Comment sont les anomalies dans l'hypophyse

L'hypophyse est une partie importante du système endocrinien humain, situé dans le cerveau. Il est situé à la base dans la cavité de la selle turque. La taille de la glande pituitaire est insignifiante et son poids chez l’adulte ne dépasse pas 0,5 g. Cette glande produit une dizaine d’hormones différentes chargées de garantir le fonctionnement normal de l’organisme tout entier. Cette fonction en occupe la partie avant. La partie postérieure ou la neurohypophyse est considérée comme un dérivé du tissu nerveux.

L'hypothalamus est une division située dans le cerveau intermédiaire. Il régule l'activité neuroendocrinienne et l'homéostasie du corps. On peut considérer que l’hypothalamus est relié par des voies nerveuses à la quasi-totalité du système nerveux. Ce département produit des hormones et des neuropeptides. Avec l'hypophyse, il forme le système hypothalamo-hypophysaire, assurant le fonctionnement harmonieux de tout l'organisme.

Dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire

La perturbation de l'hypophyse et de l'hypothalamus entraîne des conséquences graves pour le corps humain. Dans la plupart des cas, la production de certaines hormones (TSH, ACTH, STH, FSH, LH, prolactine) se produit avec facultés affaiblies. Il y a une concentration faible ou inversement élevée.

Le plus souvent, on observe un dysfonctionnement de l'hypophyse lors de la formation d'un adénome. Ceci est une tumeur bénigne, qui peut également être localisée dans d'autres parties du cerveau. Il se développe plutôt lentement, mais est capable de libérer de grandes doses d'hormones. Par la suite, de graves troubles métaboliques et endocriniens peuvent se développer et provoquer l’échec de tout le corps humain. Il arrive parfois que des tumeurs malignes soient diagnostiquées dans l'hypophyse (un dysfonctionnement est un symptôme présent). Cette pathologie s'accompagne d'une diminution de la concentration d'hormones sécrétant dans cette région du cerveau.

Ces troubles de l'hypophyse associés aux processus tumoraux sont provoqués par divers facteurs. Celles-ci incluent l'évolution sévère et la présence de certaines pathologies pendant la grossesse et l'accouchement, les lésions cérébrales, la présence de maladies infectieuses affectant le système nerveux. Affecte également l'administration régulière et à long terme de contraceptifs oraux. En fonction de l'hormone produite par la tumeur, la corticotropine, la somatotropine, la thyrotropine et d'autres sont partagées.

L'hyperplasie de l'hypophyse peut également perturber son travail avec une hyperfonction caractéristique. Cette pathologie est causée par une prolifération de tissu glandulaire. Cette condition doit être déterminée par les méthodes de diagnostic modernes si une tumeur est suspectée.

Causes des violations

Les facteurs négatifs suivants sont considérés comme les causes des troubles hypophysaires:

  • une opération du cerveau causant des dommages à ce service;
  • troubles circulatoires dans l'hypophyse, qui peuvent être aigus ou survenir progressivement (processus chronique);
  • dommages à l'hypophyse à la suite de blessures à la tête;
  • traitement de certains problèmes avec antiépileptique, médicaments antiarythmiques, hormones stéroïdiennes.
  • une maladie infectieuse ou virale qui endommage le cerveau et ses membranes (y compris la méningite et l'encéphalite);
  • irradiation négative dans le traitement des problèmes de cancer;
  • pathologies congénitales de l'hypophyse et autres causes.

Maladies de l'hypophyse, se développant dans le contexte d'un déficit en hormone

Le travail de l'hypophyse, qui se caractérise par une diminution de ses fonctions, conduit au développement des maladies suivantes:

  • hypothyroïdie. Le manque d'hormones hypophysaires, dont les symptômes sont considérés comme une diminution des capacités intellectuelles, une perte de force, une fatigue constante, une peau sèche et autres, conduit à un dysfonctionnement de la thyroïde. Si l’hypothyroïdie n’est pas traitée, elle retarde le développement physique et mental de l’enfant. À un âge plus avancé, le manque d'hormones peut provoquer un coma hypothyroïdien avec la mort ultérieure;
  • diabète insipide. Il y a une pénurie d'hormone antidiurétique, produite dans l'hypothalamus, d'où elle pénètre ensuite dans l'hypophyse et le sang. Les signes d'une telle violation - augmentation de la miction, soif constante, déshydratation;
  • nanisme. Il s'agit d'une maladie rare qui se développe chez 1 à 3 personnes sur 10 000. Le nanisme est plus fréquent chez les garçons. Un déficit en hypophyse de l’hormone de croissance entraîne un ralentissement de la croissance linéaire chez l’enfant, qui est le plus souvent diagnostiqué à l’âge de 2 à 3 ans;
  • hypopituitarisme. Avec le développement de cette maladie de l'hypophyse, on observe un dysfonctionnement de son lobe antérieur. Cette pathologie s'accompagne d'une production réduite de certaines hormones ou de leur absence complète. Une telle violation de l'hypophyse provoque des changements négatifs dans tout le corps. Les organes et processus hormono-dépendants (croissance, fonction sexuelle et autres) sont particulièrement sensibles. Si cette glande n'est pas capable de produire des hormones, il y a diminution ou absence totale du désir sexuel, chez les hommes, impuissance, chez les femmes, aménorrhée, perte de poils et autres symptômes désagréables.

Maladies hyperfonctionnelles de la glande pituitaire

Avec une libération excessive d'hormones, les maladies suivantes de la glande pituitaire se développent chez les femmes et les hommes:

  • hyperprolactinémie. Cette maladie s'accompagne d'un taux élevé de prolactine, responsable de l'infertilité chez les deux sexes. Chez les hommes et les femmes, il y a un écoulement des glandes mammaires. En outre, il y a une diminution du désir sexuel. La maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les jeunes femmes âgées de 25 à 40 ans. L'hyperprolactinémie est beaucoup moins fréquente chez l'homme;
  • gigantisme, qui est causé par la production excessive d'hormone somatotrope. Il y a une croissance linéaire trop intense d'une personne. Il devient très grand, a de longs membres et une petite tête. Ces patients meurent souvent prématurément à cause de complications fréquentes. Si cette pathologie survient à un âge plus avancé, une acromégalie se développe. En présence de cette violation se produit un épaississement des mains, des pieds, un élargissement du visage, une augmentation de tous les organes internes. Un tel processus négatif conduit à des problèmes cardiaques, des troubles neurologiques;
  • Maladie d'Itsenko-Cushing. Cette pathologie s'accompagne d'une augmentation du niveau d'hormone adrénocorticotrope. Un diagnostic d'ostéoporose, d'hypertension artérielle, d'obésité (visage, cou, corps), de diabète sucré et d'autres problèmes de santé s'épaissit. L'apparence du patient présente des caractéristiques.

Symptômes de pathologies

Un endocrinologue est le médecin qui peut résoudre certains problèmes d’hypophyse chez les hommes et les femmes.

Il convient de s’y attaquer si les symptômes suivants sont observés:

  • la présence d'une déficience visuelle, accompagnée d'une perception limitée et de maux de tête;
  • dysfonctionnement menstruel chez les femmes;
  • identifier toute décharge de mamelon qui n'est pas liée à la période de lactation. Ce symptôme peut également être observé chez les hommes;
  • manque de désir sexuel;
  • retard de développement sexuel, physique et psycho-émotionnel;
  • infertilité;
  • changement de poids sans raison apparente;
  • fatigue, problèmes de mémoire;
  • sautes d'humeur fréquentes, dépression.

Diagnostics

Comment vérifier si tout est en ordre avec l'hypophyse? L'endocrinologue est engagé dans le diagnostic des maladies associées à cette région du cerveau. Sur la base des résultats des tests effectués, il peut prescrire le traitement nécessaire pour améliorer l'état de la personne. À cette fin, l’endocrinologue effectue une enquête exhaustive comprenant:

  • analyse de l'histoire. L'endocrinologue étudie les antécédents médicaux d'une personne, ses plaintes, la présence de facteurs ayant une incidence sur la possibilité de dommages à la glande pituitaire;
  • imagerie par résonance magnétique. Un endocrinologue, utilisant l'IRM, peut voir tous les changements survenus dans l'hypophyse. Cet examen permettra d'identifier facilement un adénome, une formation kystique. S'il est possible de trouver une tumeur qui peut être localisée dans n'importe quelle partie du cerveau, la tomographie par contraste est également prescrite. Si vous choisissez les première et deuxième options d'enquête, vous pouvez facilement identifier la cause, ce qui explique la synthèse insuffisante ou excessive de certaines hormones. À l'aide de la tomographie, il est facile de connaître la taille exacte de l'hypophyse et d'autres informations.
  • effectuer des tests pour déterminer le niveau d'hormones permettant d'identifier leur absence ou leur excès. Dans certains cas, un test est présenté avec la tyrobiline, le synacthen et d’autres types d’examens;
  • ponction de la moelle épinière. Il aide à déterminer si la glande pituitaire est enflammée après une méningite, une encéphalite ou d'autres maladies similaires.

Méthodes de traitement des problèmes d'hypophyse

La glande pituitaire, produisant des quantités d'hormones insuffisantes ou excessives, est soumise à un traitement spécifique en fonction de la pathologie identifiée. Le plus souvent, le médecin utilise une méthode neurochirurgicale, médicamenteuse ou radiologique pour éliminer la pathologie, conduisant à l'apparition de tous les symptômes désagréables.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement conservateur est populaire avec les troubles mineurs de l'hypophyse. Avec le développement d'une tumeur bénigne (adénome), des agonistes de la dopamine, des analogues ou des bloqueurs des récepteurs de la somatropine et d'autres médicaments peuvent être utilisés. Le choix d'un médicament particulier dépend du stade de formation bénigne et du taux de progression de tous les symptômes désagréables. Le traitement médicamenteux est considéré comme inefficace, dans la mesure où un résultat positif de son utilisation n’est observé que dans 25 à 30% des cas.

Le traitement des problèmes de l'hypophyse, accompagné d'un manque de certaines hormones, se produit avec l'utilisation d'un traitement hormonal substitutif:

  • avec le développement de l'hypothyroïdie secondaire, qui s'accompagne d'une déficience en TSH, l'utilisation de la L-thyroxine est nécessaire;
  • avec l'hormone de déficit en somatotropine chez les enfants, un traitement par hormone de croissance recombinante est indiqué;
  • en cas de déficit en ACTH, des glucocorticoïdes sont utilisés;
  • en cas de concentration insuffisante de LH ou de FSH, il est recommandé d'utiliser des œstrogènes avec gestagènes chez la femme et avec testostérone chez l'homme.

Le traitement hormonal substitutif dure souvent toute la vie, car il ne parvient pas à éliminer les causes de la maladie et n'affecte que les symptômes désagréables.

Intervention chirurgicale

Zone pathologiquement modifiée, qui est située près de l'hypophyse, il est souvent recommandé de l'éliminer par voie chirurgicale. Dans ce cas, un résultat positif de l'opération est observé dans 70% des cas, ce qui est considéré comme un très bon indicateur. Après la chirurgie, il existe une légère période de récupération qui nécessite la prise de certains médicaments.

Dans certains cas, la radiothérapie est également utilisée. Cela implique l’utilisation de rayonnements hautement ciblés qui affectent les cellules modifiées. Par la suite, leur décès survient, ce qui conduit à la normalisation de l'état du patient.

Troubles de l'hypophyse

Au sommet du système endocrinien se trouve l'hypophyse, une petite glande dépassant rarement la taille de l'ongle du petit doigt de l'enfant.

Les hormones qui affectent le travail de tous les organes et systèmes pénètrent dans le sang à partir de glandes endocrines spéciales, qui sont combinées en un seul système endocrinien. Ce sont les glandes surrénales, la thyroïde et les glandes parathyroïdes, les ovaires (chez les femmes), les testicules et les testicules (chez les hommes), le pancréas, l'hypothalamus et l'hypophyse. Peut-être n'y a-t-il pas dans le corps de système plus hiérarchique et discipliné que le système endocrinien.

Le principe de l'hypophyse

L'hypophyse se situe au sommet du pouvoir, une petite glande dépassant rarement la taille de l'ongle du petit doigt de l'enfant. La glande pituitaire est située dans le cerveau (en son centre même) et contrôle étroitement le travail de la plupart des glandes endocrines, en libérant des hormones spéciales qui contrôlent la production d’autres hormones. Par exemple, l'hypophyse libère de la thyroïde (TSH) dans le sang, ce qui provoque la production de thyroxine et de triiodothyronine par la thyroïde. Certaines hormones hypophysaires ont un effet direct, par exemple l’hormone somatotrope (GH), responsable de la croissance et du développement physique de l’enfant.

Le manque ou l'excès d'hormones hypophysaires conduit inévitablement à des maladies graves.

Manque d'hormones hypophysaires

Un manque d'hormones hypophysaires entraîne:

  • Au manque secondaire d'hormones d'autres glandes endocrines, par exemple à l'hypothyroïdie secondaire - déficit en hormones thyroïdiennes.
  • De plus, le manque d'hormones hypophysaires provoque en soi une déficience physique grave. Ainsi, le manque d'hormone de croissance (hormone de croissance) dans l'enfance conduit au nanisme.
  • Le diabète insipide - avec un manque d'hormone antidiurétique (ADH est produite dans l'hypothalamus, puis entre dans la glande pituitaire, à partir de laquelle il est libéré dans le sang)
  • * Hypopituitarisme ** - absence de toutes les hormones hypophysaires - chez l’enfant, il peut se manifester par un retard du développement sexuel et, chez l’adulte, par des troubles sexuels. En général, l'hypopituitarisme entraîne de graves troubles métaboliques qui touchent tous les systèmes de l'organisme.

Excès d'hormones hypophysaires

Un excès d'hormones hypophysaires donne un tableau clinique saisissant et les manifestations de la maladie varient considérablement en fonction des hormones ou de celles qui dépassent les normes.

S'il y a un excès d'hormones hypophysaires:

  • Un taux élevé de prolactine (* hyperprolactinémie **) chez la femme se manifeste par des irrégularités menstruelles, une infertilité, une lactation (gonflement des glandes mammaires et des sécrétions lactées). L'hyperprolactinémie entraîne chez l'homme une diminution du désir sexuel, de l'impuissance.
  • Un excès d'hormone somatotrope (STG) a donné aux géants du monde. Si la maladie débute à un âge précoce, il y a gigantisme, même dans une mature - acromégalie. Selon le livre des records Guinness, l'homme le plus élevé était Robert Pershing Wadlow, né en 1918 aux États-Unis. Sa taille était de 272 centimètres (288 centimètres d'envergure). Cependant, selon le livre des archives national Divo, le citoyen russe Fedor Makhov était le plus haut de l'histoire. Sa taille était de 2 mètres 85 centimètres avec un poids de 182 kilogrammes. Avec l'acromégalie, le patient épaissit les mains et les pieds, les traits du visage deviennent grands, les organes internes augmentent. Ceci est accompagné par des désordres du coeur, des désordres neurologiques.
  • Une augmentation de l'hormone corticotrope (ACTH) conduit à la maladie de Itsenko-Cushing. Cette maladie grave se manifeste par l'ostéoporose, une augmentation de la pression artérielle, l'apparition d'un diabète, des troubles mentaux. La maladie s'accompagne de changements d'aspect caractéristiques: perte de poids des jambes et des bras, obésité à l'abdomen, aux épaules et au visage.

Raisons

Pour comprendre les causes des maladies de la glande pituitaire, il est nécessaire de rappeler qu’elle fait partie du cerveau. Au-dessus se trouvent les nerfs optiques latéraux - gros vaisseaux cérébraux et nerfs oculomoteurs.

La cause de l'excès d'hormones hypophysaires dans la plupart des cas est une tumeur de l'hypophyse - adénome. Cela augmente le niveau de l'hormone ou des hormones qui produisent les cellules d'adénome, tandis que le niveau de toutes les autres hormones peut être réduit de manière significative en raison de la compression de la partie restante de la glande pituitaire. La croissance d'adénomes est également dangereuse car elle comprime les nerfs optiques, les vaisseaux sanguins et les structures cérébrales à proximité. Presque tous les patients atteints d'adénome ont des maux de tête, des troubles visuels se produisent souvent.

Les causes de carence en hormones hypophysaires peuvent être:

  • défauts d'approvisionnement en sang
  • hémorragie
  • hypoplasie hypophysaire congénitale,
  • méningite ou encéphalite,
  • compression de l'hypophyse par la tumeur,
  • lésion cérébrale traumatique
  • certains médicaments
  • irradiation
  • intervention chirurgicale.

Diagnostic des maladies hypophysaires

Le diagnostic et le traitement des maladies de l'hypophyse est engagé dans endocrinologue. Lors de la première visite, le médecin collectera l'anamnèse (plaintes, informations sur les maladies passées et les prédispositions héréditaires) et, sur cette base, prescrira les recherches nécessaires sur le profil hormonal (test sanguin pour les hormones), le test à la thyrolibérine, le test à la synacthène, etc. Si nécessaire, on peut attribuer une tomodensitométrie du cerveau, une imagerie par résonance magnétique du cerveau, etc.

Traitement des maladies de l'hypophyse

Le traitement des maladies de l'hypophyse vise à normaliser le niveau d'hormones dans le sang et, dans le cas d'un adénome, à réduire la pression de la tumeur sur les structures cérébrales environnantes. En l'absence d'hormones hypophysaires, on utilise un traitement hormonal substitutif: une personne reçoit des analogues médicamenteux des hormones souhaitées. Un tel traitement dure souvent toute la vie. Heureusement, les tumeurs hypophysaires sont rarement malignes. Cependant, leur traitement est une tâche difficile pour le médecin.

Dans le traitement des tumeurs hypophysaires en utilisant les méthodes suivantes et leur combinaison:

  • traitement médicamenteux;
  • traitement chirurgical - ablation de la tumeur;
  • méthodes de radiothérapie.

Cerveau de l'hypophyse

L'hypophyse du cerveau est une petite glande responsable de la production d'hormones spéciales qui, à leur tour, contrôlent le travail de l'ensemble du système endocrinien. Il convient de noter que le système endocrinien est une hiérarchie complexe comprenant des organes tels que les glandes thyroïdiennes et parathyroïdiennes, le pancréas, l'hypothalamus, les glandes surrénales, chez les hommes, les testicules et les testicules, chez la femme, les ovaires.

Le point culminant de ce système est l’hypophyse - du fer, localisée au centre du cerveau et ne mesurant pas plus que l’ongle de l’enfant - et dont le poids n’est pas supérieur à 0,5 gramme. Cependant, les petites formes n'interfèrent pas avec l'hypophyse pour définir le rythme de travail de tous les organes du système endocrinien.

Pour répondre à la question de savoir ce qu’est l’hypophyse du cerveau, il faut dire qu’elle sécrète des hormones spéciales qui contrôlent d’autres hormones. Par exemple, l’hypophyse produit de l’hormone stimulant la thyroïde, qui est ensuite libérée dans le sang et qui provoque la thyroxine et la triiodothyronine dans la glande thyroïde. Cependant, la glande pituitaire a également un effet direct - la production d’une hormone auto-tropique, qui assure la croissance et le développement de l’enfant.

L'hypophyse comprend 2 lobes - antérieur et postérieur, caractérisés par différentes fonctionnalités. L'hypophyse est associée à l'hypothalamus (le centre sous-cortical du système autonome contrôlant le niveau d'hormones fournies au sang) par une petite branche, la tige de l'hypophyse. L'organe glandulaire est reconstitué par le pédicule, car il existe un réseau de petites artères qui se fragmentent en capillaires.

Fonction hypophysaire

La plus grande partie antérieure de l'hypophyse est appelée adénohypophyse. Il favorise la production d'hormones protéiques impliquées dans les processus métaboliques.

Les plus célèbres d'entre eux sont:

  • La prolactine, grâce à laquelle la lactation d'une femme avec un bébé est possible;
  • Hormone thériotropique qui assure la fonction thyroïdienne;
  • Hormones gonadotropes, dont la tâche est la synthèse des hormones sexuelles (mâles et femelles);
  • L'hormone de croissance est responsable de la croissance du corps;
  • L'hormone corticotrope stimule le cortex surrénalien.

La neurohypophyse, qui est le lobe postérieur de l'hypophyse, produit les hormones ocytocine et vasopressine. L'ocytocine a pour objectif la réduction de la vésicule biliaire et urinaire, ainsi que des muscles lisses de l'intestin. Le niveau d'ocytocine augmente au moment de l'accouchement, ce qui permet à l'utérus de se contracter naturellement et d'accoucher.

Ce processus se poursuit après la naissance du bébé: l'utérus continue de se contracter dans le but de se nettoyer automatiquement. Ces contractions se produisent parallèlement aux mouvements contractiles des glandes mammaires pour produire du lait.

La vasopressine sauve le corps humain de la déshydratation, car elle a la capacité de retenir l'eau dans le corps. Sous l'action de la vasopressine, le taux de sodium dans le sang diminue en raison de son élimination des reins.

Les scientifiques n'ont pas encore complètement compris ce que la glande pituitaire du cerveau est, quelles autres fonctions elle remplit, combien d'hormones sont produites par la glande.

On pense que l'hypophyse, optimisant l'équilibre hormonal, agit comme une sorte de régulateur des processus vitaux. En fait, la santé, la qualité et la longévité d'une personne dépendent de l'activité de l'hypophyse.

Dysfonctionnement

Les modifications du niveau hormonal dans le sens d'une augmentation ou d'une diminution deviennent la cause de perturbations dans le travail des systèmes du corps. Les pathologies émergentes présentent des symptômes caractéristiques selon l'hormone en excès ou en déficit.

Le manque de certaines hormones provoque le développement des pathologies suivantes:

  • Hypothyroïdie - déficit en hormones thyroïdiennes;
  • Nanisme - manque d'hormones de croissance pendant l'enfance;
  • Le diabète insipide est une déficience en hormone antidiurétique;
  • Un retard dans le développement sexuel chez les adolescents ou des troubles sexuels chez les adultes est une déficience de toutes les hormones hypophysaires (un phénomène d'hypopituitarisme).

Une surabondance comporte également de graves déviations, notamment:

  • Le diabète sucré;
  • L'ostéoporose;
  • Maladie mentale;
  • Gigantisme (excès d’hormones de croissance chez l’enfant) et acromégalie (augmentation du nombre d’hormones de croissance à l’âge adulte) - de tels changements sont dangereux car les organes internes «se développent» également, ce qui entraîne des modifications des systèmes cardiovasculaire et nerveux;
  • Troubles de l'appareil reproducteur (infertilité, impuissance) causés par une augmentation des taux de prolactine.
  • Maladie d'Itsenko-Cushing, dont l'étiologie réside dans un excès d'hormone adrénocorticotrope. La maladie est une anomalie complexe, comprenant l'ostéoporose, le diabète, l'hypertension et les troubles mentaux. Caractérisé par des changements d'aspect - perte de poids des membres avec un poids parallèle sur le visage, les épaules et l'abdomen.

Étiologie des anomalies

La genèse des anomalies de l'hypophyse peut avoir de nombreux facteurs. L'un d'eux est l'adénome hypophysaire ou une tumeur bénigne de la glande pituitaire du cerveau.

Un autre nom pour la maladie est le prolactinome. Une déviation peut survenir au cours du développement prénatal ou se former au cours d'une année de la vie à la suite d'une lésion cérébrale traumatique ou d'une neuro-infection. Il présente de nombreux troubles métaboliques endocriniens, des problèmes de vision et des troubles nerveux. Traditionnellement, les patients se plaignent de maux de tête, de mouvements oculaires perturbés. Le dernier symptôme est dû à la position de l'hypophyse dans le cerveau: les nerfs oculomoteurs passent de chaque côté, la pression qui provoque des troubles ophtalmiques.

La tumeur serre une certaine partie de l'hypophyse et commence à augmenter la production de cette hormone, dont les cellules comprimées sont responsables. Les parties restantes de l'hypophyse en ce moment fonctionnent moins intensément, de sorte que la production d'autres hormones est réduite.

Dans ce cas, le médecin prescrit un diagnostic du corps glandulaire. Comment vérifier l'hypophyse cérébrale - la question aujourd'hui est assez simple. Une méthode moderne d'étude du cerveau, l'IRM, vous permet d'identifier les causes des maladies, les adénomes et d'établir leur taille.

Le traitement d'une tumeur peut être chirurgical (pour les adénomes de grande taille) ou médicamenteux (pour les microadénomes). La méthode de thérapie est conçue pour arrêter la croissance de l'adénome et est réalisée en conjonction avec un traitement par ondes radio. Si l'adénome continue à se développer, une excision chirurgicale est indiquée.

Un manque d'hormones hypophysaires a généralement l'étiologie suivante:

  • Circulation sanguine altérée;
  • Hémorragies cérébrales;
  • Neuroinfections (méningite, encéphalite);
  • Irradiation;
  • Certains médicaments;
  • Lésion cérébrale traumatique;
  • Adénome hypophysaire;
  • Sous-développement de l'hypophyse de nature congénitale.

Maladies, diagnostic et traitement

En cas de suspicion de dysfonctionnement hypophysaire, un endocrinologue est consulté. La principale méthode de recherche est, dans la tradition, la collecte et l'analyse de l'histoire. Pour le diagnostic, une étude du profil hormonal (test du niveau d'hormone) est désignée. Dans certains cas, vous aurez peut-être besoin d'une IRM, d'une tomodensitométrie du cerveau.

La tâche principale des mesures thérapeutiques est la normalisation des niveaux d'hormones dans le corps humain. Dans le cas d'un adénome, son retrait ou son arrêt de croissance. Le déficit en hormone implique un traitement de substitution, qui se poursuit souvent tout au long de la vie du patient. Cette méthode implique la prise de médicaments analogues aux hormones manquantes.

Comme nous l'avons déjà mentionné, les adénomes sont traités par des méthodes non chirurgicales (traitement médicamenteux et exposition aux radiations) et chirurgicales (élimination de l'adénome).

Le choix d'une méthode dépend de la taille de l'adénome, de l'état du patient, de la présence de contre-indications au traitement par une méthode ou une autre. Le pronostic est assez favorable pour les petits adénomes. Les plus graves conséquences sont les adénomes hormonalement actifs de grande taille - même après une opération réussie, le risque de rechute est élevé dans les 5 premières années suivant la chirurgie.

Hypophyse cérébrale: anomalies et leur prévention

Quelle est la glande pituitaire?

La glande pituitaire est un appendice du cerveau, de forme arrondie, située dans un compartiment osseux spécial - la «selle turque». C'est le principal organe endocrinien, dont les travaux sont basés sur l'interaction avec l'hypothalamus. La fonction principale de l'hypophyse est la synthèse des hormones responsables de la croissance, du métabolisme et des capacités de reproduction d'une personne.

Sa taille dépend des caractéristiques individuelles et peut atteindre:

  • sagittale - 5-13 mm;
  • coronal - 6-8 mm;
  • transversal - 3-5 mm.

La partie pituitaire du cerveau se compose de deux grands segments qui ont une structure différente:

  • antérieure (adénohypophyse), constituée d'une variété de cellules glandulaires dont chaque type produit une hormone spécifique;
  • postérieur (neurohypophyse), où les hormones sont concentrées avant qu’elles ne pénètrent dans le sang.

À propos des symptômes de diverses maladies des glandes surrénales, voir ici.

Qu'est-ce que le diagnostic de CT des glandes surrénales? Lire à ce sujet ici.

Fonctions

Le lobe antérieur de l'organe produit les soi-disant hormones tropiques.

Chacun d'eux affecte une glande endocrine spécifique:

  • Thyrotropic (TSH) est le régulateur le plus important des processus de biosynthèse. Il stimule la thyroïde;
  • adrénocorticotrope (ACTH) - contrôle les fonctions du cortex surrénalien.

Un groupe distinct d'hormones tropicales est gonadotrope:

  • le follicule stimulant (FSH), responsable de la maturation des follicules;
  • l'hormone de croissance (hormone de croissance) - un stimulateur de la production de protéines cellulaires, de la synthèse du glucose et de la dégradation des graisses, ainsi que de la croissance de l'organisme entier;
  • lutéotrope (prolactine), qui contrôle la lactation, la croissance et le métabolisme. De son niveau dans le corps dépend de l'apparition de l'instinct de croissance de la progéniture.

Le lobe postérieur de l'hypophyse synthétise d'autres hormones dont les plus importantes sont:

  • antidiurétique (ADH, vasopressine), responsable de la rétention d'eau dans le corps humain. À des concentrations suffisamment élevées, il peut provoquer une vasoconstriction. Le stress, la douleur, l'effort physique, etc., affectent sa production. Dans ces conditions, la quantité d’ADH augmente, ce qui permet au corps de s’adapter à des conditions difficiles, mais la consommation d’alcool réduit considérablement la sécrétion d’ADH. Le déficit en vasopressine peut déclencher l’apparition d’un diabète insipide central et néphrogénique;
  • l'ocytocine, qui affecte la fonction du sein et de l'utérus. Sa libération entraîne une réduction des cellules, de sorte que le lait est sécrété dans le sein et que l'utérus redevient de taille normale après la naissance.

Déviations

Les affections congénitales et acquises de l'hypophyse affectent négativement l'état du corps, ce qui conduit à l'apparition de nombreuses pathologies.

  • Acromégalie Il se produit en raison d'un dysfonctionnement de la partie antérieure de l'hypophyse. Se manifeste par une augmentation notable de la taille des mains et des pieds, ainsi que du crâne, ce qui est particulièrement visible à l'avant de la tête.

La particularité de l'acromégalie est que son développement commence après l'achèvement de la croissance de l'organisme. Il se forme progressivement, sur plusieurs années.

Dans ce cas, une personne expérimente:

  • maux de tête et fatigue;
  • vision floue et capacités mentales;
  • dysfonctionnements du système de reproduction, qui se manifestent chez les femmes par l’abandon des réglementations, et chez les hommes - par l’impuissance

Nous décrivons les déviations de problèmes suivantes:

  1. Syndrome de Sheehan. On l'appelle aussi infarctus du post-partum ou nécrose de l'hypophyse. Il survient à la suite d'une hémorragie postpartum, qui entraîne une hypotension, entraînant une hypoxie de l'hypophyse, entraînant une nécrose. La prolactine n'est pas produite, ce qui rend l'allaitement impossible.
  2. Hypothyroïdie hypophysaire. Il se produit en raison de dysfonctionnements de l'hypophyse dus à des blessures, des processus tumoraux et des conditions auto-immunes. Le traitement doit commencer dès que possible, car Cette condition conduit à des problèmes dans le système reproducteur.
  3. Hyperthyroïdie hypophysaire. On l'appelle aussi secondaire, dans laquelle il y a une surproduction d'hormone stimulant la thyroïde (TSH). La cause du phénomène est la présence d'une tumeur bénigne de l'hypophyse - adénome, ainsi qu'une hyperplasie du tissu glandulaire.
  4. Hypogonadisme hypophysaire. C'est un complexe de symptômes associé à une mauvaise production d'hormones sexuelles en raison de modifications de l'hypophyse. Parmi les causes de cette pathologie, on appelle traumatisme crânien à la naissance, empoisonnement par des toxines et mauvaise structure de la "selle turque". L'hypogonadisme hypophysaire se manifeste différemment chez les hommes et les femmes, mais il existe des signes communs d'infériorité du développement du système reproducteur. À l'avenir, ces personnes pourraient avoir de graves problèmes de conception et d'accouchement. Même si l'hypogonadisme ne conduit pas à une infertilité absolue, la grossesse chez la femme survient souvent avec des complications graves et aboutit souvent à la naissance de progénitures non viables.
  5. Nanisme. Une taille anormalement petite chez l'adulte, qui mesure moins de 145 cm. La cause de la pathologie est considérée comme un déficit en hormone de croissance - la somatotrophine.
  6. Gigantisme. Contrairement au nanisme, cette pathologie se caractérise par une croissance excessive, due au fait que les zones responsables de ce processus ne se ferment pas à l’âge de l’adolescence. En conséquence, les os, le volume musculaire augmente, tandis que l'extérieur forme une personne assez proportionnellement.

Les hommes de plus de 200 cm et les femmes de plus de 180 cm sont considérés comme pathologiquement élevés.Après la fermeture des zones de croissance, l'acromégalie risque de se développer.

Une croissance excessive n'est pas toujours une manifestation de la pathologie. Certaines familles ont une prédisposition héréditaire à la taille, ce qui n’est pas dû à la fermeture tardive des zones de croissance.

Le gigantisme affecte souvent le sexe fort. La pathologie devient perceptible à l'âge de la puberté intense. Avec une croissance phénoménale, les géants ne peuvent pas se vanter d'une excellente santé et ont une courte durée de vie. Ils sont infantiles et souffrent d'une libido affaiblie. Les enfants présentant des signes de gigantisme naissent assez souvent - jusqu'à trois cas par millier d'habitants, alors que leurs parents ont généralement une croissance normale.

Ces troubles et d’autres troubles de l’hypophyse constituent une menace pour le fonctionnement normal d’une personne.

Lisez dans cet article comment la procédure d'IRM des glandes surrénales ainsi que ce qu'elle donne

Existe-t-il une prévention de la pathologie de l'hypophyse?

La liste standard de mesures, hélas, n’existe pas car il est assez difficile de prévoir et de prévenir les pathologies hypophysaires.

Les experts médicaux recommandent d’être attentifs à votre santé:

  • prendre soin de renforcer l'immunité;
  • manger pleinement et rationnellement;
  • ne pas cultiver les mauvaises habitudes liées à la consommation excessive d'alcool et au tabagisme;
  • éviter le stress et le travail acharné;
  • ne prenez des médicaments contenant des hormones, y compris des contraceptifs, qu’en consultation avec votre médecin.

Si cela est ignoré, alors, outre les violations des fonctions cérébrales, d'autres anomalies peuvent nuire à l'état du corps et donc à la qualité de la vie en général.

Tout sur les glandes
et système hormonal

L'hypophyse est une assez petite partie du cerveau humain située en son centre même. L’hypophyse contrôle l’activité de tous les organes du système endocrinien: thyroïde et parathyroïdienne, les glandes surrénales, l’hypothalamus, le pancréas, les ovaires chez les femmes et les testicules chez les hommes.

Ainsi, toute perturbation de l'hypophyse entraîne une détérioration générale du corps. Il y a des perturbations dans les activités des systèmes cardiovasculaire, digestif et reproducteur. La fonction hypophysaire avec facultés affaiblies affecte également négativement la croissance et le développement du corps.

La glande pituitaire, malgré sa taille miniature, est la glande la plus importante du système endocrinien.

Causes du dysfonctionnement hypophysaire

Les experts notent que, dans la plupart des cas, les problèmes d’activité de la glande pituitaire sont dus à l’apparition de sa tumeur bénigne - adénome. En outre, un certain nombre d'autres facteurs d'égale importance peuvent également perturber le bon développement et le bon fonctionnement de cette partie du cerveau:

  • lésion cérébrale traumatique;
  • maladies inflammatoires du cerveau (encéphalite, méningite);
  • malformations congénitales;
  • hémorragie dans l'hypophyse;
  • manque d'approvisionnement en sang dans la région du cerveau où se trouve la glande pituitaire;
  • utilisation régulière et à long terme de contraceptifs oraux;
  • complications de la chirurgie;
  • exposition aux rayons radioactifs.

La prise régulière de contraceptifs oraux pendant une longue période peut provoquer une perturbation de la glande pituitaire.

Changements dans la production d'hormones nécessaires

L’altération de la fonction de l’hypophyse se reflète directement dans la modification de la quantité d’hormones produite. Deux pathologies sont possibles: un excès ou un déficit en hormones hypophysaires.

Si la quantité d'hormones de croissance produite dans le lobe antérieur de l'hypophyse est insuffisante, cela entraîne des troubles de la croissance. Dans ce cas, le nanisme peut se développer. Si l'hormone de croissance est produite en excès, nous devons parler de gigantisme.

C'est important! La perturbation du développement de l'hypophyse, qui a débuté pendant l'enfance, aura une incidence sur la croissance de l'enfant, mais si le dysfonctionnement de cette partie du cerveau commence dès l'âge adulte, alors la personne subira une acromégalie.

La perturbation du développement de l'hypophyse dans l'enfance peut causer le nanisme

Le développement de l’acromégalie à l’âge adulte se reflète dans les changements d’apparence. On peut observer l’allongement des membres, ainsi que leur épaississement, l’élargissement des pieds et des mains. Progressivement, les changements affectent également les traits du visage, ils deviennent grossiers et disproportionnés. Le timbre d'une voix peut changer, il devient bas et rugueux. Outre les modifications externes, des dysfonctionnements du système cardiovasculaire apparaissent et des troubles neurologiques se développent.

Le manque d'hormones hypophysaires peut provoquer un diabète insipide, une hypothyroïdie et un retard du développement sexuel chez les enfants.

L’hyperfonctionnement de l’hypophyse, en plus d’affecter la croissance d’une personne, peut se manifester par le développement d’une hyperprolactinémie, qui entraîne une activité altérée des glandes sexuelles chez les hommes et les femmes. Une autre conséquence de l'hyperfonctionnement hypophysaire est la maladie d'Itsenko-Cushing, qui se manifeste par l'ostéoporose, l'hypertension artérielle, le développement du diabète, des troubles mentaux.

La perturbation de l'hypophyse à l'âge adulte conduit à des changements d'aspect. Membres condensés et épaissis, modifiant la forme du visage.

Hypoplasie hypophysaire

Syndrome de selle turque vide - c'est ce que l'on peut appeler l'hypoplasie de l'hypophyse. Le processus de réduction de la taille de l'hypophyse - il s'agit d'hypoplasie. Lorsque le corps est réduit - c'est l'impact le plus négatif sur son travail et la performance complète de toutes les fonctions.

Dans certains cas, ce développement du cerveau est inné, mais parfois, une hypoplasie se développe déjà à l'âge adulte pour un certain nombre de raisons spécifiques.

C'est important! La pathologie se caractérise par le manque de toutes les hormones nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme. Le plus souvent, seul un traitement hormonal substitutif permanent peut remédier à la situation dans une certaine mesure.

Les experts ont identifié un certain nombre de raisons pouvant provoquer une telle pathologie de l'hypophyse:

  • dysfonctionnement hypophysaire congénital;
  • compression constante de cette région du cerveau par les tissus environnants;
  • les tumeurs;
  • maladies infectieuses du cerveau;
  • augmentation constante de la pression intracrânienne;
  • exposition à la radiothérapie;
  • lésion cérébrale traumatique.

Symptômes indiquant un dysfonctionnement de l'hypophyse

L'un des symptômes les plus importants de dysfonctionnement de l'hypophyse est la fréquence et la gravité des maux de tête qui ne cessent presque jamais.

En cas de dysfonctionnement de l'hypophyse, les symptômes peuvent apparaître individuellement. Si vous ne leur prêtez pas attention pendant longtemps, la situation sera plutôt difficile à corriger. Vous devez donc connaître les principaux signes d'une maladie en développement:

  • maux de tête récurrents, dont l'intensité de la manifestation peut varier;
  • dystonie vasculaire;
  • névralgie;
  • insomnie ou troubles du sommeil récurrents;
  • tic nerveux;
  • rhinite chronique;
  • dans les cas graves, une dégradation partielle ou complète de l'individu et le développement d'une démence peuvent survenir.

C'est important! Perturbation de l'hypophyse déclenchée dans la plupart des cas par le développement d'une tumeur dans cette partie du cerveau. Au fur et à mesure de son augmentation, les maux de tête et autres symptômes deviendront plus prononcés.

Les crises périodiques de migraine ou de douleur intense dans l'une ou l'autre partie de la tête ne sont pas affectées par les analgésiques. Le soulagement survient à un moment où le néoplasme presse tellement l'hypophyse qu'elle peut faire éclater le cerveau. Un soulagement temporaire et l'absence de douleur ne signifient pas que l'état s'est normalisé.

Le développement d'une tumeur comprime le nerf optique, ce qui peut détériorer la vision

Faites attention! Une tumeur élargie affectera le nerf optique, ce qui l’affectera. Si vous ne commencez pas un traitement en temps voulu, la vision se détériorera progressivement et une cécité totale pourrait se produire.

Mesures de diagnostic

En cas de suspicion de dysfonctionnement de l'hypophyse, le spécialiste utilise un ensemble de mesures de diagnostic pour confirmer le diagnostic. Tout d'abord, l'anamnèse est recueillie. Le médecin prend en compte tous les changements dans l'état du patient afin de déterminer quelle méthode de diagnostic fournira le résultat le plus précis.

  1. L'utilisation de la tomodensitométrie et de l'IRM vous permet de voir sur les photos même les plus petites modifications de la taille de l'hypophyse. En outre, une étude montrera s’il existe une tumeur en développement dans le cerveau.
  2. Une analyse clinique des hormones est effectuée après que le médecin a déterminé quelle partie de l'hypophyse a le plus souffert et où des modifications négatives se produisent. Le médecin choisit les meilleurs tests et examens cliniques qui complèteront le tableau général.
  3. L'examen du corps du patient est une partie importante du diagnostic.
  4. La ponction de la moelle épinière et l'étude du liquide céphalo-rachidien (LCR) montrent s'il existe une inflammation dans l'hypophyse.

L'IRM est l'une des principales études de diagnostic, ce qui permet de brosser un tableau complet de l'état de la glande pituitaire.

Faites attention! Spécialiste du traitement ne peut nommer qu'après un examen complet du patient.

Traitement

Le but des mesures thérapeutiques dépend de la nature de la pathologie prédominante. En cas de déficit en hormones hypophysaires, un traitement hormonal substitutif est prescrit. parfois, le patient est obligé de prendre des hormones pour la vie.

Dans certains cas (avec adénome hypophysaire), une intervention chirurgicale est utilisée. Le traitement médicamenteux est également utilisé, parallèlement à cela, le médecin surveille en permanence l'état de l'hypophyse, en faisant les ajustements nécessaires aux dosages des moyens utilisés. Prescrit pour les tumeurs hypophysaires et la radiothérapie.

Le traitement est choisi individuellement dans chaque cas. Le médecin détermine si la maintenance médicale du corps sera efficace ou si une intervention chirurgicale est nécessaire.

Les troubles du développement de l'hypophyse du cerveau et les déviations possibles sont très dangereux pour la santé humaine. Un examen en temps opportun et un traitement approprié sont la clé d'une bonne santé et de la longévité.

Symptômes d'anomalies de l'hypophyse du cerveau

L'hypophyse est une glande située dans le cerveau. C'est petit, en forme d'oeuf. En diamètre, l'hypophyse atteint à peine 1,5 cm, mais il est difficile de surestimer les tâches qu'elle effectue. Cette glande produit des hormones qui régulent la plupart des processus dans le corps, ainsi toute perturbation dans le fonctionnement de cet organe causera des problèmes de santé considérables. Par conséquent, il est nécessaire de savoir comment vérifier la présence de la maladie, à quels symptômes faire attention, comment traiter, etc.

Quelles fonctions la glande pituitaire

Pour comprendre les causes des déviations dans le travail de l'hypophyse cérébrale, il faut tout d'abord comprendre les fonctions de ce corps. Alors il répond pour ce qui suit:

  1. La production d'hormone de croissance. Oui, c’est cette petite «balle» située dans la partie inférieure du cerveau qui régule la croissance d’une personne. Si l'hormone de croissance (c'est ainsi que l'on appelle l'hormone de croissance) est trop petite, la personne aura une taille assez petite, si beaucoup est au-dessus de la moyenne.
  2. Production de thyrotropine. Cette hormone stimule la production de thyroxine, située dans la glande thyroïde. Il régule à son tour le métabolisme, le développement du corps, etc.
  3. Production de prolactine. Comme son nom l'indique, cette hormone est responsable des processus intervenant au cours de l'allaitement: la maturation du colostrum et du lait. De plus, l'hormone est en partie responsable de la croissance des glandes mammaires pendant la maturation.
  4. Synthèse de la mélanocytoprine. Cette hormone est responsable de la distribution dans le corps de la mélanine, responsable de la pigmentation.
  5. Synthèse de l'ACTH. Il aide à réguler les fonctions des glandes surrénales.

Toutes ces hormones sont tropiques et sont produites, elles se trouvent généralement dans le lobe antérieur de l'hypophyse. Dans la partie intermédiaire, il se forme des substances responsables du traitement et de l'utilisation des graisses. Le lobe postérieur produit de la vasopressine et de l'ocytocine. Le premier est responsable de l'équilibre eau-sel et de la formation de l'urine, le second est responsable de la contraction de l'utérus lors de l'accouchement et de la stimulation de la production laitière.

Pourquoi des violations peuvent se produire

Les dysfonctionnements de l'hypophyse et de l'hypothalamus se manifestent par une production excessive ou insuffisante d'hormone. Le plus souvent, cela se produit en raison de l'apparition d'une tumeur (appelée adénome), qui transforme progressivement les cellules de la glande en bonne santé en cellules régénérées. Cependant, d'autres causes peuvent influencer le fonctionnement de la glande. Parmi eux:

  • Troubles congénitaux de l'hypophyse. Cela concerne souvent la somatotrophine. Dans ce cas, la personne grandit rapidement ou, inversement, elle grandit trop lentement.
  • Infections affectant le cerveau. Les plus courants sont la méningite et l'encéphalite. De telles causes (c.-à-d. Causées par une infection cérébrale) sont assez courantes.
  • Thérapie anticancéreuse Des médicaments très agressifs et des radiations sont utilisés pour lutter contre le cancer, ce qui peut perturber la glande pituitaire.
  • Complications après une opération du cerveau.
  • Les conséquences d'une blessure grave à la tête.
  • Acceptation de certains médicaments hormonaux.

Comme vous pouvez le constater, les dysfonctionnements de l'hypophyse peuvent être dus à diverses raisons. Il est important de savoir pourquoi les problèmes se sont posés dans une situation donnée, car cela affectera directement le déroulement du traitement.

Quels sont les symptômes de problèmes avec cette glande?

Les signes de survenue de troubles de l'hypophyse peuvent se manifester après quelques jours et plusieurs mois. Il est important de prêter attention à ces symptômes, car les problèmes liés à l'hypophyse peuvent être très dangereux. Faites attention à ce qui suit:

  • Fatigue excessive, manque constant de force. À l’heure actuelle, la fatigue est devenue la norme, mais si la léthargie et l’impuissance ne se lâchent pas, même après le sommeil, c’est une raison de s’inquiéter.
  • Peau sèche Certaines personnes ont ce type de peau dès la naissance, mais si la peau se déshydratait soudainement, si des craquelures et des plaies apparaissaient, il s'agit d'un signe peu aimable.
  • Les os deviennent moins solides, les fractures se produisent même à cause de charges mineures et la régénération est extrêmement lente.
  • Rapide et non causée par des facteurs externes rapide ensemble de poids corporel. Et les muscles deviennent plus petits et la graisse, au contraire, plus.
  • Manque d'appétit. Malgré le poids croissant, je ne veux plus manger, mais au contraire moins. Quoi de plus indique que la situation est causée par une pathologie.
  • Altération de la mémoire. Une personne commence à souffrir d'oubli, les informations sont mal perçues et ne sont plus gardées en mémoire pendant longtemps.
  • Troubles psychiatriques. La dépression, les sautes d'humeur soudaines, l'apathie, les obsessions, etc. peuvent commencer.

En plus de tout ce qui précède, diverses parties du corps peuvent commencer soudainement à se développer (par exemple, ceci est caractéristique d'une maladie de l'hypophyse telle que l'acromégalie), de problèmes de vaisseaux sanguins et de cœur, de changements du ton de la voix.

Comment ces maladies se manifestent-elles chez les femmes?

En raison du fait que l'hypophyse affecte en partie la production d'hormones sexuelles, un dysfonctionnement de cette glande peut provoquer les symptômes suivants:

  • Diminution de la libido.
  • Troubles du cycle menstruel.
  • Violation de la vessie.
  • La poitrine change de taille.

En raison du dysfonctionnement de l'hypophyse chez les femmes, il existe d'autres problèmes, mais cela dépend déjà plus du contexte hormonal individuel.

Manifestations de dysfonctionnement de cette glande chez l'homme

Quant aux hommes, ils peuvent avoir les problèmes suivants avec cette glande:

  • Problèmes d'érection.
  • Diminution du désir sexuel.
  • Modifications de la forme et de la taille des organes externes du système reproducteur.

Bien entendu, ces signes peuvent indiquer la présence d’autres maladies qui ne sont pas liées aux changements hormonaux. Cependant, dans tous les cas, il est impossible d'ignorer de tels symptômes - il est nécessaire de poser un diagnostic et, si la confirmation de la maladie est trouvée, un traitement.

Troubles causés par un dysfonctionnement de l'hypophyse

Puisque la glande pituitaire produit de nombreuses hormones différentes, il existe de nombreux maux causés par un dysfonctionnement de la glande pituitaire. Les plus courants sont:

Différents types d'adénomes

Les tumeurs de l'hypophyse d'origine différente sont assez communes - elles se retrouvent chez presque une personne sur cinq. Cependant, les différents types d'adénomes varient grandement en comportement et en méthodes de traitement. On distingue les adénomes inactifs aux hormones et les actifs hormonaux. Le premier type est considéré comme plus sûr, mais ce n'est pas toujours le cas: par exemple, le troisième sous-type d'adénomes hormono-inactifs est caractérisé par une croissance rapide et un développement actif de métastases. Parmi les adénomes à activité hormonale, on distingue les principaux types suivants:

  • Prolactinome Ce néoplasme est dû à la synthèse excessive de cellules lactotropes. Le plus souvent, une telle tumeur est bénigne et le traitement donnera des résultats. Cependant, dans les cas avancés, il peut en résulter une altération de la puberté, une diminution de la résistance des os, etc. Le plus souvent, il suffit de prendre certains médicaments, la chirurgie est utilisée dans des cas extrêmes.
  • Somatotropinome. De telles tumeurs ne présentent généralement pas de symptômes lumineux. Habituellement, la tumeur se manifeste par le grossissement de la voix, l'arythmie. L'excès d'hormones augmente également la taille des organes et des os. Généralement enlevé chirurgicalement.
  • Corticotrolinome. Un tel néoplasme produira de l'ACTH. Dans ce cas, l'augmentation de l'hypophyse sera insignifiante, de l'ordre de 0,5 à 0,8 cm et se manifestera par une augmentation du taux de cortisol dans les urines. Il est traité avec des médicaments, principalement de la mifépristone. Peut causer la maladie de Cushing.

Des tumeurs telles que thyrotropinome et gonadotropinome peuvent également survenir, mais cela est assez rare.

Syndrome de Sheehan

Cette pathologie de l'hypophyse est caractérisée par la mort de la glande chez les femmes en travail. Le plus souvent, la mort survient dans ce cas le premier jour après la naissance. Le processus générique lui-même est souvent accompagné de saignements abondants, d'une chute de pression et d'un choc douloureux. Se produit souvent sur le fond du diabète.

Maladie de Simmonds

A l'instar du syndrome de Sheehan, la maladie de Simmonds survient dans le contexte d'une nécrose du tissu hypophysaire. Bien que la maladie de Simmonds ne progresse pas aussi rapidement, elle a de nombreuses conséquences dangereuses. Les symptômes de cette maladie sont les suivants:

  • Perte de poids nette et forte.
  • Perte de cheveux et de dents.
  • Peau sèche
  • Grande faiblesse.
  • La présence d'hallucination.
  • Chute de pression.
  • Manque d'appétit, troubles gastro-intestinaux.
  • Diminution dans le métabolisme pratiquement à zéro.
  • L'absence totale de désir sexuel.
  • Crampes
  • Atrophie des organes internes.

Comme vous pouvez le constater, les effets du dysfonctionnement hypophysaire peuvent être très, très difficiles, car il est important de diagnostiquer les maladies possibles à temps et de commencer le traitement immédiatement.

Comment traiter ces maladies

Le traitement des troubles associés au travail de cette glande dépend en grande partie de la maladie spécifique. En général, ils peuvent être divisés en types suivants:

  • Médicaments. En règle générale, implique la normalisation du fond hormonal et la réduction de la tumeur, le cas échéant.
  • Chirurgical En présence de certaines tumeurs, seule la chirurgie sera efficace, car elles doivent être retirées chirurgicalement.
  • Radiothérapie. Habituellement utilisé en conjonction avec l'opération. Premièrement, réduire la taille du néoplasme avant la chirurgie et, deuxièmement, détruire les restes de cellules pathogènes après la chirurgie.

Le scénario selon lequel le traitement sera effectué est sélectionné par un spécialiste, en fonction de la situation spécifique. D'autres traitements peuvent être inclus dans le traitement à la discrétion du médecin.

A Propos De Nous

Suppléments sportifs pour stimuler la production de testostérone, accélérer la croissance de la masse musculaire, augmenter la force et le désir sexuel, réduire le nombre d'œstrogènes appelés boosters de testostérone.