Toutes les hormones

L'émergence de problèmes dans le fonctionnement du corps, certaines personnes essaient d'éliminer eux-mêmes, sans l'aide de médecins. Cependant, un tel auto-traitement peut avoir un impact négatif sur l'état de santé futur. Après tout, une violation dans le travail d'un organe survient dans le processus de production d'hormones insuffisante ou excessive.

Cependant, à propos de ces substances, chaque personne a entendu parler de son enfance. Pendant ce temps, les scientifiques continuent à étudier la structure de ces substances et les fonctions qu’elles remplissent. Que sont les hormones, pourquoi ont-elles besoin d’une personne, quels types d’hormones existent et quel effet ont-elles sur elle?

Quelles sont les hormones

Les hormones sont des substances biologiquement actives. Leur production se produit dans des cellules spécialisées des glandes endocrines. Traduit de la langue grecque antique, le mot "hormones" signifie "induire" ou "exciter".

C’est cette action qui est leur principale fonction: développées dans certaines cellules, ces substances induisent l’action des cellules d’autres organes en leur envoyant des signaux. En d’autres termes, dans le corps humain, les hormones jouent le rôle d’un mécanisme qui déclenche tous les processus vitaux qui ne peuvent exister séparément.

Pour réaliser leur valeur, il est nécessaire de comprendre où ils se sont formés. Les principales sources de production d'hormones sont les glandes internes suivantes:

  • l'hypophyse;
  • glande thyroïde et parathyroïde;
  • les glandes surrénales;
  • le pancréas;
  • testicules chez les hommes et ovaires chez les femmes.

Pour participer à la formation de ces substances, vous pouvez utiliser certains organes internes, notamment:

  • le foie;
  • les reins;
  • placenta pendant la grossesse;
  • la glande pinéale, située dans le cerveau;
  • tractus gastro-intestinal;
  • thymus ou thymus, se développant activement avant la puberté et diminuant en taille avec l’âge.

L'hypothalamus est un petit processus du cerveau, qui est le coordinateur de la production d'hormones.

Comment fonctionnent les hormones

Après avoir compris ce que sont les hormones, vous pouvez commencer à étudier leur comportement.

Chaque hormone agit sur certains organes, appelés organes cibles. En outre, chacune des hormones a sa propre formule chimique, qui détermine à l’avance lequel des organes deviendra la cible. Il est à noter qu'une cible peut ne pas être un seul corps, mais plusieurs.

Contrairement au système nerveux, qui transmet les impulsions par les nerfs, les hormones pénètrent dans le sang. Ils agissent sur les organes cibles par l’intermédiaire de cellules équipées de récepteurs spéciaux, capables de ne percevoir que certaines hormones. Leur interrelation s'apparente à une serrure à clé, où la cellule réceptrice ouverte par la clé hormonale agit comme une serrure.

En se fixant aux récepteurs, les hormones pénètrent dans les organes internes, où elles sont amenées à remplir certaines fonctions par action chimique.

L'histoire de la découverte des hormones

L'étude active des hormones et des glandes qui les produisent a débuté en 1855. Au cours de cette période, le médecin anglais T. Addison a décrit pour la première fois une maladie du bronze qui se développe à la suite d'un dysfonctionnement des glandes surrénales.

D'autres médecins, par exemple K. Bernard (France), qui a étudié les processus d'éducation et de sécrétion dans le sang, ont manifesté de l'intérêt pour cette science. Le sujet de son étude était les organes qui les isolaient.

Et le médecin français S. Brown-Sequard a réussi à trouver le lien entre diverses maladies et une diminution de la fonction des glandes endocrines. C'est lui qui a prouvé pour la première fois que de nombreuses maladies peuvent être guéries à l'aide de préparations à base d'extraits de glandes.

En 1899, des scientifiques anglais ont réussi à découvrir l'hormone sécrétine produite par le duodénum. Un peu plus tard, ils lui ont donné le nom d'hormone, qui a marqué le début de l'endocrinologie moderne.

Jusqu'à présent, les scientifiques n'ont pas été en mesure d'étudier tout ce qui concerne les hormones, tout en continuant de faire de nouvelles découvertes.

Variétés d'hormones

Les hormones sont de plusieurs types, différenciées par leur composition chimique.

  • Stéroïdes. Ces hormones sont produites dans les testicules et les ovaires à partir de cholestérol. Ces substances remplissent les fonctions les plus importantes qui permettent à une personne de développer et d'acquérir la forme physique nécessaire qui orne le corps, ainsi que de reproduire la progéniture. Les stéroïdes comprennent la progestérone, les androgènes, l’estradiol et la dihydrotestostérone.
  • Dérivés d'acides gras. Ces substances agissent sur les cellules situées à proximité des organes impliqués dans leur production. Ces hormones comprennent les leucotriènes, les thromboxanes et les prostaglandines.
  • Dérivés d'acides aminés. Ces hormones sont produites par plusieurs glandes, notamment les glandes surrénales et la glande thyroïde. Et la base de leur production est la tyrosine. Les représentants de cette espèce sont l'adrénaline, la noradrénaline, la mélatonine et la thyroxine.
  • Peptides. Ces hormones sont responsables de la mise en œuvre des processus métaboliques dans le corps. Et le composant le plus important pour leur production est la protéine. Les peptides comprennent l'insuline et le glucagon, produits par le pancréas, et l'hormone de croissance produite par l'hypophyse.

Le rôle des hormones dans le corps humain

Tout au long de la vie, le corps humain produit des hormones. Ils influencent tous les processus qui se produisent avec une personne.

  • Grâce à ces substances, chaque personne a une certaine taille et un certain poids.
  • Les hormones affectent l'état émotionnel d'une personne.
  • Tout au long de la vie, les hormones stimulent le processus naturel de croissance et de dégradation des cellules.
  • Ils participent à la formation du système immunitaire, le stimulant ou le réprimant.
  • Les substances produites par les glandes endocrines contrôlent les processus métaboliques dans le corps.
  • Sous l'action des hormones, le corps tolère plus facilement l'effort physique et les situations stressantes. À ces fins, l'hormone produite par l'action - l'adrénaline.
  • Avec l'aide de substances biologiquement actives se prépare à un certain stade de la vie, y compris la puberté et l'accouchement.
  • Certaines substances contrôlent le cycle de reproduction.
  • La personne ressent le sentiment de faim et de satiété également sous l'action des hormones.
  • Avec une production normale d'hormones et leur fonction, la libido augmente, et avec une diminution de leur concentration dans le sang, la libido diminue.

Les hormones humaines de base tout au long de la vie assurent la stabilité du corps.

L'effet des hormones sur le corps humain

Sous l’influence de certains facteurs, la stabilité du processus peut être perturbée. Leur liste approximative est la suivante:

  • changements corporels liés à l'âge;
  • diverses maladies;
  • situations stressantes;
  • changement climatique;
  • mauvaises conditions environnementales.

Dans le corps des hommes, la production d'hormones est plus stable que chez les femmes. Dans le corps de la femme, la quantité d'hormones sécrétées varie en fonction de divers facteurs, notamment des phases du cycle menstruel, de la grossesse, de l'accouchement et de la ménopause.

Le signe qu'un déséquilibre hormonal aurait pu se former est indiqué par les signes suivants:

  • faiblesse générale du corps;
  • des crampes dans les membres;
  • maux de tête et acouphènes;
  • transpiration;
  • altération de la coordination des mouvements et ralentissement de la réaction;
  • troubles de la mémoire et les échecs;
  • sautes d'humeur et dépressions;
  • diminution ou augmentation déraisonnable du poids corporel;
  • vergetures sur la peau;
  • perturbation du système digestif;
  • la croissance des cheveux dans les endroits où ils ne devraient pas être;
  • le gigantisme et le nanisme, ainsi que l'acromégalie;
  • problèmes de peau, y compris augmentation des cheveux gras, de l'acné et des pellicules;
  • irrégularités menstruelles.

Comment le niveau d'hormones est-il déterminé?

Si l'une de ces conditions se manifeste systématiquement, il est nécessaire de consulter un endocrinologue. Sur la base de l'analyse, seul un médecin sera en mesure de déterminer les hormones produites en quantités insuffisantes ou excessives et de prescrire un traitement adéquat. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de déterminer le niveau de toutes les hormones possibles, car un médecin expérimenté déterminera le type de recherche nécessaire en fonction des plaintes du patient.

Pourquoi une analyse de sang est-elle prescrite pour les hormones? Il est nécessaire de confirmer ou d'exclure tout diagnostic.

Si nécessaire, des tests sont attribués pour déterminer la concentration dans le sang d'hormones sécrétées par les glandes endocrines suivantes:

  • l'hypophyse;
  • glande thyroïde;
  • les glandes surrénales;
  • testicules chez les hommes et ovaires chez les femmes.

Un diagnostic prénatal peut être attribué aux femmes en tant qu’examen supplémentaire, ce qui permet d’identifier des pathologies dans le développement du fœtus en début de grossesse.

Le test sanguin le plus populaire consiste à déterminer le niveau de base d'un certain type d'hormone. Cet examen est effectué le matin à jeun. Mais le niveau de la plupart des substances a tendance à varier au cours de la journée. Par exemple, l'hormone de croissance est une hormone de croissance. Par conséquent, sa concentration est étudiée pendant la journée.

Si une étude est menée sur les hormones des glandes endocrines dépendantes de l'hypophyse, une analyse est effectuée pour déterminer le niveau de l'hormone produite par la glande endocrine et l'hormone de l'hypophyse qui produit la glande.

Comment atteindre l'équilibre hormonal

Avec un léger déséquilibre hormonal, un ajustement du mode de vie est indiqué:

  • Conformité au mode du jour. Le travail à part entière des systèmes du corps n’est possible que si l’on cherche à établir un équilibre entre travail et repos. Par exemple, la production de somatotrophine augmente 1 à 3 heures après l’endormissement. Dans ce cas, il est recommandé d'aller se coucher au plus tard 23 heures et la durée du sommeil doit être d'au moins 7 heures.
  • Stimuler la production de substances biologiquement actives permet l'activité physique. Par conséquent, 2 à 3 fois par semaine, il est nécessaire de faire de la danse, de l'aérobic ou d'augmenter l'activité physique d'une autre manière.
  • Une alimentation équilibrée avec une augmentation de l'apport en protéines et une diminution de la quantité de graisse.
  • Respect du régime de consommation Pendant la journée, vous devez boire 2 à 2,5 litres d’eau.

Si un traitement plus intensif est nécessaire, une table d'hormones est étudiée et des médicaments contenant leurs analogues synthétiques sont utilisés. Cependant, seul un expert peut les nommer.

les hormones

4. HORMONES, NOMENCLATURE, CLASSIFICATION

Les hormones sont des substances biologiquement actives dont de petites quantités entraînent une réponse importante dans l’éventail et la profondeur de l’organisme. Les hormones sont produites par les glandes endocrines et sont conçues pour contrôler les fonctions du corps, leur régulation et leur coordination.

La nature chimique de presque toutes les hormones est connue. En raison du fait que les formules chimiques reflétant la structure des hormones sont lourdes, ils utilisent leurs noms triviaux. La classification moderne des hormones est basée sur leur nature chimique. Il existe trois groupes de véritables hormones: les hormones peptidiques et protéiques; hormones - dérivés d'acides aminés; hormones de nature stéroïde. Les eicosanoïdes sont des substances analogues aux hormones qui ont un effet local.

Les hormones peptidiques et protéiques, y compris jusqu'à 250 résidus d'acides aminés ou plus, comprennent les hormones de l'hypothalamus et de l'hypophyse, ainsi que les hormones du pancréas. Les hormones - dérivés d'acides aminés comprennent principalement l'hormone tyrosine, ainsi que l'adrénaline et la noradrénaline. Les hormones stéroïdes sont des hormones du cortex surrénalien (corticostéroïdes), des hormones sexuelles (œstrogènes et androgènes), ainsi que de la forme hormonale de la vitamine D. Les dérivés de l'acide arachidonique: prostaglandines, thromboxanes et leucotriènes.

L’homme a deux systèmes de régulation, à travers lesquels l’organisme s’adapte aux changements permanents internes et externes. L'un d'eux est le système nerveux qui, sous forme d'impulsions, transmet rapidement des signaux via un réseau de nerfs et de cellules nerveuses; le second est endocrinien, qui effectue la régulation chimique à l'aide d'hormones véhiculées par le sang et qui agissent sur les tissus et les organes éloignés du lieu de leur sécrétion. Le système endocrinien interagit avec le système nerveux. Cette interaction s'effectue par le biais de certaines hormones qui agissent comme médiateurs (médiateurs) entre le système nerveux et les organes responsables de leur action. Dans ce cas, on parle de la régulation neuroendocrine. À l'état normal, il existe un équilibre entre l'activité des glandes endocrines, l'état du système nerveux et la réponse des tissus cibles. Une violation dans chacun de ces liens entraîne des écarts par rapport à la norme. Une production excessive (hyperfonctionnement des glandes endocrines) ou insuffisante (hypofonction des glandes endocrines) conduit à diverses maladies, accompagnées de profonds changements biochimiques dans le corps.

L’effet physiologique des hormones vise à: fournir un effet humoral, c.-à-d. effectuée par le sang, la régulation des processus biologiques; maintien de l'intégrité et de la cohérence de l'environnement interne, interaction harmonieuse entre les composants cellulaires du corps; régulation de la croissance, de la maturation et de la reproduction.

Les hormones régulent l'activité de toutes les cellules du corps. Ils influencent l'acuité mentale et la mobilité physique, la construction et la croissance corporelles, déterminent la croissance des cheveux, le ton de la voix, le désir sexuel et le comportement. Grâce au système endocrinien, une personne peut s'adapter aux fortes fluctuations de température, aux excès ou au manque de nourriture, aux stress physiques et émotionnels. Les hormones régulent les fonctions sexuelles et reproductives et l'état psycho-émotionnel du corps.

Les glandes endocrines sont représentées dans le corps humain par l'hypophyse, la thyroïde et la parathyroïde, les glandes surrénales, le pancréas, les glandes sexuelles (testicules et ovaires), le placenta et les hormones - les sections productrices du tractus gastro-intestinal. Certains composés ayant une action semblable à une hormone sont synthétisés dans le corps. Par exemple, l'hypothalamus sécrète un certain nombre de substances (libérines) nécessaires à la libération des hormones hypophysaires. Ces facteurs de libération, ou libérines, pénètrent dans la glande pituitaire par le système des vaisseaux sanguins.

Une hormone peut avoir plusieurs organes cibles et les modifications qu’ils provoquent peuvent affecter un certain nombre de fonctions du corps. Les hormones agissent parfois ensemble; l’effet d’une hormone peut donc dépendre de la présence de certaines autres hormones. HGH, par exemple, est inefficace en l'absence d'hormone thyroïdienne.

L'action des hormones repose sur deux mécanismes principaux: les hormones (solubles dans l'eau) qui ne pénètrent pas dans la cellule agissent par l'intermédiaire des récepteurs situés sur la membrane cellulaire et les hormones (liposolubles) qui traversent facilement la membrane - par l'intermédiaire des récepteurs situés dans le cytoplasme de la cellule. Dans tous les cas, seule la présence d'un récepteur de protéine spécifique détermine la sensibilité de la cellule à cette hormone, c'est-à-dire en fait une "cible".

Le premier mécanisme d'action des hormones est que cette hormone se lie à ses récepteurs spécifiques situés à la surface des cellules. La liaison déclenche une série de réactions conduisant à la formation de médiateurs ayant un impact direct sur le métabolisme cellulaire. Ces médiateurs sont généralement des AMPc et / ou des ions calcium, qui sont libérés des structures intracellulaires ou pénètrent dans la cellule de l'extérieur. L'AMPc et les ions calcium sont utilisés pour transférer un signal externe dans les cellules. Certains récepteurs membranaires, en particulier les récepteurs de l'insuline, agissent de manière plus brève: ils pénètrent dans la membrane et, lorsqu'une partie de leur molécule lie l'hormone à la surface de la cellule, l'autre partie commence à fonctionner comme une enzyme active du côté de l'intérieur de la cellule. Ceci fournit une manifestation de l'effet hormonal.

Le deuxième mécanisme d’action, par l’intermédiaire des récepteurs cytoplasmiques, est caractéristique des hormones stéroïdiennes (hormones surrénaliennes et hormones sexuelles), ainsi que des hormones thyroïdiennes (T3 et t4 ) Après avoir pénétré dans la cellule contenant le récepteur correspondant, l’hormone forme avec elle une hormone - le complexe récepteur. Ce complexe est soumis à une activation (à l'aide d'ATP), puis pénètre dans le noyau de la cellule, où l'hormone a un effet direct sur l'expression de certains gènes, stimulant ainsi la synthèse d'ARN et de protéines spécifiques. Ce sont ces protéines nouvellement formées, généralement de courte durée, qui sont responsables des modifications qui constituent l’effet physiologique de l’hormone.

La régulation de la sécrétion hormonale est réalisée par plusieurs mécanismes interconnectés. Par exemple, la production de cortisol est régulée par un mécanisme de rétroaction qui fonctionne au niveau de l'hypothalamus. Lorsque la concentration de cortisol diminue dans le sang, l'hypothalamus sécrète de la corticolibérine, un facteur qui stimule la sécrétion de corticotropine par l'hypophyse (ACTH). L'augmentation des niveaux d'ACTH dans le sang stimule à son tour la sécrétion de cortisol dans les glandes surrénales, ce qui entraîne une augmentation du contenu de cortisol dans le sang. L'augmentation du niveau de cortisol supprime alors la libération de corticolibérine par le mécanisme de rétroaction, et le contenu de cortisol dans le sang diminue à nouveau. La sécrétion de cortisol n'est pas seulement régulée par le mécanisme de rétroaction. Par exemple, le stress provoque la libération de corticolibérine et, par conséquent, de toute la série de réactions qui augmentent la sécrétion de cortisol. De plus, la sécrétion de cortisol est soumise au rythme quotidien; elle est très forte au réveil, mais diminue progressivement au minimum pendant le sommeil. Les mécanismes de contrôle incluent également le taux de métabolisme des hormones et la perte d'activité. Des systèmes de réglementation similaires s'appliquent également à d'autres hormones.

Hormones humaines de base

Hormones de l'hypophyse antérieure. Le tissu glandulaire de l'hypophyse antérieure produit: l'hormone de croissance (GH), ou somatotrophine, qui affecte tous les tissus du corps en augmentant leur activité anabolique (c'est-à-dire la synthèse des composants des tissus corporels et en augmentant les réserves d'énergie); l'hormone stimulant les mélanocytes (MSH), qui augmente la production de pigment par certaines cellules de la peau (mélanocytes et mélanophores); la thyréostimuline (TSH), stimulant la synthèse des hormones thyroïdiennes dans la glande thyroïde; hormone folliculo-stimulante (FSH) et hormone lutéinisante (LH) liées aux gonadotrophines: leur action est dirigée vers les glandes sexuelles; La prolactine (PRL), une hormone qui stimule la formation des glandes mammaires et la lactation.

Hormones du lobe postérieur de l'hypophyse - vasopressine et ocytocine. Les deux hormones sont produites dans l'hypothalamus, mais persistent et sont libérées dans le lobe postérieur de la glande pituitaire, située à la base de l'hypothalamus. La vasopressine maintient le tonus vasculaire et est une hormone antidiurétique qui affecte le métabolisme de l'eau. L'ocytocine provoque la contraction utérine et «déclenche» la lactation après l'accouchement.

Hormones thyroïdiennes et parathyroïdes. Les principales hormones thyroïdiennes sont la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3) Une fois dans la circulation sanguine, ils se lient à des protéines plasmatiques spécifiques et ne sont pas libérés aussi rapidement. Ils agissent donc lentement et en continu. Les hormones thyroïdiennes stimulent le métabolisme des protéines et la dégradation des nutriments en libérant de la chaleur et de l'énergie, ce qui se traduit par une consommation accrue de O2. Ces hormones affectent également le métabolisme des glucides et régulent le taux de mobilisation des acides gras libres du tissu adipeux. La production accrue d'hormones thyroïdiennes provoque une thyréotoxicose et leur insuffisance provoque l'hypothyroïdie (myxidème). La glande thyroïde sécrète également un puissant stimulateur thyroïdien - la-globuline, qui provoque un état hyperthyroïdien, et la calcitonine.

Hormone parathyroïdienne - hormone parathyroïdienne. Il maintient la constance du calcium dans le sang: quand il diminue, la parathormone est libérée et active le transfert du calcium des os au sang jusqu'à ce que le contenu en calcium redevienne normal. L’augmentation de la production d’hormone parathyroïdienne provoque des maladies osseuses, des calculs rénaux, une calcification des tubules rénaux. L'échec s'accompagne d'une diminution significative du taux de calcium dans le sang et se manifeste par une excitabilité neuromusculaire accrue, des spasmes et des crampes.

Hormones surrénales. Les glandes surrénales sont constituées de la couche externe, le cortex, et de la partie interne, la médulla. L'adrénaline et la noradrénaline sont les deux principales hormones sécrétées par la médullosurrénale. L'adrénaline est considérée comme une hormone métabolique, ou hormone de survie, car elle fournit une réponse du corps à un danger soudain. Lorsque cela se produit, l'adrénaline est libérée dans la circulation sanguine et mobilise les réserves de glucides pour une libération rapide d'énergie, augmente la force musculaire, provoque la dilatation de la pupille et la constriction des vaisseaux sanguins périphériques. L'adrénaline stimule la sécrétion d'ACTH, qui stimule à son tour la libération de cortisol surrénal par le cortex, ce qui entraîne une augmentation de la conversion des protéines en glucose, ce qui est nécessaire pour reconstituer les réserves de glycogène dans le foie et les muscles utilisés dans la réaction d'anxiété.

La norépinéphrine est un vasoconstricteur, elle contracte les vaisseaux sanguins et augmente la pression artérielle.

Le cortex surrénalien sécrète trois principaux groupes hormonaux: les minéralocorticoïdes, les glucocorticoïdes et les stéroïdes sexuels (androgènes et estrogènes). Les minéralocorticoïdes sont l'aldostérone et la désoxycorticostérone. Leur action est principalement due au maintien de l'équilibre salin. Les glucocorticoïdes affectent le métabolisme des glucides, des protéines, des graisses ainsi que les mécanismes de défense immunologiques. Les plus importants d'entre eux sont le cortisol et la corticostérone. Les stéroïdes sexuels, qui jouent un rôle de soutien, sont similaires à ceux synthétisés dans les gonades; ce sont le sulfate de déhydroépiandrostérone, le ∆ 4 -androstènedione, la dihydroépiandrostérone et certains œstrogènes.

Un excès de cortisol entraîne des troubles métaboliques, provoquant une hypergluconéogenèse, c'est-à-dire conversion excessive de protéines en glucides. Cette maladie est connue sous le nom de syndrome de Cushing, caractérisé par une perte de masse musculaire, une diminution de l'absorption de glucose dans les tissus et se manifeste par une augmentation anormale de la concentration de sucre dans le sang lors de son ingestion avec de la nourriture, ainsi que par une déminéralisation des os. L’hypofonction surrénalienne se manifeste sous forme aiguë et chronique. Elle est causée par une infection bactérienne grave et en développement rapide: elle peut endommager le tissu glandulaire de la glande surrénale et provoquer un choc profond. Dans un processus pathologique chronique, en raison de la destruction partielle de la glande surrénale, la maladie d'Addison se développe, caractérisée par une faiblesse grave, une perte de poids, une pression artérielle basse, des troubles gastro-intestinaux, un besoin accru de sel et une pigmentation de la peau.

Hormones testiculaires. Les plantes à graines (testicules) sont des glandes à sécrétion mixte, car produire du sperme (secret externe) et sécréter des hormones sexuelles - androgènes (secret interne). La fonction endocrine des testicules est assurée par les cellules de Leydig, qui sécrètent l'A-4-androstènedione et la testostérone, la principale hormone sexuelle masculine. Les cellules de Leydig produisent également une petite quantité d'œstrogène (estradiol). Les plantes à graines sont contrôlées par les gonadotrophines. Gonadotropin FSH stimule la formation de spermatozoïdes (spermatogenèse). Sous l'influence de la LH, les cellules de Leydig sécrètent de la testostérone. La spermatogenèse ne se produit qu'avec une quantité suffisante d'androgènes. La testostérone et d'autres androgènes sont responsables du développement de caractéristiques sexuelles secondaires chez l'homme. La perturbation de la fonction endocrine des testicules est dans la plupart des cas réduite à une sécrétion insuffisante d'androgènes. L'hypogonadisme est une diminution de la fonction des testicules, notamment de la sécrétion de testostérone et de la spermatogenèse. Causes de l'hypogonadisme - maladie des testicules ou défaillance fonctionnelle de la glande pituitaire. Une augmentation de la sécrétion d'androgènes se produit dans les tumeurs à cellules de Leydig, ce qui entraîne un développement excessif des caractéristiques sexuelles masculines, en particulier chez les adolescents. Parfois, les tumeurs testiculaires produisent des œstrogènes et provoquent une féminisation.

Hormones ovariennes. Les ovaires ont deux fonctions: le développement des ovules et la sécrétion d'hormones. Les hormones ovariennes sont l'œstrogène, la progestérone et le ∆ 4 -androsténédione. Les œstrogènes déterminent le développement des caractéristiques sexuelles secondaires de la femme. L'œstrogène ovarien, l'estradiol, est produit dans les cellules du follicule en croissance. À la suite de la FSH et de la LH, le follicule mûrit et se rompt, libérant la cellule œuf. Le follicule déchiré est ensuite transformé en un corps jaune, qui sécrète de l'estradiol et de la progestérone. Ces hormones préparent l'endomètre pour l'implantation d'un ovule fécondé. Si la fécondation n'a pas eu lieu, le corps jaune subit une régression, la sécrétion d'œstradiol et de progestérone s'arrête, l'endomètre s'exfolie, entraînant la menstruation.

Hormones du pancréas. Le pancréas est une glande à sécrétions mixtes. Le composant exocrine est constitué des enzymes digestives qui, sous forme de précurseurs inactifs, pénètrent dans le duodénum par le canal pancréatique sous forme de suc digestif. La sécrétion interne est assurée par les îlots de Langerhans: les cellules α sécrètent l'hormone glucagon, les cellules β - l'insuline. L'insuline a pour principal effet d'abaisser le taux de glucose dans le sang, de trois manières: en inhibant la formation de glucose dans le foie, en inhibant le foie et les muscles lors de la dégradation du glycogène, en stimulant l'utilisation de glucose par les tissus. Une insuffisance de sécrétion d'insuline ou une neutralisation accrue avec des autoanticorps entraîne un taux élevé de glucose dans le sang et le développement d'un diabète. Le glucagon vise à augmenter le taux de glucose dans le sang en stimulant sa production dans le foie.

Hormones placenta. Le placenta est une membrane poreuse qui relie l'embryon à la paroi de l'utérus. Il sécrète la gonadotrophine chorionique humaine (CG) et le lactogène placentaire humain (PL). Comme les ovaires, le placenta produit de la progestérone et une gamme d’œstrogènes (estrone, estradiol, 16-hydroxydehydroépiandrostérone et estriol). CG conserve le corps jaune, qui produit l'estradiol et la progestérone, en maintenant l'intégrité de l'endomètre utérin. Le sous-marin est une hormone métabolique puissante. En agissant sur le métabolisme des glucides et des lipides, il contribue à la préservation des composés contenant du glucose et de l'azote dans le corps de la mère et assure un apport suffisant en nutriments au fœtus. Le SP contribue également à la mobilisation des acides gras libres, source d'énergie de l'organisme maternel.

Hormones gastro-intestinales. Hormones du tractus gastro-intestinal - gastrine, cholécystokinine, sécrétine et pancréoimin. Ce sont des polypeptides sécrétés par la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal en réponse à une stimulation spécifique. La gastrine stimule la sécrétion d'acide chlorhydrique, la cholécystokinine régule la vidange de la vésicule biliaire et la sécrétine et la pancréozymine régulent la sécrétion du suc pancréatique.

Neurohormones. Il s'agit d'un groupe de composés chimiques sécrétés par les cellules nerveuses (neurones) et présentant des effets analogues à ceux des hormones. Ils stimulent ou inhibent l'activité d'autres cellules et incluent des facteurs de libération et des neurotransmetteurs. Leurs fonctions consistent à transmettre les impulsions nerveuses à travers la fente synaptique, qui sépare une cellule nerveuse d'une autre. Les neuromédiateurs comprennent la dopamine, l'épinéphrine, la noradrénaline, la sérotonine, l'histamine, l'acétylcholine et l'acide-aminobutyrique, ainsi que les neurotransmetteurs (endorphines) qui ont un effet analogue à celui de la morphine et un effet anesthésique. Les endorphines sont capables de se lier à des récepteurs spéciaux dans les structures du cerveau. À la suite de cette liaison, des impulsions sont envoyées à la moelle épinière pour bloquer la transmission des signaux de douleur. L'effet analgésique de la morphine et des autres opiacés est dû à leur similitude avec les endorphines, qui assurent leur liaison aux mêmes récepteurs bloquant la douleur.

Les hormones sont souvent utilisées comme médicaments spécifiques. Par exemple, l'adrénaline est efficace dans les crises d'asthme, certaines maladies de la peau sont traitées avec des glucocorticoïdes, les pédiatres ont recours aux stéroïdes anabolisants et les urologues aux œstrogènes.

Les hormones

CONCLUSION

- D'où la conclusion que notre corps n'a pas besoin de procédures médicales, de procédures de nettoyage, de jeûne. Tout cela, le corps peut le faire lui-même.
- Il suffit simplement de ne pas le charger avec quelque chose pour lequel il n'est pas adapté à la digestion. Il suffit de manger des aliments vivants et le corps se nettoie.
- Le déséquilibre entre le cuivre, le manganèse et le zinc se traduit par une violation du rapport œstrogène et progestérone.
- Pendant toute la période de reproduction, les femmes ont des hormones sexuelles - les œstrogènes jouent un rôle dans la préservation de la masse osseuse.
- En postménopause (ménopause) en raison d'une baisse du taux d'œstrogènes, en particulier dans le contexte d'une carence en manganèse et en zinc, le risque d'ostéoporose augmente considérablement.
- Florensky, minier à Solovki Iodine, ne savait pas que des scientifiques établiraient plus tard que: l'iode constitue la base des hormones thyroïdiennes. Mais de nombreux partisans de cette méthode à cette époque, au lieu de guérir, ont exacerbé la maladie thyroïdienne.

THÉORIE DE L'ALIMENTATION ADÉQUATE ET DE LA TROPHOLOGIE (Ugolev AM)

LA PLUIE QUOTIDIEN SUR LE CARBONE A.

ALIMENTATION ET FOND HORMONAL

- L’un des succès de l’académicien Ugolev est qu’il a établi que le tractus gastro-intestinal est un organe du système endocrinien.

- C'est à dire il produit presque tout le spectre des hormones qui régulent l'activité du corps.

- Même des hormones telles que les endorphines et les enképhalines, dont la synthèse a été attribuée uniquement au cerveau, sont également produites dans l'intestin grêle.

- En particulier, ces hormones de la morphine sont produites chez un nourrisson en fendant le lait de sa mère.

- En outre, l'intestin produit 95% de la sérotonine, ce qui entraîne une dépression et des migraines.

- La régulation de la formation des hormones dans le tractus gastro-intestinal diffère de celle des autres systèmes endocriniens en ce que la sécrétion d'hormones dépend non seulement de la concentration d'hormones ou de peptides dans le sang, mais également de l'interaction directe des composants alimentaires avec les cellules endocrines du tube digestif.

- Tout cela dépend du fond hormonal, dépend directement de la nourriture que nous mangeons.

- Dès que la nourriture pénètre dans le tube digestif, la sécrétion d'hormones commence.

- Les hormones sont les signaux de contrôle pour le corps.

- Si des aliments toxiques entrent - les défenses du corps sont concentrées autour des intestins, empêchez les toxines de pénétrer dans le sang, neutralisez les toxines défensives, stockez-les dans toutes sortes de zones de votre corps - dans la graisse sous-cutanée, sur les parois des vaisseaux sanguins, dans les sinus, les reins et le foie.

- Et depuis La nourriture bouillie est perçue par le corps comme une toxine, puis les actions sont activées en conséquence.

- Dès que la nourriture vivante arrive, capable de se dissoudre elle-même et de contenir des fibres, le tractus gastro-intestinal donne les signaux appropriés au corps, puis les défenses peuvent faire ce qu'elles préfèrent: purifier le corps.

HORMONES CORPS

- Les glandes surrénales, l'utérus, les ovaires, les glandes mammaires, l'hypothalamus, la thyroïde et le pancréas sont tous des organes produisant des hormones.

- Hypophis - est le siège du système hormonal.

A.M UGOLEV

- Composants de la nourriture. Pas seulement des nutriments.

- Dans la théorie de la nutrition équilibrée (TSP), il semble que les aliments ne contiennent que deux ou deux composants: les nutriments et les substances de lest. Et que notre corps à lui tout seul se dissolve et absorbe les nutriments et que le ballast est excrété sous forme d'urine et de selles.

- L'académicien Ugolev, qui nous est déjà familier, a estimé qu'une telle approche de l'alimentation était trop simpliste.

- Il la considérait comme une source de plusieurs flux de substances et d’éléments actifs de l’intestin dans le corps.

Dans la théorie de la nutrition adéquate de l'académicien Ugolev, en plus du flux de nutriments, il est supposé prendre en compte cinq à cinq autres flux:
- 1. Le flux d'hormones.
- 2,3,4. Trois flux de métabolites - les déchets de microorganismes.
- 5. Le flux de substances provenant d'aliments contaminés.

Flux hormonal

- Voyons d'abord ce que c'est - des hormones et des hormones.

- Les hormones sont des porteurs de commandes de contrôle d'un organe à l'autre.

- Les scientifiques anglais Starling et Bayliss, les ont découvertes en 1906, et les ont appelées des hormones du grec hormao, ce qui signifie dynamiser, stimuler. Les organes qui produisent des hormones (équipes) sont appelés endocriniens.

- Les organes endocriniens sont l’hypothalamus, la thyroïde, le pancréas, l’hypophyse, les glandes surrénales, les glandes génitales.

- Les hormones produites par les organes endocriniens sont libérées dans le sang et pénètrent dans toutes les parties du corps, mais chacune d’elles n’agit que dans un endroit ou dans un organe spécifique du corps, appelé organe cible.

- Le corps humain repose sur une liste vraiment énorme de différentes hormones (FSH, LH, TSH, testostérone, estradiol, progestérone, prolactine, etc.).

- Ces substances biologiquement actives sont impliquées dans tous les processus de la vie.

- Ils régulent tous les processus dans le corps, de la croissance cellulaire à la libération de l'acide gastrique.

- Fond hormonal est un équilibre des hormones dans le corps.

- Notre état de santé et l'état physique général du corps dépendent de la concentration de certains types d'hormones.

- Les pleurs, l'hystérie, l'impulsivité excessive et les peurs obsessionnelles, peu importe la raison, sont des signes évidents d'un déséquilibre hormonal.

- Les modifications ou altérations du fond hormonal du corps se traduisent par une diminution du taux d'hormones dans le sang et peuvent provoquer l'apparition de types de maladies graves.

- Dans les années 50 et 60 du 20e siècle, la science a établi que non seulement le pancréas, mais aussi l'intestin tout entier, est également un organe du système endocrinien.

- L’un des succès de l’académicien Ugolev est qu’il a établi que le tractus gastro-intestinal est le plus grand organe endocrinien.

- Si auparavant on pensait que le tractus gastro-intestinal ne produit que des hormones pour se contrôler, par exemple la gastrine, Ugolev a alors montré qu'il produisait la quasi-totalité du spectre des hormones qui régulent l'activité du corps.

- Les cellules endocrines gastro-intestinales produisent des hormones typiques de l'hypothalamus et de l'hypophyse, et les cellules de l'hypophyse produisent de la gastrine.

- Donc pour certains effets hormonaux, les systèmes hypothalamo-hypophysaire et gastro-intestinal ont été associés.

- Même des hormones telles que les endorphines et les enképhalines, dont la synthèse était auparavant attribuée au seul cerveau, sont produites dans l'intestin.

- En particulier, ces hormones de la morphine sont produites chez le nourrisson en scindant les protéines du lait maternel et chez l'adulte, en scindant les protéines du blé.

- Permettez-moi de vous rappeler que ces hormones provoquent un soulagement de la douleur, un sentiment de joie gratuite, du bonheur et de l'euphorie.

- En outre, l'intestin produit 95% de la sérotonine, ce qui entraîne une dépression et des migraines.

- Le plus important est que la régulation de la formation d'hormones dans le tractus gastro-intestinal diffère de celle des autres systèmes endocriniens en ce que la sécrétion d'hormones dépend moins de l'état du corps que de l'interaction directe des composants alimentaires avec les parois intestinales, et certaines hormones proviennent directement des aliments ou sont synthétisées. à l'intérieur des intestins.

Le fond hormonal, qui affecte l'état de notre corps, notre humeur et nos performances, dépend directement de la nourriture que nous mangeons.

- Je vais en donner un, mais un exemple très vivant de l’effet de l’alimentation sur la fonction de reproduction.

- Les troubles hormonaux sont la cause la plus courante d'infertilité chez les femmes (jusqu'à 40% de tous les cas) et d'azoospermie chez les hommes.

- Azoospermie - faible concentration ou absence de sperme dans le sperme.

- Le forum sur le site syromonoed.com décrit l'expérience d'un homme dont la concentration en spermatozoïdes est passée de 4 millions à 96 millions dans 1 ml (plus de 20 fois!) En 4 à 4 mois de nutrition adéquate, après quoi il est devenu un père heureux.

- Le flux d'hormones effectué avec la prise de nourriture n'est pris en compte ni par le TSP ni par la médecine moderne.

- La plupart des médecins ne savent pas que l'ablation d'une partie du tractus gastro-intestinal entraîne de graves troubles hormonaux et l'apparition de nouvelles maladies.

- Ugolev donne un exemple dans lequel l'élimination partielle du 12-duodénum a entraîné une modification du fonctionnement du cortex surrénal, de l'hypothalamus, de l'hypophyse et des modifications de la structure de la glande thyroïde.

- Donc, tout dans notre corps est interconnecté et il n'y a rien de superflu.

- Et la nourriture est l'un des stimulants les plus importants de tous les systèmes.

TROIS METABOLITES FLOW

- Ce flux est formé avec la participation de la flore bactérienne intestinale.
- 1. Le premier flux - nutriments entrants modifiés par la microflore.
- 2. Le deuxième flux - les déchets produits par les bactéries.
- 3. Le troisième flux est un flux de substances de ballast modifiées par la flore bactérienne, ou flux dit de nutriments secondaires.

Considérez plus.
- 1. Le premier flux - les bactéries nous aident à digérer les nutriments entrant en composés plus simples. Par exemple, les acides aminés en amines.

- 2. Le deuxième flux - les déchets produits par les bactéries.
- Certains d'entre eux nous sont utiles (vitamines, acides aminés).
- Une partie de celle-ci est composée de substances toxiques qui pénètrent dans le sang et affectent tout le corps.
- Beaucoup de ces substances sont également produites par notre corps, par exemple l'histamine.
- Il est produit dans les cellules de l'estomac et contrôle un certain nombre de fonctions cérébrales, la sécrétion du suc gastrique et contribue à la formation d'ulcères gastriques.
- Et c'est aussi le produit de l'activité vitale des bactéries.
- Une croissance excessive ou une diminution du nombre de bactéries produisant de telles substances entraîne une modification du flux de leurs produits métaboliques.
- Ici, je veux m'arrêter et attirer votre attention.
- Le nombre de bactéries est déterminé par la nutrition. Et pas seulement les bactéries.
- La prospérité de toute espèce dépend de la nourriture!
- Ainsi, le nombre de bactéries vivant dans nos intestins dépend des aliments que nous mangeons.
- Si nous mangeons ce pour quoi nos intestins sont créés, les déchets de bactéries sont facilement acceptés et traités par notre corps.
- Avec ce régime, le rapport entre les différents types de bactéries sera optimal.
- Si nous préférons les plats de viande, les bactéries putréfactives l’emporteront et nous aurons un flot de déchets toxiques.
- De plus, certaines bactéries produisent des composés antibiotiques, qui causent la mort d’autres bactéries.

- 3. Le deuxième flux est un flux de substances de ballast modifiées par la microflore.
- Rappelez-vous, dans le TSP, il y a deux courants - les nutriments et les substances de ballast?
- C'est à dire nourrir le corps aspiré, et le ballast qu'il a envoyé à la sortie.
- Mais Ugolev pense que le soi-disant ballast (fibre alimentaire) est un aliment pour la microflore de nos intestins.
- Il a prouvé que les bactéries du côlon, mangeant des fibres végétales brutes, produisent des acides aminés essentiels et des vitamines.
- Toutes ces merveilles sont fabriquées par notre microflore.
- Et tout ce dont elle a besoin pour cela - des produits végétaux bruts, ou plutôt de leurs fibres alimentaires.

- La médecine moderne ignore pratiquement ces trois flux de substances provenant de l'activité de la microflore.
- Après tout, prendre des médicaments, en particulier des antibiotiques, détruit la microflore et, avec elle, trois flux de substances nécessaires au corps.
- Les médecins peuvent vous prescrire de la bifidumbactérine après avoir pris des antibiotiques, mais la restauration de la microflore après son élimination est un processus de longue haleine.

Le flux de substances provenant d'aliments contaminés
- Je vais vous dire quelques mesures de sécurité:
- Lave tes mains
- Lavez les fruits et les légumes.
- Si vous pensez qu'il y a beaucoup de nitrates dans les fruits, mettez-les dans l'eau pendant une demi-heure.
- Ne mangez pas de produits moisis, signes de pourriture.
- Essayez de manger des produits de production nationale, ils ne sont pas transformés pour le transport à long terme.
- Mais n'exagérez pas les dommages causés par les nitrates et la peur des produits importés.
- Approche raisonnable, demandez comment les noix, les légumes et les fruits sont cultivés et stockés, comment les fruits séchés sont séchés.

- Par exemple, j'ai été très satisfait des informations sur les magasins de légumes modernes.
- Il s'avère que les pommes sont maintenant stockées dans des chambres réfrigérées à une température de 0 degré et avec de l'oxygène pompé.
- L'air est filtré à travers des membranes spéciales, la teneur en oxygène et en dioxyde de carbone est régulée, la pomme est conservée jusqu'à la prochaine récolte.
- Et il n'est pas nécessaire de les imprégner de chimie.
- Dans tous les cas, il vaut mieux manger des pommes avec des nitrates que de ne pas en manger du tout.
Extraits du livre Ugolev.

Hormones humaines et leurs fonctions: liste des hormones dans des tableaux et leurs effets sur le corps humain

Le corps humain est très complexe. Outre les principaux organes du corps, il existe d’autres éléments tout aussi importants de l’ensemble du système. Ces éléments importants incluent les hormones. Comme très souvent, telle ou telle maladie est associée à une augmentation ou, au contraire, à une diminution du taux d'hormones dans l'organisme.

Nous comprendrons ce que sont les hormones, comment elles fonctionnent, quelle est leur composition chimique, quels sont leurs principaux types, leurs effets sur le corps, quelles conséquences peut survenir si elles ne fonctionnent pas correctement, et comment se débarrasser des pathologies dues au déséquilibre hormonal.

Quelles sont les hormones

Les hormones humaines sont des substances biologiquement actives. Qu'est ce que c'est Ce sont des produits chimiques contenus dans le corps humain, qui ont une très forte activité et une faible teneur. Où sont-ils produits? Ils sont formés et fonctionnent à l'intérieur des cellules des glandes endocrines. Ceux-ci comprennent:

  • l'hypophyse;
  • l'hypothalamus;
  • l'épiphyse;
  • glande thyroïde;
  • glande parathyroïde;
  • thymus - thymus;
  • le pancréas;
  • les glandes surrénales;
  • glandes sexuelles.

Certains organes, tels que les reins, le foie, le placenta chez la femme enceinte, le tractus gastro-intestinal et d'autres, peuvent également participer au développement d'une hormone. Coordonne le fonctionnement des hormones hypothalamus - le processus du cerveau principal de petite taille (photo ci-dessous).

Les hormones sont transportées dans le sang et régulent certains processus métaboliques et le travail de certains organes et systèmes. Toutes les hormones sont des substances spéciales créées par les cellules du corps pour affecter d'autres cellules du corps.

La définition du mot "hormone" a été utilisée pour la première fois par U. Beiliss et E. Starling dans ses œuvres en 1902 en Angleterre.

Causes et signes d'un manque d'hormones

Parfois, en raison de l'apparition de diverses causes négatives, le travail hormonal stable et ininterrompu peut perturber. Ces raisons défavorables incluent:

  • transformations à l'intérieur d'une personne dues à l'âge;
  • maladies et infections;
  • perturbation émotionnelle;
  • changement climatique;
  • situation environnementale défavorable.

Le corps masculin est plus stable en termes hormonaux, contrairement à la femme. Leurs hormones peuvent changer périodiquement sous l’influence des causes communes énumérées ci-dessus et sous l’effet de processus inhérents uniquement au sexe féminin: menstruation, ménopause, grossesse, accouchement, allaitement et d’autres facteurs.

Le signe qu'un déséquilibre de l'hormone est apparu dans le corps est indiqué par les signes suivants:

  • faiblesse
  • des convulsions;
  • maux de tête et acouphènes;
  • transpiration

Ainsi, les hormones dans le corps humain constituent un élément important et font partie intégrante de son fonctionnement. Les conséquences du déséquilibre hormonal sont décevantes et le traitement est long et coûteux.

Le rôle des hormones dans la vie humaine

Toutes les hormones sont sans aucun doute très importantes pour le fonctionnement normal du corps humain. Ils affectent de nombreux processus se produisant dans l’individu humain. Ces substances sont à l'intérieur des personnes de la naissance à la mort.

En raison de leur présence, tous les habitants de la planète ont leur propre indicateur de croissance et de poids, distinct des autres. Ces substances affectent la composante émotionnelle de l'individu humain. De plus, sur une longue période, ils contrôlent l'ordre naturel de multiplication et de réduction cellulaire chez l'homme. Ils coordonnent la formation de l'immunité, la stimulent ou la suppriment. Ils exercent une pression sur l'ordre des processus métaboliques.

Avec leur aide, le corps humain est plus facile à gérer face aux efforts physiques et aux moments de stress. Par exemple, grâce à l'adrénaline, une personne dans une situation difficile et dangereuse ressent une poussée de force.

En outre, les hormones affectent dans une large mesure le corps d'une femme enceinte. Ainsi, avec l’aide d’hormones, le corps se prépare au succès de l’accouchement et des soins du nouveau-né, en particulier à l’établissement de la lactation.

Le moment même de la conception et en général toute la fonction de reproduction dépend également de l'action des hormones. Avec un contenu adéquat de ces substances dans le sang, le désir sexuel apparaît et, quand il est faible et qu’il manque le minimum requis, la libido diminue.

La classification et les types d'hormones dans le tableau

Le tableau présente la classification interne des hormones.

Le tableau suivant contient les principaux types d'hormones.

Coordonne également le mode de la journée: heure du sommeil et heure de la veille.

Les principales propriétés des hormones

Quelle que soit la classification des hormones et leurs fonctions, elles ont toutes des caractéristiques communes. Les principales propriétés des hormones:

  • activité biologique malgré une faible concentration;
  • l'éloignement de l'action. Si l’hormone se forme dans certaines cellules, cela ne signifie pas pour autant qu’elles régulent ces cellules;
  • action limitée. Chaque hormone joue son rôle strictement attribué.

Mécanisme d'action des hormones

Les types d'hormones exercent leur influence sur le mécanisme de leur action. Mais en général, cette action consiste en ce que les hormones, étant transportées dans le sang, atteignent les cellules cibles, y pénètrent et transmettent le signal porteur du corps. Dans la cellule à ce moment, il y a des changements associés au signal reçu. Chaque hormone spécifique a ses propres cellules spécifiques situées dans les organes et les tissus auxquels elles aspirent.

Certains types d'hormones se joignent aux récepteurs contenus dans la cellule, le plus souvent dans le cytoplasme. Ces espèces incluent celles qui ont des hormones lipophiles et des hormones de la glande thyroïde. En raison de leur solubilité dans les lipides, ils pénètrent facilement et rapidement dans la cellule jusqu'au cytoplasme et interagissent avec les récepteurs. Mais dans l'eau, ils sont difficiles à dissoudre et doivent donc s'associer aux protéines porteuses pour se déplacer dans le sang.

D'autres hormones peuvent être dissoutes dans l'eau, il n'est donc pas nécessaire qu'elles rejoignent les protéines porteuses.

Ces substances affectent les cellules et les corps au moment de la connexion avec les neurones situés à l'intérieur du noyau de la cellule, ainsi que dans le cytoplasme et sur le plan membranaire.

Pour leur travail, un lien intermédiaire est nécessaire pour fournir une réponse de la cellule. Ils sont présentés:

  • adénosine monophosphate cyclique;
  • l'inositol triphosphate;
  • ions de calcium.

C'est pourquoi le manque de calcium dans le corps a un effet négatif sur les hormones dans le corps humain.

Une fois que l'hormone a transmis un signal, elle se sépare. Il peut se scinder aux endroits suivants:

  • dans la cellule dans laquelle il s'est déplacé;
  • dans le sang;
  • dans le foie.

Ou il peut être excrété dans l'urine.

La composition chimique des hormones

Les éléments constitutifs de la chimie peuvent être divisés en quatre groupes principaux d'hormones. Parmi eux:

  1. stéroïdes (cortisol, aldostérone et autres);
  2. constitué de protéines (insuline et autres);
  3. formé à partir de composés d'acides aminés (adrénaline et autres);
  4. peptide (glucagon, thyrocalcitonine).

Les stéroïdes, dans ce cas, peuvent être distingués par des hormones par sexe et par des hormones surrénales. Et le sexe est classé en: œstrogène - femme et androgène - masculin. L'œstrogène dans une molécule contient 18 atomes de carbone. Prenons l'exemple de l'estradiol, dont la formule chimique est la suivante: C18H24O2. Sur la base de la structure moléculaire, nous pouvons distinguer les principales caractéristiques:

  • le contenu moléculaire indique la présence de deux groupes hydroxyle;
  • Selon la structure chimique, l'estradiol peut être défini à la fois pour le groupe des alcools et pour le groupe des phénols.

Les androgènes se distinguent par leur structure spécifique en raison de la présence d'une molécule d'hydrocarbure comme l'androstan dans leur composition. La variété d'androgènes est représentée par les types suivants: testostérone, androstènedione et autres.

Le nom que la chimie de la testostérone donne est 17-hydroxy-4-androsten-trione et dihydrotestostérone - 17-hydroxy-androstan-trione.

Selon la composition de la testostérone, on peut en conclure que cette hormone est un alcool cétonique non saturé et que la dihydrotestostérone et l'androstènedione sont évidemment des produits de son hydrogénation.

Le nom d'androstènediol suit l'information selon laquelle on peut l'attribuer au groupe des alcools polyvalents. Nous pouvons également conclure du nom du degré de saturation.

Étant une hormone qui détermine les caractéristiques sexuelles, la progestérone et ses dérivés de la même manière que les œstrogènes, est une hormone inhérente à la femme et appartient aux stéroïdes C21.

En étudiant la structure de la molécule de progestérone, il apparaît clairement que cette hormone appartient au groupe des cétones et qu’elle fait partie de la molécule jusqu’à deux groupes carbonyle. Outre les hormones responsables du développement des caractéristiques sexuelles, la composition en stéroïdes comprend les hormones suivantes: cortisol, corticostérone et aldostérone.

Si nous comparons les structures de formule des espèces présentées ci-dessus, nous pouvons alors en conclure qu'elles sont très similaires. La similitude réside dans la composition du noyau, qui contient 4 cycles de glucides: 3 à six atomes et 1 à cinq.

Le groupe d'hormones suivant - les dérivés d'acides aminés. Ceux-ci comprennent: la thyroxine, l'adrénaline et la noradrénaline.

Leur contenu spécifique est formé par le groupe amino ou ses dérivés, et la thyroxine inclut dans sa composition et carboxyle.

Les hormones peptidiques sont plus complexes que d'autres dans leur composition. La vasopressine est une de ces hormones.

La vasopressine est une hormone formée dans l'hypophyse, dont la valeur du poids moléculaire relatif est égale à mille quatre-vingt-quatre. En outre, il contient neuf résidus d’acides aminés dans sa structure.

Le glucagon, situé dans le pancréas, est également un type d'hormone peptidique. Sa masse relative dépasse la masse relative de vasopressine plus de deux fois. C'est 3485 unités en raison du fait que sa structure a 29 résidus d'acides aminés.

Le glucagon contient 28 groupes de peptides.

La structure du glucagon est presque la même chez tous les vertébrés. Pour cette raison, divers médicaments contenant cette hormone sont créés médicalement à partir du pancréas d’animaux. La synthèse artificielle de cette hormone est également possible dans des conditions de laboratoire.

Une teneur plus élevée en acides aminés comprend les hormones protéiques. Dans celles-ci, les unités d’acides aminés sont connectées dans une ou plusieurs chaînes. Par exemple, une molécule d'insuline est constituée de deux chaînes polypeptidiques, qui comprennent 51 unités d'acides aminés. Les chaînes elles-mêmes sont reliées par des ponts disulfure. Le poids moléculaire relatif de l'insuline diffère de cinq mille huit cent sept unités. Cette hormone a une valeur homéopathique pour le développement du génie génétique. C'est pourquoi il est produit artificiellement en laboratoire ou transformé à partir du corps d'un animal. À ces fins, il a fallu déterminer la structure chimique de l’insuline.

La somatotropine est également un type d'hormone protéique. Son poids moléculaire relatif est de vingt et un mille cinq cents unités. Une chaîne peptidique est constituée de cent quatre vingt onze éléments d'acides aminés et de deux ponts. À ce jour, la structure chimique de cette hormone chez l'homme, le boeuf et le mouton est déterminée.

A Propos De Nous

Peu peut être pire que l'insomnie, l'impossibilité de dormir, les réveils fréquents au milieu de la nuit et le matin, il faut aller au travail. L'insomnie affecte à la fois le corps et l'âme d'une personne et, dans une large mesure, la capacité de fonctionner chaque jour.