Insuline dans le sang

Synonymes: insuline, insuline

Informations générales

L'insuline est une hormone pancréatique qui régule le métabolisme des glucides, maintient la concentration de glucose dans le sang à un niveau optimal et participe au métabolisme des graisses. Une carence en insuline entraîne une augmentation de la glycémie et une privation d'énergie des cellules, ce qui affecte négativement les processus internes et provoque diverses pathologies endocriniennes.

L'analyse de l'insuline dans le sang vous permet de déterminer le trouble métabolique (syndrome métabolique), le degré de sensibilité à l'insuline (résistance à l'insuline) et de diagnostiquer des maladies aussi graves que le diabète sucré et l'insulinome (tumeur hormonale sécrétant des cellules bêta du pancréas).

L'insuline est une protéine spécifique sécrétée par les cellules bêta du pancréas à partir de la proinsuline. Il est ensuite libéré dans la circulation sanguine, où il remplit sa principale fonction - la régulation du métabolisme des glucides et le maintien du taux de glucose physiologiquement nécessaire dans le sérum sanguin.

En cas de production insuffisante de l'hormone, le patient développe un diabète sucré, caractérisé par une dégradation accélérée du glycogène (un glucide complexe) dans les tissus musculaires et hépatiques. Dans le contexte de la maladie, le taux d'oxydation du glucose diminue, le métabolisme des lipides et des protéines ralentit, un bilan azoté négatif apparaît et la concentration de cholestérol nocif dans le sang augmente.

Il existe 2 types de diabète.

  • Dans le premier type, l'insuline n'est pas produite du tout. Dans ce cas, un traitement hormonal substitutif est nécessaire et les patients sont classés comme insulino-dépendants.
  • Dans le deuxième type, le pancréas sécrète une hormone, mais il ne peut pas réguler complètement le niveau de glucose. Il existe également un état intermédiaire (stade précoce), dans lequel les symptômes typiques du diabète sucré ne se développent pas encore, mais il existe déjà des problèmes de production d'insuline.

C'est important! Le diabète sucré est une maladie dangereuse qui réduit considérablement la qualité de vie, entraîne des complications graves et peut provoquer un coma diabétique (souvent mortel). Par conséquent, le diagnostic opportun du diabète à travers l'analyse du niveau d'insuline dans le sang devient une valeur médicale importante.

Indications pour l'analyse

  • Diagnostic et contrôle du diabète sucré des premier et deuxième types;
  • Examen des patients présentant une prédisposition héréditaire au diabète;
  • Diagnostic du diabète gestationnel chez la femme enceinte;
  • Détermination de l'immunité à l'insuline;
  • Déterminer les causes de l'hypoglycémie (diminution de la glycémie);
  • Suspicion d'insuline;
  • Insuline de prescription et choix du dosage;
  • Examen approfondi des patients présentant un métabolisme altéré;
  • L'obésité;
  • Examen des patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (dysfonctionnement ovarien avec troubles menstruels);
  • Diagnostic des troubles endocriniens;
  • Surveillance de l'état des patients après la transplantation de cellules d'îlots (cellules bêta des îlots de Langerhans).

Symptômes pour lesquels un test d'insuline est indiqué

  • Irritabilité, dépression, fatigue chronique;
  • Troubles de la mémoire;
  • Un changement de poids important tout en maintenant le régime et le niveau d'activité physique habituels;
  • Soif et la faim constante, consommation excessive de liquide;
  • Peau sèche et muqueuses (bouche sèche);
  • Transpiration accrue, faiblesse;
  • Tachycardie et antécédents de crise cardiaque;
  • Conscience, vision double, vertiges;
  • Cicatrisation prolongée des plaies sur la peau, etc.

L’examen de synthèse et la nomination de cette étude sont effectués par un endocrinologue, un chirurgien, un médecin généraliste ou un médecin de famille. Dans le cas du diabète gestationnel, la consultation d'un gynécologue est nécessaire. Lors du diagnostic d'un insulinome ou d'autres formations pancréatiques, l'oncologue décodera les résultats du test.

Décryptage

Les unités de mesure généralement acceptées sont ICU / ml ou MDU / L.

Unité alternative: pmol / litre (μED * 0,138 μED / ml).

Normalement, la quantité d'insuline dans le sang est

Facteurs influençant le résultat

Le résultat de l'étude peut affecter la consommation de drogue:

  • la lévodopa;
  • les hormones (y compris les contraceptifs oraux);
  • les corticostéroïdes;
  • l'insuline;
  • albuterol;
  • le chlorpropamide;
  • le glucagon;
  • le glucose;
  • le saccharose;
  • le fructose;
  • la niacine;
  • la pancréozymine;
  • la quinidine;
  • spironolkton;
  • le prednisol;
  • tolbutamide, etc.

Haute insuline

  • Diabète de type 2 (le patient ne dépend pas des préparations d’insuline);
  • Tumeurs pancréatiques sécrétant des hormones, par exemple, insulinome;
  • Acromégalie (dysfonctionnement de l'hypophyse antérieure);
  • Pathologie du foie;
  • Dystrophie myotonique (dommage génétique aux muscles);
  • Syndrome de Cushing (hypersécrétion d'hormones surrénales);
  • Intolérance héréditaire aux sucres (glucose, fructose, lactose, etc.);
  • Tous les stades de l'obésité.

Insuline faible

  • Insuffisance cardiaque, tachycardie;
  • Hypopituitarisme (diminution de l'activité des glandes endocrines);
  • Diabète sucré du premier type (insulino-dépendant).

Préparation à l'analyse

Pour déterminer l'insuline, il est nécessaire de faire passer le sang veineux à jeun. La période de jeûne est d'environ 8 à 10 heures et le jour de l'analyse, vous ne pouvez boire que de l'eau ordinaire, sans sels ni gaz.

Pendant plusieurs jours, arrêtez de prendre des boissons alcoolisées et énergisantes, évitez tout stress mental et physique. Il est également indésirable de fumer le jour du prélèvement sanguin.

Pendant la journée, il est recommandé d’exclure du régime les mets gras et épicés, les épices.

30 minutes avant l'étude, vous devez vous asseoir et vous détendre complètement. Tout stress physique ou émotionnel à ce stade est strictement interdit, car le stress peut déclencher une libération d'insuline qui déforme les résultats du test.

À la remarque: pour éviter d’obtenir des résultats incorrects, l’analyse est prescrite avant le début d’un traitement conservateur et de procédures thérapeutiques et diagnostiques (échographie, rayons X, examen rectal, tomodensitométrie, IRM, physiothérapie, etc.) ou 1 à 2 semaines après.

Vous avez peut-être aussi été affecté:

Nous apprenons les règles de l'insuline

L'insuline est une hormone protéique synthétisée par les cellules pancréatiques. Sa fonction biologique est de saturer les cellules et les tissus de nutriments, en particulier de glucose. Sa production est directement proportionnelle au taux de sucre dans le sang et, en cas d’insuffisance aiguë, on peut parler de présence de diabète. Quelle est la norme d'insuline dans le sang, de quoi dépend-elle et comment il est nécessaire de procéder à une analyse, envisagez ensuite.

Quelle analyse est déterminée?

L'insuline, qui stabilise le taux de sucre et facilite sa décomposition, son transport et sa digestibilité, est examinée à l'aide de tests de laboratoire.

Cela nécessitera un don de sang par une veine, car le sang capillaire est moins riche en particules. Avant de réussir l'analyse, une formation spéciale sera nécessaire, ce qui implique le refus de manger pendant 12-14 heures avant la collecte de sang, le repos physique et émotionnel.

En cas de manque de sommeil, de stress ou d’effort physique, les données obtenues peuvent être complètement différentes des données réelles.

Pourquoi est-il important de connaître les niveaux d'insuline?

L'importance de la recherche réside dans les fonctions de cette hormone. Comme il est utilisé pour contrôler, distribuer et cumuler le glucose, un indicateur numérique peut donner une idée du travail de ces organes et systèmes:

  • le fonctionnement du pancréas;
  • fonction hépatique;
  • sensibilité des tissus corporels au glucose;
  • métabolisme des glucides et des processus métaboliques dans l’ensemble du corps.
Les fluctuations de l'insuline ne peuvent pas passer pour le corps sans laisser de trace, se manifestant sous la forme de symptômes persistants.

La raison de l'analyse est la somnolence constante, le manque de vitalité, l'apathie et la sécheresse de la bouche.

Le manque d'insuline, qui conduit au développement du diabète de type 1, nécessite une surveillance et un diagnostic immédiats.

Une personne aura besoin d'une introduction artificielle de cette hormone jusqu'à ce que le pancréas soit restauré.

Anna Ponyaeva. Diplômée de l'Académie de médecine de Nizhny Novgorod (2007-2014) et résidence en diagnostic de laboratoire clinique (2014-2016). Posez une question >>

Si cela n'est pas possible, l'administration d'insuline à vie est la seule façon pour un patient diabétique de vivre pleinement.

Juger de la présence ou de l’absence de problèmes liés au métabolisme des glucides n’est possible que lorsque les indicateurs d’insuline sont comparés au taux de sucre dans le sang, qui est étudié de différentes manières.

Qu'est-ce qui influence le résultat?

Quatre facteurs importants peuvent conduire à un résultat faux:

  1. Manger juste avant le prélèvement de sang - la synthèse d'insuline augmente automatiquement lorsque la nourriture pénètre dans l'organisme. En conséquence, après un petit-déjeuner copieux, le sang sera sursaturé en sucres et en insuline, ce qui tend à normaliser le métabolisme des glucides.
  2. Manger des plats gras, sucrés et épicés la veille, ainsi que des spiritueux - les repas de fête provoquent des excès alimentaires, ce qui entraîne une augmentation de la charge sur le foie et le pancréas, forçant ainsi le fonctionnement incorrect de ces organes.
  3. Stress et effort physique - la libération d'insuline augmente lorsque le corps est stressé. Vous devez donc bien vous reposer et dormir la veille.
  4. Erreurs de laboratoire lorsque le sang n'est pas examiné immédiatement, mais après un certain temps. Il est établi que les résultats obtenus sont plus précis si du sang frais est utilisé pour l’étude. Au bout de 15 minutes après l'échantillonnage, ses indicateurs chimiques, même sous l'influence d'anticoagulants, diminuent brusquement et il cesse d'être «vivant».
Ces facteurs doivent être pris en compte, car leur neutralisation permettra d’obtenir des résultats plus fiables.

Indicateurs de taux

Le niveau d'insuline dans le sang dépend de ces indicateurs:

  • l'âge;
  • étage;
  • l'heure du prélèvement sanguin (la synthèse hormonale varie tout au long de la journée);
  • la présence de changements hormonaux (puberté, grossesse, ménopause);
  • du sang sur un estomac vide ou quelque temps après les repas;
  • médicaments hormonaux.
Par conséquent, nous devrions considérer les règles pour différents sexes et âges, en prenant en compte les caractéristiques de l'étude.

Normes de jeûne

Pour les enfants, les chiffres seront légèrement différents, en fonction du type de nourriture:

  • nouveau-nés et enfants de la première année de vie - 3-15 USI / ml;
  • enfants d'âge préscolaire - 4 à 16 USI / ml;
  • enfants 7-12 ans - 3-18 mcd / ml.
Le taux d'insuline dans le sang des adolescents est de 4 à 19 USI / ml.

Pendant la puberté, lorsque le système hormonal change quelque peu, la limite inférieure monte quelque peu à 5 μE / ml.

Le taux d’insuline sanguine chez l’homme varie de 3 à 23 µU / ml et, à l’âge de 25 à 45 ans, les indicateurs restent pratiquement inchangés. Après 50 ans, lorsque l'effort physique diminue et que la nutrition laisse beaucoup à désirer, les limites de la norme sont de 6 à 30 μED / ml.

Le taux d'insuline dans le sang des femmes à jeun varie d'âge:

  • 25-35 ans - 3-20 mC / ml;
  • 35-45 ans - 3-26 mC / ml;
  • 45-65 ans - 8-34 MCU / ml.
Pendant la grossesse, sous l'effet d'un ajustement hormonal, il est possible d'augmenter les valeurs d'insuline jusqu'à 28 µU / ml, ce qui n'est pas une pathologie et qui passe d'elle-même après l'accouchement.

Dans le cas où une femme prend des médicaments hormonaux, en particulier des contraceptifs oraux, il est nécessaire d'en informer le technicien de laboratoire, après quoi une certaine note est donnée lors du déchiffrement, car le niveau d'insuline peut être augmenté, mais ne constitue pas une pathologie.

Normes après les repas

La concentration maximale d'insuline dans le sang, ainsi que de sucre, est notée une heure et demie après un repas. L’étude de cet indicateur nous permet d’estimer comment le pancréas gère la synthèse de l’hormone. La conclusion est tirée non seulement par la concentration d'insuline, mais également par le niveau de sucre. Ces deux indicateurs varient directement dans la mesure où ils dépendent les uns des autres.

Chez les enfants, la valeur maximale admissible après un repas est de 19 mCU / ml. Pour les femmes, les taux après les repas sont de 26 à 28 MCU / ml. Chez les hommes, la valeur moyenne reste la même que chez les femmes.

Chez les femmes enceintes et les personnes âgées, les taux d'insuline maximaux autorisés sont de 28 à 35 MCU / ml.

Pour obtenir le résultat le plus précis possible, l'analyse est généralement effectuée en trois étapes:

  1. Jeûner dans les premières heures après le réveil.
  2. Après avoir mangé après 1,5-2 heures.
  3. 1,5 heure après le dernier prélèvement de sang.
Cela vous permet d'évaluer le niveau d'insuline dans la dynamique, ce qui devrait augmenter après un repas et diminuer 3 heures après un repas.

Normes pour concevoir un enfant

Ce n’est un secret pour personne qu’en présence de diabète et d’obésité, il est extrêmement difficile de concevoir un enfant. Cela se produit parce que le corps est soumis à un stress constant et évalue les chances réelles de continuation de la course. La tâche principale du corps est de maintenir les fonctions vitales. Ainsi, une grossesse avec des kilos superflus dans 90% des cas ne se produit pas.

Pour concevoir un enfant en bonne santé, les deux parents doivent avoir un taux d'insuline compris entre 3 et 25 µU / ml.

Le manque ou l'excès d'hormone sera un obstacle à une maternité heureuse.

Indice de résistance à l'insuline

La résistance à l’insuline est un indicateur indiquant une violation de la réponse du corps à l’insuline produite ou administrée artificiellement. L'indice de résistance à l'insuline permet d'évaluer dans quelle mesure le corps est tolérant à l'insuline. Pour le calculer, il est nécessaire d'injecter 0,1 unité d'insuline par kg de poids du patient par voie intraveineuse, puis toutes les 10 minutes pendant une heure pour surveiller le taux de sucre dans le sang. À ces fins, les glucomètres portables sont utilisés pour obtenir un résultat précis le plus rapidement possible.

Déviations de la norme

Les écarts sont considérés comme toute valeur obtenue qui dépasse les valeurs recommandées.

Les écarts peuvent être ascendants ou descendants.

Faible

Le manque d'insuline, qui est fixé à une marque inférieure à 3 USI / ml, provoque une augmentation rapide de la glycémie, due à l'impossibilité de pénétration dans les cellules et les tissus. Le corps connaît une pénurie aiguë de glucose, comme l'indiquent des symptômes tels que:

  • soif intense et accès de faim incessante;
  • mictions fréquentes;
  • transpiration excessive;
  • peau sèche;
  • somnolence constante et diminution de l'activité;
  • problèmes de mémoire et crises d'agression.
Le manque systématique d'insuline entraîne des conséquences négatives pour tout le corps.

Les premiers à souffrir sont les vaisseaux du cerveau. Les raisons du manque de cette hormone peuvent être à la fois les régimes alimentaires à long terme et la progression des maladies auto-immunes, en particulier du diabète.

Parfois, il arrive qu'une personne perde ou grossisse rapidement, il y a tous les signes de diabète, mais les résultats des tests de glycémie restent dans les limites de la normale. Dans ce cas, un test de résistance à l'insuline et de tolérance au glucose sera requis. Ces deux études montreront dans quelle mesure le corps perçoit le glucose et en indiqueront également les causes probables.

Dans ce cas, un diagnostic complet est nécessaire, qui inclut des études endocriniennes, ainsi qu'une échographie des organes abdominaux.

Haute

On considère que les valeurs élevées tendent à 25-30 ICED / ml. Si ce chiffre atteint 45 unités, une personne a besoin d'une aide immédiate.

Les causes de ce phénomène sont des pathologies pancréatiques, dans lesquelles le corps commence à synthétiser l'hormone de manière incontrôlable.

Les manifestations cliniques externes de taux d'insuline élevés sont:

  • des accès de nausée accompagnant la faim;
  • sueurs froides;
  • la tachycardie;
  • évanouissement.

Les causes d'une mauvaise santé peuvent être des maladies telles que:

  1. L'insulinome est une tumeur du pancréas qui perturbe le travail de tout l'organe.
  2. La malnutrition, qui conduit au développement du diabète de type 2.
  3. Troubles auto-immuns.
  4. Troubles polykystiques ovariens et hormonaux.
Une production excessive d'insuline conduit à la destruction rapide des parois des vaisseaux sanguins, les rendant fragiles et fragiles.

Le risque de développer une hypertension, l'obésité et l'oncologie est également élevé, ce qui souligne une nouvelle fois l'importance de contrôler le niveau de cette hormone.

Un taux élevé d'insuline avec un taux de sucre normal indique que l'organisme a des tumeurs, principalement dans le pancréas, ou que le fonctionnement du système endocrinien présente des problèmes, lorsque de nombreuses hormones ne fonctionnent pas correctement.

Regarder une vidéo sur ce sujet.

Prévention des niveaux normaux

La production de l'hormone dépend directement du système endocrinien et du pancréas en particulier.

En guise de prophylaxie des valeurs normales, des recommandations telles que celles-ci peuvent être utilisées:

  1. Éliminer l'alcool et les autres produits nocifs qui exercent une charge accrue sur le pancréas et le foie.
  2. Ajustez la nutrition en la rendant fractionnée et moins calorique.
  3. Menez une vie active en prêtant attention aux sports.
Il est important de subir un examen médical annuel, en portant une attention particulière aux indicateurs de glycémie.

S'ils sont élevés, les indicateurs d'insuline doivent être identifiés. En présence de faiblesse, de somnolence, d'augmentation de la masse grasse dans l'abdomen, de soif, les recherches doivent être effectuées de manière imprévue. Des taux élevés d'insuline, ainsi que bas, sont extrêmement dangereux pour le corps et indiquent la présence d'anomalies. La concentration maximale est notée 2 heures après un repas, après quoi les valeurs reviennent à la normale. Seul un contrôle de soi et un examen en temps opportun permettront d'éviter de nombreux problèmes et effets négatifs sur la santé.

Comment connaître le niveau d'insuline dans le sang et quelle est sa norme?

L'insuline est une hormone protéique capable de mettre du glucose à la disposition des cellules du corps, de sorte qu'elles produisent l'énergie nécessaire à leur fonctionnement. Les diabétiques déficients en cette hormone connaissent mieux l’importance de l’insuline dans le corps. Le niveau de l'hormone dans le sang doit être surveillé par des personnes non diabétiques à titre de prophylaxie.

Insuline hormonale: valeur et fonctions de base

L'hormone insuline est responsable de la croissance de la masse musculaire et du stockage des réserves d'énergie dans le corps.

L'insuline est une hormone vitale, sans laquelle le métabolisme est perturbé, les cellules et les tissus ne peuvent pas fonctionner normalement. Il est produit par le pancréas. Dans la glande, il existe des zones avec des cellules bêta qui synthétisent de l'insuline. Ces sites s'appellent les îles de Langerhans. Tout d'abord, une forme inactive d'insuline est formée, qui passe par plusieurs étapes et devient active.

Il est nécessaire de contrôler le niveau d'insuline dans le sang, dont le taux peut varier non seulement en fonction de l'âge, mais également en fonction de l'apport alimentaire et d'autres facteurs.

L'insuline agit comme une sorte de conducteur. Le sucre pénètre dans le corps avec les aliments. Dans l'intestin, il est absorbé dans le sang par les aliments et le glucose en est libéré, ce qui constitue une source importante d'énergie pour le corps. Cependant, le glucose lui-même ne pénètre pas dans les cellules, à l'exception des tissus insulino-dépendants, qui comprennent les cellules du cerveau, les vaisseaux sanguins, les cellules sanguines, la rétine, les reins et les glandes surrénales. Les cellules restantes ont besoin d'insuline, ce qui rend leur membrane perméable au glucose.

Si le taux de glucose dans le sang augmente, les tissus indépendants de l'insuline commencent à l'absorber en grande quantité. Ainsi, dans le diabète sucré, lorsque la glycémie est largement dépassée, les cellules du cerveau, de la vue et des reins souffrent en premier. Ils subissent une charge énorme, absorbant l'excès de glucose.

Plusieurs fonctions importantes de l'insuline:

  • Il permet au glucose de pénétrer dans les cellules, où il est décomposé en eau, en dioxyde de carbone et en énergie. La cellule consomme de l'énergie, puis le dioxyde de carbone est éliminé et libéré dans les poumons.
  • Le glucose est synthétisé par les cellules du foie. L'insuline bloque la formation de nouvelles molécules de glucose dans le foie, réduisant ainsi la charge sur l'organe.
  • L'insuline vous permet de stocker du glucose pour une utilisation future sous forme de glycogène. Dans le cas du jeûne et de la carence en sucre, le glycogène se décompose et est converti en glucose.
  • L'insuline rend les cellules du corps perméables non seulement au glucose, mais également à certains acides aminés.
  • L'insuline est produite dans le corps tout au long de la journée, mais sa production augmente avec l'augmentation du taux de glucose dans le sang (dans un corps en bonne santé), tout en mangeant. La violation de la production d'insuline affecte tout le métabolisme dans le corps, mais principalement - le métabolisme des glucides.

Diagnostic et taux en fonction de l'âge

Pour obtenir le bon résultat, vous devez suivre les règles de préparation de l'analyse.

Le diagnostic de l'insuline est généralement prescrit par le médecin, mais il est possible de vérifier le taux d'insuline dans le sang, ainsi que le taux de glucose, sans indications, à des fins de prévention. En règle générale, les fluctuations du niveau de cette hormone sont perceptibles et sensibles. Une personne remarque une variété de symptômes désagréables et de signes de dysfonctionnement des organes internes.

  • La norme hormonale dans le sang des femmes et des enfants varie de 3 à 20-25 MCU / ml.
  • Pour les hommes, jusqu’à 25 μED / ml.
  • Pendant la grossesse, les tissus et les cellules du corps ont besoin de plus d'énergie, plus de glucose est fourni au corps, ce qui signifie que le niveau d'insuline augmente. Des taux d’insuline de 6 à 27 µU / ml sont considérés comme normaux chez la femme enceinte.
  • Chez les personnes âgées, ce chiffre est également souvent élevé. La pathologie est un chiffre inférieur à 3 et supérieur à 35 MCU / ml.

Le taux d'hormones dans le sang fluctue tout au long de la journée et a également de larges valeurs de référence pour les diabétiques, car le niveau d'hormones dépend du stade de la maladie, du traitement, du type de diabète.

En cas de diabète, on effectue généralement un test de glycémie: la détermination du taux d'insuline dans le sang est nécessaire pour les cas plus graves de diabète avec complications et pour divers troubles hormonaux.

Les règles applicables à l'insuline sérique sanguine ne diffèrent pas des règles de préparation standard:

  • L'analyse est donnée à jeun. Avant de prendre du sang, il n'est pas recommandé de boire, fumer, se brosser les dents, utiliser un bain de bouche. Vous pouvez boire de l'eau pure sans gaz pendant une heure avant l'examen, mais le dernier repas doit avoir lieu au plus tard 8 heures avant le don de sang.
  • Pendant l'examen, le patient ne doit prendre aucun médicament. Il est recommandé de procéder à l'analyse quelques semaines après la fin de la prise de tous les médicaments. S'il est impossible d'annuler un médicament pour des raisons de santé, la liste complète des médicaments pris et de la posologie est incluse dans l'analyse.
  • Un jour ou deux avant de visiter le laboratoire, il est recommandé d’abandonner les aliments «nocifs» (frits, trop épicés, viande grasse, aliments très salés), les épices, l’alcool, les fast foods, les boissons sucrées gazeuses.
  • Il est conseillé d'éviter le stress physique et émotionnel à la veille de l'enquête. Avant de donner du sang, vous devez vous reposer pendant 10 minutes.

Niveaux d'insuline élevés

Un excès d'insuline peut être observé après un repas, mais même dans ce cas, le niveau de l'hormone doit être compris dans les limites des valeurs de référence. Le niveau pathologiquement élevé d'insuline entraîne des conséquences irréversibles et perturbe le travail de tous les systèmes vitaux du corps.

Les symptômes d'augmentation de l'insuline comprennent généralement des nausées accompagnées de faim, une augmentation de l'appétit, des évanouissements, des tremblements, une transpiration, une tachycardie.

Les conditions physiologiques (grossesse, consommation de nourriture, exercice) entraînent une légère augmentation du taux d'hormones. Les causes de l'augmentation pathologique du niveau de cet indicateur sont le plus souvent diverses maladies graves:

  • Insulinome. L'insulinome est le plus souvent une tumeur bénigne des îlots de Langerhans. La tumeur stimule la production d'insuline et conduit à une hypoglycémie. Le pronostic est généralement favorable. La tumeur est enlevée par voie chirurgicale, après quoi environ 80% des patients se rétablissent complètement.
  • Diabète de type 2. Le diabète du second type s'accompagne d'un taux élevé d'insuline dans le sang, mais il est inutile pour l'absorption du glucose. Ce type de diabète est appelé insulino-indépendant. Cela est dû à l'hérédité ou au surpoids.
  • Acromégalie Cette maladie s'appelle également le gigantisme. L’hypophyse commence à produire une quantité excessive d’hormone de croissance, une hormone de croissance. Pour la même raison, augmentation de la production d’autres hormones, telles que l’insuline.
  • Le syndrome de Cushing. Avec ce syndrome, le niveau de glucocorticoïdes dans le sang augmente. Les personnes atteintes du syndrome de Cushing ont des problèmes de surcharge pondérale, de graisse dans le goitre, de diverses maladies de la peau, d'hypertension et de faiblesse musculaire.
  • Ovaire polykystique. Chez les femmes présentant des ovaires polykystiques, divers troubles hormonaux sont observés, entraînant, entre autres, une augmentation du niveau d'insuline dans le sang.

Une grande quantité d'insuline entraîne la destruction des vaisseaux sanguins, l'excès de poids, l'hypertension, l'augmentation du cholestérol, voire le cancer, dans la mesure où l'insuline stimule la croissance des cellules, y compris des cellules tumorales.

L'insuline dans le sang est réduite

Une insuline anormale peut indiquer le développement de maladies graves dans le corps.

Le manque d'insuline entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang et une diminution de sa pénétration dans les cellules. En conséquence, les tissus du corps commencent à mourir de faim par manque de glucose. Les personnes ayant de faibles niveaux d'insuline ont une soif accrue, des accès de faim, une irritabilité et une envie fréquente d'uriner.

Le manque d’insuline dans le corps est observé dans les conditions et maladies suivantes:

  • Diabète de type 1. Souvent, le diabète de type 1 est dû à une prédisposition héréditaire qui empêche le pancréas de produire des hormones. Le diabète sucré du premier type est aigu et conduit à une détérioration rapide du patient. Le plus souvent, les diabétiques souffrent de faim et de soif extrêmes, ne tolèrent pas le jeûne, mais ne prennent pas de poids. Ils ont la léthargie, la fatigue, la mauvaise haleine. Cette forme de diabète n’est pas liée à l’âge et se manifeste souvent dans l’enfance.
  • Trop manger Une carence en insuline peut être observée chez les personnes qui abusent des produits à base de farine et des bonbons. Un régime alimentaire incorrect peut également conduire au diabète.
  • Maladies infectieuses. Certaines maladies infectieuses chroniques et aiguës entraînent la destruction des tissus des îlots de Langerhans et la mort des cellules bêta responsables de la production d’insuline. Le corps est déficient en hormone, ce qui entraîne diverses complications.
  • Épuisement nerveux et physique. Avec un stress constant et un effort physique excessif, de grandes quantités de glucose sont consommées et les niveaux d'insuline peuvent chuter.

Plus d'informations sur l'insuline peuvent être trouvées dans la vidéo:

Dans la plupart des cas, le diabète sucré du premier type entraîne un manque d'hormone. Cela entraîne souvent diverses complications dangereuses pour la vie humaine. Les conséquences de cette forme de diabète sont notamment l'hypoglycémie (baisse dangereuse et brutale de la glycémie) pouvant entraîner un coma hypoglycémique et la mort, l'acidocétose (augmentation des taux sanguins de produits métaboliques et de corps cétoniques), entraînant une perturbation de tous les organes vitaux..

Avec une évolution longue de la maladie, d'autres conséquences peuvent survenir avec le temps, telles que des maladies de la rétine, des ulcères et des plaies aux jambes, une insuffisance rénale, des ulcères trophiques, une faiblesse des membres et une douleur chronique.

Insuline: quelle est l'hormone, le taux de sang, le niveau de diabète et d'autres maladies, l'introduction

Quelle est cette substance - l'insuline, qui est si souvent écrite et parlée en relation avec le diabète sucré actuel? Pourquoi, à un moment donné, il cesse d'être produit en quantités suffisantes ou, au contraire, est synthétisé en excès?

L'insuline est une substance biologiquement active (BAS), une hormone protéique qui régule la glycémie. Cette hormone est synthétisée par des cellules bêta appartenant à l'appareil îlots (îlots de Langerhans) du pancréas, ce qui explique le risque de développer un diabète en violation de ses capacités fonctionnelles. Outre l'insuline, d'autres hormones sont synthétisées dans le pancréas, notamment le facteur hyperglycémique (glucagon) produit par les cellules alpha de l'appareil à îlots et également impliqué dans le maintien d'une concentration constante de glucose dans le corps.

Les indicateurs de la norme d'insuline dans le sang (plasma, sérum) d'un adulte sont compris entre 3 et 30 µE / ml (ou jusqu'à 240 pmol / l).

Chez les enfants de moins de 12 ans, les indicateurs ne doivent pas dépasser 10 µU / ml (ou 69 pmol / l).

Bien que le lecteur respecte la norme jusqu’à 20 USI / ml, et jusqu’à 25 ICED / ml - la norme peut être légèrement différente dans certains laboratoires. Par conséquent, si vous faites toujours un don de sang pour analyse, vous devez vous concentrer sur les données exactes (valeurs de référence) de ce laboratoire, qui fait de la recherche, et non sur les valeurs données par diverses sources.

Insuline élevée peut désigner à la fois une pathologie, par exemple le développement d'une tumeur pancréatique (insulinome) et une affection physiologique (grossesse).

Une diminution du taux d'insuline peut indiquer le développement d'un diabète ou simplement une fatigue physique.

Le rôle principal de l'hormone est l'hypoglycémie.

L'action de l'insuline dans le corps humain (et pas seulement l'homme, à cet égard, tous les mammifères sont similaires) réside dans sa participation aux processus d'échange:

  • Cette hormone permet au sucre, obtenu avec la nutrition, de pénétrer librement dans les cellules des muscles et des tissus adipeux, augmentant la perméabilité de leurs membranes:
  • C'est un inducteur de la production de glucose à partir de glucose dans le foie et les cellules musculaires:
  • L'insuline contribue à l'accumulation des protéines, augmente leur synthèse et prévient la désintégration, ainsi que les produits gras (elle aide le tissu adipeux à saisir le glucose et à le transformer en graisse (d'où proviennent les excès de graisse et pourquoi un excès d'amour pour les glucides conduit à l'obésité);
  • En augmentant l'activité des enzymes qui améliorent la dégradation du glucose (effet anabolique), cette hormone interfère avec le travail des autres enzymes qui cherchent à décomposer les graisses et le glycogène (effet anti-catabolique de l'insuline).

L’insuline est omniprésente et participe à tous les processus métaboliques du corps humain, mais son objectif principal est de fournir un métabolisme des glucides, car c’est la seule hormone hypoglycémique, alors que ses «opposants», hormones hyperglycémiques, cherchent à augmenter la teneur en sucre. sang, beaucoup plus (adrénaline, hormone de croissance, glucagon).

Tout d’abord, le mécanisme de formation de l’insuline par les cellules β des îlots de Langerhans déclenche une augmentation de la concentration de glucides dans le sang, mais avant cela, l’hormone commence à être produite dès que la personne mâche un morceau de produit comestible, l’avale et le délivre dans l’estomac (et la nourriture était glucidique). Ainsi, la nourriture (n'importe laquelle) provoque une augmentation du niveau d'insuline dans le sang et la faim sans nourriture, au contraire, en réduit le contenu.

En outre, la formation d'insuline est stimulée par d'autres hormones, des concentrations élevées de certains oligo-éléments dans le sang, telles que le potassium et le calcium, ainsi qu'une quantité accrue d'acides gras. Les insulines sont le plus dépressées par l'hormone de croissance (hormone de croissance). D'autres hormones réduisent également, dans une certaine mesure, la production d'insuline, par exemple la somatostatine, synthétisée par les cellules delta de l'appareil à îlots pancréatiques, mais son action n'a toujours pas le pouvoir de la somatotropine.

Il est évident que les fluctuations du niveau d'insuline dans le sang dépendent des modifications de la teneur en glucose dans le corps. Il est donc clair pourquoi la recherche d'insuline en utilisant simultanément des méthodes de laboratoire détermine la quantité de glucose (test sanguin de sucre).

Vidéo: l'insuline et ses fonctions - animation médicale

Insuline et maladie du sucre des deux types

Le plus souvent, la sécrétion et l'activité fonctionnelle de l'hormone décrite changent lors du diabète sucré de type 2 (diabète sucré non insulino-dépendant - DNID), qui se forme souvent chez les personnes en surpoids d'âge moyen et âgé. Les patients se demandent souvent pourquoi la surcharge pondérale est un facteur de risque pour le diabète. Et cela se produit de la manière suivante: l'accumulation de réserves graisseuses en excès s'accompagne d'une augmentation des lipoprotéines sanguines, ce qui réduit le nombre de récepteurs hormonaux et en modifie l'affinité. Le résultat de ces troubles est une diminution de la production d'insuline et, par conséquent, une diminution de son niveau dans le sang, ce qui entraîne une augmentation de la concentration de glucose, qui ne peut pas être utilisé rapidement en raison d'un déficit en insuline.

Soit dit en passant, certains, après avoir appris les résultats de leurs analyses (hyperglycémie, trouble du spectre lipidique), bouleversés par cette occasion, commencent à rechercher activement des moyens de prévenir une maladie grave - ils "s'asseyent" immédiatement avec un régime réduisant le poids. Et ils font le bon choix! Une telle expérience peut être très utile pour tous les patients à risque de diabète: les mesures prises à temps permettent de retarder indéfiniment le développement de la maladie elle-même et ses conséquences, ainsi que la dépendance à des médicaments réduisant le taux de sucre dans le sérum (plasma) du sang.

Une image quelque peu différente est observée dans le diabète sucré de type 1, appelé insulinodépendant (IDDM). Dans ce cas, le glucose est plus que suffisant autour des cellules, elles se baignent simplement dans l'environnement du sucre, mais elles ne peuvent assimiler des matières énergétiques importantes en raison de l'absence absolue de conducteur - il n'y a pas d'insuline. Les cellules ne peuvent pas accepter le glucose et, dans des circonstances similaires, des perturbations d'autres processus commencent à se produire dans le corps:

  • La graisse de réserve, qui ne brûle pas complètement dans le cycle de Krebs, est envoyée au foie et participe à la formation des corps cétoniques;
  • Une augmentation significative de la glycémie conduit à une soif incroyable, une grande quantité de glucose commence à être excrétée dans l'urine;
  • Le métabolisme des glucides est envoyé par un autre chemin (sorbitol), formant un excès de sorbitol, qui commence à se déposer à divers endroits, formant des états pathologiques: cataracte (dans le cristallin), polyneurite (dans les guides nerveux), processus athérosclérotique (dans la paroi vasculaire).

Le corps, essayant de compenser ces troubles, stimule la dégradation des graisses, ce qui entraîne une augmentation du contenu en triglycérides dans le sang, mais une diminution du taux de la fraction de cholestérol utile. La dysprotéinémie athérogène réduit les défenses de l'organisme, ce qui se manifeste par une modification des autres paramètres de laboratoire (augmentation de la fructosamine et de l'hémoglobine glycosylée, perturbation de la composition électrolytique du sang). Dans un tel état d'insuffisance absolue d'insuline, les patients s'affaiblissent, veulent constamment boire, ils émettent une grande quantité d'urine.

Dans le diabète, le manque d’insuline affecte finalement presque tous les organes et systèmes, c’est-à-dire que sa carence contribue au développement de nombreux autres symptômes qui enrichissent le tableau clinique d’une maladie dite «douce».

Que "racontent" les excès et les inconvénients

Une augmentation de l'insuline, c'est-à-dire une augmentation de son niveau de plasma (sérum) de sang, peut être attendue dans le cas de certaines conditions pathologiques:

  1. Les insulinomes sont des tumeurs des tissus des îlots de Langerhans, incontrôlables et produisant de grandes quantités d'hormone hypoglycémique. Ce néoplasme donne un niveau d'insuline assez élevé, tandis que la glycémie à jeun est réduite. Pour le diagnostic d'un adénome pancréatique de ce type, calculez le rapport insuline / glucose (I / G) selon la formule suivante: valeur quantitative de l'hormone dans le sang, μE / ml: (teneur en sucre, déterminée le matin à jeun, mmol / l - 1.70).
  2. Le stade initial de la formation du diabète sucré insulino-dépendant, plus tard, le niveau d'insuline commence à baisser et le taux de sucre augmente.
  3. L'obésité. En attendant, ici et dans le cas de certaines autres maladies, il est nécessaire de distinguer les causes et les effets: au début, l'obésité n'est pas la cause de l'augmentation de l'insuline, mais au contraire, un taux élevé d'hormone augmente l'appétit et contribue à la transformation rapide du glucose contenu dans les aliments. Cependant, tout est tellement interconnecté qu'il n'est pas toujours possible de rechercher clairement la cause première.
  4. Maladie du foie.
  5. Acromégalie Chez les personnes en bonne santé, un taux élevé d'insuline diminue rapidement le taux de glucose dans le sang, ce qui stimule grandement la synthèse de l'hormone de croissance. Chez les patients atteints d'acromégalie, une augmentation des valeurs d'insuline et une hypoglycémie ultérieure ne provoquent pas de réaction particulière de l'hormone de croissance. Cette fonction est utilisée comme test stimulant pour surveiller l'équilibre hormonal (l'injection intraveineuse d'insuline n'entraîne pas d'augmentation particulière de l'hormone de croissance une heure ou deux heures après l'administration d'insuline).
  6. Syndrome d'Itsenko-Cushing. La perturbation du métabolisme des glucides dans cette maladie est due à la sécrétion accrue de glucocorticoïdes, qui supprime le processus d'utilisation du glucose qui, malgré des taux d'insuline élevés, reste dans le sang à des concentrations élevées.
  7. L'insuline est élevée dans la dystrophie musculaire, qui résulte de divers troubles métaboliques.
  8. Grossesse se déroulant normalement mais avec un appétit accru.
  9. Intolérance héréditaire au fructose et au galactose.

L'introduction d'insuline (à action rapide) sous la peau provoque un saut brutal dans l'hormone sanguine du patient, qui est utilisée pour sortir le patient du coma hyperglycémique. L'utilisation d'hormones et de médicaments hypoglycémiants pour le traitement du diabète sucré entraîne également une augmentation de l'insuline dans le sang.

Il convient de noter que, même si de nombreuses personnes savent déjà qu’il n’existe pas de traitement pour les taux élevés d’insuline, il existe un traitement pour une maladie spécifique, caractérisé par une «faille» similaire entre le statut hormonal et une violation de divers processus métaboliques.

Une diminution du niveau d'insuline est observée dans le diabète sucré et les types 1 et 2. La seule différence est que, avec INZSD, le déficit en hormone est relatif et est causé par d'autres facteurs que le déficit absolu en IDDM. De plus, des situations stressantes, un effort physique intense ou l'impact d'autres facteurs néfastes entraînent une chute des valeurs quantitatives de l'hormone dans le sang.

Pourquoi est-il important de connaître les niveaux d'insuline?

Les indicateurs absolus des niveaux d'insuline, obtenus par des recherches en laboratoire, n'ont pas une grande valeur diagnostique, car, sans valeurs quantitatives de la concentration en glucose, ils n'en parlent pas beaucoup. C'est-à-dire que, avant de juger d'éventuelles anomalies corporelles liées au comportement de l'insuline, il convient d'examiner son lien avec le glucose.

Avec cet objectif (pour augmenter la signification diagnostique de l'analyse), un test de stimulation de la production d'insuline par le glucose (test de stress) est réalisé, qui montre que l'hormone hypoglycémique produite par les cellules bêta du pancréas est tardive chez les personnes atteintes de diabète sucré latent, sa concentration augmente plus lentement. mais il atteint des valeurs plus élevées que chez les personnes en bonne santé.

En plus du test de charge en glucose, le test de provocation ou, comme on l'appelle, le test de jeûne est utilisé dans la recherche de diagnostic. L’essence de l’échantillon consiste à déterminer les valeurs quantitatives du glucose, de l’insuline et du peptide C (partie protéique de la molécule de proinsuline) sur un estomac vide dans le sang du patient, après quoi le patient est limité à manger et à boire pendant une journée ou plus (jusqu’à 27 heures), en effectuant toutes les 6 heures un examen, d'intérêt (glucose, insuline, peptide C).

Ainsi, si l'insuline est principalement produite dans des conditions pathologiques, à l'exception d'une grossesse normale, où son niveau est attribué à des phénomènes physiologiques, le fait de révéler une concentration élevée de l'hormone, associée à une diminution de la glycémie, joue également un rôle important dans le diagnostic:

  • Processus tumoraux localisés dans les tissus de l'appareil insulaire du pancréas;
  • Hyperplasie des îlots;
  • Insuffisance glucocorticoïde;
  • Maladie hépatique sévère;
  • Le diabète au stade initial de son développement.

Parallèlement, la présence de pathologies telles que le syndrome d’Itsenko-Cushing, l’acromégalie, la dystrophie musculaire et les maladies du foie nécessite une étude du taux d’insuline, non pas tant pour le diagnostic que pour le contrôle du fonctionnement et du maintien de la santé des organes et des systèmes.

Comment prendre et passer l'analyse?

Le contenu en insuline est déterminé dans le plasma (le sang est introduit dans un tube à essai avec de l'héparine) ou dans le sérum (sang prélevé sans anticoagulant, centrifugé). Le travail avec du matériel biologique est commencé immédiatement (maximum dans un quart d'heure), car ce milieu ne tolère pas une «oisiveté» prolongée sans traitement.

Avant l'étude, le patient est expliqué la signification de l'analyse, ses caractéristiques. La réaction du pancréas vis-à-vis des aliments, des boissons, des médicaments, des efforts physiques est telle que le patient doit mourir de faim pendant 12 heures avant l'étude, afin de ne pas entreprendre de travaux physiques pénibles, afin d'éliminer l'utilisation de médicaments hormonaux. Si ce dernier est impossible, c'est-à-dire que le médicament ne peut en aucun cas être ignoré, la feuille d'analyse indique alors que le test est effectué sur fond de thérapie hormonale.

Une demi-heure avant la ponction veineuse (le sang est prélevé dans une veine), une personne en attente de la file d'attente des tests lui propose de s'étendre sur un canapé et de se détendre le plus possible. Le patient doit être averti que le non-respect des règles peut affecter les résultats, puis une rentrée au laboratoire, et que, par conséquent, des restrictions répétées seront inévitables.

Introduction d'insuline: seule la première injection est terrible, alors l'habitude

Étant donné la grande attention portée à l'hormone hypoglycémique produite par le pancréas, il serait utile de se concentrer brièvement sur l'insuline, en tant que médicament prescrit pour diverses affections pathologiques et, surtout, pour le diabète sucré.

L'introduction de l'insuline par les patients eux-mêmes est devenue une question d'habitude, même les enfants d'âge scolaire y étant confrontés, le médecin traitant leur explique toutes les subtilités (utilisez le dispositif pour l'administration d'insuline, suivez les règles de l'asepsie, déterminez les propriétés du médicament et en connaître l'effet de chaque type). Presque tous les patients atteints de diabète de type 1 et les patients atteints de diabète sucré insulinodépendant sévère sont assis sur des injections d'insuline. En outre, certaines conditions d'urgence ou complications du diabète, en l'absence d'effet d'autres médicaments, sont arrêtées par l'insuline. Toutefois, dans les cas de diabète de type 2, après stabilisation de l'état du patient, l'hormone hypoglycémique sous forme injectée est remplacée par un autre moyen à l'intérieur, de manière à ne pas tripoter les seringues, calculer et dépendre de l'injection, ce qui est assez difficile à faire vous-même sans habitude. compétences de manipulation médicale simples.

Le meilleur médicament avec un minimum d'effets secondaires et sans contre-indications sérieuses est une solution d'insuline reconnue, basée sur la substance insuline humaine.

En termes de structure, l'hormone hypoglycémique du pancréas de porc ressemble le plus à l'insuline humaine et, dans la plupart des cas, elle a sauvé l'humanité pendant de nombreuses années avant d'obtenir (en utilisant le génie génétique) des formes d'insuline recombinantes semi-synthétiques ou à ADN. Pour le traitement du diabète chez les enfants, seule l'insuline humaine est actuellement utilisée.

Les injections d’insuline sont conçues pour maintenir des taux de glucose sanguin normaux dans le sang et éviter les extrêmes: sautes (hyperglycémie) et chute au-dessous des valeurs acceptables (hypoglycémie).

Attribuer des types d'insuline, le calcul de leur dose en fonction des caractéristiques du corps, de l'âge, de la comorbidité ne produit qu'un médecin de manière strictement individuelle. Il enseigne également au patient comment injecter indépendamment de l'insuline sans recourir à une aide extérieure, désigne les zones d'administration d'insuline, donne des conseils sur la nutrition (la prise alimentaire doit correspondre à la consommation d'hormone hypoglycémique dans le sang), le mode de vie, la routine quotidienne, l'exercice. En général, dans le bureau de l'endocrinologue, le patient reçoit toutes les connaissances nécessaires dont dépend sa qualité de vie. Le patient lui-même ne peut les utiliser correctement et suivre strictement les recommandations du médecin.

Vidéo: sur l'introduction des injections d'insuline

Types d'insuline

Les patients recevant l’hormone hypoglycémique sous forme injectable devront déterminer quels types d’insuline sont, à quelle heure de la journée (et pourquoi) on leur prescrit:

  1. Insulines ultracourtes mais à action brève (Humalog, Novorapid) - elles apparaissent dans le sang de quelques secondes à 15 minutes. Leur action est maximale en une heure et demie, mais au bout de 4 heures, le corps du patient est sans insuline. Il faudra en tenir compte si moment envie urgent de manger.
  2. Insulines à action brève (Actrapid NM, Insuman Rapid, Humulin Regular) - l’effet se produit entre une demi-heure et 45 minutes après l’injection et dure de 6 à 8 heures, le pic de l’action hypoglycémique se situant entre 2 et 4 heures après l’administration.
  3. Insulines de durée moyenne (Humulin NPH, Bazal Insuman, NM) - on ne peut pas s'attendre à un effet rapide de l'administration d'insuline de ce type; elle survient au bout de 1 à 3 heures, atteint son maximum entre 6 et 8 heures et se termine au bout de 10 à 14 heures ( dans les autres cas, jusqu’à 20 heures).
  4. Insulines à action prolongée (jusqu'à 20 à 30 heures, parfois jusqu'à 36 heures). Le représentant du groupe: un médicament unique qui n’a pas de pic d’action - l’insuline Glargin, dont les patients sont plus connus sous le nom de "Lantus".
  5. Insulines à action prolongée (jusqu'à 42 heures). En tant que représentant, on peut appeler le médicament danois Insulin Deglyudek.

Les insulines à action prolongée et durable sont administrées une fois par jour, elles ne conviennent pas aux situations d'urgence (jusqu'à ce qu'elles atteignent le sang). Bien entendu, dans le cas du coma, ils utilisent des insulines à action ultracourte, qui rétablissent rapidement les niveaux d'insuline et de glucose et les rapprochent de leur valeur normale.

Lors de la prescription de différents types d’insuline au patient, le médecin calcule la dose de chaque insuline, la voie d’administration (sous la peau ou dans le muscle), indique les règles de mélange (si nécessaire) et les heures d’administration en fonction du repas. Le lecteur a probablement déjà compris que le traitement du diabète sucré (insuline, en particulier) ne tolérera pas une attitude frivole à l'égard de l'alimentation. Les repas (de base) et les «collations» sont très étroitement liés au niveau d'insuline au moment du repas. Le patient lui-même doit donc être strictement contrôlé - sa santé en dépend.

Quel est le taux d'insuline dans le sang chez les hommes, les femmes et les enfants

Le corps a besoin d'hormones en petites quantités. Néanmoins, ils remplissent une fonction très importante. Une de ces hormones est l'insuline. Son excès ou sa carence peut entraîner des maladies graves. Par conséquent, vous devez surveiller en permanence son contenu. Comment le faire et quel est le taux d'insuline dans le sang?

Test sanguin d'insuline à jeun

Vérifiez les niveaux d'insuline peuvent être dans la clinique. Deux méthodes sont utilisées à cet effet: l'estomac vide et après une charge de glucides. Pour établir un diagnostic adéquat, il est nécessaire de subir les deux études.

L'analyse de l'insuline à jeun est effectuée uniquement à jeun. Il devrait y avoir au moins 8 heures entre le prélèvement de sang et le dernier repas, idéalement entre 12 et 14 heures. Par conséquent, le meilleur moment pour diagnostiquer est le matin après une nuit de repos. Cela permettra au patient de supporter facilement le refus forcé de manger. 24 heures avant l'analyse, vous devez éliminer du régime les aliments sucrés et gras. Vous devez également vous abstenir de boire de l'alcool et de fumer.

Afin de déterminer correctement le niveau d'insuline dans le sang, vous devez éviter les troubles émotionnels forts et les efforts physiques importants. La veille de l'étude, toute boisson est interdite (à l'exception de l'eau potable sans gaz), les aliments ne peuvent pas être mangés.

Sang pour analyse prélevé au doigt. Dans des cas exceptionnels, un échantillon de sang veineux est utilisé pour le test. Souvent, l'endocrinologue prescrit en outre un diagnostic du pancréas. Il aide à identifier les lésions et les processus inflammatoires dans le corps qui ont causé la mort des cellules β.

Test sanguin pour l'insuline avec une charge alimentaire

La deuxième méthode, l'analyse avec une charge de glucose, implique une préparation similaire à la méthode précédente. Au cours de l'étude, le patient doit boire 75 ml de solution de glucose. Les petits enfants sont présentés un volume de 50 ml. Ensuite, attendez 2 heures. Le prélèvement de sang pour analyse est effectué après la libération d'insuline.

Lors de la mesure du taux d'insuline, il est important de maintenir un calme complet. Le résultat de l'analyse est capable de fausser l'effort physique et le stress psycho-émotionnel.

Les informations les plus précises peuvent être obtenues en effectuant un double test du niveau d'insuline dans le sang. Le premier test se fait le matin à jeun. Ensuite, la procédure est répétée, mais 2 heures après avoir consommé la solution de glucose. La méthode de recherche combinée fournira une image complète du fonctionnement du pancréas.

Norme des indicateurs

Le niveau normal d'insuline dans le sang des femmes et des hommes est à peu près le même. Dans certaines situations, de petites différences sont possibles. Chez les femmes, il s'agit de la période de la puberté (puberté) et de la grossesse.

Chez les femmes

Le taux d'insuline chez les femmes dépend de l'âge. Au fil du temps, la performance augmente nettement.

Chez les hommes

Chez les hommes, le taux d'insuline dépend également de l'âge. Les personnes âgées ont besoin d'énergie supplémentaire. En conséquence, après 60 ans, le volume d’insuline produite augmente.

Le taux de performance chez les adolescents et les enfants

Les adolescents et les enfants constituent une catégorie spéciale. L'énergie supplémentaire n'est pas nécessaire pour les bébés, leur production d'insuline est donc sous-estimée.

À la puberté, la situation change radicalement. La concentration d'hormones dans le sang des adolescents augmente en même temps que l'augmentation hormonale.

Insuline normale avec charge de glucose et à jeun

Lorsque vous mesurez le niveau d’insuline à jeun, performances normales:

  • Un adulte - de 1,9 à 23 mcd / l.
  • Femmes enceintes - de 6 à 27 mcd / l.
  • Enfants jusqu'à 14 ans - de 2 à 20 mcd / l.

Lorsque les aliments chargent des performances normales:

  • Un adulte - de 13 à 15 μed / l.
  • Femmes enceintes - de 16 à 17 μed / l.
  • Enfants de moins de 14 ans - de 10 à 11 mcd / l.

L'insuline est en dessous de la normale

Une faible insuline entraîne une augmentation de la concentration de glucose dans le sang. Les cellules meurent de faim car elles ne reçoivent pas le sucre nécessaire. Les processus métaboliques sont perturbés, le glycogène cesse de se déposer dans le foie et les muscles.

Avec un excès de glucose dans le sang, il y a une envie fréquente d'uriner, une soif constante, une fatigue, une fatigue, une faiblesse, une irritabilité, une anxiété, des troubles mentaux, une faim soudaine. Si vous hésitez avec un traitement, un déficit en hormone déclenche le développement d'un diabète insulino-dépendant de type 1.

Les causes de l'insuline dans le sang peuvent être:

  • stress et états psycho-émotionnels graves;
  • troubles fonctionnels de l'hypothalamus et de l'hypophyse;
  • maladies infectieuses ou chroniques;
  • diabète sucré non insulino-dépendant, coma diabétique;
  • manger des aliments riches en calories, trop manger;
  • mode de vie sédentaire;
  • effort physique prolongé et excessif, surtout à jeun.

Le niveau d'insuline peut être normalisé si son déficit est immédiatement identifié. Cela aidera la recherche en laboratoire. Le patient doit suivre un régime, tout d'abord, réduire la consommation de produits à base de farine et de sucre. Vous devez également prendre des mesures pour renforcer le système immunitaire.

La prochaine étape importante est l'injection de préparations d'insuline. Leur effet est le même que celui de l'insuline naturelle produite dans le corps. Ils diffèrent les uns des autres par la durée d'exposition et sont prolongés, moyens et courts.

Les médicaments qui dilatent les vaisseaux et les cellules en régénération du pancréas sont non moins importants pour ce diagnostic.

Insuline supérieure à la normale

L'augmentation des taux d'insuline au-dessus de la normale s'accompagne d'une diminution de la quantité de glucose dans le sang. La nourriture reçue cesse d'être convertie en énergie. De plus, les cellules graisseuses cessent de participer aux réactions métaboliques. Le patient se plaint de tremblements, de transpiration excessive et de tremblements. La famine, les palpitations cardiaques, les nausées et la perte de conscience sont parmi les symptômes courants.

L'augmentation des niveaux d'hormones dans le sang n'est pas moins dangereuse que sa carence. Cette condition est lourde avec le développement du diabète de type 2 indépendant de l'insuline. La survenue de maladies telles que bronchite, asthme, myopie, accident vasculaire cérébral, crise cardiaque n'est pas exclue.

Raisons

Les causes de taux élevés d'insuline dans le sang peuvent être:

  • conditions stressantes, effort physique intense et régulier (surtout chez les femmes);
  • diabète de type 2 insulino-dépendant;
  • surpoids et obésité à différents stades;
  • troubles fonctionnels de l'hypophyse;
  • excès d'hormone de croissance (acromégalie);
  • ovaires polykystiques, tumeurs du pancréas (insulinome) ou des glandes surrénales;
  • Le syndrome de Cushing.

Les maladies neuromusculaires (en particulier la myotonie dystrophique) et l’altération de la perception de l’insuline et des glucides consommés sont des causes non moins fréquentes d’augmentation des taux d’hormone dans le sang.

Traitement

Sur la base des causes de la pathologie, un régime de traitement est construit. Pour réduire le niveau d'hormone, il est important de pratiquer un sport avec modération et plus souvent à l'air frais. Les aliments faibles en calories et en glucides aideront à se débarrasser des kilos superflus et à normaliser le pancréas.

Certain médicaments prescrits qui réduisent l'insuline. Ils devraient être pris quotidiennement. Cela minimisera la charge sur le pancréas et empêchera son épuisement.

Pour que le corps fonctionne pleinement, il est nécessaire de maintenir le niveau d'insuline dans le sang dans les limites de la normale. Essayez de ne pas manger plus de 2 fois par jour. Une fois par semaine, refusez complètement de manger. Le jeûne favorise la réparation cellulaire. Ajoutez des fibres à votre alimentation et réduisez la quantité de glucides rapides. Exercice, mais sans surmenage. Tout cela aidera à éviter les maladies et à prolonger votre vie.