Insuline dans le sang

Synonymes: insuline, insuline

Informations générales

L'insuline est une hormone pancréatique qui régule le métabolisme des glucides, maintient la concentration de glucose dans le sang à un niveau optimal et participe au métabolisme des graisses. Une carence en insuline entraîne une augmentation de la glycémie et une privation d'énergie des cellules, ce qui affecte négativement les processus internes et provoque diverses pathologies endocriniennes.

L'analyse de l'insuline dans le sang vous permet de déterminer le trouble métabolique (syndrome métabolique), le degré de sensibilité à l'insuline (résistance à l'insuline) et de diagnostiquer des maladies aussi graves que le diabète sucré et l'insulinome (tumeur hormonale sécrétant des cellules bêta du pancréas).

L'insuline est une protéine spécifique sécrétée par les cellules bêta du pancréas à partir de la proinsuline. Il est ensuite libéré dans la circulation sanguine, où il remplit sa principale fonction - la régulation du métabolisme des glucides et le maintien du taux de glucose physiologiquement nécessaire dans le sérum sanguin.

En cas de production insuffisante de l'hormone, le patient développe un diabète sucré, caractérisé par une dégradation accélérée du glycogène (un glucide complexe) dans les tissus musculaires et hépatiques. Dans le contexte de la maladie, le taux d'oxydation du glucose diminue, le métabolisme des lipides et des protéines ralentit, un bilan azoté négatif apparaît et la concentration de cholestérol nocif dans le sang augmente.

Il existe 2 types de diabète.

  • Dans le premier type, l'insuline n'est pas produite du tout. Dans ce cas, un traitement hormonal substitutif est nécessaire et les patients sont classés comme insulino-dépendants.
  • Dans le deuxième type, le pancréas sécrète une hormone, mais il ne peut pas réguler complètement le niveau de glucose. Il existe également un état intermédiaire (stade précoce), dans lequel les symptômes typiques du diabète sucré ne se développent pas encore, mais il existe déjà des problèmes de production d'insuline.

C'est important! Le diabète sucré est une maladie dangereuse qui réduit considérablement la qualité de vie, entraîne des complications graves et peut provoquer un coma diabétique (souvent mortel). Par conséquent, le diagnostic opportun du diabète à travers l'analyse du niveau d'insuline dans le sang devient une valeur médicale importante.

Indications pour l'analyse

  • Diagnostic et contrôle du diabète sucré des premier et deuxième types;
  • Examen des patients présentant une prédisposition héréditaire au diabète;
  • Diagnostic du diabète gestationnel chez la femme enceinte;
  • Détermination de l'immunité à l'insuline;
  • Déterminer les causes de l'hypoglycémie (diminution de la glycémie);
  • Suspicion d'insuline;
  • Insuline de prescription et choix du dosage;
  • Examen approfondi des patients présentant un métabolisme altéré;
  • L'obésité;
  • Examen des patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (dysfonctionnement ovarien avec troubles menstruels);
  • Diagnostic des troubles endocriniens;
  • Surveillance de l'état des patients après la transplantation de cellules d'îlots (cellules bêta des îlots de Langerhans).

Symptômes pour lesquels un test d'insuline est indiqué

  • Irritabilité, dépression, fatigue chronique;
  • Troubles de la mémoire;
  • Un changement de poids important tout en maintenant le régime et le niveau d'activité physique habituels;
  • Soif et la faim constante, consommation excessive de liquide;
  • Peau sèche et muqueuses (bouche sèche);
  • Transpiration accrue, faiblesse;
  • Tachycardie et antécédents de crise cardiaque;
  • Conscience, vision double, vertiges;
  • Cicatrisation prolongée des plaies sur la peau, etc.

L’examen de synthèse et la nomination de cette étude sont effectués par un endocrinologue, un chirurgien, un médecin généraliste ou un médecin de famille. Dans le cas du diabète gestationnel, la consultation d'un gynécologue est nécessaire. Lors du diagnostic d'un insulinome ou d'autres formations pancréatiques, l'oncologue décodera les résultats du test.

Décryptage

Les unités de mesure généralement acceptées sont ICU / ml ou MDU / L.

Unité alternative: pmol / litre (μED * 0,138 μED / ml).

Normalement, la quantité d'insuline dans le sang est

Facteurs influençant le résultat

Le résultat de l'étude peut affecter la consommation de drogue:

  • la lévodopa;
  • les hormones (y compris les contraceptifs oraux);
  • les corticostéroïdes;
  • l'insuline;
  • albuterol;
  • le chlorpropamide;
  • le glucagon;
  • le glucose;
  • le saccharose;
  • le fructose;
  • la niacine;
  • la pancréozymine;
  • la quinidine;
  • spironolkton;
  • le prednisol;
  • tolbutamide, etc.

Haute insuline

  • Diabète de type 2 (le patient ne dépend pas des préparations d’insuline);
  • Tumeurs pancréatiques sécrétant des hormones, par exemple, insulinome;
  • Acromégalie (dysfonctionnement de l'hypophyse antérieure);
  • Pathologie du foie;
  • Dystrophie myotonique (dommage génétique aux muscles);
  • Syndrome de Cushing (hypersécrétion d'hormones surrénales);
  • Intolérance héréditaire aux sucres (glucose, fructose, lactose, etc.);
  • Tous les stades de l'obésité.

Insuline faible

  • Insuffisance cardiaque, tachycardie;
  • Hypopituitarisme (diminution de l'activité des glandes endocrines);
  • Diabète sucré du premier type (insulino-dépendant).

Préparation à l'analyse

Pour déterminer l'insuline, il est nécessaire de faire passer le sang veineux à jeun. La période de jeûne est d'environ 8 à 10 heures et le jour de l'analyse, vous ne pouvez boire que de l'eau ordinaire, sans sels ni gaz.

Pendant plusieurs jours, arrêtez de prendre des boissons alcoolisées et énergisantes, évitez tout stress mental et physique. Il est également indésirable de fumer le jour du prélèvement sanguin.

Pendant la journée, il est recommandé d’exclure du régime les mets gras et épicés, les épices.

30 minutes avant l'étude, vous devez vous asseoir et vous détendre complètement. Tout stress physique ou émotionnel à ce stade est strictement interdit, car le stress peut déclencher une libération d'insuline qui déforme les résultats du test.

À la remarque: pour éviter d’obtenir des résultats incorrects, l’analyse est prescrite avant le début d’un traitement conservateur et de procédures thérapeutiques et diagnostiques (échographie, rayons X, examen rectal, tomodensitométrie, IRM, physiothérapie, etc.) ou 1 à 2 semaines après.

Vous avez peut-être aussi été affecté:

Comment déchiffrer un test sanguin pour l'insuline?

Si une personne ressent constamment la soif, la bouche sèche, des égratignures guérissent lentement sur la peau - c’est une raison pour contacter un endocrinologue et pour effectuer un test de recherche d’insuline. Plus tôt cela sera fait, mieux ce sera: ignorer les symptômes déclenchera le développement du diabète, ce qui aura pour conséquence de faire tomber une personne dans le coma et, si l'assistance médicale n'est pas fournie à temps, la mort est possible.

Caractéristique d'hormone

L'hormone insuline est produite par les îlots de Langerhans (cette définition a été donnée par des scientifiques aux cellules bêta du pancréas). La principale tâche de l'insuline est de s'assurer que la quantité de glucose dans le sang est normale pour les fonctions vitales de l'organisme.

L'hormone fournit du glucose et d'autres nutriments à toutes les cellules du corps, fournissant aux tissus la quantité nécessaire d'éléments utiles. Si les îlots de Langerhans commencent à produire de l'insuline en dessous de la norme, les cellules reçoivent moins de nourriture, ce qui leur nuit définitivement: elles commencent à souffrir de la faim et meurent, provoquant des dysfonctionnements dans le corps.

Une autre tâche de l'insuline est la régulation du métabolisme des glucides, des graisses et des protéines, au cours de laquelle la conversion des protéines en masse musculaire a lieu, tout en empêchant la destruction des muscles. En outre, l'insuline résultant de réactions complexes transforme le glucose en excès pouvant nuire à l'organisme en glycogène.

Son hormone se situe principalement dans le foie et les muscles, créant une sorte de "dépôt" (le poids du glycogène dans le foie d'un adulte peut atteindre 120 g). Dès que le corps commence à ressentir une carence en sucre, le glycogène qui se dépose dans le foie, sous l’influence des enzymes, est décomposé, converti en glucose et pénètre dans le sang.

Le niveau d'insuline dans le sang dépend en grande partie de l'aliment ingéré: pour pouvoir la traiter et en extraire de l'énergie, la quantité de glucose dans le sang augmente considérablement. En réponse, le pancréas envoie un signal du cerveau pour augmenter la synthèse d'insuline, sans quoi l'excès de sucre endommagerait l'organisme.

Cette règle ne concerne pas que les enfants dont les niveaux d'hormones sont stables même après un repas très satisfaisant (la production d'insuline dépend uniquement de la nourriture consommée pendant la puberté).

Compte tenu de la dépendance de l'hormone vis-à-vis des aliments, tous les tests permettant de déterminer la quantité d'insuline dans le sang sont pris à jeun. Chez une personne en bonne santé, les niveaux d'insuline sont:

  • chez l'adulte: de 3 à 25 unités de soins intensifs / ml;
  • chez l'enfant: de 3 à 20 unités de soins intensifs / ml;
  • pendant la grossesse: de 6 à 27 microns d'U / ml;
  • après 60 ans: de 6 à 36 MCU / ml.

Ces données peuvent varier légèrement, car beaucoup dépend de la capacité de la personne à préparer son corps à déterminer le niveau d'insuline dans le sang. Un jour avant la délivrance du sang veineux, vous devez abandonner l'utilisation de médicaments. Si cette possibilité n'existe pas, discutez-en avec le médecin. Le sang est généralement pris le matin à jeun, le temps entre la procédure et le dernier repas devrait être d'au moins douze heures.

Les données les plus précises pour déterminer l'état du pancréas peuvent être obtenues si le sang est donné deux fois à deux heures d'intervalle. Pour ce faire, après la première procédure, vous devez boire une solution de glucose et, une fois le délai écoulé, reprendre l'analyse.

Un tel examen fournit les données les plus précises sur le fonctionnement et la production d'insuline du pancréas. Si le décodage indique que le niveau de l'hormone produite est faible ou élevé, il indique un diabète progressif et le développement de problèmes connexes.

Moins que la normale

La carence en insuline entraîne une augmentation de la concentration de glucose dans le sang, raison pour laquelle les cellules commencent à mourir de faim, car l'insuline est incapable de fournir à tous les tissus la quantité nécessaire de glucose et d'autres substances utiles. En outre, le métabolisme entre les protéines et les graisses est perturbé et le glycogène se dépose dans le foie et les muscles en quantité suffisante.

La quantité élevée de sucre dans le sang provoque une forte soif, une faim constante, des troubles du système nerveux et une augmentation du transit intestinal. Si vous ne remarquez pas ces signes à temps et ne prenez aucune mesure, un déficit en hormone conduira au développement du diabète insulino-dépendant de type 1.

Une faible insuline peut être déclenchée par:

  • mode de vie sédentaire ou effort physique long et intense, en particulier sur un estomac vide;
  • les maladies de l'hypophyse ou de l'hypothalamus;
  • manger trop d'aliments riches en calories et manger trop souvent;
  • maladies infectieuses et chroniques;
  • épuisement nerveux, stress.

Si vous remarquez le manque d'insuline à temps et commencez un traitement visant à réduire la quantité de sucre dans le sang, le développement du diabète peut être arrêté. Pour réduire le taux de glucose, vous pouvez utiliser un régime alimentaire spécial (nous connaissons tous les effets nocifs du sucre, de la farine blanche pour le corps), une insulinothérapie et des médicaments dont le rôle est de restaurer les cellules du pancréas, de renforcer le système immunitaire et d’utiliser les vaisseaux qui dilatent les vaisseaux.

Un médecin doit instaurer un schéma thérapeutique visant à réduire le taux d’insuline dans le sang: l’auto-traitement est strictement interdit, car il peut provoquer des lésions corporelles irréparables.

En cas de diabète, le médecin doit prescrire un médicament et choisir la dose optimale pour compenser le déficit en insuline dans le corps. Après cela, il sera nécessaire de tester périodiquement le médecin afin qu'il puisse contrôler le niveau d'insuline dans le sang et le corriger rapidement. Indépendamment, cela ne peut en aucun cas être fait.

Au-dessus de la normale

Un taux élevé d'insuline n'est pas moins dangereux, car il provoque des modifications pathologiques irréversibles dans tous les systèmes vitaux du corps. Le résultat de la maladie est un diabète du deuxième type, indépendant de l'insuline. Cela est dû au fait que la quantité de glucose dans le sang diminue considérablement et que le corps n’est pas en mesure de convertir l’alimentation en énergie.

En outre, un excès d'hormone ne permet pas aux cellules adipeuses de participer au métabolisme. Ceci est accompagné de tremblements, transpiration, palpitations, accès de faim, nausée, évanouissement.

La même réaction dans le corps est observée dans le cas d'une overdose de préparations d'insuline, qui provoque la maladie, connue sous le sens d'hyperfonctionnement du pancréas, lorsqu'elle commence à produire de l'insuline en quantité excessive. Parmi les causes d'hyperfonctionnement du pancréas, on peut identifier:

  • effort physique excessif (particulièrement nocif pour les femmes);
  • le stress;
  • maladie du foie;
  • diabète de type 2;
  • un excès d'hormone de croissance dans le corps;
  • l'obésité;
  • la présence d'insulinome (une tumeur qui se développe parmi les cellules bêta du pancréas, ce qui provoque une augmentation de la synthèse d'insuline);
  • diminution de l'absorption du glucose par les cellules en raison de la perte de leur sensibilité à l'insuline;
  • ovaires polykystiques;
  • dysfonctionnement de l'hypophyse;
  • tumeurs surrénales;
  • tumeurs malignes du pancréas.

Le régime de traitement dépend également de la raison qui a provoqué l'augmentation de l'insuline. En plus des médicaments, le patient doit suivre un régime (dans la mesure du possible afin d'exclure les produits nocifs pour le corps), bénéficier d'un exercice modéré en marchant au grand air.

Prise de sang pour l'insuline: les règles de délivrance, de décodage et de débit

La quantité d'insuline dans le sang change constamment tout au long de la journée en réponse au flux de glucose dans les vaisseaux sanguins. Dans certaines maladies, l'équilibre complexe est perturbé, la synthèse de l'hormone commence à différer des normes physiologiques. Un test sanguin pour l'insuline laisse le temps d'identifier cette déviation.

Important à savoir! Une nouveauté recommandée par les endocrinologues pour la surveillance permanente du diabète! Seulement besoin tous les jours. Lire plus >>

Dans certains cas, par exemple, dans le cas du syndrome métabolique, un diagnostic opportun est particulièrement important, car le patient a la possibilité de guérir les troubles naissants et de prévenir le diabète. Cette analyse permet d’évaluer l’activité du pancréas, fait partie intégrante du complexe de recherche pour déterminer la cause de l’hypoglycémie. En cas de diabète, la quantité d’insuline à jeun dans le sang est utilisée pour calculer l’indice de résistance à l’insuline.

Les raisons de la nomination de l'analyse

L'insuline est la principale hormone du système complexe de régulation du métabolisme des glucides. Il est produit dans le pancréas à l'aide d'un type particulier de cellules: les cellules bêta, situées dans les îlots de Langerhans. L'insuline est libérée dans le sang lorsque la concentration en glucose augmente. Il stimule le transfert de glucose dans les tissus, à cause duquel son taux sanguin diminue, après un certain temps, le taux de l'hormone diminue. Pour évaluer la production d'insuline, le sang est prélevé à jeun, après une période de famine d'une durée déterminée. Dans ce cas, le nombre de personnes en bonne santé correspond toujours à la norme et tout écart est un signe de violation du métabolisme des glucides.

L'analyse effectuée à jeun dans différents laboratoires peut être appelée insuline immunoréactive, insuline basale, IRI. Attribuez-le dans les cas suivants:

  • gain de poids ou perte de poids qui ne peut être expliquée par les habitudes alimentaires;
  • hypoglycémie chez les personnes ne suivant pas de traitement pour le diabète. Ils se manifestent par une sensation de forte faim, de tremblement des membres, de somnolence;
  • si le patient présente plusieurs signes typiques de prédiabète: obésité avec un IMC supérieur à 30, athérosclérose, ischémie cardiaque, ovaire polykystique;
  • dans les cas douteux, clarifier le type de diabète sucré ou choisir le schéma thérapeutique préféré.

Qu'est-ce que l'analyse pour l'insuline

Le test d'insuline vous permet de:

  1. Identifier les tumeurs, qui sont composées de cellules capables de produire de l'insuline. Dans ce cas, l'hormone est libérée dans le sang de manière imprévisible, en grande quantité. L'analyse sert non seulement à détecter les tumeurs, mais également à évaluer le succès de son traitement chirurgical et à contrôler les éventuelles rechutes.
  2. Évaluer la sensibilité des tissus à l'insuline - résistance à l'insuline. Dans ce cas, vous devez tester simultanément le glucose. La résistance à l'insuline est caractéristique du diabète de type 2 et des troubles qui le précèdent: prédiabète et syndrome métabolique.
  3. Avec le diabète de type 2 à long terme, l'analyse montre dans quelle mesure l'hormone est produite par le pancréas et si le patient prend suffisamment de pilules pour réduire le taux de sucre ou s'il a besoin d'injections d'insuline. L'analyse est également effectuée après le traitement des états hyperglycémiques aigus, lorsqu'un patient diabétique est transféré de l'administration d'insuline au traitement habituel.

Avec le diabète de type 1, cette analyse n'est pas utilisée. Au début de la maladie, les anticorps produits vont interférer correctement avec les résultats: après le début du traitement, les préparations d'insuline, dont la structure est similaire à celle de leur propre hormone, vont interférer. La meilleure alternative dans ce cas est le dosage du peptide C. Cette substance, synthétisée simultanément avec l'insuline. Les anticorps ne réagissent pas et les préparations d’insuline C-peptide ne contiennent pas.

Dans la dystrophie musculaire, le syndrome d’Itsenko-Cushing, les troubles de l’hypophyse, les maladies du foie, il est nécessaire de surveiller en permanence le fonctionnement de tous les organes. Par conséquent, les patients et d’autres études doivent être soumis à des tests réguliers de recherche d’insuline.

Comment prendre une analyse

La quantité d'insuline dans le sang dépend non seulement du taux de glucose, mais également de nombreux autres facteurs: activité physique, médicaments et même l'état émotionnel d'une personne. Pour que les résultats de l'analyse soient fiables, leur préparation nécessite une attention particulière:

  1. Pendant 2 jours excluez les aliments gras excessifs. Il n'est pas nécessaire de refuser les aliments contenant une quantité normale de graisse.
  2. Pendant la journée, enlevez toutes les charges excessives, non seulement physiques, mais aussi psychologiques. Le stress à la veille de l'analyse - une raison de reporter le don de sang.
  3. Journée à ne pas boire d'alcool et d'énergie, ne changez pas le régime habituel. Annulez temporairement tous les médicaments, si cela ne nuit pas à la santé. Si l'annulation n'est pas possible, informez le travailleur du laboratoire.
  4. 12 heures n'est pas. A cette époque, seule l'eau non sucrée sans gaz est autorisée.
  5. 3 heures non fumeur.
  6. 15 minutes avant le prélèvement de sang, asseyez-vous ou allongez-vous tranquillement sur le canapé.

Le meilleur moment pour l’analyse est de 8 à 11 heures. Le sang est prélevé dans une veine. Pour faciliter cette procédure chez les jeunes enfants, il faut leur permettre de boire un verre d'eau une demi-heure avant le début.

Médicaments agissant sur les niveaux d’insuline:

Décryptage et normes

À la suite de l'analyse, la quantité d'insuline dans le sang est exprimée en différentes unités: μED / ml, miel / l, pmol / l. Il est facile de les traduire en un autre: 1 mU / l = 1 USI / ml = 0,138 pmol / l.

Exemple de règles:

Les valeurs normales d'insuline dépendent de la technologie d'analyse et peuvent donc varier d'un laboratoire à l'autre. Pour obtenir le résultat, vous devez vous concentrer sur les données de référence fournies par le laboratoire et non sur des normes approximatives.

L'insuline est supérieure ou inférieure à la normale

Le manque d'insuline entraîne la famine des cellules et une augmentation de la concentration de glucose dans le sang. Le résultat peut être légèrement inférieur à la normale en cas de maladies de l'hypophyse et de l'hypothalamus, de stress et d'épuisement nerveux, d'efforts physiques prolongés associés à un manque de glucides, de maladies infectieuses et immédiatement après.

Souffrez-vous d'hypertension? Saviez-vous que l'hypertension provoque des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux? Normalisez votre pression avec. Lire l'avis et les commentaires sur la méthode ici >>

Une diminution significative de l'insuline indique l'apparition d'un diabète sucré de type 1 ou une aggravation du travail du pancréas chez les patients atteints de diabète de type 2. En outre, la cause peut être une pancréatite aiguë et une pancréatonécrose.

Une augmentation de l'insuline dans le sang indique les troubles suivants:

  • Diabète indépendant de l'insuline. À mesure que la maladie progresse, les niveaux d'insuline vont diminuer et la glycémie augmenter.
  • L'insulinome est une tumeur capable de produire et de sécréter de l'insuline elle-même. En même temps, il n'y a pas de lien entre la consommation de sucre et la synthèse d'insuline, l'hypoglycémie est donc un signe obligatoire d'insulinome.
  • Forte résistance à l'insuline. C'est une condition dans laquelle la capacité du corps à reconnaître l'insuline est affaiblie dans les cellules du corps. Le sucre pour cette raison ne quitte pas la circulation sanguine et le pancréas est obligé de renforcer la synthèse de l'hormone. La résistance à l'insuline est un signe de troubles métaboliques, notamment de diabète de type 2. Il est étroitement associé à l'obésité: il prend de l'ampleur à mesure que le gain de poids augmente, et l'excès d'insuline, à son tour, contribue au report du nouveau gras.
  • Maladies associées à une production excessive d'hormones antagonistes de l'insuline: syndrome d'Itsenko-Cushing ou acromégalie. Dans l'acromégalie, l'adénohypophyse produit une quantité excessive d'hormone somatotrope. Le syndrome d'Itsenko-Cushing s'accompagne d'une production accrue d'hormones surrénaliennes. Ces hormones affaiblissent l'action de l'insuline, ce qui améliore sa synthèse.
  • Troubles héréditaires du métabolisme du galactose et du fructose.

Une fausse surestimation de l'insuline survient lorsque l'on se prépare mal à l'analyse et à la prise de certains médicaments.

Le coût des analyses dans divers laboratoires varie de 400 à 600 roubles. Prise de sang payée séparément, son prix peut atteindre 150 roubles. L’étude commence immédiatement et vous pouvez obtenir les résultats le jour ouvrable suivant.

Sujets connexes:

>> Test sanguin pour le sucre - pour quoi, comment passer et déchiffrer les résultats.

Assurez-vous d'apprendre! Vous pensez que les pilules et l'insuline sont le seul moyen de garder le sucre sous contrôle? Ce n'est pas vrai! Vous pouvez vous en assurer vous-même en commençant. lire plus >>

Qu'est-ce que le test sanguin pour l'insuline

Beaucoup de gens croient à tort que le test d'insuline ne devrait être effectué que chez les patients diabétiques. Une telle étude élémentaire nous permet d'identifier les premiers signes de nombreuses maladies graves et de prendre les mesures thérapeutiques appropriées. Plus le traitement est précoce, plus la probabilité de guérison complète ou de prévention des complications est élevée.

Caractéristiques d'analyse

L'insuline est une hormone protéique qui participe à la distribution et au transport des nutriments dans toutes les cellules du corps. Il normalise la teneur en glucides dans le sang.

En raison de troubles auto-immuns, la production d’insuline change et son contenu dans le sang diminue ou augmente. Cela conduit au développement de maladies graves. Souvent, leur apparition et leur progression rapide peuvent être prévenues si le traitement est commencé à l’heure. Afin d'identifier le diabète et d'autres maladies endocriniennes en temps voulu, les médecins recommandent de réaliser régulièrement un test sanguin d'insuline.

Une telle étude permet de déterminer la présence du diabète, son type ou d’autres maladies. Lorsque la synthèse d'insuline diminue à 20%, le diabète de type 1 commence à se développer. Le second type de maladie est diagnostiqué lorsque, en raison d'un métabolisme altéré, les cellules ne prennent pas l'insuline produite par le pancréas en quantité suffisante.

Des indications

Le test d'insuline est recommandé dans les cas suivants.

  • Une forte augmentation du poids corporel tout en maintenant le régime alimentaire et le mode de vie habituel.
  • Perte de poids sans raison apparente (rarement).
  • Faiblesse générale, fatigue.
  • Cicatrisation lente sur la peau.
  • Le diabète dans l'histoire de la famille.
  • La présence de maladies chroniques: hypertension, athérosclérose, maladie coronarienne.

L'analyse peut être prise dans n'importe quel établissement médical. Il n’est pas nécessaire d’attendre un examen programmé, la procédure est disponible s’il ya des premiers signes avant-coureurs ou à des fins préventives.

Une prise de sang régulière est recommandée pour les personnes à haut risque: fumeurs, abus d'alcool, malnutrition ou stress systématique.

Les symptômes suivants sont également indiqués pour le test:

  • palpitations cardiaques
  • transpiration accrue
  • faim et soif constantes
  • bouche sèche
  • des nausées, des évanouissements.

La préparation

Pour bien effectuer un test d’insuline, une préparation adéquate est importante. Le résultat exact sera à la recherche sur un estomac vide. Certains aliments, en particulier ceux contenant des glucides, peuvent augmenter la concentration d'insuline dans le sang. Le matin, vous ne pouvez ni manger ni boire. Au moins 12 heures avant la procédure prescrite, il est recommandé de s'abstenir de nourriture, pendant la journée, d'aliments frits gras. Si l'analyse est prévue pour une date ultérieure, l'eau potable est autorisée.

Vous ne devez pas mener d'étude après avoir pris de l'alcool, une surexcitation physique ou émotionnelle. L'analyse doit être prise au moins une semaine après la fin des préparations hormonales, des contraceptifs oraux ou de l'ACTH. Si le médicament ne peut pas être annulé, sa composition doit être prise en compte dans l'analyse.

Analyse

Un échantillon de sang est prélevé dans une veine à l'aide d'une ponction. Sur le bras est appliqué garrot. Pour assurer une bonne circulation du sang, vous devrez peut-être prendre une position horizontale pendant 20 à 30 minutes. Le sang est placé dans une boîte en plastique, puis dans un bain de glace. Au bout de 15 minutes, le matériau est placé dans un appareil centrifuge. Le plasma ou le sérum séparé dans des bouchons en plastique est congelé à une température de –200... - 700 ° C. 1 ml de matériau est envoyé au laboratoire pour recherche. Habituellement, un test de routine à jeun est suffisant pour un examen préventif du taux d'insuline.

Si vous soupçonnez une maladie, il est recommandé de passer un test de tolérance au glucose. Le patient reçoit 50 à 75 ml de glucose, puis au bout de 2 heures, il prend du sang. Parfois, ces 2 types d'études sont prescrits en 1 jour.

Dans certains cas, une analyse répétée est nécessaire pour confirmer les résultats précédemment obtenus. Lorsque des hématomes se forment sur le site de collecte de sang, je vous prescris des compresses chaudes.

Décryptage

L'analyse de décodage montre le niveau d'insuline dans le sang. En cas d'écart par rapport à la norme, les causes possibles sont déterminées à l'aide de diagnostics plus précis.

Norma

Teneur en insuline admissible:

  • pour les adultes - de 1,9 à 25 µUI / ml, pour les enfants - de 2 à 20 µUI / ml.
  • pour les personnes âgées de plus de 60 ans - 6–36 µUI / ml. Pour les femmes enceintes, le taux est de 6–27 μIU / ml.

Les adolescents à la puberté augmentent également la concentration d'insuline dans le sang. Ces indicateurs peuvent varier en fonction de la nutrition, des niveaux hormonaux et du mode de vie.

Niveau bas

Causes possibles de faibles niveaux d'insuline:

  • diabète de type 1,
  • déficit en hormones hypophysaires (hypopituitarisme),
  • exercice excessif.

Haut niveau

Causes possibles de l'augmentation des taux d'insuline:

  • diabète de type 2
  • l'insulinome,
  • dommages au foie,
  • acromégalie,
  • tumeurs dans le pancréas,
  • la dystrophie myotique,
  • l'obésité
  • intolérance héréditaire au fructose et au galactose.

Diagnostiqué à un stade avancé de développement, le diabète de type 2 évolue parfois vers une forme insulinodépendante.

Un test sanguin d’insuline permet d’identifier rapidement le diabète et d’autres maladies graves dès le début de leur développement. La fluctuation du niveau d'insuline indique non seulement la présence d'une pathologie, mais aussi son type. Une intervention précoce vous permettra de prescrire un traitement efficace, d'éviter les complications et d'améliorer la qualité de la vie.

Qu'est-ce que le test sanguin pour l'insuline

Le test à l'insuline est le test hormonal le plus couramment prescrit, et l'insuline est l'hormone la plus étudiée au monde. Pubmed, l'une des plus grandes bases de données de publications médicales au monde, contient plus de 300 000 citations et références à cette hormone.

En bref, l'insuline est un régulateur clé du métabolisme des glucides dans notre corps. Comment fonctionne cette hormone?

A propos de la fonction hormonale

L'insuline (de l'îlot latin) est un composé polypeptidique de nature protéique synthétisé dans les cellules des îlots du pancréas. Sa fonction principale est la baisse de la glycémie (glucose) dans le plasma sanguin. Le glucose sanguin sous l'influence de cette hormone est fortement absorbé par divers tissus et, après la chute de sa concentration par le mécanisme de rétroaction, l'insuline dans le sang diminue également.

Le mécanisme d'action de cette hormone est d'augmenter le degré de perméabilité des membranes cellulaires pour les molécules de glucose. Mais le glucose, qui est entré dans les cellules en raison de l'action de l'insuline, doit être traité d'une manière ou d'une autre. Par conséquent, la prochaine étape de l'influence de cette hormone sur le métabolisme des glucides est la formation d'amidon d'origine animale, ou glycogène, à partir de glucose. Le glycogène est une sorte d’accumulateur d’énergie qui, stocké dans le foie, fournit, par sa décomposition, l’énergie produite par le corps entre les repas et les deux ou trois premiers jours de famine.

La désintégration de l'amidon d'origine animale se produit sous l'influence d'une autre hormone dont la fonction est contre-insulaire («adversaire»). Il s’appelle glucagon, sa tâche est d’augmenter le taux de sucre dans le sang afin d’utiliser les besoins énergétiques de l’organisme, en particulier des tissus musculaires. L'insuline contribue également à la synthèse des composés protéiques et des graisses, c'est-à-dire qu'elle a un effet anabolique. En présence d'insuline, l'action du glucagon est suspendue. Cette hormone peut donc être considérée comme une substance anti-catabolique, c'est-à-dire un composé empêchant la dégradation des protéines, des graisses et de l'amidon d'origine animale.

La régulation du métabolisme hormonal est très difficile et s'effectue à de nombreux niveaux. Dans des maladies telles que le diabète sucré 1 (insulino-dépendant) et le type 2 (indépendant), les ratios ci-dessus sont violés. Dans certains cas, le patient a une tumeur qui sécrète une quantité excessive de l'hormone dans le sang, une telle tumeur est appelée insulinome. En conséquence, le patient présente de graves épisodes d’hypoglycémie, dus à une insuffisance de glucose dans le sang.

Pourquoi déterminer l'insuline?

L’étude de l’insuline dans le sang est donc une analyse clé du métabolisme des glucides. Elle permet surtout d’identifier la cause de divers états hypoglycémiques et facilite également le diagnostic de l’insuline pancréatique. Le diabète sucré est la principale maladie pour laquelle une prise de sang pour analyse d'insuline est prescrite. Les fluctuations du niveau de cette hormone chez les patients diabétiques sont très larges et dépendent principalement du type de maladie et de son évolution. Dans le diabète de type 1, les cellules pancréatiques ne produisent tout simplement pas cette hormone, le plus souvent en raison d'une pathologie auto-immune, et il existe donc toujours un déficit en insuline dans le sang, qui n'a rien à reconstituer.

Chez les patients atteints de diabète de type 2, la situation est diamétralement opposée. Il y a beaucoup d'insuline dans le corps, elle est même plus que nécessaire et les cellules pancréatiques qui la produisent font de leur mieux, mais les tissus qui doivent laisser obéir du glucose dans leurs cellules lorsqu'ils libèrent l'hormone ne sont pas obéissants. Cette condition signifie que la résistance à l'insuline s'est développée dans les tissus. Il est très important que les patients atteints de diabète sucré, au cours de certaines périodes de la maladie, décident de transférer le patient des formes injectables de l'hormone aux médicaments hypoglycémiants sous forme de comprimés, et inversement.

On pense généralement que le diabète de type 1 nécessite une correction de l'insuline et que les patients âgés atteints de diabète de type 2 ne devraient prendre que diverses pilules hypoglycémiantes. Ce n'est pas tout à fait vrai: parfois, les patients atteints de diabète de type 2 ont également besoin d'un traitement hormonal de courte durée.

Chez les patients obèses atteints du syndrome métabolique, il est nécessaire de faire un don de sang pour cette hormone afin de détecter une altération de la tolérance au glucose, ce qui indique généralement le développement d'un prédiabète.

Le test d'insuline est également disponible en pratique gynécologique. Si une femme a un diagnostic d’ovaire polykystique, elle a également régulièrement besoin de cette étude.

Il convient de noter que la mesure directe de l'insuline dans le sang n'est pas toujours possible. Chez les patients qui ont longtemps piqué cette substance à cause du diabète, des anticorps spécifiques peuvent être formés qui peuvent fausser le résultat du test. Cela signifie que, chez ces patients, il est préférable de ne pas étudier cette hormone directement, mais de l'identifier indirectement en examinant la concentration dans le sang du peptide C, car le taux de ce peptide correspond exactement au niveau d'insuline. Qu'est ce que c'est D'où vient cette connexion?

Le peptide C lui-même est un fragment de précurseur d'insuline qui est libéré par cette molécule lors de la formation d'une hormone. Cette analyse sera discutée ci-dessous. Jusqu'ici, vous devez savoir que le peptide C est une "corbeille" biologiquement inactive, mais que l'hormone active et eux sont strictement interconnectés.

Comment se préparer à l'analyse et quelles sont les indications?

Comment donner du sang? Le don de sang implique de venir au laboratoire strictement l'estomac vide. La période de jeûne et de repos nocturne doit être d’au moins 8 heures, et l’analyse peut être effectuée correctement entre 8 et 14 heures de jeûne.

Il est impératif d'être calme physiquement et émotionnellement la veille de l'étude. La règle de l'interdiction complète de l'alcool s'applique. Si le patient fume, il doit s'abstenir de fumer au moins une heure avant l'étude, car la nicotine absorbée dans le sang peut modifier le résultat du test. Quel est le résultat de l'étude?

Il est nécessaire de remettre l'analyse:

  • tout d'abord, si le patient présente des symptômes d'un état hypoglycémique, ce qui inquiète le médecin.

Ces symptômes sont une faiblesse soudaine et abrupte, des vertiges et une sensation particulièrement caractéristique de tremblement dans tout le corps ou dans les mains. Le patient pâlit, il a des sueurs froides, développe une tachycardie. Il y a une peur et une anxiété irrationnelles, elles s'assombrissent dans les yeux;

  • chez les patients diagnostiqués avec un syndrome métabolique;
  • chez les femmes diagnostiquées avec des ovaires polykystiques;
  • aborder la question de la modification du traitement chez les patients atteints de diabète sucré;
  • si l'on soupçonne une tumeur pancréatique, il s'agit d'un insulinome hormonalement actif.

Si un patient est suspecté d'avoir cette tumeur, une hypoglycémie se développe également, mais elle sera particulièrement fréquente et têtue et peut parfois, même aggravée, se transformer en un coma hypoglycémique.

Le prix des tests d’insuline dans les laboratoires commerciaux varie entre 500 et 1 500 roubles, généralement un jour ouvrable.

Interprétation et interprétation des résultats

Que montre le résultat? La plage normale de valeurs de référence pour cette hormone varie de 2,7 à 10,4 MCU / ml.

Vous bénéficierez également de notre article Norm insuline dans le sang.

Les données peuvent fluctuer quelque peu et dépendent de la technologie de laboratoire du test, mais elles indiqueront nécessairement les limites réelles des données émises par les mains.

Dans le même temps, le médecin doit se rappeler que les valeurs normales ne fonctionneront qu’avec un test sanguin correctement soumis, lorsque la période de famine nocturne sera prolongée et que le patient ne sera pas gras et que son indice de masse corporelle ne dépassera pas 30. En cas d’obésité certaines corrections et seule l'interprétation des résultats sera correcte.

Quand la valeur de référence dépasse-t-elle? Tout d'abord, il sera question du diagnostic possible d'insulinome hormonalement actif et du diagnostic de diabète de type 2 indépendant.

Dans certains cas, le foie est «à blâmer» pour une augmentation de la concentration de l'hormone: il n'a pas été en mesure de détruire rapidement l'insuline devenue inutile. Un patient peut avoir une pathologie hormonale telle que l'acromégalie ou le syndrome de Cushing. Avec l'obésité, la valeur sera également élevée et, bien sûr, le test sanguin d'insuline sera élevé si le patient à la veille se présentait lui-même à cette substance, en oubliant comment donner du sang correctement.

Mais le médecin doit également prendre en compte le fait qu'un très grand nombre de médicaments que le patient peut prendre peut affecter les résultats du test. La prise des substances suivantes peut entraîner une augmentation des taux plasmatiques d’insuline:

  • Le glucose;
  • Hormone de croissance;
  • Préparations de lévodopa chez les patients atteints de parkinsonisme;
  • Acceptation des contraceptifs oraux chez les femmes;
  • Traitement à la prednisone, hormone corticostéroïde;
  • La quinidine, utilisée pour traiter les arythmies cardiaques;
  • Veroshpiron, diurétique à économie de potassium.

Il existe de nombreux autres médicaments qui affectent le métabolisme de l'insuline.

Test sanguin pour le précurseur d'insuline

Il a été dit plus haut que si un patient produit des anticorps contre une hormone, il est possible de réussir une analyse du peptide C. Ces deux substances, l'insuline et le peptide C, ont des proportions certaines et strictes. Selon les recherches, la concentration en peptide C est environ 5 fois supérieure à la valeur de l'insuline dans le plasma sanguin. Cela est dû au taux inégal d'élimination de ces métabolites dans le sang.

En endocrinologie moderne, il est préférable de déterminer la concentration de peptide C plutôt que de faire des tests à l'insuline. Le fait est que le peptide C se désintègre beaucoup plus lentement que l'hormone active et que, par conséquent, sa stabilité dans le sang est beaucoup plus élevée. Le résultat est plus fiable en calculant la moyenne et en lissant les courtes oscillations temporelles. De plus, le peptide C dans le plasma sanguin subit les mêmes fluctuations de concentration que les fluctuations d’insuline.

Mais il y a une mise en garde. L'insuline est détruite dans le foie et le peptide C dans les reins. Par conséquent, il est nécessaire de prendre en compte le fait que si un patient a des maladies du foie et des reins, il est nécessaire de procéder aux ajustements appropriés pour une interprétation correcte des tests. Par contre, si un patient diabétique souffre de foie, l’analyse du peptide C aide à éviter les erreurs de diagnostic et à identifier les données de métabolisme des glucides qui ne sont pas obtenues lors de l’étude de l’hormone active.

C'est pourquoi, en raison de la plus grande fiabilité de cette étude, les indications pour l'étude du peptide C sont beaucoup plus larges. En plus des raisons déjà décrites ci-dessus, une analyse du peptide C est nécessaire pour:

  • prédire l'évolution du diabète;
  • évaluer la fonction des cellules d'îlots chez les patients diabétiques s'ils prennent de l'insuline;
  • diagnostic de diabète congénital, si la femme enceinte souffre également de cette maladie;
  • La recherche sur les peptides aide à comprendre comment l'insuline est sécrétée et détruite chez les patients atteints d'une maladie du foie, même s'ils ne sont pas diabétiques.

Les valeurs de référence de ce métabolite inactif chez une personne en bonne santé varient dans des limites assez élevées: de 300 à 2450 picomol par litre et ne dépendent pas du sexe et de l'âge.

Contrairement à l'insuline, la concentration en peptide C peut être augmentée ou diminuée. Dans le premier cas, nous parlons des mêmes indicateurs, des mêmes raisons que dans l’étude de l’insuline, mais il existe également des diagnostics supplémentaires. Ceux-ci incluent l'hormone de croissance et l'insuffisance rénale. Le niveau de ce peptide diminue dans des conditions stressantes et avec des dommages alcooliques au foie.

En conclusion, je dois dire qu'il existe également de la proinsuline. C'est le même précurseur à partir duquel le peptide C est clivé et l'hormone active elle-même. C'est sous cette forme que la «future» hormone est stockée. Cette substance est un peu comme la thyroglobuline dans sa fonction. Dans l'un des articles sur les anticorps anti-thyroglobuline, il a été mentionné que ces énormes molécules sont les référentiels des hormones thyroïdiennes, à partir desquelles leurs molécules sont scindées en fonction des besoins. La molécule de proinsuline est approximativement la même.

Dans le diagnostic, l’étude de cette substance permet d’évaluer l’état des cellules bêta du pancréas sécrétant l’hormone. La particularité de cette substance est une activité biologique dix fois plus faible et une durée de présence trois fois plus longue dans le sang par rapport à l'insuline. Au cas où une tumeur maligne de cellules d'îlots se produirait, la sécrétion se déplacerait légèrement dans la direction de cette substance et l'hormone serait libérée moins, y compris dans l'insuline. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de réduire l'étude du métabolisme des glucides à une seule étude de la forme active de l'insuline.

Analyse de l'insuline - Importance de la recherche et du décodage

Un test sanguin hormonal - un test à l'insuline - est effectué selon les directives d'un médecin - un endocrinologue. Indications principales: diagnostic de diabète sucré, suspicion de tumeurs du pancréas (responsables de la production d'une hormone), suspicion d'échec des processus métaboliques, suivi de l'efficacité du traitement. L'étude est menée simultanément à la détermination des niveaux de glucose.

L’importance de l’analyse réside dans le fait que l’insuline joue un rôle majeur dans la conversion et l’absorption des nutriments. Cette hormone maintient la concentration de glucose requise, active et inhibe les réactions chimiques. Par conséquent, le manque ou l'excès d'insuline entraîne des complications dans le travail de tous les systèmes internes du corps humain. La détection précoce de la pathologie évite les problèmes de santé et les conséquences dangereuses.

Préparation et test

Pour l’étude, on utilisait du sang (sérum) prélevé dans une veine. Si le patient prend des médicaments (y compris des médicaments contraceptifs), il arrête de le prendre ou prend le matériel avant de prendre le médicament. Il n'est pas recommandé de faire un test d'insuline après avoir fait de l'exercice et bu de l'alcool. Si des études telles que la fluorographie, les rayons X et les ultrasons sont effectuées, le don de sang doit être reporté au lendemain. Le médecin explique au patient comment se préparer correctement et explique le but de l'étude. La préparation comprend les règles suivantes:

  • Vous devez passer un test d'insuline à jeun, le matin de 8 à 10 heures (après le réveil, ils ne prennent pas de petit-déjeuner, ils ne boivent que de l'eau plate non gazeuse).
  • Suivre un régime maigre deux jours avant la visite au laboratoire - exclure les aliments gras du régime.
  • Dans les 24 heures, évitez le stress et le stress émotionnel.
  • Douze heures avant l'analyse, excluez les produits riches en sucre et en glucides simples (confiserie, miel, confiture, confitures, pâtisseries sucrées). Même se brosser les dents et mâcher de la gomme n'est pas recommandé.
  • Pendant 3-4 heures, abstenez-vous de fumer.

Après avoir donné du sang, le patient peut immédiatement suivre un régime alimentaire normal et continuer à prendre des médicaments.

La violation des règles de préparation peut affecter la fiabilité du résultat, ce qui entraîne des complications et un traitement retardé. Le fait de ne pas suivre le régime alimentaire (apport en glucides, aliments gras) peut entraîner des taux élevés d'insuline dans le sang. L'éthanol contenu dans l'alcool ralentit les processus métaboliques dans le corps, réduit le taux de glucose - il y a un risque de ne pas détecter le diabète à temps. Pendant le tabagisme dans le corps humain produit une grande quantité d'hormones qui suppriment les substances toxiques. La composition du sang change, sa viscosité augmente, ce qui déforme les résultats de l'étude.

Résultats de décodage

Pour des résultats optimaux, prescrire plusieurs études à intervalles réguliers. Le patient boit du glucose et après 2 heures, contrôle les indicateurs. Cela vous permet de suivre la dynamique de la maladie et d'obtenir des données parfaitement correctes dans le trouble métabolique. Seul un médecin - un spécialiste envoie un deuxième test sanguin et interprète un test sanguin. Dans la liste des résultats obtenus, les valeurs normales pour l'âge du patient sont généralement indiquées, comme le montre le tableau.

Exemple de tableau des résultats d'analyse

Tableau des normes d'insuline et de sucre dans le sang

Causes du déséquilibre hormonal

Si le test sanguin d’insuline montre une augmentation du taux d’hormones, cela peut indiquer une défaillance hormonale, une consommation excessive d’aliments sucrés et gras et un effort physique accru. Le rapport entre l'analyse de l'insuline et du glucose vous permet de diagnostiquer le diabète sucré et d'autres maladies causées par une perturbation hormonale. Les indicateurs de faible taux d'insuline et de sucre, parlent de diabète de type 1. Dans le deuxième type de diabète, le résultat est une forte insuline avec une haute teneur en sucre. L'inflammation du pancréas montre un taux élevé d'insuline, ainsi qu'un faible taux de sucre.

Les résultats de la recherche montrent un taux élevé d’hormones dans d’autres facteurs:

  • kystes dans les ovaires chez les femmes;
  • surpoids;
  • troubles nerveux;
  • perturbation de la glande thyroïde;
  • dysfonctionnement de l'hypophyse;
  • maladie du foie.

Les troubles circulatoires dans le pancréas sont la principale cause des faibles taux d'hormones. Les aliments de mauvaise qualité, à forte teneur en substances nocives, entraînent une inflammation de l’organe digestif. Les vaisseaux sanguins se forment dans les vaisseaux sanguins qui interrompent la microcirculation du sang. Le tissu pancréatique ne reçoit pas de nutriments et leurs fonctions sont altérées. L'insuline est produite en petites quantités, le glucose n'est pas absorbé et les cellules du corps commencent à mourir de faim.

Facteurs affectant les faibles taux d'hormones dans le sang:

  • troubles auto-immuns;
  • maladies infectieuses;
  • perturbation endocrinienne;
  • maladies du système cardiovasculaire;
  • mode de vie sédentaire;
  • exercice excessif.

Le corps humain est un système complexe où le déséquilibre de l'insuline entraîne un dysfonctionnement de tous les organes. Le mode de vie, l'activité, l'immunité et tout ce qu'une personne mange ont une incidence sur le niveau et la synthèse des hormones. Si pendant longtemps l'insuline est augmentée ou diminuée, les processus physiologiques naturels sont perturbés. Des conditions sont créées pour des pathologies telles que les allergies, l'inflammation, l'obésité, le cancer, la névrose, l'insuffisance cardiaque.

Vous pouvez faire le test d'insuline dans n'importe quelle clinique, mais ce n'est pas seulement la préparation qui compte, mais également l'interprétation correcte des résultats. Un niveau normal d'hormones n'est possible qu'avec un traitement opportun et approprié.

Comment connaître le niveau d'insuline dans le sang et quelle est sa norme?

L'insuline est une hormone protéique capable de mettre du glucose à la disposition des cellules du corps, de sorte qu'elles produisent l'énergie nécessaire à leur fonctionnement. Les diabétiques déficients en cette hormone connaissent mieux l’importance de l’insuline dans le corps. Le niveau de l'hormone dans le sang doit être surveillé par des personnes non diabétiques à titre de prophylaxie.

Insuline hormonale: valeur et fonctions de base

L'hormone insuline est responsable de la croissance de la masse musculaire et du stockage des réserves d'énergie dans le corps.

L'insuline est une hormone vitale, sans laquelle le métabolisme est perturbé, les cellules et les tissus ne peuvent pas fonctionner normalement. Il est produit par le pancréas. Dans la glande, il existe des zones avec des cellules bêta qui synthétisent de l'insuline. Ces sites s'appellent les îles de Langerhans. Tout d'abord, une forme inactive d'insuline est formée, qui passe par plusieurs étapes et devient active.

Il est nécessaire de contrôler le niveau d'insuline dans le sang, dont le taux peut varier non seulement en fonction de l'âge, mais également en fonction de l'apport alimentaire et d'autres facteurs.

L'insuline agit comme une sorte de conducteur. Le sucre pénètre dans le corps avec les aliments. Dans l'intestin, il est absorbé dans le sang par les aliments et le glucose en est libéré, ce qui constitue une source importante d'énergie pour le corps. Cependant, le glucose lui-même ne pénètre pas dans les cellules, à l'exception des tissus insulino-dépendants, qui comprennent les cellules du cerveau, les vaisseaux sanguins, les cellules sanguines, la rétine, les reins et les glandes surrénales. Les cellules restantes ont besoin d'insuline, ce qui rend leur membrane perméable au glucose.

Si le taux de glucose dans le sang augmente, les tissus indépendants de l'insuline commencent à l'absorber en grande quantité. Ainsi, dans le diabète sucré, lorsque la glycémie est largement dépassée, les cellules du cerveau, de la vue et des reins souffrent en premier. Ils subissent une charge énorme, absorbant l'excès de glucose.

Plusieurs fonctions importantes de l'insuline:

  • Il permet au glucose de pénétrer dans les cellules, où il est décomposé en eau, en dioxyde de carbone et en énergie. La cellule consomme de l'énergie, puis le dioxyde de carbone est éliminé et libéré dans les poumons.
  • Le glucose est synthétisé par les cellules du foie. L'insuline bloque la formation de nouvelles molécules de glucose dans le foie, réduisant ainsi la charge sur l'organe.
  • L'insuline vous permet de stocker du glucose pour une utilisation future sous forme de glycogène. Dans le cas du jeûne et de la carence en sucre, le glycogène se décompose et est converti en glucose.
  • L'insuline rend les cellules du corps perméables non seulement au glucose, mais également à certains acides aminés.
  • L'insuline est produite dans le corps tout au long de la journée, mais sa production augmente avec l'augmentation du taux de glucose dans le sang (dans un corps en bonne santé), tout en mangeant. La violation de la production d'insuline affecte tout le métabolisme dans le corps, mais principalement - le métabolisme des glucides.

Diagnostic et taux en fonction de l'âge

Pour obtenir le bon résultat, vous devez suivre les règles de préparation de l'analyse.

Le diagnostic de l'insuline est généralement prescrit par le médecin, mais il est possible de vérifier le taux d'insuline dans le sang, ainsi que le taux de glucose, sans indications, à des fins de prévention. En règle générale, les fluctuations du niveau de cette hormone sont perceptibles et sensibles. Une personne remarque une variété de symptômes désagréables et de signes de dysfonctionnement des organes internes.

  • La norme hormonale dans le sang des femmes et des enfants varie de 3 à 20-25 MCU / ml.
  • Pour les hommes, jusqu’à 25 μED / ml.
  • Pendant la grossesse, les tissus et les cellules du corps ont besoin de plus d'énergie, plus de glucose est fourni au corps, ce qui signifie que le niveau d'insuline augmente. Des taux d’insuline de 6 à 27 µU / ml sont considérés comme normaux chez la femme enceinte.
  • Chez les personnes âgées, ce chiffre est également souvent élevé. La pathologie est un chiffre inférieur à 3 et supérieur à 35 MCU / ml.

Le taux d'hormones dans le sang fluctue tout au long de la journée et a également de larges valeurs de référence pour les diabétiques, car le niveau d'hormones dépend du stade de la maladie, du traitement, du type de diabète.

En cas de diabète, on effectue généralement un test de glycémie: la détermination du taux d'insuline dans le sang est nécessaire pour les cas plus graves de diabète avec complications et pour divers troubles hormonaux.

Les règles applicables à l'insuline sérique sanguine ne diffèrent pas des règles de préparation standard:

  • L'analyse est donnée à jeun. Avant de prendre du sang, il n'est pas recommandé de boire, fumer, se brosser les dents, utiliser un bain de bouche. Vous pouvez boire de l'eau pure sans gaz pendant une heure avant l'examen, mais le dernier repas doit avoir lieu au plus tard 8 heures avant le don de sang.
  • Pendant l'examen, le patient ne doit prendre aucun médicament. Il est recommandé de procéder à l'analyse quelques semaines après la fin de la prise de tous les médicaments. S'il est impossible d'annuler un médicament pour des raisons de santé, la liste complète des médicaments pris et de la posologie est incluse dans l'analyse.
  • Un jour ou deux avant de visiter le laboratoire, il est recommandé d’abandonner les aliments «nocifs» (frits, trop épicés, viande grasse, aliments très salés), les épices, l’alcool, les fast foods, les boissons sucrées gazeuses.
  • Il est conseillé d'éviter le stress physique et émotionnel à la veille de l'enquête. Avant de donner du sang, vous devez vous reposer pendant 10 minutes.

Niveaux d'insuline élevés

Un excès d'insuline peut être observé après un repas, mais même dans ce cas, le niveau de l'hormone doit être compris dans les limites des valeurs de référence. Le niveau pathologiquement élevé d'insuline entraîne des conséquences irréversibles et perturbe le travail de tous les systèmes vitaux du corps.

Les symptômes d'augmentation de l'insuline comprennent généralement des nausées accompagnées de faim, une augmentation de l'appétit, des évanouissements, des tremblements, une transpiration, une tachycardie.

Les conditions physiologiques (grossesse, consommation de nourriture, exercice) entraînent une légère augmentation du taux d'hormones. Les causes de l'augmentation pathologique du niveau de cet indicateur sont le plus souvent diverses maladies graves:

  • Insulinome. L'insulinome est le plus souvent une tumeur bénigne des îlots de Langerhans. La tumeur stimule la production d'insuline et conduit à une hypoglycémie. Le pronostic est généralement favorable. La tumeur est enlevée par voie chirurgicale, après quoi environ 80% des patients se rétablissent complètement.
  • Diabète de type 2. Le diabète du second type s'accompagne d'un taux élevé d'insuline dans le sang, mais il est inutile pour l'absorption du glucose. Ce type de diabète est appelé insulino-indépendant. Cela est dû à l'hérédité ou au surpoids.
  • Acromégalie Cette maladie s'appelle également le gigantisme. L’hypophyse commence à produire une quantité excessive d’hormone de croissance, une hormone de croissance. Pour la même raison, augmentation de la production d’autres hormones, telles que l’insuline.
  • Le syndrome de Cushing. Avec ce syndrome, le niveau de glucocorticoïdes dans le sang augmente. Les personnes atteintes du syndrome de Cushing ont des problèmes de surcharge pondérale, de graisse dans le goitre, de diverses maladies de la peau, d'hypertension et de faiblesse musculaire.
  • Ovaire polykystique. Chez les femmes présentant des ovaires polykystiques, divers troubles hormonaux sont observés, entraînant, entre autres, une augmentation du niveau d'insuline dans le sang.

Une grande quantité d'insuline entraîne la destruction des vaisseaux sanguins, l'excès de poids, l'hypertension, l'augmentation du cholestérol, voire le cancer, dans la mesure où l'insuline stimule la croissance des cellules, y compris des cellules tumorales.

L'insuline dans le sang est réduite

Une insuline anormale peut indiquer le développement de maladies graves dans le corps.

Le manque d'insuline entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang et une diminution de sa pénétration dans les cellules. En conséquence, les tissus du corps commencent à mourir de faim par manque de glucose. Les personnes ayant de faibles niveaux d'insuline ont une soif accrue, des accès de faim, une irritabilité et une envie fréquente d'uriner.

Le manque d’insuline dans le corps est observé dans les conditions et maladies suivantes:

  • Diabète de type 1. Souvent, le diabète de type 1 est dû à une prédisposition héréditaire qui empêche le pancréas de produire des hormones. Le diabète sucré du premier type est aigu et conduit à une détérioration rapide du patient. Le plus souvent, les diabétiques souffrent de faim et de soif extrêmes, ne tolèrent pas le jeûne, mais ne prennent pas de poids. Ils ont la léthargie, la fatigue, la mauvaise haleine. Cette forme de diabète n’est pas liée à l’âge et se manifeste souvent dans l’enfance.
  • Trop manger Une carence en insuline peut être observée chez les personnes qui abusent des produits à base de farine et des bonbons. Un régime alimentaire incorrect peut également conduire au diabète.
  • Maladies infectieuses. Certaines maladies infectieuses chroniques et aiguës entraînent la destruction des tissus des îlots de Langerhans et la mort des cellules bêta responsables de la production d’insuline. Le corps est déficient en hormone, ce qui entraîne diverses complications.
  • Épuisement nerveux et physique. Avec un stress constant et un effort physique excessif, de grandes quantités de glucose sont consommées et les niveaux d'insuline peuvent chuter.

Plus d'informations sur l'insuline peuvent être trouvées dans la vidéo:

Dans la plupart des cas, le diabète sucré du premier type entraîne un manque d'hormone. Cela entraîne souvent diverses complications dangereuses pour la vie humaine. Les conséquences de cette forme de diabète sont notamment l'hypoglycémie (baisse dangereuse et brutale de la glycémie) pouvant entraîner un coma hypoglycémique et la mort, l'acidocétose (augmentation des taux sanguins de produits métaboliques et de corps cétoniques), entraînant une perturbation de tous les organes vitaux..

Avec une évolution longue de la maladie, d'autres conséquences peuvent survenir avec le temps, telles que des maladies de la rétine, des ulcères et des plaies aux jambes, une insuffisance rénale, des ulcères trophiques, une faiblesse des membres et une douleur chronique.