Adénome hypophysaire: symptômes chez la femme, traitement et pronostic

L'adénome de l'hypophyse est une tumeur bénigne dans la formation de laquelle interviennent les cellules de l'adénohypophyse (l'hypophyse antérieure), responsables du maintien de l'équilibre hormonal dans le corps au niveau requis.

Les adénomes, dont le lieu de formation est la base du crâne, représentent environ 10% de toutes les tumeurs touchant les tissus cérébraux et sont inférieurs à la supériorité des seuls gliomes et méningiomes. Selon les statistiques, environ un tiers de la population totale est sujet à diverses pathologies de la glande pituitaire.

Les causes

Qu'est ce que c'est Pour le moment, les médicaments n'indiquent pas les causes exactes pouvant causer l'adénome hypophysaire. Cependant, plusieurs facteurs contribuent à l'apparition de l'hypertension:

  • lésion cérébrale traumatique;
  • pathologies du développement prénatal;
  • diverses neuroinfections - par exemple, encéphalite, méningite, polio, brucellose, neurosyphilis, tuberculose, abcès du cerveau;
  • selon certaines informations, l’utilisation à long terme de contraceptifs oraux est dangereuse.

Toutes les causes d'adénome hypophysaire peuvent être combinées par leur conséquence - elles provoquent toutes une hyperplasie (prolifération cellulaire excessive) du tissu hypophysaire en raison de troubles hormonaux.

Quels sont les adénomes?

Les tumeurs hormonalement actives, en fonction des hormones qu'elles produisent, sont des types suivants:

  1. Prolactinome (produit de la prolactine, responsable de la formation de lait).
  2. Adénomes mixtes (produisent plusieurs hormones simultanément).
  3. Adénome gonadotrope (produit des hormones qui stimulent le travail des glandes sexuelles: hormone folliculostimulante et lutéinisante).
  4. Thyrotropinom (produit une hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la glande thyroïde).
  5. La corticotropine (synthétise l'hormone corticotrope responsable de la production de glucocorticoïdes par les glandes surrénales).
  6. Hormone de croissance (sécrétion de l'hormone somatotrope, responsable de la croissance du corps, de la synthèse des protéines, de la dégradation de la graisse et de la formation de glucose).

Selon la taille de la tumeur, tous les adénomes hypophysaires sont divisés en micro– et macroadénomes. Les microadénomes peuvent ne pas être détectés même au cours d'une IRM et ils sont détectés périodiquement au cours d'autopsies pratiquées à l'occasion d'une maladie complètement différente.

En outre, en fonction des cellules qui le composent, l'adénome peut être actif ou inactif sur le plan hormonal (respectivement 60% et 40% des cas). À leur tour, presque tous les adénomes hormonalement actifs produisent une seule hormone de l'hypophyse antérieure et 10% des tumeurs produisent plusieurs hormones à la fois.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Cliniquement, l'adénome hypophysaire se manifeste par un complexe de symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à la pression d'une tumeur en croissance sur des structures intracrâniennes situées dans la région de la selle turque. Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, le syndrome d'échange endocrinien peut devenir prioritaire dans son tableau clinique.

Dans le même temps, les changements d'état du patient ne sont souvent pas liés à l'hyperproduction de l'hormone hypophysaire tropique elle-même, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit. Les manifestations du syndrome métabolique endocrinien dépendent directement de la nature de la tumeur. D'autre part, l'adénome hypophysaire peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme, qui se développe en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en croissance.

Les somatotropinomes représentent 20 à 25% du nombre total d’adénomes hypophysaires. Chez les enfants, la fréquence d'occurrence vient au troisième rang après les prolactinomes et les corticotropinomes. Caractérisé par des niveaux élevés d'hormone de croissance dans le sang. Signes d'hormones de croissance:

  • Si le somatotropinome survient à l’âge adulte, il présente les symptômes de l’acromégalie: augmentation des mains, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, modification et grossissement des traits du visage, apparition d’une augmentation de la pilosité, de la barbe et des moustaches chez la femme, troubles menstruels. Une augmentation des organes internes conduit à une violation de leurs fonctions.
  • Chez les enfants, les symptômes du gigantisme se manifestent. L'enfant prend rapidement du poids et de la taille en raison de la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi que de la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence au cours de la période pré-pubère, quelque temps avant le début de la puberté, et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Une augmentation de la taille d'un adulte de plus de 2 à 2,05 m est considérée comme du gigantisme.

Prolactinome La tumeur la plus commune de l'hypophyse se produit dans 30 à 40% des adénomes. En règle générale, la taille des prolactinomes ne dépasse pas 2 - 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Manifesté par des caractéristiques telles que:

  • galactorrhée - libération permanente ou périodique de lait maternel (colostrum) par les glandes mammaires, non associée à la période post-partum.
  • incapacité à tomber enceinte à cause du manque d'ovulation.
  • troubles menstruels chez les femmes - cycles irréguliers, allongement du cycle pendant plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruation.
  • Chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une altération de l'érection, une violation de la formation de spermatozoïdes et une infertilité.

Corticotropinomie. Il survient dans 7 à 10% des cas d’adénome hypophysaire. Elle se caractérise par une production excessive d’hormones surrénaliennes (glucocorticoïdes), on l’appelle la maladie de Itsenko - Cushing.

  • troubles cutanés - vergetures rose - violet (stries) sur la peau de l'abdomen, du thorax et des cuisses; pigmentation accrue de la peau des coudes, des genoux et des aisselles; sécheresse accrue et desquamation de la peau.
  • Obésité de type "Cushingoid" - la redistribution de la couche adipeuse et de la déposition de graisse a lieu dans la ceinture scapulaire, le cou et les zones supraclaviculaires. Le visage acquiert une forme ronde et «en forme de lune». Les membres deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans les tissus et les muscles sous-cutanés.
  • hypertension artérielle.
  • les hommes ont souvent une diminution de la puissance.
  • les femmes peuvent souffrir de troubles menstruels et d'hirsutisme - augmentation de la croissance des poils sur la peau, de la barbe et de la moustache.

Les gonadotropinomes, comme les thyrotropinomes, ainsi que la version précédente de l'adénome hypophysaire, sont extrêmement rares chez les patients. Les manifestations du caractère métabolique endocrinien sont déterminées par le facteur de la primauté des tumeurs ou par leur développement dans le contexte d'une lésion durable affectant la glande cible (par exemple, dans l'hypothyroïdie ou l'hypogonadisme). Thyrotropinomy primaire provoquer l'apparition de la thyrotoxicose, la détection de la thyrotropine secondaire se produit dans le contexte de l'hypothyroïdie réelle.

Les gonadotropinomes s'accompagnent souvent d'hypogonadisme chez les femmes (ce qui se traduit par une diminution de la fonction ovarienne ou sa cessation complète en association avec une aménorrhée et divers types de troubles menstruels) et chez l'homme (diminution des fonctions des glandes sexuelles et d'autres types de troubles associés à cet état). En règle générale, le diagnostic de la gonadotrophine est le résultat d'une comparaison des symptômes ophtalmoneurologiques (les manifestations de nature endocrine dans cette variante de la tumeur ne sont pas spécifiques).

Tumeurs indépendantes des hormones. Ce type comprend l'adénome pituitaire chromophobe. Signes indiquant sa présence possible:

  • maux de tête;
  • chez les femmes, les troubles menstruels se produisent;
  • un excès de poids peut survenir;
  • déficience visuelle due au fait que la tumeur exerce une pression sur les nerfs optiques;
  • le niveau d'hormones produites par la glande thyroïde peut augmenter;
  • vieillissement prématuré se produit.

Le plus souvent, ces tumeurs sont détectées par hasard lorsque le patient subit un examen IRM. Le traitement de ce type d'adénome hypophysaire n'est que chirurgical. La radiothérapie peut être utilisée. Le traitement médicamenteux est utilisé uniquement en association avec d'autres espèces. En soi, le résultat n'est pas le cas. En outre, très souvent, une tumeur découverte au hasard qui ne dépend pas d'hormones ne se développe pas. Par conséquent, ne nécessite pas l'intervention de médecins. Ils laissent un tel adénome sous observation constante. Si elle commence à croître, alors, très probablement, dans ce cas, il sera nécessaire d'utiliser une méthode chirurgicale.

Maladies endocriniennes dans l'adénome hypophysaire

L'adénome hypophysaire peut avoir pour conséquence diverses maladies endocriniennes dangereuses.

Le plus commun:

L'hyperprolactinémie se développe chez les patients atteints de prolactinome hypophysaire. Cette maladie répond mieux que d'autres au traitement conservateur. L'opération est le plus souvent inutile.

L'acromégalie et le gigantisme sont causés par des tumeurs hypophysaires acidophiles, appelées somatotropinomes. Il existe des médicaments pour supprimer cette maladie. Mais la radiothérapie et l'ablation chirurgicale sont des traitements plus efficaces.

La maladie d'Itsenko-Cushing est provoquée par une tumeur hypophysaire basophile. Ce néoplasme est appelé corticotropinome. L'ablation chirurgicale est considérée comme le traitement le plus efficace.

Diagnostics

Lorsque les symptômes sont détectés:

  • IRM ou TDM (imagerie des glandes endocrines);
  • examen par un endocrinologue (détermination du statut hormonal);
  • examen par un oculiste (périmétrie, contrôle de l'acuité visuelle, ophtalmoscopie);
  • craniographie de la selle turque pour la présence d'ostéoporose et de pontage spécifique du fond.

Le diagnostic est établi en prenant en compte:

  • augmenter la selle turque (la présence de craniopharyngiomes, compression ou tumeur du troisième ventricule).
  • perte de la fonction visuelle (présence de gliome chiasma).
  • la présence de troubles endocriniens et de maladies endocriniennes primaires (tumeurs surrénaliennes, maladies des glandes endocrines, etc.).

Après avoir clarifié la nature des études hormonales, il est nécessaire de transférer le patient dans des centres spécialisés ou des cliniques suffisamment expérimentés. Cela est dû au fait que la définition du statut hormonal sans influences physiologiques ne fournit souvent pas d'informations objectives sur la maladie.

Comment traiter l'adénome hypophysaire?

En médecine moderne, le traitement des adénomes hypophysaires chez les femmes et les hommes est effectué à l'aide de médicaments, de radiothérapies et de traitements chirurgicaux. Dans chaque cas individuel, pour chacune des variétés d'une tumeur hypophysaire, une option de traitement individuel est sélectionnée en fonction du stade du parcours et de sa taille caractéristique.

Traitement conservateur

Un traitement médicamenteux est généralement prescrit pour les tumeurs de petite taille et uniquement après un examen approfondi du patient. Si la tumeur est dépourvue des récepteurs correspondants, le traitement conservateur ne donnera aucun résultat et le seul moyen d'en sortir sera l'ablation chirurgicale ou l'irradiation de la tumeur.

  1. Le traitement médicamenteux n'est justifié qu'en cas de néoplasie de petite taille et d'absence de signes de troubles visuels. Si la tumeur est volumineuse, elle est effectuée avant l'opération pour améliorer l'état du patient avant l'opération ou après celle-ci en tant que traitement de remplacement.
  2. Le traitement le plus efficace est considéré comme étant la prolactine, qui produit l'hormone prolactine en grande quantité. La prescription de médicaments du groupe des dopaminomimétiques (parlodel, cabergoline) a un bon effet thérapeutique et permet même de se passer de chirurgie. La cabergoline est considérée comme le médicament d'une nouvelle génération. Elle peut non seulement réduire la surproduction de prolactine et la taille de la tumeur, mais également restaurer les indicateurs de la fonction sexuelle et du sperme chez les hommes avec des effets secondaires minimes. Un traitement conservateur est possible en l’absence de déficience visuelle progressive et, s’il est administré par une jeune femme envisageant une grossesse, la prise du médicament ne constituera pas un obstacle.

Dans le cas des tumeurs somatotropes, des analogues de la somatostatine sont utilisés, des thyrostatiques sont prescrits pour la thyrotoxicose et, dans la maladie de Itsenko-Cushing, provoquée par un adénome hypophysaire, les dérivés d'aminoglutétimide sont efficaces. Il convient de noter que, dans les deux derniers cas, le traitement médicamenteux ne peut être permanent, mais sert uniquement de phase préparatoire à l'opération ultérieure.

Traitement chirurgical

En cas d'ablation opératoire de l'adénome, l'une des deux méthodes suivantes peut être utilisée:

  1. Transcrânien - impliquant une trépanation du crâne.
  2. Transphénoïde - à travers la cavité nasale.

Si l'on diagnostique des microadénomes et des macroadénomes qui n'ont pas d'effet grave sur les tissus environnants, une intervention chirurgicale est effectuée de manière transfénoïdienne. Si la tumeur atteint une taille gigantesque (à partir de 10 cm de diamètre), seul le prélèvement transcrânien est recommandé.

L'enlèvement de l'adénome par voie transfénoïdienne est autorisé lorsque la tumeur est confinée à la selle turque ou ne dépasse pas de celle-ci de 2 cm au maximum, à la suite d'une consultation avec un neurochirurgien. L'introduction du matériel endoscopique est réalisée sous anesthésie générale. L'endoscope à fibres est inséré dans la fosse crânienne antérieure par le passage nasal droit. Ensuite, pour libérer l'accès à la zone de la selle turque, une incision est pratiquée dans la paroi du sphénoïde. L'adénome hypophysaire est excisé et enlevé.

Toutes les manipulations chirurgicales sont effectuées sous l'endoscope, une image agrandie du processus en cours est affichée sur le moniteur, de sorte qu'un large aperçu du champ chirurgical est disponible pour le neurochirurgien. L'opération prend environ deux à trois heures. Le premier jour après l'opération, le patient peut déjà être actif et le quatrième jour, il sort complètement de l'hôpital en l'absence de complications. Dans 95% des cas, l'adénome hypophysaire est complètement guéri.

La chirurgie transcrânienne est réalisée dans les cas les plus graves sous anesthésie générale, en effectuant une trépanation du crâne. Un invasif élevé et le risque de complications incitent les neurochirurgiens à ne prendre cette mesure que lorsqu'il est impossible d'utiliser la méthode endoscopique d'élimination d'adénome, par exemple lorsqu'une tumeur se développe dans le tissu cérébral.

Pronostic de traitement

Les adénomes hypophysaires sont des tumeurs bénignes, mais avec une croissance active, ils peuvent causer de nombreux problèmes et même dégénérer en processus malin.

Si la tumeur est volumineuse (plus de 2 cm), le risque de récidive est élevé dans les 5 années qui suivent l'ablation chirurgicale.

La nature de l'adénome est tout aussi importante dans la prédiction de telles formations. Par exemple, chez un quart des patients atteints de prolactinomes ou de somatotropinomes, l'activité endocrinienne est complètement rétablie, 85% des microcorticotropinomes sont complètement guéris.

Le taux moyen de récidive est d'environ 12% et le rétablissement se termine dans 65 à 67% des cas. Mais de telles prévisions ne sont justifiées que par un accès opportun à des spécialistes restreints.

«Adénome hypophysaire - qu'est-ce que c'est? Danger, symptômes et directives de traitement. "

5 commentaires

Les maladies du système hypothalamo-hypophysaire, qui comprennent divers types d'adénomes hypophysaires, posent un défi aux médecins généralistes. Ils peuvent être difficiles à diagnostiquer, surtout si les symptômes décrits dans les manuels d’endocrinologie sont inégaux et que certains sont totalement absents. Nous pouvons dire que beaucoup de patients vont sans succès aux thérapeutes de district, mais ils ne trouvent aucune raison d'envoyer une telle personne pour consultation chez un endocrinologue. Et, seulement lorsqu'il existe des preuves irréfutables, ou le besoin d'une intervention chirurgicale, une telle personne reçoit des soins médicaux ciblés, même si cela aurait pu être fait beaucoup plus tôt.

Cette situation est associée à la complexité des symptômes cliniques. Les adénomes de l'hypophyse peuvent provoquer des manifestations complètement opposées, ou il peut ne pas y avoir de signes du tout si nous parlons d'une formation hormonale inactive qui ne se développe pas et ne provoque pas de compression. Adénome hypophysaire - de quoi s'agit-il? Comment dangereux et comment peut-il être guéri?

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire?

Vue générale + photo

Bien sûr, beaucoup ont déjà deviné qu'aucune maladie commune, qui s'appelle ainsi, n'existe tout simplement. L'adénome est une tumeur glandulaire. L'hypophyse est une véritable "plante" qui produit de nombreuses hormones différentes, avec une grande variété d'effets. Par conséquent, l'adénome hypophysaire n'est pas un diagnostic, mais seulement le début de sa formulation.

Ainsi, les adénomes hypophysaires comprennent la prolactine, la somatotropine, la thyrotropine, la corticotrophine, la gonadotrophine. Ce sont tous des adénomes apparus dans diverses parties de l'hypophyse et qui ont violé la sécrétion de ses différentes hormones. Au sens figuré, ces tumeurs productrices d'hormones se manifestent par une augmentation significative de la concentration d'hormones tropicales de l'hypophyse dans le plasma sanguin et se manifestent par des effets hormonaux excessifs.

  • Ce sont ces effets qui sont les marqueurs qui manifestent divers symptômes.

Mais il arrive que l'adénome, malgré le fait qu'il s'agisse d'une tumeur glandulaire, n'affecte pas les structures qui synthétisent les hormones. Ensuite, la personne évite volontiers les symptômes des maladies endocriniennes, mais cela ne signifie pas pour autant que la situation est sans danger. Une telle tumeur peut provoquer d'autres manifestations - après tout, un adénome hypophysaire est une tumeur au cerveau. Il faut se rappeler que l'hypophyse est divisée en partie antérieure, moyenne et postérieure. Dans la partie postérieure il y a une structure différente du tissu, par conséquent, l'adénome peut aussi être appelé une tumeur dans ses régions moyenne et antérieure.

Petites hormones tropiques

Pour être plus clair, il faudrait préciser quelles hormones sont synthétisées par l'hypophyse chez les femmes en règle. En conséquence, nous verrons plus clairement comment se manifestent les symptômes de divers néoplasmes du tissu glandulaire.

On sait que les glandes endocrines, telles que la thyroïde, produisent des hormones. Mais elle obéit aux ordres de l'hypophyse. Il produit une variété d'hormones tropicales qui régulent l'activité des glandes endocrines de la périphérie. Ainsi, l'hypophyse synthétise:

  • TSH - hormone stimulant la thyroïde, qui régule la fonction de la glande thyroïde (métabolisme de base, température corporelle);
  • STH - hormone somatotrope responsable de la croissance du corps;
  • ACTH - hormone corticotrope. Il régule l'action du cortex surrénalien, lui-même capable de produire un certain nombre d'hormones (corticostéroïdes);
  • FSH, ou hormone folliculo-stimulante. Il fait référence aux régulateurs des gonades: chez les femmes, la maturation des œufs a lieu;
  • LH (hormone lutéinisante). Régule la quantité d'œstrogène chez la femme.

Et chacune de ces hormones tropicales est produite par sa propre glande pituitaire. En conséquence, si un adénome survient, l’un de ces processus est perturbé et des symptômes apparaissent. Mais la difficulté est que les adénomes ne se développent pas exactement le long des limites de la «division des pouvoirs».

En outre, il peut y avoir une clinique d’hormone en excès et son absence. Tout dépend de l'emplacement et de la nature de la croissance tumorale. Cela pose d'importantes difficultés de diagnostic, notamment dans les conditions d'accueil du médecin de district «torturé» par les rapports. Il convient de rappeler que le métabolisme du corps féminin a une tension hormonale supérieure à celle des hommes, en raison de changements réguliers du cycle menstruel.

Je suis heureux que les adénomes, malgré les nombreux problèmes qu’ils provoquent, soient presque toujours bénins. Les néoplasmes malins - les adénocarcinomes - sont rares, et le plus souvent les corticotropinomes sont sujets à cela. Ils donnent des métastases et ont le pire pronostic en ce qui concerne la qualité de vie.

Beaucoup seront intéressés par la question: qui réglemente la production d'hormones tropicales? Il se produit dans l'hypothalamus - le département sus-jacent, qui est "l'état-major général" de l'ensemble du système endocrinien. Il produit des facteurs de libération - qui permettent normalement à la glande pituitaire de contrôler le système endocrinien et, à son tour, à l’ensemble du corps.

Causes de l'adénome

Pourquoi les adénomes hypophysaires se produisent-ils? Pourquoi les tumeurs apparaissent-elles? La question est toujours ouverte. Tout peut conduire au développement de cette pathologie. Selon les statistiques, les causes les plus courantes de tumeurs sont:

  • Lésion cérébrale traumatique;
  • Diverses neuroinfections, y compris spécifiques (méningite, encéphalite, neurosyphilis);
  • Pathologie intra-utérine;
  • En raison de l'utilisation à long terme de contraceptifs oraux chez les femmes;
  • Avec une activité accrue de l'hypothalamus, si les glandes à la périphérie réduisent leur activité. Un excès de facteurs de libération peut entraîner une croissance excessive du tissu hypophysaire. Cela peut être, par exemple, dans l'hypothyroïdie.

Le plus souvent, cette pathologie apparaît chez la femme en âge de procréer, ainsi que pendant la ménopause. Chez les personnes âgées et l'âge sénile est beaucoup moins commun. L'âge le plus probable est de 30 à 50 ans.

Quel est le danger de l'éducation?

Si la tumeur est bénigne, elle peut provoquer des symptômes de diverses maladies endocriniennes, par exemple une thyrotoxicose grave accompagnée de crises (avec une thyrotropinose).

Si la tumeur se développe "toute seule" et ne modifie pas le fond hormonal, elle provoque alors diverses altérations de la vue et symptômes neurologiques, qui seront décrits ci-dessous.

Symptômes et signes de l'adénome hypophysaire

Comment reconnaître les premiers signes d'une tumeur?

Pour faciliter le diagnostic, les médecins distinguent plusieurs syndromes qui indiquent différents domaines de croissance et de dommages.

Symptômes communs

Ainsi, le médecin peut rencontrer les signes suivants de croissance tumorale dans l'hypophyse (nous énumérons tout d'abord les caractéristiques communes caractéristiques des tumeurs à la fois hormonales et inactives):

  • Changement et rétrécissement des champs visuels.

La glande pituitaire renferme les nerfs optiques, l’altération des voies visuelles et le tractus optique. Le plus souvent, laisser tomber les champs de vision de côté, selon le type de "shor" chez un cheval. Une telle femme ne pourra pas conduire de voiture, car pour regarder le rétroviseur, il faut le regarder directement en tournant la tête.

  • Syndrome de céphalgie ou maux de tête.

Comme le volume dans le cerveau ne peut pas être ajouté (le crâne est une balle fermée), la pression augmente. Il y a un mal de tête au nez, au front, en orbite. Douleur possible dans les temples. Cette douleur est sourde et diffuse. Les patients ne montrent pas le doigt «là où ça fait mal», mais ils sont tenus avec la paume de la main.

  • Avec la croissance de l'adénome, il peut y avoir des difficultés avec la respiration nasale et avec la germination maligne des os - l'apparition de saignements du nez et même de la liqueur, en cas de rupture des méninges.

Symptômes de tumeurs hormonalement actives

Les tumeurs hormonalement actives peuvent commencer par les symptômes décrits ci-dessus, mais le plus souvent, la manifestation de la maladie commence par l'un des suivants (ou plusieurs) à la fois:

  • Perte de poids corporel, irritabilité, larmoiement, sensation de chaleur, palpitations, tendance à la diarrhée, fièvre, augmentation possible de la glande thyroïde avec thyrotropinose;
  • La croissance soudaine du nez, des oreilles, des doigts, qui donne aux traits un regard grotesque. L’apparition soudaine de symptômes du diabète (soif, perte de poids, démangeaisons) ou inversement - obésité, transpiration et faiblesse. C'est un signe de somatotropinomes. Avec l'apparition précoce de la maladie conduit à un gigantisme;
  • La présence de corticotropinomie chez la femme entraîne l'apparition de symptômes d'hypercorticisme, qui fait l'objet d'un article séparé. Il existe un type particulier d'obésité avec des bras et des jambes minces, des stries violettes, un visage lunaire, une pigmentation de la peau. Chez les femmes, l'hirsutisme survient, l'ostéoporose survient, la pression artérielle augmente. Le diabète peut également survenir.

Il est important de rappeler que l'apparition de ces symptômes est le plus souvent associée à l'apparition de corticotropinomes et que cette tumeur est la plus défavorable sur le plan pronostique en termes de malignité ou de malignité.

  • Parmi les adénomes hypophysaires qui affectent la fonction des hormones sexuelles, les prolactinomes sont plus fréquents chez les femmes.

Le prolactinome est classiquement l'aménorrhée et la galactorrhée. En d'autres termes - c'est la cessation de la menstruation et l'apparition de l'écoulement des mamelons. Puis l'infertilité rejoint. Une éruption cutanée se produit, on observe une obésité modérée, la libido est fortement réduite, jusqu’à l’anorgasmie. Les cheveux deviennent gras. Un cinquième patient atteint de prolactinome a des problèmes de vision.

Un peu de diagnostics

Nous n'aborderons pas les principes du diagnostic des adénomes hypophysaires. Il est clair que les méthodes de recherche en visualisation, en particulier l’IRM, ont commencé à jouer un rôle colossal. Par conséquent, le nombre de «découvertes aléatoires» a fortement augmenté.

En règle générale, il s'agit de formations hormonales - inactives. Mais généralement, la femme se plaint d'abord de troubles endocriniens, de modifications du cycle menstruel et s'adresse à un médecin généraliste, un gynécologue. Si elle a de la chance, elle s'adresse directement à un endocrinologue.

La «voie alternative» est une visite chez un neurologue. S'il y a des plaintes de maux de tête, une vision floue, alors, en règle générale, l'IRM est un type d'étude inévitable. La confirmation de l'activité hormonale de la tumeur est ensuite requise et le diagnostic final consiste en une biopsie du matériel chirurgical et une vérification histologique. Alors seulement, vous pourrez avoir confiance en vos prévisions.

Principes de traitement de l'adénome - la chirurgie est-elle toujours nécessaire?

Habituellement, tout le monde commence immédiatement à penser à l'opération, et la question principale est le prix de l'opération pour l'adénome hypophysaire. Bien sûr, l'opération est gratuite (en vertu de la loi), mais vous devez parfois attendre longtemps avant de payer pour le service, de sorte que de nombreuses personnes paient pour l'opération. En moyenne, une intervention classique (transnasale) peut coûter entre 60 000 et 100 000 roubles. L'utilisation de "cyberknife" et d'autres méthodes coûte beaucoup plus cher.

Si un somatotropinome ou un prolactinome a été diagnostiqué chez un patient, un traitement médicamenteux est alors possible: ces types de tumeurs vont bien aux médicaments qui stimulent la synthèse des récepteurs de la dopamine (Parlodel, Bromocriptine). En conséquence, la synthèse des adénomes hormonaux diminue et il reste à observer. Si elle continue de croître, alors la chirurgie est nécessaire.

Si nous parlons de chirurgie, il y a différentes façons. Les neurochirurgiens ont donc recours à une intervention transnasale (par le nez) et transcranienne (en effectuant une trépanation du crâne). Bien entendu, l'accès transnasal est moins traumatisant, mais la tumeur ne devrait pas dépasser 4 à 5 mm.

Actuellement, la radiochirurgie non invasive («cyber-couteau») est devenue très populaire. La précision est de 0, 5 mm. Le rayonnement directionnel détruit avec précision les cellules tumorales et n'endommage pas les tissus sains.

Les fonctions visuelles (en présence de troubles) sont rétablies chez 2/3 des patients. Le pire pronostic pour le somatotropinome et le prolactinome. La «norme» hormonale n'est rétablie que chez 25% des patients. Cela signifie qu'après l'opération, vous devez continuer à être observé plus souvent par l'endocrinologue et à corriger les violations.

Parfois, il y a des complications après la chirurgie. Les conséquences les plus courantes sont:

  • Dommages au chiasma optique, au nerf ou aux voies et à la déficience visuelle. Cela arrive si la tumeur est étroitement soudée au nerf;
  • Saignement de la zone d'opération. Cela peut être la cause du décès - selon les statistiques, le taux de mortalité est de 5%. Mais il s'agit de la mortalité totale, y compris dans les cas avancés et dans le diagnostic tardif de la maladie;
  • Infection et développement de méningites et d'encéphalites postopératoires.

Adénome hypophysaire

Adénome de l'hypophyse - formation d'une tumeur de nature bénigne, provenant du tissu glandulaire de l'hypophyse antérieure. Cliniquement, un adénome hypophysaire est caractérisé par un syndrome ophtalmique-neurologique (maux de tête, troubles oculomoteurs, doublage, rétrécissement des champs visuels) et par un syndrome d'échange endocrinien dans lequel, en fonction du type d'adénome hypophysaire, du gigantisme et de l'acromégalie, une galactorrhée, une fonction sexuelle, peut - ou hyperthyroïdie, hypogonadisme. Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est basé sur les données radiographiques et tomodensitométriques de la selle turque, l'IRM et l'angiographie du cerveau, des études hormonales et un examen ophtalmologique. L'adénome hypophysaire est traité par irradiation, par méthode radiochirurgicale, ainsi que par élimination transnasale ou transcrânienne.

Adénome hypophysaire

L'hypophyse est située dans la fosse de la selle turque à la base du crâne. Il a 2 lobes: antérieur et postérieur. Adénome hypophysaire - une tumeur hypophysaire provenant des tissus de son lobe antérieur. Il produit 6 hormones qui régulent la fonction des glandes endocrines: la thyrotropine (TSH), la somatotrophine (STH), la follitropine, la prolactine, la lyutropine et l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Selon les statistiques, l'adénome hypophysaire représente environ 10% de toutes les tumeurs intracrâniennes détectées dans la pratique neurologique. L'adénome hypophysaire le plus fréquent survient chez les personnes d'âge moyen (30 à 40 ans).

Classification de l'adénome hypophysaire

La neurologie clinique divise les adénomes hypophysaires en deux grands groupes: hormonal inactif et hormonal actif. L'adénome hypophysaire du premier groupe n'a pas la capacité de produire des hormones et reste donc sous la juridiction de la neurologie. L'adénome hypophysaire du deuxième groupe, comme les tissus de l'hypophyse, produit des hormones hypophysaires et fait également l'objet d'études en endocrinologie. Selon les hormones sécrétées, les adénomes hypophysaires à activité hormonale sont classés en: somatotropes (somatotropinomes), prolactine (prolactinomes), corticotropes (corticotropinomes), thyrotropes (thyrotropinomes), gonadotropes (gonadotropinomes).

Selon sa taille, l'adénome hypophysaire peut désigner des microadénomes - des tumeurs d'un diamètre allant jusqu'à 2 cm ou des macroadénomes d'un diamètre supérieur à 2 cm.

Causes de l'adénome hypophysaire

L'étiologie et la pathogenèse de l'adénome hypophysaire dans la médecine moderne restent le sujet de la recherche. On pense qu'un adénome hypophysaire peut survenir lorsqu’il est exposé à des facteurs provocants tels que blessures à la tête, neuroinfections (tuberculose, neurosyphilis, brucellose, poliomyélite, encéphalite, méningite, abcès cérébral, paludisme cérébral, etc.), ainsi que des effets indésirables sur le fruit. son développement prénatal. Récemment, il a été noté que l'adénome hypophysaire chez les femmes est associé à l'utilisation prolongée de préparations contraceptives orales.

Des études ont montré que, dans certains cas, l'adénome hypophysaire survient à la suite d'une stimulation hypothalamique accrue de l'hypophyse, qui est une réponse à la diminution primaire de l'activité hormonale des glandes endocrines périphériques. Un mécanisme similaire de survenue d'adénome peut être observé, par exemple, dans l'hypogonadisme primaire et l'hypothyroïdie.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Cliniquement, l'adénome hypophysaire se manifeste par un complexe de symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à la pression d'une tumeur en croissance sur des structures intracrâniennes situées dans la région de la selle turque. Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, le syndrome d'échange endocrinien peut devenir prioritaire dans son tableau clinique. Dans le même temps, les changements d'état du patient ne sont souvent pas liés à l'hyperproduction de l'hormone hypophysaire tropique elle-même, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit. Les manifestations du syndrome métabolique endocrinien dépendent directement de la nature de la tumeur. D'autre part, l'adénome hypophysaire peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme, qui se développe en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en croissance.

Syndrome neurologique ophtalmique

Les symptômes ophtalmiques-neurologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire dépendent en grande partie de la direction et de l'étendue de sa croissance. En règle générale, cela comprend les maux de tête, les modifications des champs visuels, la diplopie et les troubles oculomoteurs. Le mal de tête est dû à la pression exercée par l'adénome hypophysaire sur la selle turque. Il a un caractère terne, ne dépend pas de la position du corps et n'est pas accompagné de nausée. Les patients atteints d'adénome hypophysaire se plaignent souvent de ne pas toujours pouvoir soulager les maux de tête avec des analgésiques. Les maux de tête qui accompagnent l'adénome hypophysaire sont généralement localisés dans les régions frontale et temporale, ainsi que derrière l'orbite. Peut-être une forte augmentation des maux de tête, qui est associée soit à une hémorragie dans le tissu de la tumeur, soit à sa croissance intensive.

La limitation des champs visuels est provoquée par la suppression de l'adénome en croissance du chiasma optique situé dans la région de la selle turque sous l'hypophyse. Un adénome hypophysaire de longue date peut conduire au développement d'une atrophie du nerf optique. Si l'adénome hypophysaire se développe dans la direction latérale, il serre avec le temps les branches des nerfs crâniens III, IV, VI et V. Le résultat est une violation de la fonction oculomotrice (ophtalmoplégie) et un doublement (diplopie). Peut-être une diminution de l'acuité visuelle. Si l'adénome hypophysaire germe au bas de la selle turque et se propage au sinus ethmoïdal ou sphénoïdal, le patient présente une congestion nasale qui imite la clinique de la sinusite ou des tumeurs nasales. La croissance de l'adénome hypophysaire vers le haut cause des dommages aux structures de l'hypothalamus et peut conduire au développement d'une altération de la conscience.

Syndrome d'échange endocrinien

Somatotropinome - adénome de l'hypophyse, produisant de la GH, chez l'enfant manifeste des symptômes de gigantisme, chez l'adulte - l'acromégalie. En plus des modifications caractéristiques du squelette, les patients peuvent développer un diabète et une obésité, une hypertrophie de la thyroïde (goitre diffus ou nodulaire), généralement non accompagnés d'une altération fonctionnelle. Il y a souvent de l'hirsutisme, de l'hyperhidrose, une augmentation de la graisse sur la peau et l'apparition de verrues, de papillomes et de naevus. Peut-être le développement d'une polyneuropathie, accompagné de douleur, de paresthésie et d'une sensibilité réduite des parties périphériques des membres.

Prolactinome - adénome pituitaire sécrétant de la prolactine. Chez la femme, il s'accompagne d'une violation du cycle menstruel, de la galactorrhée, de l'aménorrhée et de l'infertilité. Ces symptômes peuvent apparaître dans le complexe ou être observés séparément. Environ 30% des femmes atteintes de prolactinomes souffrent de séborrhée, d'acné, d'hypertrichose, d'obésité modérément sévère et d'anorgasmie. Chez l’homme, les symptômes ophtalmiques-neurologiques sont généralement mis en évidence, contre lesquels on observe la galactorrhée, la gynécomastie, l’impuissance et une diminution de la libido.

Le corticotropinome - adénome hypophysaire, qui produit de l'ACTH, est détecté dans près de 100% des cas de maladie d'Itsenko-Cushing. Une tumeur se manifeste par des symptômes classiques d'hypercortisolisme, une pigmentation accrue de la peau résultant d'une production accrue associée à l'ACTH et à une hormone stimulante des mélanocytes. Les anomalies mentales sont possibles. Une caractéristique de ce type d'adénome hypophysaire est la propension à la transformation maligne, suivie de la métastase. Le développement précoce de troubles endocriniens graves contribue à l'identification d'une tumeur avant l'apparition des symptômes ophtalmiques et neurologiques associés à son élargissement.

Le thyrotropinome est un adénome hypophysaire sécrétant de la TSH. Si elle est de nature primaire, elle manifeste des symptômes d'hyperthyroïdie. Si cela se reproduit, l'hypothyroïdie est observée.

Gonadotropinome - adénome hypophysaire, qui produit des hormones gonadotropes, présente des symptômes non spécifiques et est principalement détecté par la présence de symptômes typiquement ophtalmiques-neurologiques. Dans son tableau clinique, l'hypogonadisme peut être associé à la galactorrhée provoquée par l'hypersécrétion de prolactine des tissus hypophysaires entourant l'adénome.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les patients dont l'adénome hypophysaire est accompagné d'un syndrome ophtalmique-neurologique prononcé demandent généralement l'aide d'un neurologue ou d'un ophtalmologiste. Les patients dont l'adénome hypophysaire se manifeste par le syndrome d'échange endocrinien s'adressent plus souvent à l'endocrinologue. Dans tous les cas, les patients présentant un adénome hypophysaire présumé devraient être examinés par les trois spécialistes.

Afin de visualiser l'adénome, un radiogramme de la selle turque est réalisé, lequel révèle des signes osseux: ostéoporose avec destruction du dos de la selle turque, la double contourneté typique de son fond. En outre, un wagon-citerne pneumatique est utilisé, qui détermine le déplacement des citernes chiasmatiques à partir de leur position normale. Des données plus précises peuvent être obtenues lors de la tomodensitométrie du crâne et de l'IRM du cerveau, de la selle turque. Cependant, environ 25 à 35% des adénomes hypophysaires sont si petits que leur visualisation échoue, même avec les capacités de tomographie modernes. L'angiographie cérébrale est prescrite s'il y a lieu de croire que l'adénome hypophysaire se développe dans la direction du sinus caverneux.

Important dans le diagnostic des études hormonales. La détermination de la concentration d'hormones hypophysaires dans le sang est réalisée par une méthode radiologique spécifique. En fonction des symptômes, les hormones produites par les glandes endocrines périphériques sont également déterminées: cortisol, T3, T4, prolactine, estradiol, testostérone.

Les troubles ophtalmologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire sont détectés au cours d'un examen ophtalmologique, d'une périmétrie et d'un contrôle de l'acuité visuelle. Pour exclure une maladie oculaire, ophtalmoscopie.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Le traitement conservateur peut être appliqué principalement en relation avec la petite taille de la prolactine. Elle est réalisée par des antagonistes de la prolactine, par exemple la bromkriptine. Dans le cas de petits adénomes, il est possible d'appliquer des méthodes de rayonnement pour influencer une tumeur: gamma-thérapie, radiothérapie à distance ou protonthérapie, radiochirurgie stéréotaxique - administration d'une substance radioactive directement dans le tissu tumoral.

Les patients dont l'adénome hypophysaire est volumineux et / ou accompagné de complications (hémorragie, vision floue, formation d'un kyste du cerveau) doivent être consultés par un neurochirurgien pour envisager la possibilité d'un traitement chirurgical. L'opération d'enlèvement de l'adénome peut être réalisée par une méthode transnasale utilisant des techniques endoscopiques. Les macroadénomes peuvent être éliminés par la méthode transcrânienne - en effectuant une trépanation du crâne.

Pronostic de l'adénome hypophysaire

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne, mais avec une augmentation de taille, comme chez d'autres tumeurs cérébrales, il prend une tournure maligne en raison de la compression des structures anatomiques qui l'entourent. La taille de la tumeur est également due à la possibilité de son élimination complète. L'adénome hypophysaire d'un diamètre supérieur à 2 cm est associé à la probabilité d'une rechute postopératoire, qui peut survenir dans les 5 ans suivant le retrait.

Le pronostic de l'adénome dépend également de son type. Ainsi, avec les microcorticotropinomes chez 85% des patients, une récupération complète de la fonction endocrinienne est observée après traitement chirurgical. Chez les patients atteints de somatotropinome et de prolactinome, cet indicateur est significativement plus bas - 20-25%. Selon certaines données, en moyenne après traitement chirurgical, on observe une récupération chez 67% des patients et un nombre de rechutes d'environ 12%. Dans certains cas, avec une hémorragie dans l'adénome, une auto-guérison se produit, qui est le plus souvent observée dans les prolactinomes.

Adénome de l'hypophyse chez la femme. Traitements, effets et pronostic

L'adénome hypophysaire est l'une des maladies du cerveau les plus fréquemment diagnostiquées. Chez la femme, les symptômes, le traitement et le pronostic dépendent du type de tumeur, du stade et du diagnostic opportun. Cette tumeur apparaît le plus souvent chez les femmes âgées de 25 à 55 ans, les enfants sont beaucoup moins exposés à la maladie. Jusqu'à un certain point, la maladie est cachée et est donc diagnostiquée à un stade avancé, quand une intervention chirurgicale est nécessaire.

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire?

L’hypophyse est l’un des principaux organes du système endocrinien. Elle est située dans le cerveau dans une section appelée «selle turque». Cette glande est responsable de la production d'hormones nécessaires à la croissance normale d'une personne, de son métabolisme et de sa capacité à concevoir un enfant.

Dans la glande pituitaire, il existe deux grands lobes: l’antérieur (adénohypophyse) et l’autre (neurohypophyse). Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire? Il s'agit d'une tumeur bénigne qui se forme dans le lobe antérieur de la glande (adénohypophyse) et qui se forme à partir du tissu glandulaire de l'organe.

En médecine, la classification de l'adénome est adoptée, ce qui implique la division d'une tumeur en une hormone active et une hormone inactive. La seconde ne synthétise pas les hormones, par conséquent, est traitée exclusivement par les méthodes utilisées en neurologie. Le premier, avec l'hypophyse elle-même, produit des hormones. Son traitement impliquait des endocrinologues, ainsi que des neurologues.

La classification des tumeurs hormonalement actives est basée sur l'hormone qu'elles produisent. Sur cette base, accepter la division de l'adénome par:

  • Somatotrope.
  • Prolactine.
  • Radonotrope.
  • Thyrotropique.
  • Corticotrope.

C'est important! Si un adénome synthétise deux ou plusieurs hormones, il est appelé mixte.

Causes de l'adénome hypophysaire chez les femmes

Jusqu'à présent, les médecins n'ont pas réussi à établir la cause exacte de l'apparition d'un néoplasme. Les médecins ont tendance à considérer les facteurs suivants comme provoquants:

  1. Blessures à la tête
  2. Neuroinfections (encéphalite, méningite, poliomyélite).
  3. Hypoxie du foetus.
  4. Blessures à la naissance.

C'est important! L'adénome hypophysaire est diagnostiqué beaucoup plus souvent chez les femmes qui prennent des pilules hormonales contraceptives que chez celles qui n'en prennent pas.

En outre, la tumeur peut être secondaire. Cela est dû aux relations étroites entre l'hypophyse et l'hypothalamus. Premièrement, l'hypothalamus est endommagé, il en résulte une stimulation excessive de l'hypophyse, une croissance excessive de ses cellules, à partir de laquelle se forme une nouvelle formation. Ceci est observé chez les patients atteints d'hypothyroïdie ou d'hypogonadisme.

Symptômes de l'adénome hypophysaire chez les femmes

Une tumeur hormonalement inactive exerce une pression sur les structures cérébrales responsables des organes de la vision. En conséquence, la femme présente les signes suivants de la maladie:

  1. Maux de tête d'intensité moyenne, qui ne sont pas arrêtés par les analgésiques habituels. Il est localisé dans les parties frontale et temporale. Si la douleur augmente fortement, cela peut indiquer une hémorragie dans le tissu tumoral ou une forte augmentation de l'adénome.
  2. Réduction du champ visuel: le patient cesse soudainement de voir avec une vision latérale.
  3. Double yeux.
  4. Déficience visuelle.
  5. Difficulté avec la rotation des yeux.
  6. Obstruction de la respiration nasale sous forme de sinusite.

Avec une tumeur hormonalement active, le métabolisme endocrinien est perturbé. Les symptômes dépendent du type de néoplasme et d'organe, qui est affecté par un excès d'hormones.

Symptômes de la maladie, en fonction du type d'adénome:

C'est important! Une tumeur synthétisant des corticostéroïdes est la plus dangereuse, car elle tend à la dégénérescence maligne.

Comment diagnostiquer?

En raison des nombreuses manifestations cliniques, le diagnostic de l'adénome présente certaines difficultés. Souvent, les symptômes sont associés à des maladies oculaires ou à des pathologies ORL et à un traitement incorrect.

Les études suivantes sont nécessaires pour un diagnostic précis:

  • Radiographie de la selle turque.
  • TDM, IRM du cerveau. Cependant, une taille de tumeur trop petite rend sa détection impossible même avec l'aide de méthodes modernes.
  • Vérification de l'acuité visuelle et de l'état du fond d'œil (ophtalmoscopie).
  • Pour clarifier la nature de la tumeur hormonalement active, prescrire un test sanguin pour les hormones hypophysaires.

C'est important! Le patient peut vérifier indépendamment le champ de vision. Pour ce faire, vous devez regarder votre doigt pendant quelques secondes, puis déplacez votre doigt sur le côté. S'il disparaît immédiatement de la vue, c'est une raison pour consulter un médecin.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans le traitement des adénomes hypophysaires de différents types, les médecins utilisent les techniques suivantes:

  1. Observation dynamique Si la tumeur est de petite taille, elle n'augmente pas et n'aggrave pas l'état de la femme. Les médecins conseillent alors uniquement d'observer et de réaliser des examens réguliers.
  2. Traitement médicamenteux. Il est indiqué dans le cas de microadénomes produisant de la prolactine ou des somatotropines. Des médicaments hormonaux sont prescrits à ces patients pour supprimer l'excès de synthèse d'hormones (Abergin, Parloder). En conséquence, les symptômes négatifs sont éliminés et l'état du patient s'améliore.
  3. Thérapie par ondes radio. Utilisé pour traiter les microadénomes. Avec l'aide de l'exposition aux ondes radio, la formation est détruite sans impact négatif sur les autres structures cérébrales. Aujourd'hui, le fameux couteau gamma est largement utilisé. Il a une grande précision, une récupération complète est observée dans 90% des cas.
  4. Intervention chirurgicale. Cette méthode est considérée comme la plus efficace pour traiter les adénomes de grande taille. Les opérations sont effectuées avec une trépanation du crâne ou avec un accès nasal à l’aide d’un endoscope. Ce dernier est le moins traumatisant, mais convient aux adénomes de taille moyenne. Si la tumeur est trop grosse (macroadénome), vous ne pouvez pas vous passer d'une opération extensive avec ouverture du crâne.

Il existe certains risques et complications après la chirurgie:

  1. Dommages au nerf optique.
  2. Saignements postopératoires.
  3. Infection de la plaie et la septicémie.

Cependant, ces complications sont associées à des manquements aux exigences sanitaires lors de l’opération ou lors de grandes séances d’éducation.

Les médecins utilisent souvent une combinaison de thérapies. Par exemple, ils arrêtent la croissance de la tumeur à l'aide de médicaments hormonaux, puis ont recours à la radiothérapie, qui détruit finalement l'adénome.

Vidéo

Les conséquences

L'adénome hypophysaire est très rarement rené dans une tumeur maligne. Il ne pousse pas dans les structures voisines. Cependant, le danger de l'éducation est qu'il peut augmenter et comprimer les structures cérébrales, ce qui perturberait leur approvisionnement en sang et entraînerait l'atrophie de certaines régions.

Les tumeurs hormonales actives affectent l’ensemble du corps, provoquant diverses manifestations cliniques altérant la qualité de vie des patients. Une femme peut rester stérile, elle développera un diabète ou une hypothyroïdie.

Adénome hypophysaire chez la femme: symptômes, méthodes de traitement et pronostic

Parmi les maladies de la glande pituitaire que l’on rencontre chez les femmes, l’adénome est le plus courant. Il est classé par espèce. Chacune d’elles influence, à sa manière, le travail de l’appendice du cerveau, entraîne des perturbations dans ses fonctions et se manifeste par certains symptômes. Quelles sont les causes de la maladie, des symptômes, du traitement et du pronostic?

Concept général et variations

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne formée à partir de tissu glandulaire et située dans le lobe antérieur de l'hypophyse.

Ceci est intéressant: selon les données de recherche, l'adénome hypophysaire représente environ 15% de tous les néoplasmes possibles localisés à l'intérieur du crâne.

L'adénome se développe dans les cellules hypophysaires, immédiatement au-delà du contour des yeux.

Selon la taille de la tumeur, on distingue les microadénomes (moins d’un centimètre) et les macroadénomes (d’un centimètre ou plus). Les formations peuvent être hormonalement actives (fonctionnelles) ou hormonalement inactives. Selon la position dans la selle turque, on distingue les tumeurs endosellaires, endosuprasellaires, endoinfrasellaires et endolaterocellaires.

Ceci est intéressant: chez la femme, la maladie est généralement détectée au stade de microadénome.

Informations importantes: De tels néoplasmes se développent assez lentement, parfois ils ne progressent pas du tout.

Raisons principales

A ce jour, les causes qui ont conduit à l'apparition de cette maladie n'ont pas été établies avec précision. Cependant, certains facteurs de risque augmentent la probabilité de sa survenue. Parmi eux, les principaux sont:

  • processus infectieux survenant dans le système nerveux;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • intoxication chronique;
  • exposition aux radiations.

Ceci est intéressant: l'utilisation de contraceptifs oraux a récemment été considérée comme la cause de l'apparition d'un adénome hypophysaire.

Symptômes et signes de manifestation

L'adénome hypophysaire fonctionnel se manifeste chez les femmes présentant divers symptômes:

  • changement de champ de vision;
  • douleurs sourdes apparaissant dans les lobes temporaux ou frontaux qui ne sont pas accompagnées de nausées et ne dépendent pas de la position du corps;
  • atrophie des nerfs optiques.

Lorsque la tumeur se développe vers le bas, une sensation de congestion nasale peut se produire et un écoulement apparaît.

Si une hémorragie survient dans une tumeur, les symptômes de la maladie deviennent plus prononcés. Augmentation de la douleur et de la déficience visuelle.

Souvent, les tumeurs hormonales actives entraînent des perturbations du cycle menstruel, la stérilité. Certaines femmes ont une obésité modérée, une séborrhée du cuir chevelu, une anorgasmie, une diminution de la libido.

Quelles méthodes de diagnostic sont utilisées?

Pour déterminer l'adénome hypophysaire d'une femme, les types de diagnostic suivants:

  1. Des analyses de sang et d'urine pour déterminer le niveau d'hormones, ce qui permet de déterminer le type d'éducation, ainsi que le degré de son activité.
  2. Examen ophtalmologique (évaluation de l'acuité et du champ visuel).
  3. Radiographie de la zone de selle et du crâne turques.
  4. CT et IRM du cerveau.
L'IRM du cerveau peut détecter des tumeurs de moins de 5 mm de diamètre

Selon les résultats de la radiographie, vous pouvez définir la taille de la selle turque, des sinus et de la mâchoire inférieure. Il détermine également l'épaississement des os du crâne et l'expansion des espaces interdentaires. Grâce à la tomodensitométrie, la taille exacte de la tumeur est établie.

Si la maladie est accompagnée d'un syndrome ophtalmologique, la femme devrait consulter un ophtalmologiste. Lorsque les manifestations neurologiques doivent être visités par un neurologue. Les endocrinologues aideront à traiter les symptômes de la nature métabolique endocrinien.

Informations importantes: Si un adénome hypophysaire est suspecté, les trois spécialistes doivent être examinés pour obtenir une image plus détaillée de l'évolution de la maladie.

Façons de traiter les femmes

Le choix du traitement dépend des facteurs suivants:

  • production d'hormones (quand cela se produit);
  • l'étendue de la lésion par le néoplasme de ses structures environnantes;
  • taille de la tumeur;
  • l’âge de la patiente, ainsi que son état de santé général.

Il est nécessaire d'insister sur le fait que le traitement a été effectué par plusieurs spécialistes. Cela donnera à la femme un meilleur résultat.

L'utilisation de médicaments pour traiter l'adénome hypophysaire

Certains néoplasmes bénins sont éliminés avec succès lors de l’utilisation de médicaments. Pour le traitement de l'adénome hypophysaire, on prescrit souvent aux femmes un remède qui aide à normaliser le niveau de prolactine. Avec un traitement médicamenteux réussi, l’opération peut être évitée ou rendue moins difficile pour le chirurgien.

Intervention chirurgicale

En règle générale, l'opération pour l'adénome hypophysaire est réalisée par les voies nasales. Cette procédure vous permet de supprimer l’éducation avec un minimum de complications et d’inconfort pour le patient. S'il est nécessaire d'obtenir de grosses tumeurs sur le cerveau, une opération est effectuée en ouvrant le crâne. Les chirurgiens pratiquent une petite incision dans la zone des sourcils.

Utilisation de la radiothérapie

La radiothérapie est utilisée pour les tumeurs qui ne peuvent pas être traitées avec des médicaments, et qui sont également retirées par la chirurgie. Il vous permet de contrôler la croissance des tumeurs. En médecine moderne, la méthode de la chirurgie stéréotaxique est utilisée. Son essence réside dans les effets de fortes doses de radiations, dirigées vers la tumeur par un faisceau mince. Dans ce cas, les structures environnantes sont partiellement irradiées. Cette méthode de traitement peut être obtenue en ralentissant la destruction de l'hypophyse. Après cela, un traitement de substitution est nécessaire, qui est effectué avec l'utilisation de médicaments hormonaux.

Remèdes populaires

Dans le traitement de l'adénome hypophysaire, utilisez souvent de la teinture de kopovnika à 10%. Il est vendu dans une pharmacie, mais il est facile à préparer et indépendant. Pour ce faire, l'herbe klopovnika insiste sur l'alcool. Le jour où vous devez prendre 10 gouttes du produit, dilué avec de l’eau.

Il aide au traitement de l'adénome hypophysaire et d'un mélange de graines de citrouille, d'herbes d'onagre, de sésame, de gingembre moulu et de miel. Les composants sont mélangés approximativement dans des proportions égales et pris 1 cuillère à café 4 fois par jour.

La teinture de pruche peut également aider à traiter une maladie. Il est souhaitable de le préparer dans de l'huile d'olive ou d'utiliser l'outil avec de l'alcool vendu en pharmacie. La teinture est enfouie dans le nez plusieurs fois par jour. Au début, le dosage simple fait 1 goutte, chaque jour supplémentaire, il augmente encore. Après 40 jours de traitement, la dose de médicament commence à diminuer de la même manière.

Caractéristiques du traitement pendant la grossesse et l'allaitement

Informations importantes: Pendant la grossesse, l'hypophyse augmente d'environ 45%. Si une femme a une tumeur pendant cette période, les symptômes de la maladie peuvent s'aggraver.

Étant donné que les hormones jouent un rôle dans le traitement de l'adénome hypophysaire, le traitement n'est pas indiqué chez les femmes enceintes. De plus, nous ne parlons pas de chirurgie. Si la maladie est détectée pendant la grossesse, la femme devrait être sous la surveillance de spécialistes jusqu'à l'accouchement. Ils devraient surveiller l'état de la future mère. En outre, vous devez périodiquement passer des tests sanguins pour déterminer le niveau de prolactine.

C'est intéressant: parfois, après la grossesse, l'adénome hypophysaire disparaît, ce qui est associé à des modifications du fond hormonal de la femme.

À ce jour, l'impact négatif de l'allaitement sur l'évolution de cette maladie n'a pas été prouvé. Cependant, dans certains cas, des médicaments spéciaux sont prescrits aux femmes pour supprimer la lactation.

Si la tumeur ne progresse pas et ne nécessite pas d'intervention chirurgicale urgente, l'allaitement ne peut pas être interrompu.

Pronostic de la maladie

Avec les microadénomes, le pronostic de la maladie est favorable, la guérison survient dans 85% des cas. Si la taille du macroadénome dépasse 2 cm, il ne peut pas être complètement éliminé. Ainsi, pendant 5 ans, une rechute de la maladie peut survenir. Lorsqu'un adénome hypophysaire provoque la stérilité chez une femme, le problème disparaît généralement après le retrait de la tumeur. Il existe également une forte probabilité de normalisation de la vision après un traitement réussi, si elle était violée par la maladie.

L'adénome hypophysaire appartient à un groupe de tumeurs bénignes. Mais cela ne signifie pas que vous pouvez laisser le problème sans votre attention. Une telle tumeur a tendance à grossir, ce qui lui permet de prendre un caractère malin. Par conséquent, un traitement en temps opportun est un must.