Analyse des expectorations pour KUM

Le flegme est une décharge pathologique des organes du système respiratoire. Par nature, il peut être muqueux, purulent ou avec des impuretés sanguines. La sécrétion se produit dans les bronches, ce qui entraîne une irritation des récepteurs et une toux. Le résultat est un détachable, qui fait l'objet de diverses études. Une bactérioscopie et un ensemencement sont effectués. Ces deux étapes aident au diagnostic de la maladie.

Comment collecter le flegme pour analyse

La tuberculose est une maladie qui survient dans la plupart des cas sous le couvert d'autres maladies. Il est souvent confondu avec la grippe ou ARVI. La fluorographie, qui montre les zones pathologiques des poumons, aide au diagnostic. Le flegme en cas de suspicion est choisi afin d'établir le fait de l'isolement des bactéries. En d’autres termes, cette étude n’est pas essentielle pour détecter la tuberculose, mais elle est obligatoire. Pour réussir un test d'expectoration, vous devez:

  1. Prendre l'estomac vide, de préférence tôt le matin à huit heures.
  2. Ne vous brossez pas les dents avant de recueillir les expectorations.
  3. Bien rincer la bouche avec de l’eau tiède et préalablement bouillie.
  4. Causer des mucosités avec plusieurs respirations profondes.
  5. Après cela, il y a une envie de tousser.

La collecte doit se faire dans un récipient spécialement préparé. Il vaut mieux l’acheter en pharmacie, car la vaisselle doit être complètement stérile. Le volume requis pour l'analyse est de 5 ml. Une fois les expectorations recueillies, elles doivent être livrées au laboratoire.

Lors de la collecte, il est important d'éviter de toucher la bouche ou les mains avec les bords du vaisseau stérile. Cela pourrait fausser les résultats de l'étude.

Comment passer les expectorations pour la tuberculose

En général, le schéma de collecte des matériaux pour la détermination des mycobactéries ne diffère pas de ce qui précède. Cependant, un certain nombre de fonctionnalités doivent être prises en compte pour obtenir des données fiables. Les règles de collecte des expectorations pour la tuberculose sont les suivantes:

  1. Cette procédure nécessite une pièce séparée.
  2. Une bonne ventilation doit être fournie dans la pièce.
  3. Ne collectez qu'avec les fenêtres ouvertes.
  4. La quantité requise de 3 ou 5 ml.

Pour recueillir les expectorations à la maison, placez-les dans une pièce séparée avec les fenêtres ouvertes ou dans la rue. Si cela n'est pas possible, toutes les activités sont organisées devant une fenêtre ou une fenêtre ouverte en l'absence d'autres membres de la famille.

L'analyse des expectorations pour la tuberculose est effectuée immédiatement après la détection des symptômes évocateurs de cette maladie. Une grande importance est accordée au conteneur, qui collecte directement les matériaux d'un malade. Il faut que la capacité:

  • avait une gorge large avec un diamètre de plus de 3 cm;
  • possédé haute transparence et durabilité;
  • était avec un couvercle qui ferme étroitement et facilement;
  • à partir du matériau qui vous permet de mettre facilement les données du patient;
  • stérile et jetable.

Habituellement, le matériel nécessaire à l’examen des expectorations pour détecter la tuberculose est collecté pendant trois jours consécutifs. Tout se passe dans la matinée.

Si le patient est incapable de cracher des expectorations, il lui est prescrit avant l'inhalation d'une solution isotonique de chlorure de sodium.

Ce qui est important de savoir

Lors de la collecte d'expectorations pour la tuberculose, il est difficile de tousser la décharge avec précision. Il y a plusieurs façons:

  1. Tout d'abord, il vous suffit d'essayer de tousser. En cas d'expulsion réussie, les expectorations doivent être collectées dans un récipient propre.
  2. Si, de cette manière, il n’était pas possible de collecter du matériel, vous pouvez essayer de frapper plusieurs fois à la poitrine. Cela aidera à provoquer la toux.
  3. Vous devriez également prendre deux respirations profondes. Puis retenez votre souffle pendant quelques secondes, puis expirez lentement. Inspirez ensuite pour la troisième fois et expirez brusquement.
  4. En l'absence d'effet, des exercices de respiration normale peuvent être effectués.
  5. Au moins faire l'inhalation. À la maison, vous pouvez respirer au-dessus de l'eau chaude. Il ajoute 1 cuillère à soupe de sel ou de bicarbonate de soude.

Toutes ces mesures aident à induire le réflexe de toux et, par conséquent, à provoquer et à recueillir des expectorations pour analyse. Pour obtenir des résultats fiables, vous devez vous rappeler certaines règles importantes. Ceux-ci incluent les suivants:

  • la collecte du matériel est effectuée uniquement dans un récipient propre et stérile;
  • toujours le matin
  • les dents ne brossent pas, la bouche est seulement rincée;
  • le conteneur est bien fermé après la collecte;
  • les mains doivent être lavées avec du savon.

Il est conseillé de recueillir des crachats dans la rue. Cela est dû au fait que les mycobactéries peuvent être rejetées dans l'environnement lors de la toux. En conséquence, ils sont stockés pendant longtemps sur des articles ménagers. Cela peut être le risque d'infecter d'autres membres de la famille en bonne santé.

Un autre point important dans la collecte des expectorations est la manipulation du conteneur lui-même. Après l’avoir ouvert, ne l’enveloppez pas avec vos lèvres et ne touchez pas l’intérieur du récipient avec vos mains. Il devrait être aussi proche que possible de le porter à la bouche et de recueillir soigneusement les expectorations.

Tous ces points jouent un rôle important dans l'obtention des bons résultats. Il est également important de livrer le conteneur au laboratoire en temps voulu. Le temps optimal est de deux heures.

Méthodes de détection de la tuberculose

Il existe quatre manières de détecter la présence ou l'absence de mycobactéries. Ceux-ci comprennent:

  • Microscopie de Zil-Nelsen;
  • luminescent;
  • bactériologique (ou ensemencement);
  • PCR.

Toutes ces méthodes nous permettent de détecter les bâtons de Koch dans les expectorations. Après avoir mis le matériel dans un conteneur spécial, il est livré au laboratoire, où les recherches nécessaires sont effectuées. Pour obtenir un résultat fiable, trois échantillons d'expectorations sont prélevés, chacun prenant la quantité de matériau nécessaire. Si KUM (mycobactéries résistantes aux acides est un signe de tuberculose) est détecté dans au moins un des trois frottis, le résultat est considéré comme positif. Considérez exactement comment l'analyse des expectorations est effectuée pour détecter la tuberculose.

Bactérioscopie

Actuellement, il s’agit de la principale méthode principale de détermination des agents pathogènes. Sur la base des résultats, on peut conclure à la présence ou à l'absence de mycobactéries. C'est-à-dire que cette méthode de diagnostic agit comme un marqueur, vous permettant de déterminer s'il y a ou non KUM.

L'analyse des expectorations est effectuée comme suit:

  1. Les frottis sont colorés avec une solution spéciale.
  2. Ensuite, regardez à travers le microscope.
  3. Pour ce faire, utilisez l'appareil avec un système d'immersion.
  4. Sur les coups de pinceau cuits, KUM acquiert une couleur rouge.

Le résultat de l'étude par cette méthode peut être obtenu en une heure. D'habitude l'analyse est préparée le jour. La microscopie est un moyen abordable et rentable de détecter la tuberculose. Mais en même temps, il n’ya pas de spécificité, c’est-à-dire qu’il peut détecter tous les types de mycobactéries, même ceux qui ne causent pas cette pathologie pulmonaire.

Luminescent

Il ressort clairement du nom que, pour la recherche, on utilise un microscope spécial. Les mycobactéries elles-mêmes brillent d'une lumière jaune contre une couleur sombre. La méthode est importante car elle détermine le nombre de bactéries. C'est-à-dire qu'il est jugé sur la gravité et la durée de la maladie.

La méthode est assez informative. La ligne du bas: il y a une copie d'un morceau d'ADN connu. En conséquence, il peut détecter des mycobactéries lors de l'analyse des expectorations. Préparation de l'analyse dans les 4 heures. C'est-à-dire qu'en utilisant la PCR, vous pouvez rapidement vous renseigner sur la présence ou l'absence de tuberculose. La méthode est très sensible et polyvalente.

Bactériologique

La culture des expectorations pour la tuberculose est réalisée en appliquant le matériau sur un milieu nutritif spécial. Pour détecter à 100% les agents pathogènes, vous n'avez besoin que de 20 KUM viables. Les bactéries se développent en quelques mois. Habituellement de 20 jours à 12 semaines.

Sur le milieu se développent sous la forme de colonies, qui se distinguent par leur rugosité et leur rugosité à la surface. Cette méthode est utilisée pour juger de la présence de bactéries. Le résultat est déterminé par 3 points:

  • “+” Parle d'une image maigre;
  • «++» indique une sécrétion modérée;
  • “+++” est copieux.

Ce dernier représente le plus grand danger pour la personne elle-même et pour les personnes qui l'entourent.

Dans l’étude des expectorations, déterminez nécessairement la présence d’une sensibilité aux médicaments. Elle est réalisée uniquement après la croissance des colonies sur un milieu nutritif. Après avoir déterminé faire des ajustements dans le traitement du patient.

Aspects positifs de l'analyse

Étant donné que l’expectoration peut être examinée de plusieurs manières, il convient de souligner les avantages de l’analyse. Ceux-ci comprennent:

  • détection des bactéries en peu de temps en cas de PCR ou de microscopie;
  • déterminer le type de mycobactérie;
  • détection de l'activité de sécrétion bactérienne;
  • résistance aux antibiotiques.

Actuellement, la détermination de la tuberculose est effectuée par de nombreuses méthodes. Il s’agit généralement d’une réaction de fluorographie ou de Mantoux. Un examen bactériologique ou un ensemencement est effectué pour confirmation. Ce n'est qu'avec son aide qu'il est possible d'isoler des informations importantes concernant un malade. La détermination de la résistance aux médicaments est importante. Compte tenu de cette information, le médecin choisit un traitement adéquat.

Il est important de comprendre que l'examen des expectorations est effectué pour déterminer le degré de libération de l'agent pathogène dans l'environnement. Si le patient a une forme fermée de tuberculose, ce n'est pas un fait que des bactéries peuvent être trouvées dans les expectorations.

Côtés négatifs

Tout d’abord, c’est la difficulté de la collecte. Toutes les personnes ne peuvent pas correctement et sans erreur collecter du matériel dans un conteneur. Il est donc important de demander au médecin ou à l’infirmière quelles sont les règles.

Le deuxième point négatif est la durée. C'est-à-dire que le résultat est préparé après un semis d'un ou trois mois. Par conséquent, pendant ce temps, le traitement est effectué avec tous les médicaments, selon le schéma accepté.

Si la tuberculose est détectée, l'examen des expectorations est effectué. Elle est réalisée selon plusieurs méthodes, chacune présentant ses propres avantages et inconvénients. Il est optimal de planter du matériel sur des milieux nutritifs. Pour des résultats rapides, il convient de recourir à la PCR ou à la microscopie.

Les expectorations doivent être données uniquement dans un récipient stérile et doivent être livrées au plus tôt au laboratoire.

Méthode de détection des mucosités tuberculeuses

La tuberculose est une maladie qui, avec ses symptômes et ses signes, peut ressembler à de nombreuses autres maladies respiratoires. C'est pourquoi le diagnostic de cette maladie nécessite plusieurs types de recherche - tant instrumentale que de laboratoire. L’un d’eux est de déterminer la présence de KUM dans les expectorations du patient.

Quelle est l'analyse des expectorations pour le koum?

La nécessité de collecter des expectorations pour la tuberculose s'explique par le fait que ce matériel biologique contient des microorganismes spécifiques qui permettent avec une grande précision de probabilité de confirmer ou d'infirmer le diagnostic.

Les tests d'expectoration pour KUM sont des méthodes bactériologiques et cliniques générales spéciales d'étude du matériel biologique visant à détecter la présence de mycobactéries résistantes aux acides (KUM). Cette méthode d'examen d'un patient est réalisée en plusieurs étapes, ce qui nécessite trois tests.

La méthode de recherche des expectorations d'un malade pour KUM nécessite trois études car il existe dans la nature un assez grand nombre de micro-organismes différents résistants aux acides structurellement similaires à Mycobacterium tuberculosis (MBT).

Types d'examen des expectorations

Le processus de collecte des expectorations de patients atteints de tuberculose a pour objectif de réaliser l’un des trois types d’études de ce matériel biologique. Ils diffèrent considérablement les uns des autres, raison pour laquelle il est nécessaire de comprendre la différence:

  1. Etude bactérioscopique. Cette méthode s'appelle également la coloration de Ziehl-Nielsen. Pour le réaliser, il est nécessaire de traiter d'abord le biomatériau avec de la fuchsine carbolique, puis de le décolorer avec une solution d'acide sulfurique à 5% (ou une solution d'acide chlorhydrique à 3%) et de lui ajouter une solution d'alcool méthylénique à 0,25%. Si KUM est présent dans les expectorations, ils vireront au rouge et le fond autour d'eux deviendra bleu.
  2. Microscopie à fluorescence. Cette méthode, contrairement à la précédente, est considérée comme plus efficace et plus fiable pour diagnostiquer la tuberculose chez un patient. Pour mener une telle enquête, vous devez utiliser des fluorochromes. Ce sont des colorants d'origine organique capables de briller lorsqu'ils sont exposés à des rayons ultraviolets, violets ou bleus. Le plus souvent, les techniciens de laboratoire utilisent l'auramine 00 ou la rhodamine C.
  3. Méthode bactériologique (culturelle). Dans ce cas, le patient prend ses expectorations pour les placer sur un milieu nutritif. Afin d'identifier les microorganismes actifs de la tuberculose, il suffit de quelques cellules dans un échantillon de matériel. Pour enregistrer une croissance de culture, cela peut prendre de 21 à 90 jours. Comme milieu nutritif, on utilise généralement des substances denses à base d'œufs, des substances semi-liquides à base d'agar, ainsi que des substances synthétiques et semi-synthétiques liquides.

Avantages et inconvénients des méthodes

La première méthode se distingue par sa disponibilité, son efficacité et son faible coût. Afin d'évaluer le matériau, il est nécessaire d'examiner 100 champs de vision. S'ils ne détectent pas de mycobactéries résistantes aux acides, il est nécessaire de mener une étude deux fois plus rapide que les expectorations. En général, ce type de travail prend environ une heure. À son tour, le patient peut recevoir les résultats dès le lendemain de son médecin traitant.

La seconde méthode est différente en ce sens qu’elle permet non seulement de confirmer la présence de QUM, mais également d’estimer leur nombre. Ce critère est utilisé pour évaluer le risque épidémique d'une personne malade.

Le principal inconvénient de la troisième méthode est la culture à long terme de cultures de mycobactéries. De cette manière, il est possible d’attendre le développement de la tuberculose et l’apparition de symptômes indésirables.

Interprétation des résultats

Analyse bactérioscopique et luminescente

L’interprétation des résultats de la recherche sur la collecte des expectorations est un processus qui dépend directement de la méthode d’analyse. Avec la méthode bactérioscopique et luminescente, il est possible d'obtenir les données suivantes:

  1. Les mycobactéries résistantes aux acides sont absentes dans 200 champs de vision. Dans ce cas, le résultat de l'étude est négatif.
  2. Disponibilité de 1 à 9 km dans 100 champs de vision. Avec ce résultat du docteur, le résultat est positif.
  3. Disponibilité de 10 à 99 KUM dans 100 champs de vision. Dans ce cas, le résultat est positif +.
  4. Disponibilité de 1 à 10 KUM dans 1 champ de vision. Dans cette situation, le résultat est positif ++.
  5. La présence de plus de 10 KUM dans un seul champ de vision. Ces données indiquent que le résultat est positif +++.

Analyse bactériologique

Si l’on décide de procéder à une analyse bactériologique, l’interprétation des résultats se fait différemment:

  1. La présence de 1 à 20 colonies KUM. Dans ce cas, le résultat est positif +.
  2. La présence de 21 à 100 colonies KUM. Dans cette situation, le résultat est considéré positif ++.
  3. La présence de plus de 100 colonies KUM. De telles données suggèrent que le résultat est positif +++.

En plus de recueillir les expectorations pour détecter les mycobactéries, un test supplémentaire est effectué pour déterminer leur stabilité en utilisant la méthode de la concentration absolue. Sur la base des données collectées, la sélection d'antibiotiques efficaces est effectuée.

Préparation à la procédure

L'analyse des frottis d'expectoration pour KUM est une procédure qui nécessite une préparation appropriée. Pour qu'il soit le plus correct possible et que le résultat de la recherche soit objectif, vous devez suivre quelques règles simples, telles que:

  • Le dernier repas avant l'étude devrait avoir lieu dans 12 heures. Les expectorations doivent être administrées le matin à jeun.
  • Avant de prendre le matériel biologique, le patient doit rincer la cavité buccale.
  • Le matin, vous devriez absolument vous brosser les dents. Cela devrait être fait avec une brosse sans dentifrice. Les résidus d'aliments ou de toute autre substance peuvent affecter le résultat final de l'examen de dépistage de la tuberculose.

Un récipient pour recueillir les expectorations est délivré par un médecin. Il n'est pas nécessaire d'acheter à l'avance les kiosques dans les pharmacies.

Processus d'analyse

L'examen des expectorations pour la détection des agents pathogènes de la tuberculose doit être effectué selon certaines règles. Cela concerne en particulier le processus de collecte du biomatériau du patient. Les règles pour sa mise en œuvre sont les suivantes:

  • Le patient devrait cracher du mucus du pharynx et non de la salive de la bouche. Ils diffèrent principalement par leur cohérence.
  • Pour obtenir une toux productive qui puisse déclencher les expectorations, il est conseillé à plusieurs reprises de prendre une profonde respiration, remplissant vos poumons d’air.
  • Le récipient doit être maintenu aussi près que possible de la bouche. Pour obtenir un résultat objectif, le mucus doit être immédiatement placé dans ce récipient.

Dans certains cas, la production d'expectorations pour le diagnostic de la tuberculose est difficile. Ces patients doivent se frapper plusieurs fois à la poitrine et respirer profondément. Dans des situations extrêmes, les médecins sont autorisés à respirer à la vapeur d'eau bouillie contenant du bicarbonate de soude.

Un récipient destiné à recueillir les expectorations pour diagnostiquer la tuberculose est un récipient qui ne nécessite pas nécessairement d'être stérilisé. L'essentiel est qu'il soit propre, sec et fermable. Le conteneur peut être en plastique ou en verre. Cela permet d'obtenir un résultat objectif de l'examen du patient.

Autres méthodes de diagnostic de la tuberculose

L'analyse des expectorations pour détecter les agents pathogènes de la tuberculose n'est pas le seul moyen de poser un diagnostic. Le résultat d'un tel examen est généralement fiable, mais en plus, un autre diagnostic est également posé:

  • Test de Mantoux. C'est l'une des méthodes les plus populaires pour détecter la tuberculose. Son inconvénient est le niveau de fiabilité relativement faible.
  • Diaskintest. Le résultat de cette enquête, contrairement au test de Mantoux, est plus fiable et plus fiable. Cette analyse est réalisée de la même manière que la précédente. Si Mycobacterium tuberculosis est présent dans le corps du patient, cette étude le montrera.
  • Analyse d'urine Cette méthode consiste à effectuer un examen bactérioscopique du contenu de la vessie humaine. Afin de détecter les mycobactéries, il faut le plus souvent 2 ou 3 examens. Si le résultat de ce diagnostic était négatif, cela ne signifie pas que la personne ne présente pas de tuberculose.

L'analyse pour la réalisation d'une étude de matériel biologique humain sur la présence de mycobactéries dans ceux-ci est le plus souvent effectuée en cas de présence de symptômes de tuberculose ou en cas d'obtention d'une réaction de Mantoux positive.

Algorithme de collecte des expectorations pour KUM;

COLLECTE D'HUMIDITÉ SUR KUM (mycobactéries résistantes aux acides)

Technologie effectuer des services médicaux simples

But: Diagnostic.

Indications:

7. Tuberculose pulmonaire présumée.

8. Toux plus de 3 semaines.

Contre-indications: manque de crachats.

Équipement:

1. 3 flacons collecteurs de crachats de 50 ml à large goulot (environ 35 mm de diamètre) en matériau transparent avec couvercle hermétique (à usage unique ou réutilisable).

3. Peignoir, bonnet, respirateur.

4. Gants en caoutchouc.

5. Numéro de direction 05-TB / y.

6. Bix ou boîte spéciale avec des fentes pour le transport.

7. Fiche d'accompagnement pour la livraison du matériel de diagnostic pour l'examen microscopique de la tuberculose (N ° 04-2-TB / a)

8. Savon et une serviette.

I Préparation à la procédure:

1. Présentez-vous au patient, expliquez le déroulement et le but de la procédure:

a) 3 échantillons d'expectorations sont recueillis pendant 2 jours pour l'analyse d'expectorations selon le calendrier suivant:

- 1 échantillon d'expectorations est prélevé lors de la première visite d'un patient suspect de tuberculose (premier jour) dans une salle spécialement équipée

- Deux échantillons d’expectorations sont prélevés le matin à la maison avant de se rendre au rendez-vous chez le médecin (deuxième jour). L’échantillon recueilli doit être livré à un établissement médical le plus tôt possible.

- Trois échantillons d'expectorations sont prélevés le deuxième jour lorsque le patient s'adresse au médecin pour un second échantillon d'expectorations.

b) la veille au soir, avant de prélever l'échantillon de crachats du matin, il est nécessaire de se brosser les dents Il est nécessaire de prélever un échantillon de crachats le matin avant de se brosser les dents et de manger le matin.

c) avant de prélever des échantillons de crachats lors d'une consultation médicale, rincer la bouche pour éliminer les résidus de nourriture de la cavité buccale, sans toutefois se brosser les dents.

d) à la maison, il est préférable de recueillir les expectorations à l'extérieur. Si vous collectez des crachats à l'intérieur, vous devez le faire devant une fenêtre / fenêtre ouverte en l'absence d'autres personnes.

e) les échantillons d'expectorations sont collectés dans des installations médicales sous la supervision d'un professionnel de la santé.

2. Assurez-vous que le patient a donné son consentement éclairé pour la procédure à venir.

3. Proposez au patient de se rendre dans une pièce spécialement équipée et bien ventilée (s'il n'y en a pas, la collecte des expectorations doit être effectuée à l'extérieur, à l'air libre ou devant une fenêtre ouverte).

II Réalisation de la procédure:

4. Porter un respirateur et des gants de caoutchouc.

5. Sur le côté extérieur du récipient (pas sur le couvercle), écrivez le numéro de l'échantillon d'expectoration (n ° 1)

6. Informer le patient des actions à venir:

- deux respirations profondes doivent être prises, retenant la respiration pendant quelques secondes après chaque respiration et expirant lentement;

- puis inspirez pour la troisième fois et expirez l'air avec force;

- inspirer à nouveau et tousser brusquement;

- rapprocher le plus possible le récipient de la bouche et recracher soigneusement les expectorations (expliquer que vous ne pouvez pas avaler les expectorations et éviter de contaminer le récipient de l'extérieur);

- fermez bien le couvercle du récipient;

- se laver les mains avec du savon.

7. Tenez-vous derrière et sur le côté du patient et observez la collecte d'expectorations (si possible, le médecin agréé devrait quitter la pièce et observer la collecte d'expectorations à travers la vitre de la porte).

III Fin de la procédure:

8. Placez le conteneur n ° 1 dans une boîte spéciale pour le transport.

9. Enlever les gants, se laver les mains à l'eau et au savon.

10. Marquez et donnez 2 récipients pour recueillir les expectorations du matin à la maison.

11. Livrer le test d'expectoration au laboratoire.

12. Assurez-vous que le patient comprend comment collecter correctement les expectorations et rappelez-vous de rapporter l'échantillon prélevé dans un centre médical le plus rapidement possible.

13. Vous avez le résultat obtenu dans les dossiers médicaux.

Note:

· Si la première tentative de prélèvement d'expectorations a échoué (vertiges chez le patient, le patient a réussi à ne collecter que la salive, les expectorations n'étaient pas suffisantes pour l'étude), dans ce cas, vous devez répéter la collecte d'expectoration ultérieurement.

· En milieu hospitalier, il est possible de prélever 3 échantillons d'expectorations pendant trois jours, le matin avant les repas.

· Si le patient ne peut pas se rendre au centre de santé, le prestataire de soins de santé peut prélever des expectorations au domicile du patient.

· Dans certains cas, le calendrier suivant est possible: 1 échantillon doit être prélevé dès que le patient se présente chez le médecin, puis le patient est envoyé pour une radiographie, puis 2 échantillons d'expectorations sont prélevés. Avant de partir, le patient reçoit un conteneur pour recueillir les expectorations le lendemain matin.

Caractéristiques de l'analyse des expectorations pour KUM, qu'est-ce que KUM dans les expectorations

Les symptômes de la tuberculose sont souvent flous ou non spécifiques - c'est-à-dire qu'ils ressemblent aux manifestations d'autres maladies du système respiratoire, telles que des signes de pneumonie ou de bronchite. Par conséquent, un diagnostic qualitatif de la tuberculose consiste en un certain nombre d'études instrumentales et de laboratoire. Afin de distinguer la pneumonie et le cancer de la tuberculose, ainsi que d'autres analyses, un examen microscopique des expectorations sécrétées lors de l'expectoration est réalisé. La détection de KUM dans les expectorations est un signe important de tuberculose. Cette analyse est toujours effectuée s’il existe des premiers symptômes de la maladie ou une réaction positive à un test tuberculinique.

Qu'est ce que KUM?

L'examen des expectorations KUM est un examen clinique bactériologique et général des expectorations visant à détecter la présence de mycobactéries résistantes aux acides (KUM). L'analyse est réalisée en plusieurs étapes, le matériel est collecté trois fois.

C'est important! Les résultats d'une telle étude ne seront pas suffisants pour établir un diagnostic de tuberculose, car il existe dans la nature un grand nombre de microorganismes résistant aux acides, dont la structure est similaire à celle de Mycobacterium tuberculosis (MBT).

La microscopie conventionnelle des expectorations pour la tuberculose révélera la présence de bactéries en tant qu'agents infectieux. Mais il ne montrera pas leurs espèces et leur résistance aux médicaments antibactériens.

Types d'examen des expectorations pour KUM

Les bacilles tuberculeux dans les expectorations lors de l'expectoration sont détectés à l'aide de diverses méthodes d'examen des expectorations.

Examen bactérioscopique des expectorations

Ce type d’étude est également appelé méthode de coloration de Ziehl-Nielsen, c’est la méthode principale pour poser un diagnostic d’infection tuberculeuse. L'analyse est la suivante:

  • les crachats sont traités avec de la fuchsine phéniquée;
  • puis le biomatériau est décoloré avec une solution d'acide sulfurique à 5% ou avec une solution d'alcool chlorhydrique à 3%;
  • La coloration est réalisée avec une solution de bleu de méthylène à 0,25%.

Pour l'évaluation des matériaux peints, un instrument équipé d'un système d'immersion est utilisé. Les mycobactéries résistantes aux acides acquièrent une couleur rouge et leur arrière-plan devient bleu.

100 champs de vision standard sont examinés: si KUM est présent dans les expectorations, il suffit de les remarquer. Si KUM n'est pas détecté, 200 champs de vue sont visualisés. Pour des résultats précis, 1 heure suffit. Mais, en règle générale, les patients les reçoivent du médecin traitant après une journée, c'est-à-dire le lendemain.

Les avantages de cette méthode: accessibilité souvent réalisée gratuitement, efficacité: si vous le souhaitez, vous pouvez obtenir des résultats immédiatement. Les inconvénients incluent une sensibilité relativement faible.

Microscopie à fluorescence

En comparaison avec la méthode précédente, cette méthode est considérée comme étant 15-30% plus efficace. Les fluorochromes sont utilisés pour la coloration des expectorations. Ce sont des colorants d'origine organique qui commencent à briller lorsqu'ils sont éclairés par des rayons ultraviolets, violets ou bleus. L'auramine 00 ou la rhodamine C sont couramment utilisées.

Pour l'étude utilise un dispositif fluorescent. Lors de l'identification de Mycobacterium résistant à l'acide, tuberculosis brillera d'or sur un champ sombre. Avec ce type de microscopie, il est possible d'identifier non seulement la présence, mais également le nombre de KUM. Il s'agit d'un critère très important pour déterminer le niveau de risque épidémique du patient, c'est-à-dire son degré de contagiosité et le stade de développement de la maladie.

Il existe une table spéciale pour décoder les résultats de la coloration et mettre en évidence les expectorations par cette méthode.

Interprétation des résultats

  1. KUM n'est pas détecté dans 300 champs de vision - négatif.
  2. De 1 à 9 KUM dans 100 champs de vision - positif.
  3. De 10 à 99 KUM dans 100 champs de vision - positif +.
  4. 1-10 KUM dans 1 champ de vision - positif ++.
  5. Plus de 10 KUM dans le champ de vision - positif +++.

Méthode de détection bactériologique (culturelle)

Cette méthode consiste à ensemencer le biomatériau obtenu et un autre matériel pathologique sur un milieu nutritif. Pour révéler un MBT actif, la présence de plusieurs cellules viables dans les expectorations est suffisante. Pour enregistrer la croissance de la culture prendra de 21 à 90 jours.

Pour cette analyse, trois groupes de milieux nutritifs sont utilisés:

  1. Œufs denses à base de nutriments.
  2. Élément nutritif semi-liquide à base d'agar.
  3. Milieu nutritif liquide synthétique et semi-synthétique.

Sur le territoire de la Fédération de Russie, l'environnement de Levenshteyn-Jensen est principalement utilisé. À l’échelle mondiale, il s’agit également du milieu nutritif standard pour détecter le principal agent responsable de la tuberculose et déterminer sa sensibilité aux médicaments.

Estimation du taux de croissance du MBT identifié

  1. De 1 à 20 colonies est une allocation + ou faible de l’Office.
  2. De 21 à 100 colonies est une excrétion bactérienne ++ ou modérée.
  3. Plus de 100 colonies sont +++ ou une excrétion bactérienne abondante.

La résistance des mycobactéries aux médicaments est établie par la méthode des concentrations absolues. Selon leurs résultats, les antibiotiques sont sélectionnés pour le traitement. Ceci est une caractéristique importante de la méthode, vous permettant de choisir pour chaque patient une antibiothérapie individuelle et efficace.

En plus de ce qui précède, l’avantage de la méthode est sa sensibilité à l’agent pathogène. Vous pouvez détecter non seulement la présence de mycobactéries, mais également compter leur nombre, établir l'activité, la résistance aux médicaments. Big moins - la durée de l'étude. Avec l'avènement de la technologie informatique, le traitement du résultat s'est accéléré à 3-4 jours.

Comment se préparer pour la livraison de l'analyse sur KUM

Pour obtenir un résultat fiable de l'analyse des expectorations pour KUM, vous devez vous préparer correctement.

Préparations avant la procédure

  1. L'analyse est donnée principalement le matin à jeun - cela signifie que le dernier repas doit être pris 12 heures avant l'accouchement.
  2. Immédiatement avant de recueillir les expectorations, rincez-vous soigneusement la bouche avec de l'eau propre.
  3. Il est conseillé de se brosser les dents - les restes de nourriture dans le matériau à analyser sont inacceptables. Mais il est préférable de se brosser les dents avec une brosse à dents humide, sans dentifrice ni poudre, afin que leurs particules ne faussent pas le résultat.

Vous n'avez pas besoin d'acheter un récipient pour recueillir les expectorations à l'avance - les récipients sont distribués par un médecin.

Comment collecter correctement le biomatériau

L’exactitude des résultats et l’efficacité des traitements ultérieurs dépendent non seulement de l’exactitude de l’étude, mais également de la collecte correcte du matériel.

Règles de base pour la collecte de crachats pour la recherche

  1. Il n'est pas nécessaire de cracher la salive et le mucus du nasopharynx, mais le contenu des voies respiratoires inférieures.
  2. Pour obtenir une toux productive, vous devez prendre 2 à 3 respirations profondes, en essayant de respirer de manière à ce que les poumons soient complètement remplis d’air et ouverts.
  3. Le conteneur pour la collecte de matériel doit maintenir le sujet aussi près que possible de la bouche et y cracher immédiatement, ce qui efface la gorge.
  4. Si les expectorations ne peuvent pas être obtenues, les manipulations suivantes sont effectuées: le sujet doit se frapper plusieurs fois à la poitrine, respirer profondément, en retenant sa respiration pendant quelques secondes. Dans les cas extrêmes, il est proposé de respirer par-dessus un récipient contenant de l’eau chaude avec du bicarbonate de soude.

Le conteneur de collecte de matériaux pour analyse a également des exigences particulières. Les plats ne doivent pas être stérilisés. Mais il devrait être propre, sec, en plastique ou en verre, avec un couvercle bien vissé.

C'est important! Le matériel d'analyse doit être immédiatement envoyé au laboratoire - l'étude doit être menée au plus tard 2 heures après le prélèvement. En attendant que les matériels de recherche soient transférés au laboratoire, ils sont conservés au réfrigérateur dans un récipient bien fermé.

Où effectuer une analyse sur les microorganismes résistants aux acides, qui l'envoie

Une référence pour l'analyse des mycobactéries résistantes aux acides KUM peut être obtenue auprès d'un médecin spécialiste de la tuberculose ou d'un pneumologue. Dans certains cas, un médecin de district peut également le délivrer. L'analyse des dons doit être effectuée dans le dispensaire antituberculeux le plus proche.

L'analyse des expectorations pour KUM est une mesure diagnostique importante pour la suspicion d'infection tuberculeuse. L'utilisation de la bronchoscopie, de la fluorographie, des rayons X et de l'examen microscopique des expectorations ne fournit pas un résultat aussi fiable et n'est pas considérée comme suffisante pour un diagnostic définitif de "tuberculose". L’analyse est simple et sans douleur: il suffit au sujet de se faire référer, de se rendre au dispensaire pour la tuberculose à l’heure recommandée et de donner l’expectoration. Les résultats et le décodage seront disponibles auprès de votre médecin.

Qui a dit qu'il est impossible de guérir la tuberculose?

Si le traitement des médecins ne permet pas de se débarrasser complètement de la tuberculose. Les pilules doivent boire plus. La tuberculose a été accompagnée par des complications dues aux antibiotiques, mais il n'y a pas de résultat. Découvrez comment nos lecteurs ont vaincu la tuberculose. Lire l'article >>

Caractéristiques de l'analyse des expectorations pour la tuberculose

Pour détecter la maladie au stade initial, il est nécessaire de passer un test d'expectoration pour la tuberculose (une microscopie et un bac de frottis sont effectués).

Flegme - composés muqueux qui se trouvent dans les bronches et les poumons. Dans des conditions sanitaires normales, ces composés ne se forment pas du tout. Et avec l'immunité affaiblie ou d'autres facteurs liés augmente considérablement la production d'un tel secret dans les bronches. Et cela contribue à la pénétration rapide des bacilles tuberculeux dans les expectorations, suivie par une infection du corps. Si la toux dure plus d'un mois, vous devez faire une fluorographie. Si un phoque de diamètre supérieur à 1 cm est trouvé sur la photo, la personne sera nécessairement envoyée pour analyse de crachats pour tuberculose.

Informations générales

Si une personne est infectée par la baguette de Koch, le flegme finira par apparaître, mais en petite quantité. En couleur, il a une teinte purulente-muqueuse avec de petites taches sanglantes.

La présence de sang est caractéristique du stade avancé de la tuberculose (caverneux). Aux premiers stades de l'infection, le sang n'est pratiquement pas observé. Une analyse générale des expectorations à des stades plus avancés peut également montrer des cristaux et des fibres élastiques. En outre, des taux élevés de composés protéiques et de bacilles tuberculeux sont présents.

L'analyse des expectorations est réalisée à l'aide d'un frottis bactériologique (une microscopie de frottis est effectuée, puis il est semé), qui est ensuite examiné au microscope.

Si le résultat est négatif, il est nécessaire de ré-analyser la présence de bacilles et de composés tuberculeux. Le test répété est donné pas plus tôt que dans 1 mois.

Algorithme d'analyse des expectorations

  1. Après la collecte du biomatériau, un outil spécial est préparé pour aider à examiner les composés bactériologiques au microscope.
  2. Ensuite, entre les deux miroirs de laboratoire frottés, les expectorations sont placées au-dessus du brûleur.
  3. Pour étudier correctement le matériel biologique en vue de détecter la présence d'agents pathogènes de la tuberculose, celui-ci doit être peint avec un outil spécial selon la méthode de Gross ou Tsil-Nilsson.
  4. L'analyse des expectorations pour Mycobacterium tuberculosis, la première étude montre un niveau de sensibilité d'environ 80%. Avec chaque sensibilité ultérieure augmente jusqu'à 98%.
  5. La culture des expectorations ne devrait pas se produire plus de 2 heures après le prélèvement.
  6. Après la détection des mycobactéries, la sensibilité à certains antibiotiques est déterminée.
  7. Une concentration de bacilles tuberculeux supérieure à 100 pour 1 ml indique une forme très grave de la maladie.

Le test doit être pris au moins 3 fois, car le résultat est plus précis à chaque nouvelle clôture. Si, après la première analyse, le résultat est négatif, cela ne signifie pas l'absence de la maladie. Pour le verdict final, il faut au moins 3 fois pour obtenir un résultat négatif. En outre, il peut parler du stade très précoce du développement de la maladie, dans lequel il est encore impossible de détecter un bacille tuberculeux.

Règles générales pour la collecte de crachats

Si vous réfléchissez à la question: comment se faire tester pour la tuberculose, les recommandations suivantes vous aideront:

  • Avant de collecter les expectorations, le médecin vous remettra un conteneur spécial dans lequel collecter le produit;
  • Pour nettoyer la bouche des débris alimentaires - assurez-vous de vous rincer la bouche et de vous brosser les dents;
  • Avant de collecter, collectez l'air dans les poumons autant que possible et toussez;
  • Après avoir toussé, crachez le matériau dans le récipient et fermez le couvercle hermétiquement;
  • Pour empêcher la salive de pénétrer dans le récipient, c'est le flegme des poumons qui est nécessaire;
  • S'il n'est pas possible de tousser le flegme avec une toux, alors vous devez vous cogner le poing sur la poitrine ou respirer par la vapeur chaude, puis répétez la procédure;
  • S'il ne parvient pas à récupérer le secret, le patient se voit prescrire Bromhexine ou Ambroxol.

Méthodes de recherche

Au total, il existe 2 méthodes pour le diagnostic des expectorations pour la tuberculose: bactériologique et microscopique. Dans les deux cas, la transcription sera sous la forme KUB + ou KUB-. Les tests d'expectoration pour la tuberculose aboutissent à la définition des mycobactéries pathogènes ou à leur absence.

  1. Avec un KUB négatif, la possibilité d'infection par la tuberculose est exclue et une toux prolongée peut indiquer une autre infection pulmonaire.
  2. En présence de KUB +, on effectue un dosage immunoenzymatique supplémentaire. ELISA s’applique également aux méthodes de laboratoire pour la tuberculose pulmonaire. Avec cela, vous pouvez faire un diagnostic plus précis.

L'algorithme de l'ELISA est le suivant:

  • Le flegme est dilué dans une solution spéciale et des anticorps spécifiques sont ajoutés;
  • Après avoir combiné ces composants, déterminez la quantité de composés antigéniques présents dans l’environnement bactériologique.
  • Le résultat de ces données détermine combien de fois la concentration de mycobactéries dans 1 ml est dépassée. le fluide de test. Sur la base du résultat, un diagnostic est établi et un schéma de traitement ultérieur est développé.

Dans la méthode bactérienne, le matériel collecté est placé dans un environnement spécial qui favorise la croissance des mycobactéries. Après 10 à 20 jours, des études sont menées pour déterminer la présence de composés de la tuberculose et leur concentration. Le test par cette méthode est assez long, car il faut du temps pour cultiver des bactéries pathogènes en laboratoire. Dans certains cas, les délais peuvent dépasser 1 mois. Pour cette raison, cette méthode a perdu sa popularité parmi les patients.

La sécurité

L'article est à titre informatif seulement et n'est pas un guide direct pour l'action. Avant de vous prescrire vous-même des tests, il est impératif que vous consultiez votre médecin et suiviez ses instructions.

Combien coûte le terme

Le prix des tests de diagnostic dépend directement du laboratoire dans lequel la recherche et le lieu seront conduits. Par exemple, le coût des services à Moscou coûtera plus cher qu'à Samara et vice versa. Pour obtenir les informations nécessaires, vous devez appeler le bureau d'enregistrement du laboratoire et les clarifier. Habituellement, le coût ne dépasse pas 400 roubles.

La période d'analyse est plutôt courte, deux jours ouvrables suffisent pour préparer tous les résultats.

Diagnostic de la tuberculose

Le diagnostic de la tuberculose est un processus compliqué par la diversité des manifestations cliniques et des formes de tuberculose. Dans le même temps, le diagnostic opportun de la tuberculose est un facteur extrêmement important pour la mise en œuvre d'un traitement adéquat et pour sauver la vie du patient. Le diagnostic de la tuberculose comprend plusieurs étapes principales. Dans certains cas, la tuberculose peut être suspectée sur la base de ses symptômes.

Les étapes du diagnostic de la tuberculose

Le diagnostic de la tuberculose est réalisé à différentes étapes des soins médicaux. En règle générale, les patients tuberculeux s'adressent en premier lieu à un médecin de famille ou local, qui est chargé de la première étape du diagnostic de la tuberculose. En cas de suspicion de tuberculose, il est alors dirigé vers un établissement médical spécialisé chargé du diagnostic et du traitement de la tuberculose.

La première étape du diagnostic de la tuberculose consiste à identifier les principaux symptômes de la maladie: toux prolongée, hémoptysie, fièvre prolongée, sueurs nocturnes, etc. C'est également à ce stade que le médecin découvre les caractéristiques de l'évolution de la maladie et le fait que le patient est en contact avec un patient tuberculeux.

La deuxième étape du diagnostic de la tuberculose est un examen clinique du patient. Lors de l'examen du patient, le médecin attire l'attention sur la perte de poids, la présence de ganglions lymphatiques hypertrophiés, l'altération des mouvements de la poitrine pendant la respiration.

Bien sûr, les deux premières étapes du diagnostic de la tuberculose sont non informatives et totalement insuffisantes pour établir ou réfuter le diagnostic de tuberculose, mais déjà à ce stade, le médecin peut deviner quel type de maladie est impliqué et orienter le patient vers un examen plus approfondi pour clarifier le diagnostic.

La troisième étape du diagnostic de la tuberculose est réalisée si la suspicion de tuberculose persiste après les deux premières étapes du diagnostic. Dans ce cas, le patient est envoyé dans une institution médicale spécialisée dans le diagnostic de la tuberculose et son traitement. Pour confirmer le diagnostic de tuberculose, un examen microscopique des expectorations (frottis) est effectué pour détecter la présence de mycobactéries résistantes aux acides (KUM), qui sont les agents responsables de la tuberculose (au moins trois frottis doivent être examinés). Une radiographie pulmonaire est également effectuée. Si les deux méthodes de recherche donnent un résultat positif (c'est-à-dire que les agents responsables de la tuberculose sont déterminés dans les expectorations et que l'examen radiographique des poumons montre la présence d'une inflammation), le patient est soumis à un nouvel examen dont le but est la confirmation finale du diagnostic de tuberculose, la définition d'une maladie spécifique (formes de tuberculose)., la sensibilité des bacilles tuberculeux par rapport aux antibiotiques, etc.), après quoi un traitement est prescrit au patient.

Quatrième étape Si, lors du diagnostic de la tuberculose, le frottis pour la présence de KUM est négatif, mais que des signes de pneumonie d'origine inconnue sont présents dans les poumons, on prescrit au patient un traitement identique à celui de la pneumonie et son efficacité est évaluée au bout de 2 semaines. La présence de l’effet du traitement (amélioration du bien-être du patient et dynamique positive sur les examens radiologiques répétés) réfute le diagnostic de tuberculose. Si le traitement reste infructueux, le patient est envoyé pour un examen plus approfondi.

Le schéma de diagnostic de la tuberculose décrit ci-dessus n'est qu'un exemple abrégé du processus de diagnostic nécessaire pour établir ou infirmer avec précision un diagnostic.

Règles de collecte des expectorations

La détermination de KUM dans les expectorations lors du diagnostic de la tuberculose est un symptôme direct et le plus important de la tuberculose. La qualité des résultats de l'analyse est largement déterminée par l'exactitude de la collection de crachats. Voici quelques recommandations de base sur la façon de diagnostiquer la tuberculose afin de bien recueillir les expectorations pour l'analyse de la tuberculose:

  • Les mucosités sont collectées dans un récipient spécial délivré par le médecin qui a commandé le test;
  • Avant de recueillir les expectorations, rincez-vous soigneusement la bouche avec de l'eau tiède ou brossez-vous les dents. Les particules d'aliments ne doivent pas être analysées dans les expectorations;
  • Vous devez prendre quelques respirations profondes à chaque fois en retenant votre souffle. Puis inspirez à nouveau profondément et forcez l’air à sortir. Après cela, prenez une autre respiration profonde et effacez votre gorge;
  • Après avoir toussé, rapprochez le récipient de vos lèvres et crachez vos expectorations. Le conteneur est fermé avec un couvercle;
  • Il est important que le conteneur ne reçoive pas de salive, à savoir les expectorations. Le flegme, contrairement à la salive, est épais, de couleur verdâtre;
  • Si vous ne pouvez pas tousser les crachats, vous pouvez frapper plusieurs fois à coups de poing dans la poitrine ou respirer par-dessus un récipient d'eau chaude dans lequel vous ajoutez une cuillerée de bicarbonate de soude.

Diagnostic radiologique de la tuberculose

Une radiographie des poumons lors du diagnostic de tuberculose ne peut ni confirmer ni infirmer le diagnostic, mais la présence de certains changements dans les radiographies du poumon du patient permet aux médecins d'assumer la tuberculose avec un degré élevé de précision.

Test de Manta

Le test de Mantoux est également utilisé pour diagnostiquer la tuberculose. Le test de Mantoux est souvent utilisé pour diagnostiquer la tuberculose chez les enfants. L'essence de l'échantillon consiste en l'introduction dans la peau du patient d'antigènes de l'agent causal de la tuberculose, qui provoque à son tour une certaine réaction de la part du corps. La nature de cette réaction (diamètre et structure) de l'inflammation permet de juger de l'état d'immunité contre la tuberculose. Si une personne est malade, alors la sévérité de la réaction du manteau lors du diagnostic de tuberculose augmente (grosse tache).

Tuberculose: diagnostic, traitement et prévention

Diagnostics

Le processus de diagnostic de la tuberculose est considérablement compliqué par la variété des symptômes et des formes de cette maladie. Cependant, le diagnostic opportun de la tuberculose est le facteur le plus important pour un traitement adéquat et, par conséquent, pour sauver la vie du patient.

Le diagnostic de la tuberculose comprend trois étapes principales.
1. Détermination des symptômes de la maladie. Ainsi, lorsque des symptômes caractéristiques de la tuberculose apparaissent, les patients consultent leur médecin de famille ou leur médecin de famille. C'est le médecin qui recueille l'histoire sur la base de laquelle on soupçonne une tuberculose. Ensuite, le médecin dirige le patient vers un établissement médical spécialisé dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose. Les symptômes pouvant indiquer la présence de tuberculose chez un patient sont les suivants: toux prolongée, hémoptysie, élévation prolongée de la température, sueurs nocturnes. De plus, à ce stade, le médecin détermine les caractéristiques de l'évolution de la maladie, ainsi que le fait de contacter le patient avec un porteur de l'infection tuberculeuse.

2. Inspection du patient. À ce stade, le phthisiatricien procède à un examen clinique approfondi du patient, au cours duquel une attention particulière est accordée à la perte de poids drastique, à la présence de ganglions lymphatiques hypertrophiés, à une insuffisance des mouvements de la poitrine pendant la respiration.

3. Réalisation d'enquêtes spéciales. Cette étape est indiquée tout en maintenant une suspicion de tuberculose (si les deux premières étapes ne permettent pas de clarifier l’image). Cette étape consiste en l'envoi du patient dans un centre médical spécialisé dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose. Ainsi, pour confirmer le diagnostic, un examen microscopique des expectorations (prélèvements de frottis) est réalisé, visant à identifier les mycobactéries résistantes aux acides (CUM), qui sont les agents responsables de la tuberculose, est réalisé. Une radiographie pulmonaire est également effectuée. Dans le cas où le frottis et les rayons X montrent tous deux un résultat positif (par exemple, des agents pathogènes de la tuberculose sont détectés dans les expectorations, tandis que l'examen des poumons par rayons X révèle la présence de foyers inflammatoires), le patient est envoyé pour un nouvel examen, qui consiste à déterminer les caractéristiques spécifiques. les maladies. Si le frottis est négatif mais qu'il existe des signes de pneumonie d'étiologie inconnue dans les poumons, on prescrit au patient un traitement visant à lutter contre la pneumonie. Après deux semaines, l'efficacité du traitement est évaluée. Ainsi, une amélioration notable du bien-être du patient ainsi qu’une dynamique positive des rayons X réfutent le diagnostic de tuberculose. Mais si le traitement n'a pas donné de résultats, le patient est envoyé pour un examen plus approfondi.

Règles de collecte des expectorations

C’est la définition de la KUM chez un patient dans les expectorations - c’est un signe direct et surtout le plus important signe de tuberculose. Il convient de noter que la qualité des résultats d'analyse dépend directement de la qualité de la collecte des expectorations.

Vous trouverez ci-dessous les principales recommandations, en respectant scrupuleusement les possibilités de maximiser l’expectoration.

  • Le matériel de recherche doit être collecté dans un conteneur spécial délivré par un médecin.
  • Le matériel de recherche doit être collecté dans un conteneur spécial délivré par un médecin.
  • Avant de recueillir les expectorations, rincez-vous bien la bouche avec de l'eau ou se brosser les dents. Ne laissez pas de particules d'aliments pénétrer dans l'analyse.
  • Deux exhalations profondes sont effectuées, chacune respirant est retardée. Ensuite, une profonde respiration est reprise, après quoi les masses d'air doivent être expulsées avec force. Après cela, vous devez prendre une autre respiration profonde et vous racler la gorge.
  • Après avoir toussé, approchez le plus possible le récipient pour cracher les expectorations.
  • Le conteneur est scellé avec un couvercle.

Il est très important que les expectorations pénètrent dans un récipient spécial, mais pas de la salive. Le flegme a une texture épaisse et une couleur verdâtre. Dans ce cas, si le patient ne peut pas tousser ses expectorations, vous pouvez frapper en appliquant une force moyenne, le poing contre la poitrine ou en respirant par-dessus un récipient d'eau chaude (une cuillère de bicarbonate de soude est ajoutée à l'eau).

Examen radiographique

La radiographie est sans aucun doute une méthode de recherche importante qui permet non seulement de détecter la tuberculose, mais également d’évaluer la gravité du processus pathologique. Le fait est que, à la place des foyers primaires, mais déjà guéris, subsistent des nœuds périphériques de petite taille qui peuvent être calcifiés après un certain temps. La combinaison de ce type de foyers calcifiés avec le même ganglion lymphatique basal a été appelée complexe de Gona. Des foyers similaires se forment en raison d'une histoplasmose différée (mycose systémique chronique). Il faut dire que radiologiquement, les foyers principaux de ces deux infections sont presque indiscernables. Mais l'histoplasmose est plus caractéristique de la calcification des ganglions lymphatiques paratrachéaux droits.

Lorsque le processus tuberculeux entre dans une phase inactive ou est guéri, des signes de formation de cicatrices fibreuses sont détectés sur le radiogramme. À leur tour, les lobes pulmonaires supérieurs affectés diminuent en volume, de plus, leur rétraction est observée vers le haut, ainsi que le long de la ligne médiane directement dans les zones des racines.

Test de Mantoux

Ceci est une autre méthode informative utilisée pour diagnostiquer la tuberculose. Ce test est le plus souvent utilisé pour diagnostiquer la tuberculose chez les enfants. Ainsi, les antigènes de l'agent pathogène de la tuberculose sont injectés dans la peau du patient, ce qui provoque une réaction définie dont la nature (à la fois le diamètre et la structure du foyer inflammatoire) permet d'établir le degré d'immunité contre la tuberculose. Chez les personnes atteintes de tuberculose, la gravité de cette réaction augmente, ce qui se manifeste par la formation de boutons et un gonflement de grosses tailles.

Certains individus infectés présentent une anergie (ou l'absence paradoxale de réactivité cutanée à la tuberculine), qui est associée à un certain nombre d'états pathologiques, ainsi qu'à une altération du statut immunitaire. De plus, une anergie est enregistrée chez 15% des patients pour lesquels la tuberculose est au stade actif. Chez ces patients, la sensibilité à la tuberculine peut être rétablie avec la stabilisation de la maladie. Il est important que la moitié des patients atteints de tuberculose miliaire, ainsi que 35% des patients atteints de pleurésie tuberculeuse, présentent des réactions tuberculiniques négatives. Pour cette raison, dans de nombreux établissements médicaux, il est généralement accepté d'utiliser tout un arsenal d'antigènes d'hypersensibilité retardée pour aider à détecter une anergie. Ainsi, les tests de tuberculine faussement négatifs sont dans certains cas le résultat d'erreurs techniques commises par l'administration sous-cutanée ou l'utilisation du médicament dont la date de péremption est dépassée (sans parler de l'utilisation du médicament qui était resté longtemps dans la seringue avant l'injection directe). Les résultats de ces erreurs techniques ne doivent pas être considérés comme anergie.

Diaskintest

Il s'agit d'une méthode innovante et extrêmement précise pour le diagnostic de la tuberculose, le degré d'infection tuberculeuse et la vérification des résultats du traitement de la maladie. L'essence de la méthode consiste à vérifier la réponse du patient à deux protéines, qui ne sont contenues que dans les agents pathogènes de la tuberculose. Ainsi, un résultat positif, se manifestant par une rougeur au site d'injection (plus de 5 mm), indique très probablement que la personne examinée est infectée par la tuberculose ou est malade.

Études sérologiques

Les tests sérologiques n'étant utilisés que de manière expérimentale, ils ne sont généralement pas utilisés dans la pratique courante. Les antigènes hautement purifiés sont utilisés dans les réactions sérologiques les plus spécifiques. Le dosage immunoenzymatique (ou ELISA) constitue une base potentielle pour la mise au point de méthodes sérologiques de diagnostic de la tuberculose. Il sera très utile pour le diagnostic de la tuberculose chez l'enfant, ainsi que pour le diagnostic de la tuberculose extrapulmonaire, pour lequel l'examen des expectorations n'est pas approprié.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel de la tuberculose des ganglions lymphatiques intrathoraciques est réalisé avec une forme intrathoracique d'une maladie telle que la sarcoïdose des poumons, dans laquelle le système réticulo-endothélial est affecté, ce qui s'accompagne de la formation de granulomes à cellules épithélioïdes dits. Ainsi, la présence de sarcoïdose est indiquée par la symétrie de la lésion, ainsi que par des tests tuberculiniques négatifs.

À son tour, dans la lymphogranulomatose, une augmentation des ganglions lymphatiques est plus prononcée non seulement en degré mais aussi en prévalence. En outre, il existe une lésion des noeuds du médiastin antérieur, mais pas des racines des poumons. Les ombres mêmes des nœuds sont grandes.

On ne peut pas dire du goitre rétrosternal sans thyrotoxicose, ce qui est détecté par fluoroscopie: ainsi, dans le processus de respiration et lors de la déglutition, le goitre est déplacé. La méthode de diagnostic la plus fiable dans ce cas est l'étude de la glande thyroïde.

Traitement traditionnel

Aujourd'hui, le problème de la prévention et du traitement de la tuberculose est extrêmement important, car la maladie a dépassé le seuil épidémiologique. De plus, les formes de tuberculose, qui ne sont pas susceptibles au traitement traditionnel, deviennent de plus en plus courantes, dans lesquelles on utilise des médicaments spécifiques qui peuvent ralentir la reproduction des mycobactéries ou les détruire complètement.
Vous trouverez ci-dessous les schémas thérapeutiques actuels contre la tuberculose, ainsi qu'une liste des principaux médicaments utilisés.

Le traitement de la tuberculose est effectué par un phthisiatricien en collaboration avec un pédiatre (dans le cas d'enfants malades) et des médecins d'autres spécialités. Le traitement repose sur la chimiothérapie étiotrope, qui prend en compte l'âge du patient, ses caractéristiques anatomiques et physiologiques, la forme et, par conséquent, l'activité du processus de tuberculose en cours. Une attention particulière est accordée à l'organisation du régime, à la nutrition et à l'exercice. Il convient de noter que le traitement de la tuberculose est un processus plutôt long (environ 6 à 18 mois) et échelonné.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est administrée immédiatement après le diagnostic. Un tel traitement est effectué pendant une longue période et en continu. Principalement nommé une combinaison de deux médicaments ou plus.

En général, les médicaments antituberculeux sont classés en fonction de leur efficacité.

  1. Les médicaments les plus efficaces sont l'isoniazide et la rifampicine.
  2. Les médicaments à efficacité moyenne sont la streptomycine et la kanamycine, la biomitsine et l’éthambutol, l’éthionamide et le protionamide, le pyrazinamide.
  3. L'acide aminosalicylique est un médicament d'efficacité modérée.

Les composants obligatoires de toute chimiothérapie de courte durée sont les médicaments des premier et deuxième groupes. Tous les autres médicaments sont complémentaires, car ils sont les moins efficaces et ont un grand nombre d'effets secondaires. Ils sont donc prescrits principalement pour le traitement à long terme, ainsi que dans le cas de la détection de mycobactéries multirésistantes chez le patient.

Il est important de se rappeler que les médicaments contre la tuberculose ont de nombreux effets secondaires. Vous devez donc observer strictement le mode d'utilisation du médicament prescrit par un médecin. Il est également nécessaire de recevoir simultanément un traitement visant à prévenir les effets secondaires (par exemple, prendre des vitamines B et B6).

Les règles de la chimiothérapie incluent l’utilisation simultanée d’au moins deux médicaments efficaces destinés à lutter contre la tuberculose. À son tour, avec le processus actif, trois médicaments sont prescrits à la fois, notamment l’isoniazide, la rifampicine et le pyrazinamide. La durée du traitement est de deux mois, après quoi il reste de l'isoniazide et de la rifampicine, qui sont pris pendant 6 mois supplémentaires. Les patients présentant une forme grave à tout âge prennent quatre médicaments pendant deux à trois mois.

Traitement pathogénique syndromique

Ce type de traitement est obligatoire. Il vise à restaurer l'autorégulation, ainsi que l'auto-adaptation du corps. Ainsi, le traitement opératoire chez les enfants s'effectue principalement dans la forme ostéo-articulaire de la maladie (l'excision du tissu touché est réalisée), ainsi que dans la tuberculose du système génito-urinaire. On montre aux patients tout un ensemble de mesures non spécifiques visant à renforcer le système immunitaire (il s’agit de nutrition médicale, de vitamines et de physiothérapie, de thérapies physiques et de traitements par immunomodulateurs).

Étapes de traitement

Il faut dire qu'un traitement complet de la tuberculose est divisé en deux phases.

  1. Phase de traitement intensif. L'objectif principal est de supprimer la reproduction des agents pathogènes de la tuberculose et de restaurer progressivement les tissus endommagés. À ce stade, l'isoniazide, la rifampicine, le pyrazinamide et l'éthambutol sont utilisés pendant deux mois. En outre, pendant quatre mois, seuls l'isoniazide et la rifampicine sont utilisés. Cette combinaison de médicaments procure un effet complexe sur tous les types de bacilles tuberculeux impliqués dans le développement de la maladie.
  2. Phase de traitement d'entretien. Principalement destiné à prévenir la réactivation infectieuse après la première étape du traitement. En outre, à ce stade, la destruction de tous les bacilles tuberculeux restants dans le corps du patient est réalisée, sans parler de la stimulation de la régénération des tissus corporels endommagés par la tuberculose. La durée de la deuxième étape dépasse la durée de la première phase.

En ce qui concerne le traitement de la tuberculose, il est impossible de ne pas aborder le grave problème associé aux patients indisciplinés suivant un traitement. Malheureusement, aujourd'hui dans les cliniques antituberculeuses, le pourcentage de patients indisciplinés qui ne respectent pas le schéma thérapeutique est extrêmement élevé (environ 40 à 60% de ces patients). Cet indicateur est le plus élevé dans les pays où la prévalence de la tuberculose est très élevée. Ce manque de discipline devient l'une des principales causes d'échec du traitement et conduit également au développement des formes les plus graves de la maladie et à la propagation étendue des types de l'agent pathogène résistants aux médicaments. Cette situation entraîne une augmentation significative du rôle des mesures thérapeutiques à court terme. Mais, étant donné que la plupart des patients font preuve d'indiscipline, arrêter le traitement au cours du premier semestre de l'année sans autorisation, même un traitement à court terme ne sera important que s'il peut être utilisé pour obtenir la coopération la plus étroite possible avec les patients.
En outre, l'utilisation généralisée de tels régimes nécessite des dépenses substantielles.

Traitement des remèdes populaires

Le traitement de la tuberculose avec des remèdes populaires implique l’utilisation d’un arsenal impressionnant d’infusions, de thés et de décoctions qui aideront à atténuer certains symptômes de la maladie. Cependant, sans la participation des médecins, la tuberculose ne peut être guérie.

Recette pied-de-poil
Pour préparer le médicament, il est nécessaire de déposer une couche de feuilles fraîches de la mère et de la belle-mère sur le fond du plat (l’épaisseur de la couche ne doit pas dépasser 1 cm). Ensuite, la même couche de sucre est déposée sur les feuilles, après quoi les feuilles se superposent encore et encore. Cela continue jusqu'à ce que la capacité soit remplie au maximum. Maintenant, la vaisselle est bien fermée avec un couvercle, recouvert de pâte et enfouie à un demi mètre dans le sol. Après trois semaines, lorsque le contenu de la cuve devient homogène, il est nécessaire de le diluer avec du miel (rapport 2: 1). Prenez le médicament pour une cuillère à soupe trois fois par jour.

Recette avec des feuilles de roseau
Dans 150 ml d'eau bouillante, une cuillère à café de jeunes feuilles de canne broyées est préparée. Le produit résultant est infusé pendant une heure et filtré. Buvez deux cuillères à soupe trois fois par jour pendant une demi-heure avant de manger.

Recette à l'avoine et à l'orge
Une casserole aux deux tiers est remplie d'un mélange d'avoine et d'orge, consommée à parts égales, et versée au sommet avec du lait non pasteurisé. Ensuite, une couche de graisse intérieure est ajoutée au mélange (l'épaisseur de la couche ne doit pas dépasser 1 cm), après quoi le médicament est recouvert d'un couvercle, placé au four et cuit jusqu'à ce que le grain soit complètement fondu. La décoction obtenue est prise 100 g trois fois par jour.

Recette de cônes de houblon
Dans le verre d'eau bouillante, on plonge deux cônes de houblon. Une heure plus tard, les cônes peuvent être retirés et la perfusion prise. Le jour où vous devez boire trois verres de ce médicament, vous devez chaque fois préparer du thé frais à partir des cônes. La durée du traitement est de 14 jours, après quoi une pause de cinq jours est prise. Le traitement général dure trois mois.

Recette avec bâtard et Hypericum
Pour la préparation de cet outil, vous aurez besoin de trois cuillères à soupe d’elecampane et une cuillère à soupe d’Hypericum. Les herbes doivent être mélangées et verser 500 ml d'eau bouillante, puis mettre sur le feu et rôtir à feu doux pendant 30 minutes. Le bouillon extrait du feu est refroidi et filtré. En plus des herbes, le médicament comprend deux verres de miel de citron vert. Si le miel est épais, il est nécessaire de le faire fondre au bain-marie, puis versez un verre d'huile d'olive légèrement chauffée. La masse résultante est bien mélangée. Lorsque la décoction à base de plantes est prête, vous devez y verser un mélange de miel et d'huile, puis mélanger à nouveau le médicament et l'infuser au réfrigérateur pendant deux semaines. Le médicament fini est pris comme suit: une cuillerée à thé cinq fois par jour, 40 minutes avant les repas. Attention: le médicament est bien secoué. Cette recette aidera à traiter la pneumonie, la bronchite et les symptômes de la tuberculose.

Recette avec Agripaume et Chicorée
Les tiges et les feuilles d'herbes sont mélangées avec les racines de chicorée dans des proportions égales. Une cuillerée à thé du mélange obtenu est broyée et brassée avec un verre d'eau bouillante, puis infusée pendant 15 minutes et prise dans un tiers de verre trois fois par jour (avant utilisation, l'infusion doit être légèrement chauffée). Après neuf semaines, les poumons étaient complètement guéris et débarrassés de leur pus.

Recette à l'aloès et au miel
Dans une casserole en émail, on fait fondre 1,2 kg de miel, alors qu'il est important de ne pas le faire bouillir. Ensuite, 250 ml de jus d'aloès sont ajoutés au miel. Le mélange résultant est bouilli à feu doux pendant pas plus de 10 minutes. Séparément, dans 450 ml d'eau, vous devez préparer un mélange de boutons de bouleau et de fleurs de tilleul (les ingrédients doivent être pris dans une cuillère à soupe), faire bouillir pendant 3 minutes, puis insister, bien emballer, pendant 20 minutes, filtrer et essorer le résidu. Le mélange est mis en bouteille dans des bouteilles noires, une quantité égale d'huile d'olive étant ajoutée à chacune. Avant utilisation, le médicament est agité et pris une cuillère à soupe trois fois par jour. Le médicament aide à lutter contre la tuberculose et d'autres maladies pulmonaires.

Recette avec plantain et réglisse
Pour préparer cette recette, vous devez prendre une cuillère à soupe de plantain et une cuillerée à thé de racine de réglisse. Le mélange résultant est placé dans un thermos, rempli d'un verre d'eau bouillante et infusé pendant environ trois heures. Boire des médicaments cinq fois par jour. La durée du traitement est de deux mois. Ce médicament est contre-indiqué aux personnes atteintes d'hypertension artérielle.

Des complications

Les complications de la tuberculose pulmonaire sont:

  • hémoptysie,
  • hémorragie pulmonaire
  • la pleurésie (ou inflammation de la plèvre),
  • atélectasie (ou perte de la fonction d'un site tissulaire dans l'un des poumons),
  • pneumothorax spontané, caractérisé par l'entrée d'air directement dans la zone pleurale,
  • insuffisance pulmonaire
  • l'amylose (ou violation du métabolisme des protéines, accompagnée de la formation dans les tissus d'un complexe spécifique de protéines et de polysaccharides appelé amyloïde),
  • chronique "coeur pulmonaire".

Ainsi, une hémorragie pulmonaire prolongée en l'absence d'assistance opportune peut provoquer un affaiblissement marqué du corps, une anémie aiguë et même la mort du patient.

La pleurésie tuberculeuse est souvent la manifestation clinique de la tuberculose pulmonaire disséminée. Avec la formation et l'augmentation du volume d'exsudat, l'état général du patient se dégrade nettement. Le liquide séreux, qui s'est accumulé dans la cavité pleurale, commence à comprimer le poumon, ce qui complique non seulement le processus de respiration, mais aussi la circulation sanguine. Le liquide qui a atteint le niveau des côtes supérieures est une indication pour une intervention immédiate (nous parlons de le pomper à l'aide d'une ponction pleurale).

La tuberculose pulmonaire peut provoquer une pneumonie caséeuse (ou cheesy) affectant de grandes surfaces de tissu pulmonaire (un lobe entier peut être touché). L'état du patient se détériore extrêmement rapidement, la température augmente brusquement et à des titres élevés. De plus, le patient souffre de toux, au cours de laquelle une expectoration rouillée est sécrétée.

La complication la plus grave de la tuberculose pulmonaire est la propagation de l’infection à d’autres organes et systèmes. Ainsi, en cas de tuberculose miliaire, les membranes du cerveau sont touchées, ce qui se traduit par de graves maux de tête, une altération de la conscience, une forte fièvre, un pouls lent et une paralysie.

Avec la tuberculose chronique prolongée dans les poumons eux-mêmes développe une pneumosclérose et l'emphysème, ce qui conduit à la formation d'un cœur pulmonaire.

Avec cette complication, les symptômes suivants sont observés:

  • essoufflement
  • cyanose de la peau et des muqueuses,
  • les poches
  • foie élargi
  • ascite

Les complications de la tuberculose extrapulmonaire sont:
  • sténose bronchique,
  • inflammation purulente de la plèvre,
  • fistule (tumeur sous la forme d'un canal étroit, tapissé d'épithélium),
  • insuffisance rénale
  • infertilité
  • formation d'adhérences,
  • ankylose (immobilité de l'articulation due à la fusion des surfaces articulaires),
  • l'amylose (ou violation du métabolisme des protéines).

Il faut dire qu'après le traitement de la tuberculose, les effets résiduels qui peuvent être détectés par les rayons X des poumons, ainsi que lors de l'échographie des organes internes, persistent. Ces phénomènes sont divers changements cicatriciels et fibrose.

Prévention

Le problème de l'élimination de la tuberculose peut être résolu par les mesures préventives suivantes:

  • vaccination de la jeune génération
  • guérison complète des patients existants,
  • stimulation de la soi-disant récupération biologique des adultes précédemment infectés.

Prévention sociale

Ce type de prophylaxie consiste principalement en des mesures gouvernementales à grande échelle, à la fois économiques et sanitaires.

Ces événements sont:

  • améliorer les conditions de vie et de vie de l'ensemble de la population,
  • l'optimisation des conditions de travail, c'est-à-dire la prévention des maladies pulmonaires professionnelles,
  • l'amélioration de l'environnement (le rôle principal est de lutter contre la pollution de l'atmosphère, des masses d'eau et du sol, sans oublier le jardinage et le respect des exigences sanitaires et hygiéniques),
  • amélioration maximale de la qualité de la nutrition,
  • lutte efficace contre l'alcoolisme et la toxicomanie, la toxicomanie et le tabagisme,
  • développement de la culture physique et du sport,
  • l'expansion du nombre de centres de santé pour enfants, ainsi que des établissements de sanatorium-resort.

Prévention spécifique

L'objectif principal de la prophylaxie spécifique est de se développer chez les enfants, ainsi que chez les adultes (jusqu'à 30 ans), d'une part, un individu spécifique, et d'autre part, une immunité collective. Ceci peut être réalisé avec le vaccin BCG, qui est la souche d'origine vivante, mais affaiblie de l'Office. Il faut dire que l'activité biologique de ce vaccin est principalement liée à sa capacité à s'implanter dans le corps d'un vacciné, à se multiplier à l'endroit même de la vaccination et à apporter une réponse spécifique, ce qui s'accompagne d'une restructuration allergique du corps. La vaccination est effectuée sur un nouveau-né du 3ème au 7ème jour de la vie, puis après quelques années pour la prévention de la tuberculose.

Il est à noter que ce type de prévention implique la sélection de candidats par le biais de Mantoux. Ainsi, seules les personnes ayant une réaction négative au test de Mantoux sont sujettes à la revaccination.

Contre-indications à la revaccination:

  • personnes atteintes de tuberculose de tout âge
  • avoir eu la tuberculose dans le passé
  • patients atteints de maladies infectieuses aiguës
  • patients atteints de maladies cutanées et allergiques.

Le vaccin BCG réduit le risque d'infection de 50%, tandis que plus la couverture territoriale des vaccins est élevée, plus l'incidence de la tuberculose est faible. Ainsi, la prévention de la tuberculose par la vaccination entraîne une diminution significative du taux d’infection, une diminution rapide de l’incidence de la méningite tuberculeuse et, par conséquent, une mortalité.

Chimioprophylaxie

C'est un moyen efficace de prévenir le développement de la maladie chez les personnes présentant un risque accru de contracter la tuberculose. Ce type de prophylaxie peut être primaire (pratiqué chez des personnes en parfaite santé qui ne sont pas infectées par le cabinet, mais qui sont en contact étroit avec des patients atteints de tuberculose), ou secondaire (indiqué pour les personnes infectées par le bureau ou qui l’ont déjà eu).

La chimioprophylaxie primaire réduit l’incidence et, par conséquent, l’infection, en supprimant nettement l’infection par la tuberculose pendant la période d’incubation, tandis que la secondaire évite au maximum la surinfection exogène et l’activation de l’infection endogène.

Ce type de prophylaxie est réalisé pour les groupes de personnes suivants:

  • les personnes en bonne santé qui sont en contact à la maison ou au travail avec des émetteurs de bactéries,
  • personnes avec un tour de test à la tuberculine,
  • les individus infectés dont la réaction normale à la tuberculine a été transformée en hyperergique;
  • personnes chez lesquelles on a diagnostiqué des modifications post-tuberculeuses dans les poumons,
  • aux personnes recevant un traitement hormonal stéroïdien destiné au traitement d'autres maladies,
  • diabétiques et diverses maladies mentales, toxicomanes et alcooliques, personnes infectées par le VIH,
  • les adultes qui présentent des modifications pulmonaires post-tuberculeuses accompagnées d'une réaction hyperergique.

Toutes les catégories répertoriées de personnes de ce type de prévention sont présentées au printemps et en automne. Une condition nécessaire est un contrôle strict de la mise en œuvre des mesures préventives par le personnel médical (ceci est particulièrement vrai lorsque les médicaments sont pris à domicile).

Examens fluorographiques

Le rôle des examens de fluorographie de masse de la population adulte est également important. Ainsi, l’enquête annuelle nous permet d’identifier rapidement les patients atteints de tuberculose et, par conséquent, de commencer le traitement au tout début de la maladie, ce qui est la condition la plus importante pour son efficacité. À ce jour, en tenant compte des conditions spécifiques (équipement matériel et technique des autorités de santé dans différents pays), une enquête complète ou sélective de la population est réalisée à des fins de prévention. Au cours de l'enquête par sondage, il est obligatoire de surveiller les groupes de personnes présentant un risque élevé d'infection et de formation de tuberculose secondaire.

Mesures anti-épidémiques

Des mesures anti-épidémiques visant à améliorer les foyers de la tuberculose sont importantes pour la prévention de la tuberculose. Ces activités sont menées en influençant tous les aspects du processus épidémique, à savoir la source de l’infection, sa transmission, ainsi que les personnes susceptibles de contracter la maladie.

Il existe trois groupes de foyers d’infection:

  1. Foyers chargés (le degré de danger épidémiologique est extrêmement élevé), dans lesquels vivent des patients excrétés massivement par des bactéries ou des excrétas de MBT médiocres (dans ce dernier cas, la situation est aggravée par la présence d’enfants, d’adolescents et de femmes enceintes dans l’épidémie).
  2. Les centres de danger moyen, où les patients vivent avec un MBT relativement maigre, ne comptent ni enfants, ni adolescents, ni femmes enceintes. Ce groupe comprend les foyers d'excréments bactériens «conditionnels» (même s'il y a des enfants et des adolescents dans le foyer).
  3. Les foyers «réussis» formés par des excréments bactériens «conditionnels» en l'absence complète d'enfants, d'adolescents et d'autres facteurs aggravants. Ce groupe comprend également les fermes privées situées dans les zones rurales, sur le territoire desquelles des bovins infectés par la tuberculose ont été identifiés.

Les mesures préventives dans les foyers de tuberculose répertoriés incluent:
  • hospitalisation des patients (il s’agit tout d’abord de la sécrétion explicite du bureau),
  • la mise en œuvre de la désinfection finale, puis postérieure,
  • examen systématique et continu des personnes en contact avec le patient,
  • la vaccination, la revaccination et également l'isolement des personnes de contact pendant la période de développement de l'immunité,
  • chimioprophylaxie chez les personnes qui entrent en contact avec une personne atteinte de tuberculose,
  • formation aux compétences sanitaires et hygiéniques du patient et de son entourage,
  • amélioration des conditions de logement et de vie de la famille du malade.

Prévention au travail

Parallèlement aux mesures anti-épidémiques et préventives, la lutte contre la tuberculose et dans les conditions de production doit être menée.

Ainsi, les catégories suivantes de porteurs de virus sont suspendues du travail:

  • Employés d'établissements préscolaires pour enfants, ainsi que d'écoles et, par conséquent, de profils de sanatorium et de centres de villégiature.
  • Les personnes employées dans les secteurs de la restauration et de l'alimentation, en contact direct avec les matières premières ou les produits finis, effectuent les réparations, le nettoyage ou la désinfection des équipements de production. Ce groupe comprend les employés des pharmacies et des usines pharmaceutiques qui fabriquent et emballent des médicaments, les ouvriers de l'approvisionnement en eau, les plombiers, ainsi que les employés des entreprises produisant des jouets pour enfants.
  • Employés participant à la fourniture de services publics.

Mais même dans les entreprises où travaillent des patients tuberculeux, qui n'appartiennent pas aux groupes ci-dessus, où leur propre unité médicale fonctionne, cette maladie est également évitée: par exemple, les patients sont enregistrés, les patients sont suivis, un emploi rationnel est fourni.