques commencent à apparaître aux derniers stades de la maladie. Les personnes présentant une résistance à l'insuline souffrent d'obésité abdominale (dépôt de graisse dans la région abdominale). En outre, ils présentent des altérations cutanées - hyperpigmentation des aisselles, du cou et des glandes mammaires. En outre, ces patients ont une pression accrue, il y a des changements dans le contexte psycho-émotionnel, des problèmes digestifs.

Indice de résistance à l'insuline: calcul

Modèle d'homéostasie Évaluation de la résistance à l'insuline (HOMA-IR), l'indice HOMA est synonyme d'indice de résistance à l'insuline. Pour déterminer cet indicateur, il faut un test sanguin. Les valeurs d'indice peuvent être calculées à l'aide de deux formules: l'indice HOMA-IR et l'indice CARO:

  • Formule HOMA: insuline à jeun (µED / ml) * glucose plasmatique à jeun (mmol / l) / 22,5 - généralement pas plus de 2,7;
  • formule CARO: glycémie plasmatique à jeun (mmol / l) / insuline à jeun (µED / ml) - la norme ne dépasse pas 0,33.
Retour à la table des matières

Analyses et comment passer

Au début, les patients doivent passer un test sanguin veineux, puis un test de résistance à l'insuline. Le diagnostic et la détermination de la résistance à l'insuline sont soumis aux règles suivantes:

30 minutes avant l'analyse, aucun effort physique ne peut être expérimenté.

  • Il est interdit de fumer une demi-heure avant l’étude;
  • avant l'analyse ne peut pas manger pendant 8-12 heures;
  • le calcul des indicateurs est effectué le matin à jeun;
  • interdit l'activité physique pendant une demi-heure avant le test;
  • Le médecin traitant est tenu d'informer sur les médicaments pris.
Retour à la table des matières

Le taux de résistance à l'insuline

La valeur optimale de HOMA-IR ne doit pas dépasser 2,7. La glycémie à jeun, utilisée pour calculer l'indice, varie en fonction de l'âge de la personne:

  • de moins de 14 ans, les taux vont de 3,3 à 5,6 mmol / l;
  • chez les personnes de plus de 14 ans, l'indicateur doit être compris entre 4,1 et 5,9 mmol / l.
Retour à la table des matières

Déviations de la norme

L'indice HOMA a augmenté avec des valeurs de 2,7. Une performance accrue peut indiquer la présence d'une pathologie. Physiologiquement, l'indice de résistance à l'insuline peut augmenter si les conditions pour le don de sang aux fins d'analyse ne sont pas suivies. Dans une telle situation, l'analyse est retravaillée et les indicateurs sont à nouveau évalués.

Indice de traitement HOMA IR

La diététique est l’un des points clés du traitement de la résistance à l’insuline.

Insulin Insensivity Therapy vise à réduire le poids de la graisse corporelle. En cas d’augmentation de l’indice HOMA, il est recommandé d’effectuer en priorité des ajustements à l’alimentation quotidienne. Veillez à réduire la quantité de matières grasses et de glucides consommés. La cuisson au four, les sucreries, les aliments frits, les cornichons, les viandes fumées et les plats à forte teneur en épices sont totalement exclus. Recommandé de manger des légumes, de la viande maigre (poulet, dinde, lapin) et du poisson. Les meilleures façons de cuisiner des plats:

Manger est nécessaire fractionnée - 5-6 fois par jour. En outre, il est recommandé de boire entre 1,5 et 2 litres d’eau pure. Café, thé fort, alcool doivent être complètement exclus de la consommation. En outre, il est recommandé aux patients présentant une résistance à l'insuline de faire du sport: jogging, yoga, natation. Assurez-vous d'effectuer des exercices matinaux. Le style de vie nécessaire est établi par le médecin traitant dans un ordre individuel.

Tout sur l’indice NOMA: les valeurs sont normales et que faire s’il est élevé

L'insuline est une hormone produite par le pancréas, qui joue l'un des rôles les plus importants dans la régulation des processus métaboliques du corps: le transport du glucose du sang vers les cellules, où il est utilisé pour la production d'énergie ou stocké sous forme de glycogène.

Un manque ou un excès de cette hormone conduit au développement d'un diabète de type I ou de type II. Un problème non moins dangereux, selon estet-portal.com, est la résistance à l'insuline - une affection dans laquelle, malgré la circulation d'une quantité suffisante de celle-ci dans le sang, les cellules sont incapables de répondre correctement à cette substance.

En conséquence, l’insuline est produite de manière plus intensive, son niveau est augmenté de façon chronique, ce qui entraîne toute une cascade de changements négatifs dans le corps. L’indice NOMA vous permet d’identifier le problème à un stade précoce et de prendre des mesures opportunes pour le neutraliser.

Qu'est-ce que l'indice HOMA et comment cet indicateur est-il calculé?

L'indice HOMA est utilisé pour évaluer les performances de l'insuline dans le corps humain. La valeur obtenue par la méthode d’analyses et de calculs permet de déterminer le rapport entre les indicateurs d’insuline et de glucose, ce qui est nécessaire pour identifier en temps utile les stades précoces du diabète.

Pour calculer l’indice HOMA, le sang veineux du patient est prélevé à jeun (après au moins 8 heures sans nourriture) et la formule suivante est utilisée:
NOMA = glycémie à jeun (mmol / l) x concentration d'insuline dans le sang à jeun (μED / l) / 22,5

NOMA = glycémie à jeun (mmol / l) x concentration d'insuline dans le sang à jeun (μED / l) / 22,5
Les valeurs obtenues sont comparées au taux d’indice de résistance à l’insuline.

Taux de l'indice NOMA et comme en témoigne l'augmentation de l'indice

Si les résultats de l'étude ont montré que l'indice HOMA était compris entre 2,5 et 2,7, ces indicateurs sont la norme et indiquent le bon fonctionnement de l'insuline dans le corps.

Si la valeur obtenue dépasse 2,7, il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible, car ces chiffres peuvent indiquer la présence d'une ou de plusieurs des maladies suivantes:
• diabète;
• artériosclérose;
• hypertension artérielle;
• autres maladies qui nuisent au travail du système cardiovasculaire.

Indice HOMA = 2,5–2,7 - de tels indicateurs sont la norme et indiquent le bon fonctionnement de l'insuline dans le corps.

Il est important de comprendre que l'exactitude d'un certain index dépend non seulement du laboratoire, mais également de la personne qui effectue l'analyse. Pour éviter les expériences et les traitements inutiles, avant de donner du sang, vous devez:

• refuser de prendre des aliments (au moins 8 heures avant le prélèvement de sang);
• ne buvez que de l'eau propre le matin;
• ne pas trop manger le soir avant l'analyse, en particulier pour les aliments sucrés, farineux, gras et salés;
• informez le médecin à l'avance de la prise de médicaments pouvant affecter les résultats du test.

Une visite chez le médecin ne doit pas être retardée si, outre l’augmentation de l’indice de résistance à l’insuline, vous vous inquiétez de symptômes pouvant indiquer des problèmes de métabolisme.
Symptômes d'insensibilité à l'insuline: qui et pourquoi doivent déterminer l'indice HOMA (H3)
En règle générale, le médecin soumet à tout test, y compris pour déterminer l'indice NOMA, en fonction des plaintes du patient, ainsi que des antécédents de la maladie et de sa vulnérabilité au développement de certaines affections.

En cas de résistance à l'insuline, les patients consultent souvent leur médecin pour les problèmes suivants:

• hypertension artérielle;
• l'apparition de dépôts graisseux, notamment au niveau de la taille;
• besoin fréquent de sucreries, trop manger;
• fatigue fréquente, surtout après le déjeuner;
• gain de poids important;
• apparition d'hyperpigmentation;
• mictions fréquentes;
• soif constante;
• violation du cycle menstruel, etc.

Groupe de risque
Il est important de se rappeler que l'hérédité est un facteur assez important qui influe sur le risque de développer une résistance à l'insuline ou un diabète. Par conséquent, si l'un de vos parents est confronté à ce problème, vous devez surveiller régulièrement l'état de votre corps.

Outre l'hérédité, le risque de ces violations augmente avec:
• nutrition inadéquate;
• mode de vie sédentaire;
• mauvaises habitudes;
• excès de poids;
• stress fréquent.

Comment ramener l'index HOMA à la normale: qu'est-ce qui affecte la production d'insuline?

Comme indiqué ci-dessus, la fonction principale de l'insuline est d'assurer la pénétration du glucose, qui se forme par division des glucides, dans les cellules du corps afin de leur fournir de l'énergie. Lorsque vous consommez de grandes quantités d'aliments glucidiques, l'excès de glucose est transformé en graisse qui se dépose non seulement sous la peau, mais aussi beaucoup plus profondément autour des organes internes.

Par conséquent, l'objectif principal avec un indice de résistance à l'insuline accru est de réduire la quantité de glucides dans le régime alimentaire. Pour ce faire, le médecin prescrit au patient une diète spéciale à base d’aliments hypocaloriques riches en vitamines, fibres et autres substances utiles.

Ainsi, la nutrition avec résistance à l'insuline est approximativement comme suit:
• aliments contenant des protéines;
• aliments riches en graisses saines;
• une quantité insignifiante de glucides, principalement «lents», c.-à-d. le dédoublement prend plus de temps.

Manger devrait être en petites portions avec des intervalles d'environ trois à trois heures et demie.
Il est préférable d’éliminer complètement de l’alimentation:
• produits semi-finis;
• viande fumée;
• restauration rapide;
• le soda doux;
• nourriture en conserve;
• sucre (sous la forme habituelle).

La base du menu devrait être:
• fruits et légumes frais (contenant un minimum de sucre);
• viande maigre (volaille, lapin);
• poisson maigre;
• riz brun;
• produits laitiers faibles en gras;
• pain de grains entiers.

Il est important de surveiller la quantité de liquide entrant dans le corps, qui devrait représenter environ 2 à 2,5 litres par jour.

C'est mieux si c'est de l'eau propre. Compotes, boissons aux fruits et décoctions sans sucre ajouté conviennent également.
Si nécessaire, votre médecin vous prescrira des médicaments visant à normaliser l’activité du corps. Dans ce cas, vous devez écouter l'opinion d'un spécialiste et éliminer complètement l'automédication.

Une étape tout aussi importante pour la normalisation de l’indice NOMA est la minimisation de la consommation d’alcool et de l’abandon du tabac. Mais des exercices quotidiens, correspondant aux besoins et aux capacités du corps, en bénéficieront.

Qu'est-ce que l'indice HOMA?

Indice indicateur Homa - est conçu pour déterminer la résistance à l'insuline dans le rapport glucose / insuline.

Méthode de l'indice NOMA

Lorsque le corps humain est sujet au diabète, un niveau d'insuline est étudié et son effet sur les processus biochimiques. L'une des méthodes caractérisant l'état du corps est la norme d'indice de Homa, qui indique le rapport entre l'insuline et le glucose.

Cette méthode vous permet de:

  • Identifiez les premiers signes du diabète.
  • Mettre en œuvre en temps opportun les mesures de traitement nécessaires.

Les problèmes de thyroïde et d'altération des niveaux d'hormone TSH, T3 et T4 peuvent avoir des conséquences graves, telles qu'un coma hypothyroïdien ou une crise thyréotoxique souvent fatales.
Mais l'endocrinologue Marina Vladimirovna assure qu'il est facile de guérir la glande thyroïde, même à la maison, il suffit de boire. Lire plus »

Diagnostics

Des processus biochimiques se déroulent dans le corps humain, permettant ainsi d'obtenir les éléments et substances nécessaires au fonctionnement normal de tous les organes.

Lorsque vous mangez dans le tractus gastro-intestinal, les processus de conversion des substances entrantes en glucose, qui pénètre dans le sang lorsqu'il est exposé à l'insuline, pénètrent dans les cellules. Si les processus métaboliques sont perturbés pour une raison quelconque, il se produit un excès de glucose dans le sang.

Il existe une disproportion entre les niveaux d’insuline et de glucose - un état de résistance à l’insuline. Une glycémie élevée entraîne une augmentation de la production d'hormones, ce qui entraînera également son excès. Lorsque les processus corporels sont perturbés, le glucose en excès est converti en graisse, accumulée en dépôts, ce qui ralentit encore plus les processus métaboliques.

Pour diagnostiquer l'état du corps du patient, des études sont menées, au cours desquelles le résultat est déterminé, et si l'indice de Homa est compris entre 2,5 et 2,7, les processus se déroulent dans les limites de la normale. Ainsi, la norme de l'indice de Homa est la suivante: 2.5-2.7

À la réception du résultat, lorsque l'indice de Homa est augmenté et dépasse le taux autorisé, une situation difficile peut survenir et contribuer à la survenue des maladies suivantes:

  • L'artériosclérose;
  • Le diabète;
  • L'hypertension

Comment se préparer à l'étude?

S'il est nécessaire de passer des tests pour déterminer l'indice de Homa, un certain nombre de règles obligatoires doivent être suivies:

  1. Les dons de sang pour analyse doivent être effectués le matin, entre 8 et 11 heures.
  2. Avant de donner du sang, vous ne devez pas manger pendant la période de 8 à 14 heures. Seule l'eau est autorisée.
  3. Il est nécessaire de réduire les apports alimentaires avant le jour des tests.

Quand une étude est-elle prévue?

  • Quand il y a des déviations dans le corps.
  • La concentration d'insuline augmente, contribuant au développement de la dépression.
  • Augmentation de l'appétit.
  • Fatigue
  • Le développement du diabète de type 2.
  • L'athérosclérose est nécessaire pour mener une enquête.

Dans certains cas, l’immunité à l’insuline est obtenue en supprimant la capacité d’absorption du glucose.

À un niveau normal d'absorption de glucose par le corps, pouvant atteindre 80% du total, les cellules musculaires sont activement impliquées. Si le tissu musculaire perd sa capacité à absorber le glucose, il se produit une résistance à l'insuline.

Les indicateurs sont un certain nombre de facteurs pouvant entraîner une détérioration:

  1. L'hypertension.
  2. Obésité abdominale.
  3. Réduire le cholestérol - hypoalphalestiersin.
  4. L'apparition de signes de diabète de type 2.
  5. Augmentation des taux de triglycérides.

Les premiers signes de résistance à l'insuline

La maladie peut être détectée si certains symptômes apparaissent:

  1. Lorsque la somnolence survient après avoir mangé.
  2. Diminution de la concentration
  3. L'apparition de baisses de la pression artérielle.
  4. Perturbation du système digestif.
  5. L'apparence de la couche de graisse à la taille.
  6. Apparaît des sentiments de dépression.
  7. L'apparition de l'état de faim.

Au cours du test sanguin peuvent être identifiés des anomalies:

  • Augmentation du cholestérol sanguin;
  • Augmentation de la teneur en glucose;
  • La présence de protéines dans l'urine;
  • L'augmentation des triglycérides.

Indicateurs et calcul de l'indice de Homa

Les patients prélèvent du sang dans une veine pour détecter les perturbations métaboliques.

Pour le calcul, la formule utilisée est la suivante: Homa-Ir = IRI (μED / ml) X GPN (mol / l) / 22,5, où Caro = GPN (mol / l) / IRI (μED / ml).

L'indice Homa est calculé à l'aide de la formule où les données sont utilisées:

  • IRI - le contenu de l'insuline immunoréactive contenue dans le sang;
  • GPN - teneur en glucose dans le plasma sanguin.

Un indicateur de l'indice de Homa à 2,7 est considéré comme normal et ce qui précède indique la présence d'une résistance à l'insuline.

Il convient également de garder à l'esprit que lors de l'analyse de l'indice de Homa, la valeur de l'indicateur peut être accrue en cas de maladie du patient:

  • Hépatite chronique C.
  • Diabète de type 2.
  • Cirrhose du foie.
  • Stéatose.

Une augmentation de l'insuline dans l'organisme peut contribuer à:

  • Le développement de l'athérosclérose.
  • La survenue d'une occlusion vasculaire.
  • Diminution du flux sanguin pouvant entraîner la formation d'accidents vasculaires cérébraux, de crises cardiaques et de diverses pathologies du cœur et des extrémités.

En raison de l'effet de l'insuline, le système nerveux est perturbé, la quantité de noradrénaline menant à un vasospasme et à une augmentation de la pression augmente. L'hormone protéique contribue à retarder la production de sodium et d'eau par l'organisme, ce qui peut entraîner l'apparition d'une hypertension.

Traitement de la résistance à l'insuline

Il y a souvent des situations où l'indice de Homa est élevé, que faire?

La récupération de l'état optimal du corps présentant une résistance à l'insuline est obtenue en utilisant:

  • Faire de l'exercice régulièrement;
  • Avec un régime spécial;
  • Réduire l'influence des facteurs nuisibles;
  • Strict respect de l'alimentation, du repos et du sommeil;
  • Réception des médicaments.

Il est nécessaire de surveiller strictement la gamme de produits consommés. Minimiser la consommation de pain blanc, de semoule et de pommes de terre. Dans le régime alimentaire devrait être de la viande maigre, des légumes frais, du pain de seigle, des produits laitiers.

Il est nécessaire de contrôler strictement son propre poids et de réglementer aux dépens du sport. Il existe une relation directe dans la mesure où les récepteurs de l'insuline, dont 80% font partie du tissu musculaire, activent leur travail sous une charge musculaire accrue, ce qui contribue à l'absorption de l'hormone. La stabilisation de la pression est un facteur concomitant de la perte de poids du patient.

Une attention particulière doit être portée à l'exclusion du régime alimentaire:

  • Sahara (ordinaire);
  • Restauration rapide;
  • Produits fumés et en conserve;
  • Produits contenant du sel en grande quantité;
  • Eau gazeuse avec teneur en sucre.

Il est nécessaire de respecter le taux de consommation de liquide au cours de la journée, qui devrait aller jusqu'à 2,5 litres, y compris:

  • Jus de fruits et de légumes;
  • Une décoction des hanches;
  • Boissons aux fruits et boissons aux fruits sans teneur en sucre.

Le sucre contenu dans de nombreux produits est préférable pour remplacer la confiture, et les plats principaux doivent être cuits à la vapeur ou au four. Si possible, remplacez le beurre par de l'huile végétale.

Préparations médicinales prescrites pour le diabète sucré:

  1. Un groupe de médicaments qui contribuent à une augmentation de la production d'insuline (sulfonylurée): manine, diabétone, glycide. Les médicaments qui affectent activement le travail du pancréas: Starlix, Novonorm.
  2. Médicaments contribuant à l'activation des récepteurs, augmentant la sensibilité des cellules: aktos, siofor, biguanides.
  3. Médicaments réduisant le taux de pénétration du sucre dans le sang: glucobay, rezulin.
  4. Médicaments qui augmentent la production d’insuline dans le tube digestif: Januvia.

L'utilisation de l'indice de Homa pour diagnostiquer l'état du patient nous permet d'accélérer l'obtention des résultats réels caractérisant son état et d'identifier la susceptibilité à certaines maladies.

Le calcul de l'indice HOMA (HOMA) - norme et pathologie

L'insuline est une hormone qui aide le glucose à pénétrer dans les tissus du corps et à générer de l'énergie. Si ce processus est interrompu, une résistance à l'insuline se développe - une des principales raisons du développement du diabète de type 2.

Pour déterminer la pathologie, il existe un index appelé HOMA (HOMA). De quoi s'agit-il et comment est-il calculé?

Développement de la maladie

On pense que la sensibilité à l'insuline est réduite en raison d'un excès de poids. Mais il arrive que la résistance à l'insuline se développe avec un poids normal. La pathologie survient plus souvent chez les hommes après 30 ans et chez les femmes après 50 ans.

On pensait auparavant que cette maladie ne concernait que les adultes, mais ces dernières années, le diagnostic de résistance à l'insuline chez les adolescents a été multiplié par 6.

Dans le développement de la résistance à l'insuline, il y a plusieurs étapes:

  1. En réponse à l'ingestion d'aliments glucidiques, le pancréas sécrète de l'insuline. Il maintient les niveaux de sucre dans le sang au même niveau. L'hormone aide les cellules musculaires et les cellules adipeuses à absorber le glucose et à le convertir en énergie.
  2. L'abus d'aliments nocifs, le manque d'activité physique et le tabagisme réduisent le travail des récepteurs sensibles et les tissus cessent d'interagir avec l'insuline.
  3. Le taux de glucose sanguin augmente, en réponse à cela, le pancréas commence à produire plus d'insuline, mais il n'est toujours pas impliqué.
  4. L'hyperinsulinémie entraîne une sensation de faim constante, une altération des processus métaboliques et une hypertension artérielle.
  5. L'hyperglycémie entraîne à son tour des conséquences irréversibles. Les patients développent une angiopathie diabétique, une insuffisance rénale, une neuropathie.

Causes et symptômes

Les causes de la résistance à l'insuline comprennent:

  • l'obésité;
  • la grossesse
  • infections graves.
  • l'hérédité - s'il y a des parents atteints de diabète dans la famille, sa fréquence chez d'autres membres de la famille augmente fortement;
  • mode de vie sédentaire;
  • consommation fréquente de boissons alcoolisées;
  • tension nerveuse;
  • la vieillesse

Le caractère insidieux de cette pathologie réside dans le fait qu’elle ne présente aucun symptôme clinique. Une personne peut ne pas savoir longtemps sur sa résistance à l'insuline.

En règle générale, cette affection est diagnostiquée lors d'un examen médical ou lorsqu'il existe des signes évidents de diabète:

  • la soif
  • mictions fréquentes;
  • sentiment constant de faim;
  • faiblesse
  • irritabilité;
  • changer les préférences gustatives - les gens veulent toujours des bonbons;
  • l'apparition de douleurs dans les jambes, d'engourdissements, de crampes;
  • des problèmes de vue peuvent apparaître: chair de poule, taches noires devant les yeux ou perte de vision.

Le calcul de l'indice HOMA

HOMA (HOMA) est la méthode la plus courante pour déterminer la résistance à l'insuline. C'est le rapport entre la quantité de glucose et d'insuline dans le sang. Il est déterminé en utilisant la formule strictement sur un estomac vide.

Préparation à l'analyse:

  • l'analyse doit être prise strictement l'estomac vide;
  • le dernier repas devrait être 12 heures avant l'analyse;
  • le dîner la veille devrait être léger;
  • temps d'analyse de 8h00 à 11h00 du matin.

Normalement, les résultats d'analyse pour les personnes de 20 à 60 ans devraient aller de 0 à 2,7. Les nombres dans cette plage signifient que la sensibilité des tissus à l'hormone est normale. Si le taux augmente, alors le patient est diagnostiqué avec une résistance à l'insuline.

Selon le niveau de glucose dans le sang, il y a: prédiabète et diabète. Le prédiabète n'est pas une maladie, mais une raison sérieuse de penser à votre régime alimentaire et à votre mode de vie.

Cette condition est réversible, c'est-à-dire qu'avec un changement de mode de vie, l'apparition du diabète peut être évitée. Sans traitement efficace, le prédiabète se transformera en diabète de type 2.

Traitement d'insensibilité à l'insuline

Que faire lors de la détection d’une résistance à l’insuline, informez-en votre médecin. Le traitement doit être complet.

  • régime pauvre en glucides;
  • des médicaments;
  • activité physique.

Les aliments dont la tolérance au glucose est altérée doivent être faibles en glucides. Les patients obèses sont invités à manger 12 unités de pain par jour. Il est nécessaire d’adopter une approche sérieuse dans le choix des aliments pour votre propre nourriture - les aliments à indice glycémique élevé, ainsi que les aliments gras et frits devraient disparaître de l’alimentation.

Qu'est-ce qui est permis de manger?

  • des légumes et des fruits;
  • produits laitiers faibles en gras;
  • les noix;
  • poisson;
  • viande maigre;
  • céréales.

Dans la vie du patient doit nécessairement trouver une place pour l'éducation physique. Cela peut être une excursion à la salle de sport, à la piscine, au jogging avant de se coucher. Les personnes en surpoids peuvent faire de la marche sportive. Cela peut aussi être utile au yoga. Ses asanas aideront à calmer les nerfs, à normaliser le sommeil et à améliorer la digestion. De plus, le patient doit se conformer à la règle de ne pas utiliser l'ascenseur. Lors de l'utilisation des transports en commun, effectuez 1 à 2 arrêts plus tôt et dirigez-vous à pied jusqu'à la maison.

Vidéo sur le diabète, ses complications et son traitement:

Traitement médicamenteux

Pour le traitement d'un état pathologique, le médecin peut vous prescrire les médicaments suivants:

  1. Metformine - le médicament bloque la libération de glucose par le foie dans le sang et améliore le fonctionnement des neurones sensibles. Ainsi, il réduit le niveau d'insuline dans le sang et contribue à réduire la charge sur le pancréas.
  2. L'acarbose est un médicament hypoglycémique. Il augmente l'absorption du glucose dans le tractus gastro-intestinal, ce qui entraîne une diminution des besoins en insuline après les repas.
  3. Pioglitazone - ne peut pas être pris pendant une longue période en raison d'effets toxiques sur le foie. Ce médicament augmente la sensibilité à l'insuline, mais peut déclencher une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral. Par conséquent, son utilisation est extrêmement limitée.
  4. La troglitazone est utilisée pour traiter la résistance à l'insuline. Des études ont montré que le diabète de type 2 était évité chez un quart des personnes étudiées.

Médecine populaire

À un stade précoce du développement de la résistance à l'insuline, vous pouvez utiliser des médicaments basés sur des recettes traditionnelles:

  1. Les myrtilles Une cuillerée à thé de feuilles de myrtille hachées versez 200 ml d'eau bouillante. Au bout de 30 minutes, filtrez et divisez le verre en 3 doses par jour. Cette décoction aidera à réduire la glycémie, mais seulement dans les premiers stades de la maladie.
  2. Stevia de Crimée. Prenez 1 cuillère à soupe de stevia de Crimée hachée et versez 200 ml d'eau bouillante. Infuser pendant 15 minutes, puis filtrer. Buvez toute la journée au lieu de thé. Les plantes peuvent réduire les niveaux de glucose et de cholestérol, améliorer le fonctionnement du foie et du pancréas.
  3. Bouillon de haricots. Versez 1 litre d'eau dans une casserole et ajoutez-y 20 grammes de haricots. Mettez le feu et faites bouillir. Puis filtrer le mélange. La durée du traitement est de 1 à 2 mois. Prenez tous les jours le matin, l’après-midi et le soir. Le bouillon est utilisé pour maintenir une glycémie normale.
  4. Infusion d'ortie. Prenez 800 g d'ortie et versez 2,5 litres d'alcool. Infuser pendant 7 jours, puis filtrer. Prendre trois fois par jour une demi-heure avant les repas et 1 cuillère à soupe.

Dans le monde moderne, chaque personne est soumise au développement de la résistance à l'insuline. Si cette pathologie se trouve en soi, une personne doit changer de vie au plus vite. Pour rétablir la sensibilité des cellules à l'insuline, seuls les médicaments ne peuvent pas.

Le patient doit faire un travail formidable: se forcer à bien manger, à faire du sport, à renoncer aux mauvaises habitudes. Malheureusement, les gens ne veulent pas changer leur vie et ne prêtent pas attention aux recommandations des médecins, provoquant ainsi le développement du diabète et d'autres complications terribles de cette maladie.

Diagnostic de la résistance à l'insuline, HOMA et caro indices

Dans cet article, vous apprendrez:

L’Organisation mondiale de la santé a reconnu que l’obésité dans le monde entier est devenue une épidémie. Et la résistance à l'insuline associée à l'obésité déclenche une cascade de processus pathologiques qui entraînent la destruction de presque tous les organes et systèmes humains.

Qu'est-ce que la résistance à l'insuline, quelles en sont les causes et comment la déterminer rapidement à l'aide d'analyses standard - telles sont les principales questions qui ont intéressé les scientifiques des années 90. En essayant d'y répondre, de nombreuses études ont prouvé le rôle de la résistance à l'insuline dans l'apparition du diabète de type 2, de la pathologie cardiovasculaire, de l'infertilité féminine et d'autres maladies.

Normalement, le pancréas produit de l'insuline en une quantité suffisante pour maintenir la glycémie à un niveau physiologique. Il favorise l’entrée du glucose, principal substrat énergétique, dans la cellule. Lorsque la résistance à l'insuline diminue la sensibilité des tissus à l'insuline, le glucose ne pénètre pas dans les cellules, une faim énergétique se développe. En réponse, le pancréas commence à produire encore plus d'insuline. L'excès de glucose se dépose sous forme de tissu adipeux, renforçant encore la résistance à l'insuline.

Au fil du temps, les réserves du pancréas s’épuisent, les cellules en surcharge meurent et le diabète se développe.

L'excès d'insuline a un effet sur le métabolisme du cholestérol, favorise la formation d'acides gras libres et de lipides athérogènes, ce qui entraîne le développement de l'athérosclérose et des lésions du pancréas associées aux acides gras libres.

Causes de la résistance à l'insuline

La résistance à l'insuline est physiologique, c'est-à-dire normale à certaines périodes de la vie et pathologique.

Causes de la résistance à l'insuline physiologique:

  • la grossesse
  • l'adolescence;
  • nuit de sommeil;
  • âge avancé;
  • la deuxième phase du cycle menstruel chez les femmes;
  • régime riche en graisses.
Causes de la résistance à l'insuline

Causes de la résistance à l'insuline pathologique:

  • l'obésité;
  • défauts génétiques de la molécule d'insuline, de ses récepteurs et de ses actions;
  • l'hypodynamie;
  • consommation excessive de glucides;
  • maladies endocriniennes (thyrotoxicose, maladie de Cushing, acromégalie, phéochromocytome, etc.);
  • prendre certains médicaments (hormones, bloqueurs, etc.);
  • fumer

Signes et symptômes de résistance à l'insuline

L'obésité abdominale est le principal symptôme du développement d'une résistance à l'insuline. L'obésité abdominale est un type d'obésité dans lequel un excès de tissu adipeux se dépose principalement dans l'abdomen et le haut du torse.

L'obésité abdominale interne est particulièrement dangereuse lorsque le tissu adipeux s'accumule autour des organes et empêche leur bon fonctionnement. Maladie du foie gras, l'athérosclérose se développe, l'estomac et les intestins, les voies urinaires sont comprimées, le pancréas, les organes reproducteurs sont touchés.

Le tissu adipeux de l'abdomen est très actif. Il produit un grand nombre de substances biologiquement actives qui contribuent au développement de:

  • athérosclérose;
  • maladies oncologiques;
  • l'hypertension;
  • maladies articulaires;
  • thrombose;
  • dysfonctionnement ovarien.

L'obésité abdominale peut être déterminée à la maison. Pour ce faire, mesurez le tour de taille et divisez-le en tour de hanches. Normalement, cet indicateur ne dépasse pas 0,8 chez les femmes et 1,0 chez les hommes.

Le deuxième symptôme important de la résistance à l'insuline est l'acanthosis noir (acanthosis nigricans). L'acanthose noire est une altération de la peau sous forme d'hyperpigmentation et de desquamation des plis naturels de la peau (cou, aisselles, glandes mammaires, aine, plis interglaciaires).

Chez les femmes, la résistance à l'insuline se manifeste par le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Le SOPK s'accompagne de troubles menstruels, d'infertilité et d'hirsutisme, d'une croissance excessive des cheveux chez l'homme.

Syndrome de résistance à l'insuline

En raison du grand nombre de processus pathologiques associés à la résistance à l'insuline, ils ont tous été combinés pour former un syndrome de résistance à l'insuline (syndrome métabolique, syndrome X).

Le syndrome métabolique comprend:

  1. Obésité abdominale (tour de taille:> 80 cm chez les femmes et> 94 cm chez les hommes).
  2. Hypertension artérielle (augmentation persistante de la pression artérielle au-dessus de 140/90 mm Hg. Art.).
  3. Diabète ou altération de la tolérance au glucose.
  4. Perturbation du métabolisme du cholestérol, augmentation du niveau de ses «mauvaises» fractions et diminution de son «bon».

Le danger du syndrome métabolique est à fort risque de catastrophes vasculaires (coups, crises cardiaques, etc.). Vous pouvez les éviter uniquement en réduisant le poids et en contrôlant les niveaux de pression artérielle, ainsi que les fractions de glucose et de cholestérol dans le sang.

Diagnostic de résistance à l'insuline

La résistance à l'insuline peut être déterminée à l'aide de tests et d'analyses spécifiques.

Méthodes de diagnostic direct

Parmi les méthodes directes de diagnostic de la résistance à l'insuline, la plus précise est la pince hyperinsulinémique euglycémique (EGC, clamp test). Le test de pince consiste en l'administration simultanée de solutions intraveineuses de glucose et d'insuline à un patient. Si la quantité d'insuline injectée ne correspond pas à (dépasse) la quantité de glucose injectée, ils parlent de résistance à l'insuline.

Actuellement, le test de pince est utilisé uniquement à des fins de recherche, car il est difficile à réaliser, nécessite une formation spéciale et un accès par voie intraveineuse.

Méthodes de diagnostic indirect

Des méthodes de diagnostic indirectes évaluent l’effet de l’insuline, non administrée par voie externe, sur le métabolisme du glucose.

Test de tolérance au glucose par voie orale (PGTT)

Le test de tolérance au glucose oral est effectué comme suit. Le patient donne du sang l'estomac vide, boit ensuite une solution contenant 75 g de glucose et reteste l'analyse au bout de 2 heures. Au cours de l’essai, les taux de glucose, ainsi que ceux d’insuline et de peptide C, sont évalués. Le peptide C est une protéine à laquelle l’insuline est liée dans son dépôt.

Une glycémie à jeun avec facultés affaiblies et une tolérance au glucose diminuée sont considérées comme un prédiabète et, dans la plupart des cas, sont accompagnées d'une résistance à l'insuline. Si, au cours de l’essai, corréler les taux de glucose avec les taux d’insuline et de peptide C, une augmentation plus rapide de ces derniers indique également la présence d’une résistance à l’insuline.

Test de tolérance au glucose par voie intraveineuse (VVGTT)

Le test de tolérance au glucose par voie intraveineuse est similaire à celui du PGTT. Mais dans ce cas, le glucose est administré par voie intraveineuse, après quoi, à intervalles rapprochés, les mêmes indicateurs sont évalués à plusieurs reprises comme avec le PGTT. Cette analyse est plus fiable dans le cas où le patient a des maladies gastro-intestinales qui violent l’absorption du glucose.

Calcul des indices de résistance à l'insuline

Le moyen le plus simple et le plus économique d'identifier la résistance à l'insuline est de calculer ses indices. Pour ce faire, une personne doit simplement faire un don de sang provenant d’une veine. Les taux d'insuline et de glucose dans le sang seront déterminés et les indices HOMA-IR et caro seront calculés à l'aide de formules spéciales. Ils sont aussi appelés tests de résistance à l'insuline.

Index HOMA-IR - calcul, norme et pathologie


L'indice HOMA-IR (évaluation du modèle d'homéostasie de la résistance à l'insuline) est calculé à l'aide de la formule suivante:

HOMA = (taux de glucose (mmol / l) * taux d'insuline (µMU / ml)) / 22,5

Les raisons de l'augmentation de l'indice NOMA:

  • la résistance à l'insuline, qui suggère le développement possible du diabète sucré, de l'athérosclérose, du syndrome des ovaires polykystiques, souvent dans le contexte de l'obésité;
  • diabète gestationnel (diabète chez la femme enceinte);
  • maladies endocriniennes (thyrotoxicose, phéochromocytome, etc.);
  • prendre certains médicaments (hormones, bloqueurs, médicaments qui réduisent le taux de cholestérol);
  • maladie chronique du foie;
  • maladies infectieuses aiguës.

Indice Caro

Cet indice est également un indicateur calculé.

Caro index = taux de glucose (mmol / l) / taux d'insuline (µMU / ml)

Une diminution de cet indicateur est un signe certain de la résistance à l'insuline.

Les tests de résistance à l'insuline sont effectués le matin à jeun, après une pause de 10 à 14 heures dans les repas. Il n'est pas souhaitable de les donner après un stress grave, en période de maladie aiguë et d'exacerbation de maladies chroniques.

Détermination des taux de glucose, d'insuline et de peptide C dans le sang

Déterminer uniquement le niveau de glucose, d'insuline ou de peptide C dans le sang, séparément des autres indicateurs, est non informatif. Ils doivent être pris en compte dans le complexe, car une augmentation de la glycémie seule peut indiquer une préparation inappropriée pour une analyse, et uniquement de l'insuline, une injection d'insuline de l'extérieur sous forme d'injections. On ne peut parler de résistance à l'insuline qu'après s'être assuré que les quantités d'insuline et de peptide C sont supérieures à celles dues à un niveau de glycémie donné.

Traitement de résistance à l'insuline - régime alimentaire, sport, médicaments

Après l'examen, l'analyse et le calcul des indices HOMA et caro, une personne est principalement préoccupée par la manière de guérir la résistance à l'insuline. Ici, il est important de comprendre que la résistance à l'insuline est la norme physiologique à certaines périodes de la vie. Il a été formé dans le processus d'évolution pour s'adapter aux périodes de manque prolongé de nourriture. Et traiter l'insulinorésistance à l'adolescence, ou pendant la grossesse, par exemple, n'est pas nécessaire.

La résistance à l'insuline pathologique, conduisant au développement de maladies graves, doit être corrigée.

Deux choses sont importantes pour perdre du poids: un exercice constant et un régime hypocalorique.

L'activité physique devrait être régulière, aérobie, 3 fois par semaine pendant 45 minutes. Bien courir, nager, cours de fitness, danser. Pendant les cours, les muscles travaillent activement, c’est-à-dire qu’ils contiennent un grand nombre de récepteurs à l’insuline. En exerçant activement, une personne ouvre l'accès à l'hormone à ses récepteurs, surmontant ainsi la résistance.

Une bonne nutrition et le respect d'un régime hypocalorique constituent une étape tout aussi importante pour perdre du poids et traiter la résistance à l'insuline, tout comme le sport. Il est nécessaire de réduire considérablement la consommation de glucides simples (sucre, bonbons, chocolat, produits de boulangerie). Le menu de résistance à l'insuline devrait comprendre 5 à 6 repas, les portions devraient être réduites de 20 à 30%, essayer de limiter les graisses animales et d'augmenter la quantité de fibres dans les aliments.

En pratique, il est souvent difficile de perdre du poids pour une personne insulinorésistante. Si, après un régime et une activité physique suffisante, on ne perd pas de poids, on prescrit des médicaments.

La metformine la plus couramment utilisée. Il augmente la sensibilité des tissus à l'insuline, réduit la formation de glucose dans le foie, augmente la consommation de glucose par les muscles et réduit son absorption dans l'intestin. Ce médicament est pris uniquement sur ordonnance et sous son contrôle, car il a un certain nombre d'effets secondaires et de contre-indications.

Quel est l'indice de résistance à l'insuline

Comparé à ces tests, la détermination de l'indice de résistance à l'insuline HOMA est une méthode plus simple. Pour estimer ce paramètre, il suffit de déterminer le niveau d'insuline et de glucose à jeun.

La formule de calcul de l'indice HOMA est la suivante:

  • HOMA = [insulinémie à jeun (μE / ml) x glucose à jeun (mmol / l)] / 22,5

Evaluation de la résistance à l'insuline: glucose (à jeun), insuline (à jeun), calcul de l'indice HOMA-IR

La méthode la plus courante pour évaluer la résistance à l'insuline consiste à déterminer le rapport basal (à jeun) du glucose à l'insuline.

L'étude est réalisée strictement à jeun, après un jeûne nocturne de 8 à 12 heures. Le profil comprend des indicateurs:

  • glucose
  • l'insuline
  • indice calculé de résistance à l'insuline HOMA-IR.

La résistance à l'insuline est associée à un risque accru de diabète et de maladies cardiovasculaires et fait évidemment partie des mécanismes physiopathologiques sous-jacents à l'association de l'obésité à ces types de maladies (y compris le syndrome métabolique).

Comme démontré, le rapport insuline basale (à jeun) au glucose, reflétant leur interaction dans la boucle de rétroaction, est en grande partie corrélé avec l'évaluation de la résistance à l'insuline dans la méthode directe classique pour évaluer les effets de l'insuline sur le métabolisme du glucose - la méthode de clamp euglycémique hyperinsulinémique.

Avec une augmentation de glucose ou d'insuline à jeun, l'indice HOMA-IR, respectivement, augmente. Par exemple, si la glycémie à jeun est de 4,5 mmol / l et l’insuline de 5,0 µU / ml, HOMA-IR = 1,0; Si la glycémie à jeun est de 6,0 mmol et l'insuline de 15 μU / ml, HOMA-IR = 4,0.

La valeur seuil de la résistance à l'insuline exprimée dans HOMA-IR est généralement définie comme étant égale à 75% de la distribution de sa population cumulée. Le seuil HOMA-IR dépend de la méthode de détermination de l'insuline et est difficile à standardiser. Le choix de la valeur de seuil peut en outre dépendre des objectifs de l’étude et du groupe de référence sélectionné.

L'indice HOMA-IR n'est pas inclus dans les principaux critères de diagnostic du syndrome métabolique, mais il est utilisé en tant que recherche supplémentaire en laboratoire de ce profil. Pour évaluer le risque de diabète chez un groupe de personnes dont le taux de glucose est inférieur à 7 mmol / l, HOMA-IR est plus informatif que le glucose ou l’insuline à jeun.

L'utilisation en pratique clinique de modèles mathématiques de diagnostic pour évaluer la résistance à l'insuline, basée sur la détermination des taux d'insuline et de glucose plasmatique à jeun, présente plusieurs limites et n'est pas toujours autorisée pour décider de l'utilisation d'un traitement hypoglycémiant, mais peut être utilisée pour l'observation dynamique.

Une résistance accrue à l'insuline avec une fréquence accrue est notée dans l'hépatite C chronique (génotype 1). Une augmentation de l'HOMA-IR chez ces patients est associée à une réponse au traitement plus mauvaise que chez les patients présentant une insulinorésistance normale. Par conséquent, la correction de l'insulinorésistance est considérée comme l'un des nouveaux objectifs du traitement de l'hépatite C. Une augmentation de l'insulinorésistance (HOMA-IR) est observée avec un stéatose hépatique non alcoolique.

La préparation

Strictement sur un estomac vide après une période de jeûne nocturne d'au moins 8 et pas plus de 14 heures. Consultez votre médecin sur la faisabilité de l’étude sur les antécédents des médicaments utilisés.

Des indications

  • Afin d’évaluer et de surveiller la dynamique de l’insulinorésistance dans un ensemble de tests portant sur l’obésité, le diabète, le syndrome métabolique, le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), le traitement de l’hépatite C chronique et le traitement de stéatose hépatique non alcoolique.
  • Lors de l'évaluation du risque de développer un diabète et des maladies cardiovasculaires.

Interprétation des résultats

L'interprétation des résultats de la recherche contient des informations pour le médecin traitant et ne constitue pas un diagnostic. Les informations contenues dans cette section ne peuvent pas être utilisées pour l'autodiagnostic et l'auto-traitement. Le médecin établit un diagnostic précis, en utilisant à la fois les résultats de cet examen et les informations nécessaires provenant d'autres sources: anamnèse, résultats d'autres examens, etc.

  • Unités de mesure: unités conventionnelles
  • Valeurs de référence HOMA-IR: Source: http://invitro.by/analizes/for-doctors/Pinsk/501/10538/

Indice de résistance à l'insuline (HOMA-IR)

Une étude visait à déterminer la résistance à l'insuline en estimant les taux d'insuline et de glucose à jeun et en calculant l'indice de résistance à l'acide.

  • Synonymes russes: indice de résistance à l'insuline; résistance à l'insuline.
  • Synonymes anglais: modèle d'homéostasie Assessment of Insulin Resistance; HOMA-IR; résistance à l'insuline.
  • Quel biomatériau peut être utilisé pour la recherche? Sang veineux.
  • Comment se préparer à l'étude? Ne pas manger pendant 8-12 heures avant le test.
  • Le sang est recommandé de faire un don le matin strictement à jeun.
  • Il est nécessaire d'informer sur les médicaments pris.
  • Éliminez le stress physique et émotionnel 30 minutes avant l'étude.
  • Ne fumez pas pendant 30 minutes avant de donner du sang.

Informations générales sur l'étude

La résistance à l'insuline est une diminution de la sensibilité des cellules insulino-dépendantes à l'action de l'insuline, suivie d'une altération du métabolisme du glucose et de sa pénétration dans les cellules. Le développement de la résistance à l'insuline est dû à une combinaison de troubles métaboliques et hémodynamiques à l'origine de processus inflammatoires et d'une susceptibilité génétique aux maladies.

Cela augmente le risque de diabète, de maladies cardiovasculaires, de troubles métaboliques, de syndrome métabolique. L'insuline est une hormone peptidique synthétisée à partir de la proinsuline par les cellules bêta des îlots pancréatiques de Langerhans.

Avec le développement de la résistance des cellules et des tissus à l'insuline, sa concentration dans le sang augmente, ce qui entraîne une augmentation de la concentration en glucose. En conséquence, le développement du diabète sucré de type 2, de l’athérosclérose, y compris des vaisseaux coronaires, de l’hypertension artérielle, des maladies coronariennes et des accidents vasculaires cérébraux ischémiques est possible.

L'indice HOMA-IR (évaluation du modèle d'homéostasie de la résistance à l'insuline) peut être utilisé pour évaluer la résistance à l'insuline. Il est calculé à l'aide de la formule suivante: HOMA-IR = insuline à jeun (μED / ml) x glucose à jeun (mmol / l) / 22,5. Une augmentation des valeurs HOMA-IR est observée avec une augmentation de la glycémie à jeun ou de l'insuline.

L'indice de résistance à l'insuline peut être utilisé comme indicateur de diagnostic supplémentaire du syndrome métabolique. Le syndrome métabolique est un complexe de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, d’athérosclérose, de stéatose du foie et de certains types de cancer.

En conséquence, un complexe de troubles métaboliques, hormonaux et cliniques se développe sur le fond de l'obésité à la suite du développement de la résistance à l'insuline. L'indice HOMA-IR est un indicateur informatif du développement de l'intolérance au glucose et du diabète chez les patients présentant une glycémie inférieure à 7 mmol / l.

À quoi sert la recherche?

  • Évaluer le développement de la résistance à l'insuline;
  • Évaluer le risque de diabète, d’athérosclérose, de maladies cardiovasculaires;
  • Pour une évaluation complète du développement possible de la résistance à l'insuline dans le syndrome métabolique, les ovaires polykystiques, l'insuffisance rénale chronique, les hépatites chroniques B et C, la stéatose du foie.

Quand une étude est-elle prévue?

  • Dans l'évaluation du risque de développement et dans les manifestations cliniques de l'hypertension artérielle, maladie coronarienne, accident vasculaire cérébral ischémique, diabète de type 2, athérosclérose;
  • Dans le diagnostic complexe du développement suspect de résistance à l'insuline dans le syndrome métabolique, les ovaires polykystiques, l'insuffisance rénale chronique, les hépatites chroniques B et C, la stéatose hépatique non alcoolique, le diabète gestationnel, les maladies infectieuses et l'utilisation de certains médicaments.

Que signifient les résultats?

Glucose plasmatique

Évaluation du glucose

  • Insuline: 2,6 - 24,9 MCU / ml.
  • Indice de résistance à l'insuline (HOMA IR): Pour les personnes de 20 à 60 ans: 0 - 2,7.

Raisons de l'augmentation:

  • Augmentation de la résistance à l'insuline.

Le développement de la résistance à l'insuline dans les maladies et affections suivantes:

  • Maladies cardiovasculaires;
  • Diabète de type 2;
  • Syndrome métabolique;
  • L'obésité;
  • Syndrome des ovaires polykystiques;
  • Hépatite virale chronique;
  • Insuffisance rénale chronique;
  • Stéatose du foie;
  • Diabète gestationnel;
  • Pathologie de l'hypophyse, les glandes surrénales;
  • Maladies infectieuses et oncologiques.

Raisons du déclin:

Les valeurs normales de l'indice IR-HOMA - l'absence de développement de résistance à l'insuline.

Qu'est-ce qui peut affecter le résultat?

  • Le moment de la collecte du biomatériau pour la recherche;
  • Non-respect des règles de préparation au transfert de biomatériau pour la recherche;
  • Prise de drogue;
  • La grossesse

Remarque importante: il est recommandé de procéder à l'analyse strictement à jeun.

Quel est l'indice de résistance à l'insuline

Avec une augmentation de glucose ou d'insuline à jeun, l'indice HOMA-IR, respectivement, augmente. Le seuil de résistance à l'insuline, calculé à l'aide de l'indice HOMA-IR, est défini comme étant compris entre 70 et 75% de la distribution de sa population.

La méthode la plus courante pour évaluer la résistance à l'insuline consiste à déterminer le rapport basal (à jeun) du glucose à l'insuline. Pour évaluer le risque de diabète chez un groupe de personnes dont le taux de glucose est inférieur à 7 mmol / l, HOMA-IR est plus informatif que le glucose ou l’insuline à jeun.

Le seuil HOMA-IR dépend de la méthode de détermination de l'insuline et est difficile à standardiser. La résistance à l'insuline est une diminution de la sensibilité des cellules insulino-dépendantes à l'action de l'insuline, suivie d'une altération du métabolisme du glucose et de sa pénétration dans les cellules.

L'insuline est impliquée dans le transport du glucose du sang vers les cellules des tissus, en particulier les muscles et les tissus adipeux. Avec le développement de la résistance des cellules et des tissus à l'insuline, sa concentration dans le sang augmente, ce qui entraîne une augmentation de la concentration en glucose.

L'indice HOMA-IR (évaluation du modèle d'homéostasie de la résistance à l'insuline) peut être utilisé pour évaluer la résistance à l'insuline. Il est calculé à l'aide de la formule suivante: HOMA-IR = insuline à jeun (μED / ml) x glucose à jeun (mmol / l) / 22,5. L'indice de résistance à l'insuline peut être utilisé comme indicateur de diagnostic supplémentaire du syndrome métabolique.

Le choix de la valeur de seuil peut en outre dépendre des objectifs de l’étude et du groupe de référence sélectionné. La résistance à l'insuline est une réponse biologique altérée des tissus corporels à l'action de l'insuline.

Une augmentation de la concentration d'insuline dans le sang se produit lorsque le pancréas en produit une quantité excessive pour compenser la résistance à l'insuline tissulaire. 66% des personnes ayant une tolérance au glucose altérée. Ce mécanisme permet l'activation des effets de l'insuline métabolique (transport du glucose, synthèse du glycogène) et mitogénique (synthèse de l'ADN). Pour le traitement des maladies, la sensibilité à l'insuline des muscles et du tissu adipeux, ainsi que des cellules du foie, est de la plus haute importance.

Quelle est la différence entre la résistance à l'insuline et le syndrome métabolique

Normalement, pour supprimer de 50% la lipolyse (dégradation des graisses) dans les tissus adipeux, les concentrations d'insuline dans le sang sont suffisantes pour ne pas être supérieures à 10 μED / ml. Nous vous rappelons que la lipolyse est la dégradation du tissu adipeux. L'action de l'insuline l'inhibe, de même que la production de glucose par le foie.

La résistance à l'insuline du tissu adipeux se manifeste par le fait que l'effet anti-lipolytique de l'insuline s'atténue. Au début, cela est compensé par une augmentation de la production d'insuline par le pancréas. Parce que la résistance à l'insuline est compensée depuis de nombreuses années par une production excessive d'insuline par les cellules bêta du pancréas.

Lorsque le taux de sucre dans le sang augmente, il augmente encore la résistance à l'insuline des tissus et inhibe la fonction des cellules bêta par la sécrétion d'insuline. L'insuline provoque la prolifération et la migration des cellules musculaires lisses, la synthèse des lipides, la prolifération des fibroblastes, l'activation du système de coagulation du sang, une diminution de l'activité de la fibrinolyse. Une méthode efficace pour traiter la résistance à l'insuline dans les stades précoces du diabète de type 2, et même mieux avant qu'il ne se développe, est un régime avec restriction des glucides dans le régime.

Qu'est-ce que la sensibilité à l'insuline dans différents tissus du corps?

Chaque jour, nous suivons l'actualité dans le traitement de la résistance à l'insuline. Mieux encore, en tant que cours d'éducation physique, vous courrez comme décrit ici. Si vous faites cela, alors personnellement, vos chances de vous passer d'insuline augmentent à 90-95%.

Comment l'insuline régule le métabolisme

Les prix de la recherche n'incluent pas le coût des consommables et des services de collecte de biomatériaux. Ces coûts sont payés en plus, leur taille peut varier en fonction des caractéristiques de l’étude sélectionnée. Le développement de la résistance à l'insuline est dû à une combinaison de troubles métaboliques et hémodynamiques à l'origine de processus inflammatoires et d'une susceptibilité génétique aux maladies.

La cause du diabète de type 2

L'indice HOMA-IR est un indicateur informatif du développement de l'intolérance au glucose et du diabète sucré chez les patients présentant des taux de glucose inférieurs à 7 mmol / l. Lors de l'évaluation du risque de développer un diabète et des maladies cardiovasculaires. Les informations contenues dans cette section ne peuvent pas être utilisées pour l'autodiagnostic et l'auto-traitement.

Et au contraire, la capture du glucose par les muscles sous l'action de l'insuline augmente

Et peu importe d'où provient l'insuline, de son propre pancréas (endogène) ou d'injections (exogène). La résistance à l'insuline augmente non seulement le risque de diabète de type 2, mais aussi l'athérosclérose, une crise cardiaque et la mort subite due à un blocage du vaisseau avec un caillot de sang.

Si l'insuline est supérieure à la normale dans le sang à jeun, le patient présente un hyperinsulinisme.

Le diagnostic de la résistance à l'insuline à l'aide d'analyses est problématique. Ce résultat indique que le patient présente un risque important de diabète de type 2 et / ou de maladie cardiovasculaire. C'est un vecteur de glucose dans la cellule à travers la membrane. La résistance à l'insuline est le problème d'un pourcentage énorme de la population. On pense qu'il est causé par des gènes qui sont devenus prédominants au cours de l'évolution.

Cela correspond à une augmentation de la résistance des cellules et des tissus à l'insuline et à un risque accru de développer un diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires. L'indice HOMA-IR n'est pas inclus dans les principaux critères de diagnostic du syndrome métabolique, mais il est utilisé en tant que recherche supplémentaire en laboratoire de ce profil.

Indice de résistance à l'insuline (HOMA-IR)

L'indice de résistance à l'insuline (HOMA-IR) est un indicateur de la résistance des cellules du corps aux effets de l'insuline. Le calcul du coefficient est nécessaire pour déterminer la probabilité d'hyperglycémie, d'atteinte vasculaire athéroscléreuse, de développement d'un pré-diabète.

La résistance à l'insuline est la résistance des cellules du corps aux effets de l'insuline, ce qui entraîne une altération du métabolisme du glucose: son entrée dans les cellules diminue et le taux dans le sang augmente. Cette affection est appelée hyperglycémie, associée à un risque élevé de diabète, de maladie cardiaque et de vaisseaux sanguins, de syndrome métabolique, d'obésité.

Le rapport entre l'insuline à jeun et la glycémie à jeun reflète leur interaction. HOMA-IR est un modèle mathématique de ce processus. L’étude est très informative en tant que méthode d’évaluation des risques et de suivi des patients. L’absence de norme normalisée et la dépendance de la valeur finale aux méthodes utilisées pour déterminer les données initiales sont les limites.

Des indications

L’indice de résistance à l’insuline est une méthode de surveillance et de détermination du risque de développer un syndrome métabolique, un diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires. Il n’est pas très utilisé en diagnostic, il est nommé en plus, avec l’ambiguïté des principaux critères de laboratoire. Indications d'étude:

Signes de résistance à l'insuline. Le coefficient est calculé dans le cadre d'une enquête exhaustive sur les personnes souffrant d'hyperglycémie, d'hyperinsulinémie, d'hyperglycéridémie, de thrombose, d'hypertension artérielle et d'obésité généralisée. La probabilité de développer un diabète de type 2, une maladie coronarienne, un accident vasculaire cérébral ischémique et l'athérosclérose est déterminée.

Réception des préparations. Il existe un risque accru de tolérance au glucose dans le traitement des glucocorticoïdes, des médicaments à base d'œstrogènes et l'utilisation de contraceptifs oraux. Dans ces cas, le test est désigné périodiquement pour détecter en temps voulu les violations du métabolisme des glucides et la thérapie de correction.

Hépatite C. Une corrélation a été mise en évidence entre une augmentation du résultat d'une étude et une diminution de la réponse de l'organisme au traitement de l'hépatite C. Depuis peu, le calcul HOMA-IR est recommandé pour contrôler la tolérance à l'insuline. Sa réduction est considérée comme une condition de l'efficacité du traitement.

Préparation à l'analyse

HOMA-IR est calculé sur la base de tests d'insuline et de glycémie. Il est nécessaire de faire un don de sang le matin, strictement à jeun. Règles de préparation à la procédure:

  • La période de faim nocturne doit durer au moins 8 heures. Il n'y a pas de restrictions sur l'utilisation d'eau propre.
  • Pendant 24 heures, vous devez vous abstenir de consommer de l’alcool, un stress physique et psycho-émotionnel intense.
  • Les médicaments doivent être annulés après avoir accepté cette mesure avec votre médecin.
  • Une demi-heure avant la procédure est interdit de fumer. Il est recommandé de passer ce temps en position assise et relaxant.
  • La ponction de la veine ulnaire est réalisée. Les études sont effectuées par la méthode à l'hexokinase, ELISA / ILA. HOMA-IR est déterminé à l'aide d'une formule de calcul: taux de glucose * taux d'insuline / 22,5. Le délai de préparation est de 1 jour.

Valeurs normales

Le seuil est égal à 75 centiles de la répartition de la population totale. Pour les personnes âgées de 20 à 60 ans, il est compris entre 0 et 2,7 ans. Les limites de la norme sont conditionnelles, dépendent des méthodes d'analyse, des objectifs de l'enquête. Le résultat est influencé par les facteurs suivants:

  • Le moment de la livraison du biomatériau. Pour obtenir des données fiables, la procédure doit être effectuée le matin.
  • Préparation à la procédure. L'alimentation, le stress physique et émotionnel, le tabagisme, l'alcool faussent les résultats.
  • La grossesse Pour les femmes enceintes, les limites de référence ne sont pas établies. Ils sont déterminés individuellement, en tenant compte de la période de gestation, de la présence de complications.

Augmentation

L’indice de résistance à l’insuline augmente avec l’augmentation des concentrations d’insuline et de glucose dans le sang. Le dépassement du seuil est déterminé dans les cas suivants:

  • Syndrome métabolique. Une hypersensibilité à l'hormone du pancréas, une hyperinsulinémie sous-tendant la pathologie, se développent avec une prédisposition héréditaire et la présence de facteurs de risque (obésité, changements hormonaux, inactivité physique).
  • Pathologie cardiovasculaire. Le coefficient est augmenté dans l'athérosclérose, l'hypertension artérielle, les cardiopathies ischémiques, les accidents vasculaires cérébraux ischémiques.
  • Maladies endocriniennes. L'augmentation des résultats est souvent déterminée chez les personnes atteintes de diabète de type 2, d'ovaires polykystiques, de troubles de l'hypophyse, de glandes surrénales.
  • Maladies du foie, des reins. La résistance à l'insuline est souvent détectée dans l'hépatite virale C, la stéatose hépatique non alcoolique et l'insuffisance rénale chronique.
  • Infections, tumeurs. Parfois, l'augmentation du coefficient est observée avec les maladies infectieuses prolongées, le développement de tumeurs malignes.

Décliner

Chez les patients présentant un résultat initialement élevé, une diminution de l'indice reflète l'efficacité du traitement. Avec le diagnostic primaire, une valeur de coefficient faible est la norme.

Traitement des anomalies

L’indice de résistance à l’insuline a une valeur pronostique lorsqu’on examine des patients atteints d’obésité, d’hypertension artérielle, de syndrome métabolique, de diabète, de maladies cardiovasculaires.

Méthodes de quantification de la résistance à l'insuline

Le diabète sucré (DM) est un problème médical et social réel dans la plupart des pays du monde. L'incidence de cette maladie a largement dépassé les paramètres attendus et, à l'heure actuelle, l'incidence du diabète est caractérisée par l'épidémie de la Fédération internationale du diabète.

Selon des estimations d'experts, le nombre de patients diabétiques en 2007 est de 246 millions (environ 6% de la population âgée de 20 à 79 ans) et il atteindra 380 millions d'ici 2025. Environ 90 à 95% sont des patients atteints de diabète de type 2. Encore plus de patients (308 millions) ont des troubles précoces du métabolisme des glucides: diminution de la glycémie à jeun et diminution de la tolérance au glucose. Dans le même temps, les experts disent que le nombre de diabète non détecté peut dépasser de 2 à 3 fois le niveau enregistré.

L'Organisation mondiale de la santé définit le diabète de type 2 comme une violation du métabolisme des glucides causée par une insulinorésistance prédominante (IR) et un déficit relatif en insuline ou un défaut prédominant de la sécrétion d'insuline avec ou sans IR. Ainsi, le diabète de type 2 est un groupe de troubles hétérogènes du métabolisme des glucides.

Ceci explique en grande partie l’absence de théories généralement admises sur l’étiologie et la pathogenèse de cette maladie. Il ne fait aucun doute que, dans le cas du diabète de type 2, il existe deux principaux défauts simultanément: le RI et le dysfonctionnement des cellules B.

Une telle séquence d'événements est caractéristique à la fois pour les patients atteints d'un syndrome métabolique et pour les patients ayant un poids corporel normal. Mais chez certains patients atteints de diabète de type 2, un défaut primaire peut survenir au niveau des cellules bêta et se manifester par une violation de la sécrétion d'insuline. L'IR chez ces patients se développe en même temps que ou après une altération de la sécrétion d'insuline.

Les patients de ce type sont beaucoup moins fréquents et sont principalement représentés par des individus de poids corporel normal. Mais quel que soit le défaut (c’est-à-dire une diminution de la sécrétion d’insuline ou des RI) qui n’initie pas le développement du diabète de type 2, il entraîne alors l’apparition d’un second défaut.

Il est important de présenter les deux mécanismes en cas de violation significative du métabolisme des glucides. Par conséquent, il est extrêmement important d’utiliser des méthodes fiables pour quantifier la violation de l’action de l’insuline au niveau tissulaire.

Définition de la résistance à l'insuline

Au sens large du terme, IR désigne une diminution de la réponse biologique à un ou plusieurs effets de l'insuline. Cependant, plus souvent, la RI est définie comme une affection accompagnée d’une diminution de l’utilisation du glucose par les tissus corporels sous l’effet de l’insuline, c.-à-d. la résistance de cellules de divers organes et tissus à l'effet hypoglycémiant de l'insuline.

Mais comme l'effet biologique de l'insuline consiste en la régulation des réactions métaboliques (métabolisme des glucides, des lipides et des protéines) et des processus mitogéniques (processus de croissance, différenciation tissulaire, synthèse de l'ADN, transcription génique), le concept moderne de la IL ne se réduit pas à des paramètres caractérisant uniquement le métabolisme des glucides, et inclut également des modifications du métabolisme des graisses, des protéines, de la fonction des cellules endothéliales, de l’expression des gènes, etc.

La sensibilité des tissus périphériques à l'insuline est déterminée par la présence de récepteurs spécifiques, dont la fonction induit l'effet stimulant de l'insuline sur l'utilisation du glucose, avec la participation des transporteurs de glucose (GLUT) des tissus périphériques.

L'initiation de la transmission du signal hormonal de l'insuline commence par la phosphorylation de la sous-unité p du récepteur de l'insuline, qui est réalisée par la tyrosine kinase. Cette phosphorylation, puis le maintien de l'autophosphorylation du récepteur de l'insuline, sont nécessaires aux étapes ultérieures de l'action post-récepteur de l'insuline et, en particulier, à l'activation et à la translocation de GLUT.

La plus grande signification clinique est la perte de sensibilité à l'insuline des tissus musculaires, adipeux et hépatiques. La RI des tissus musculaires se traduit par une diminution de l'apport de glucose du sang dans les myocytes et de son utilisation dans les cellules musculaires. Le tissu adipeux IR se manifeste par une résistance à l'action antilipolytique de l'insuline, entraînant une accumulation d'acides gras libres et de glycérol.

Outre le terme résistance à l'insuline, il existe le concept de syndrome de résistance à l'insuline (syndrome métabolique). C'est une combinaison de manifestations cliniques et de laboratoire: altération du métabolisme des glucides: diminution de la glycémie à jeun, diminution de la tolérance au glucose ou diabète, obésité centrale, dyslipidémie (élévation des taux de triglycérides et du LDL-cholestérol, diminution du HDL-cholestérol), hypertension, augmentation des facteurs thrombotiques et antifibrinolytiques et, finalement, une forte prédisposition au développement de l’athérosclérose et des maladies cardiovasculaires.

Les critères du syndrome métabolique tels que définis par la Fédération internationale du diabète (IDF, 2005) sont les suivants:

  • obésité centrale (pour les Européens, le tour de taille est> 94 cm chez l'homme et> 80 cm chez la femme),

plus deux des quatre facteurs énumérés:

  • triglycérides élevés> 1,7 mmol / L ou traitement hypolipidémiant;
  • diminution du taux de cholestérol HDL-cholestérol 130 ou diastolique> 85 mm Hg. Art. ou traitement de l'hypertension diagnostiquée précédemment;
  • taux de glucose plasmatique élevé à jeun> 5,6 mmol / l ou diabète de type 2 préalablement identifié.
  • Le syndrome métabolique est la manifestation la plus fréquente de la RI. Cependant, le concept d'état des RI est beaucoup plus large. Les exemples classiques de RI héréditaire grave sont le lepréchaunisme, le syndrome de Rabson-Mendenhol, le RI de type I.

    La sensibilité des tissus à l'insuline est influencée par divers facteurs: âge, surcharge pondérale et surtout distribution du tissu adipeux, pression artérielle, présence de dyslipidémie, condition physique et forme physique du corps, tabagisme, maladie coronarienne et antécédents familiaux de diabète, ainsi que de nombreuses maladies somatiques.

    Les IR sont un facteur génétiquement déterminé dans l’application d’influences externes, telles que la qualité des aliments, une faible activité, l’alcool, l’âge, le sexe (le risque de développer un syndrome métabolique est plus élevé chez les femmes ménopausées), des facteurs psycho-émotionnels, des médicaments (glucocorticoïdes, acide nicotinique, hormones).

    Les RI surviennent non seulement dans le diabète de type 2, mais également dans d'autres maladies impliquant des troubles métaboliques. La RI survient chez plus de 25% des personnes pratiquement saines sans obésité, alors que sa gravité est comparable à l'intensité de la RI observée chez les patients atteints de diabète de type 2. Les principales maladies et affections associées à la RI sont les suivantes:

    • IR physiologique (âge pubertaire, grossesse, régime riche en graisses, sommeil nocturne);
    • métaboliques (diabète de type 2, obésité, diabète de décompensation de type 1, malnutrition sévère, consommation excessive d'alcool);
    • du système endocrinien (thyréotoxicose, hypothyroïdie, syndrome de Cushing, acromégalie, phéochromocytome, syndrome des ovaires polykystiques, traitement par glucocorticoïdes, contraceptifs oraux);
    • non endocrinien (hypertension essentielle, cirrhose du foie, polyarthrite rhumatoïde, traumatismes, brûlures, sepsis, interventions chirurgicales).

    Les principales méthodes d'évaluation IR

    Le concept de sensibilité à l'insuline n'a toujours pas de norme claire, une diminution en dessous de laquelle serait considéré comme un IR. Cependant, on sait qu’aux taux les plus bas, l’obésité, une diminution de la tolérance au glucose, des lipides élevés, une pression artérielle élevée et des perturbations du système de coagulation du sang sont observés plus souvent que dans le reste de la population.

    Au stade actuel, on se préoccupe surtout des méthodes suivantes pour quantifier l'action de l'insuline: clamp euglycémique hyperinsulinémique et modèles mathématiques structuraux basés sur le test de tolérance au glucose par voie intraveineuse (modèle minimal, FSIGTT) et oral ou la détermination du glucose et de l'insuline à jeun (calcul du nombre d'indices, compris NOMA, QUICKI).

    Méthode de serrage

    La méthode la plus précise, reconnue comme «l'étalon-or» pour évaluer l'IL, est la pince hyperinsulinémique euglycémique proposée par Andres R. et al. en 1966 et développé par DeFronzo K. et al. en 1979. Pour évaluer la RI, le test est considéré comme le plus fiable et reproductible à la fois chez les diabétiques et chez les personnes en bonne santé.

    En règle générale, le taux de perfusion d’insuline est de 40 mU / m2 de surface corporelle par minute, soit environ 1 mU / kg / min. La glycémie est mesurée toutes les 5-10 min. sur les analyseurs de glucose ou utilisez un contrôle constant de la glycémie à l'aide d'un appareil pancréatique artificiel («Biostator»).

    Pour éliminer l'effet de l'hyperglycémie elle-même sur l'utilisation du glucose et pour éliminer la glucosurie, une variante normoglycémique de la méthode du clamp est utilisée, les écarts par rapport au niveau cible de glycémie choisi ne doivent pas dépasser 10%. Avec une diminution de la glycémie, le taux d'introduction de glucose est augmenté, avec une augmentation - réduite.

    Après 120-240 minutes, un équilibre dynamique est atteint: le taux d'administration du glucose est égal au taux d'absorption par les tissus. Ainsi, la quantité totale de glucose entrée au cours des 60 à 120 dernières minutes. recherche à l'équilibre, caractérise l'indice de sensibilité à l'insuline.

    Le glucose est injecté sous forme de solution à 10–20%. La précision du débit d’injection est fournie à l’aide d’un doseur volumétrique. Peut-être l'introduction de deux solutions utilisant l'appareil d'un pancréas artificiel ("Biostator").

    Pendant la période de réduction progressive de la glycémie des valeurs initiales aux valeurs cibles, le taux de perfusion de glucose change selon les chercheurs, en fonction du taux de glycémie toutes les 10 minutes. Cette étape de l'étude dure de 2 à 4 heures, en fonction de l'hyperglycémie initiale.

    Ensuite, la fréquence de détermination de la glycémie augmente (toutes les 5 minutes) avec un changement constant du taux d'administration du glucose pour atteindre et maintenir un niveau donné de normoglycémie. Un niveau constant de glycémie et le taux de perfusion de glucose dans l'état d'équilibre dynamique d'administration et de consommation de glucose sont maintenus pendant 60 minutes. La durée totale de l'étude est de 4 à 6 heures.

    Le taux d’introduction du glucose à l’état d’équilibre détermine le taux d’utilisation du glucose par les tissus périphériques, utilisé pour calculer le taux d’utilisation (indice M), comme la moyenne arithmétique de 10 à 12 valeurs discrètes du taux de perfusion de glucose divisée par le poids corporel du patient ou par la masse non grasse ( si elle est déterminée), pendant 1 min.

    Plus vous devez entrer de glucose par unité de temps pour maintenir un niveau de glycémie stable, plus le patient est sensible à l'action de l'insuline. Si la quantité de glucose est faible, le patient est résistant à l'insuline.

    Après la fin de l'étude, la perfusion d'insuline est arrêtée. L'introduction de glucose s'est poursuivie pendant 30 à 40 minutes. à haute vitesse pour prévenir l'hypoglycémie dans des conditions de suppression de la production de glucose par le foie.

    Les avantages de la pince euglycémique hyperinsulinémique sont pris en compte: la capacité d’évaluer la sensibilité à l’insuline sans risque d’hypoglycémie et la libération ultérieure d’hormones contrainsulaires, sans intervention d’insuline endogène ni influence de divers niveaux d’hyperglycémie.

    De plus, la pince est facilement combinée aux dernières méthodes d’étude du métabolisme, telles que les technologies isotopiques, le cathétérisme des veines dans différentes régions, la calorimétrie indirecte et la biopsie tissulaire, la microdialyse du tissu adipeux, la spectroscopie à résonance magnétique nucléaire et la tomographie à émission de positrons.

    Modèle minimal

    Dans le but de développer une méthode plus pratique de mesure de la IL pour une population nombreuse, Bergman et al. en 1979, un modèle minimal a été proposé. Dans ce cas, le dosage du glucose et de l'insuline est effectué fréquemment au cours du test de tolérance au glucose par voie intraveineuse pendant 180 minutes.

    Les résultats sont enregistrés dans un modèle informatique (MINMOD), basé sur certains principes acceptés de la cinétique du glucose et de l'insuline. La méthode vous permet de déterminer simultanément l’indice de sensibilité à l’insuline (IS) et la réponse insulinique aiguë (AIR). Chez les personnes en bonne santé, les résultats sont corrélés de manière significative avec les données de la méthode du clamp.

    D'autre part, cette étude est plus simple, fournit des données épidémiologiques utiles et caractérise simultanément l'action et la sécrétion d'insuline, qui sont les principaux prédicteurs du développement du diabète de type 2.

    Pourtant, malgré son utilisation répandue dans la recherche scientifique, en pratique clinique, le test est utilisé de manière limitée en raison du coût élevé, de la complexité et de la durée de la procédure. Dans les grandes études épidémiologiques, des versions abrégées du test de tolérance au glucose par voie intraveineuse et orale sont également appliquées selon les principes du modèle minimal: FSIGTT, OSIG.

    Détermination de l'insuline et du glucose plasmatique

    La méthode la plus simple et la plus pratique à utiliser en pratique clinique pour évaluer les RI est la modification de la concentration d'insuline plasmatique à jeun. L'hyperinsulinémie avec normoglycémie indique généralement la présence de RI et est un précurseur du développement du diabète de type 2. Cependant, avec le développement du diabète de type 2, le niveau glycémique augmente et l'insuline diminue.

    En outre, divers indices ont été proposés pour évaluer les RI, calculés à partir du rapport des concentrations d'insuline et de glucose dans le glucose à jeun et / ou dans le plasma. Étant donné l'approximation de la méthode, son utilisation n'est possible que dans les grandes études épidémiologiques et est peu utile pour les mesures individuelles.

    Méthodes de diagnostic de la résistance à l'insuline.

    En ce qui concerne le diagnostic de résistance à l'insuline, le choix de la méthode optimale pose un certain nombre de difficultés. De nombreuses techniques ont été développées pour évaluer la résistance à l'insuline. Parmi elles, les trois méthodes retiennent le plus l’attention: la pince à insuline euglycémique, le «modèle minimal» et le taux d’insuline à jeun.

    Le standard de référence est le Glukoseklamp euglycémique hyperinsulinémique, qui permet de déterminer le taux de disparition du glucose lors de la prise de glucose par voie parentérale. La quantité de glucose perfusée pour maintenir l’euglycémie avec une administration continue d’insuline est une mesure de la sensibilité à l’insuline. En raison de son coût technique élevé et de son caractère invasif, cette méthode est réservée à la résolution de problèmes scientifiques et ne convient pas aux mesures de routine.

    Le test euglycémique ne permet pas d’évaluer de manière objective la présence d’une résistance à l’insuline. Ceci est confirmé par le fait que, lorsque cette méthode est utilisée, la résistance à l'insuline se produit chez plus de 25% des personnes pratiquement en bonne santé sans obésité, dont la gravité est comparable à la résistance à l'insuline observée chez les patients atteints de diabète de type 2.

    Aujourd'hui, il n'y a pas de critères généralement acceptés pour l'hyperinsulinémie. Divers auteurs suggèrent que l'hyperinsulinémie devrait être considérée comme une condition lorsque la concentration d'IRI dans le plasma sanguin le matin à l'estomac vide dépasse 5,3 à 25 μU / ml. En tant que critère pour l'hyperinsulinémie, il est également recommandé de prendre en compte un niveau de contenu en IRI supérieur à 25 à 28 µU / ml 2 heures après la charge de glucose.

    Indicateurs de calcul proposés et plus complexes caractérisant la réponse à l'insuline:

    • l'aire sous la courbe d'insuline, qui est égale à la somme des concentrations plasmatiques en IRI avant l'épreuve orale et 30, 60, 90 et 120 minutes après la prise de glucose: IRI (résultat) + IRI (30 min.) IRI (1 heure) + Iran (2 heures);
    • Indice de Haffner, qui correspond à la somme des concentrations de plasma sanguin IRI, déterminé à certains intervalles de temps après la prise de glucose et multiplié par les coefficients correspondants: 0,25 (résultat) + 0,5 (30 min) + 0,75 (1 h.) + 0, 5 (2 heures)

    Les critères quantitatifs suivants pour le syndrome métabolique X pour les paramètres du métabolisme de l'insuline sont donnés. L'hyperinsulinémie à jeun est prise en compte lorsque le taux d'IRI est égal ou supérieur à 212,5 μed / ml. Ce critère, proposé par Paolisso G. et ses co-auteurs, est proche de l'indicateur (12,7 mic / ml) obtenu lors d'une vaste étude au Mexique, la limite supérieure du niveau normal d'IRI (jusqu'à 12,9 unités de micro / ml) proposée par SMHaffner et ses co-auteurs, et pleinement compatible avec les résultats [Didenko V. A., 1999].

    Une difficulté supplémentaire pour unifier les critères de l'hyperinsulinémie réside dans le fait que le niveau absolu d'IRI dépend également de la méthode de détermination et des ensembles avec lesquels cette définition est faite. La fréquence exacte de ce symptôme est inconnue en raison de la différence de méthodes et de critères de diagnostic. De plus, les résultats des études dans la population ne peuvent être comparés en raison de l'hétérogénéité de l'échantillon et de l'utilisation de divers critères de diagnostic (clinique, endocrinien, morphologique).

    Conway et al., En déterminant le niveau d'insuline plasmatique basale chez les patients atteints de SOPK sans obésité, ont révélé une hyperinsulinémie dans 30% des cas. Falcone et al. (1992), utilisant un test intraveineux pour déterminer la tolérance au glucose et calculer la résistance à l'insuline, ont révélé une hyperinsulinémie dans 65% des cas.

    HOMA = insuline , ce qui permet d'évaluer la résistance à l'insuline. Pour l'indice HOMA pour les enfants, les valeurs de la norme sont basées sur le sexe et l'âge. Cependant, ces indices ne permettent pas de faire la distinction entre la résistance à l’insuline hépatique et périphérique.

    Un test de tolérance au glucose oral avec glucose sanguin et insuline, ainsi que le rapport insuline / glucose ou l'indice de sensibilité à l'insuline comme ISIcederholm, vous permet de vous concentrer sur la résistance à l'insuline. Il est calculé par la formule:

    Selon Nobels F., Dewailly D. (1992) test de tolérance au glucose par voie orale, une augmentation de la surface sous la courbe du niveau d'insuline plasmatique (plus de 2 écarts-types) est observée chez 27% des patients atteints de SOPK sans obésité et chez 12% de ceux avec obésité..

    F.Caro (1991) estime qu'un critère assez fiable pour la présence d'une résistance à l'insuline est une diminution du rapport entre la concentration de glucose dans le sang (en mg / dL) et le niveau d'IRI (en μE / ml) inférieur à 6 (lors de la mesure de la concentration de glucose en mmol / l), le critère quantitatif est: 0,33).

    Le test de tolérance au glucose par voie intraveineuse ne convient pas pour déterminer la résistance à l'insuline chez les diabétiques en raison d'un défaut de sécrétion d'insuline.

    Pour diagnostiquer la résistance à l'insuline, il a été proposé de déterminer le degré d'ordonnancement des protéines. L'augmentation du paramètre (plus de 0,570 unités rel.), Indiquant le développement d'une pathologie membranaire due à une augmentation de la peroxydation lipidique et de la glycation des protéines, est à la base de la prévision d'une maladie grave. Une diminution de l'exposition aux protéines (0,20 unité relative et moins), accompagnée d'une hyperlactacidémie et d'une diminution de l'utilisation du glucose par les érythrocytes, indique le développement d'une résistance à l'insuline et d'une surdose d'insuline. [L.L. Vakhrusheva et al., 1999].

    Avec l'utilisation de l'une de ces technologies, il existe une grande variété de sensibilité à l'insuline chez les sujets en bonne santé, dont les performances peuvent coïncider avec celles des diabétiques. Par conséquent, sur la base de la mesure de la résistance à l'insuline, il est très difficile de faire la distinction entre patients diabétiques et non diabétiques.

    D'autre part, ce fait révèle la physiologie de la résistance à l'insuline en tant que réaction du corps. Sa réversibilité est démontrée dans les cas de sensibilité à l'insuline «normale ou préservée», qui est détectée dans une certaine partie des patients, généralement avec un poids corporel normal, voire réduit.

    A Propos De Nous

    Questions connexes et recommandées1 réponseSite de rechercheEt si j'ai une question similaire, mais différente?Si vous n'avez pas trouvé les informations nécessaires parmi les réponses à cette question ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser une autre question au médecin sur cette page si celle-ci concerne la question principale.